Accès rapide :

Infos utiles

Législation sur les stupéfiants

La sanction encourue pour ce motif est le plus souvent de dix années d’emprisonnement, même lorsque les quantités transportées sont faibles.

Plusieurs ressortissants français sont actuellement détenus au Venezuela pour trafic de stupéfiants, dans des conditions d’hygiène et de sécurité très éloignées des normes européennes.

Moyens de paiement

La monnaie locale est le Bolívar Fuerte (VEF). Il est impossible de s’en procurer en France. Un contrôle des changes entre le bolívar (VEF) et le dollar américain (USD) est établi par le gouvernement. Ce système a donné naissance à un marché des changes parallèle et les touristes sont parfois sollicités par des particuliers pour changer des devises de manière illégale, notamment dans les aéroports internationaux du pays (Maiquetía, Maracaibo, Margarita…). Les voyageurs qui accepteraient de changer leurs devises auprès de particuliers s’exposent à des peines de prison de plusieurs années, mais aussi à des escroqueries de tous types.

La loi sur le contrôle des changes confère aux seuls bureaux de change officiels, aux banques et à l’instance étatique CADIVI le monopole des transactions en devises, au taux officiel.

Pour votre voyage, il est donc recommandé de :

  • se munir de liquidités (le plafond est fixé à 10000 USD - attention aux risques encourus avec de telles sommes en votre possession.
  • emporter sa carte bancaire internationale. Il peut toutefois s’avérer très difficile de retirer de l’argent à l’aide de sa carte dans les guichets automatiques. Après avoir sélectionné le montant du retrait, la plupart des distributeurs bancaires demandent à l’usager d’entrer 2 numéros correspondant à la cédula de identidad (carte d’identité) vénézuélienne. Il convient alors de taper 00. En outre, les montants des retraits sont limités en raison des vols, vols à main armée et des risques d’enlèvement. Il est donc préférable de s’adresser au comptoir des grandes banques (Mercantil, Banesco..).

Pour ces mêmes raisons, il est recommandé

  • de ne pas effectuer de retrait dans la rue : optez pour un centre commercial ou un grand hôtel muni d’un distributeur.
  • de ne pas changer d’argent à l’aéroport international.

Il est fréquemment fait état de fraude à la carte bancaire (clonage). Si un vendeur propose de passer votre carte au sabot manuel (« planche à repasser »), ne la quittez surtout pas des yeux.

Les chèques de voyage (travellers checks) sont inconnus.

Saison des pluies

Durant la saison des pluies (de mai à novembre) les côtes septentrionales du Venezuela, y compris l’île de Margarita et l’archipel de Los Roques, sont régulièrement affectées par les queues des ouragans qui traversent, pendant cette même saison, le sud de la mer des Caraïbes.

Infrastructures routières

L’entretien est souvent irrégulier. En outre, le réseau routier souffre des fortes pluies annuelles. Il est donc fortement recommandé de ne pas voyager de nuit, les routes étant particulièrement dangereuses (voies de circulation barrées, déviations, nids de poules, etc.). Ces restrictions routières constituent parfois des pièges destinés à racketter les voyageurs. En cas d’accident, attendre l’arrivée de la police pour l’établissement du constat. En province, la garde nationale a installé des barrages sur de nombreux axes routiers (Alcabalas). Ralentir, voire marquer l’arrêt.

Approvisionnement en carburant correct, excepté dans la grande savane.

Navigation de plaisance

Les actes de piraterie sont nombreux sur les côtes vénézuéliennes (notamment à proximité d’Higuerote et au large de la péninsule de Paria) et aux alentours des îles (Margarita et Testigos). Plusieurs bateaux ont été attaqués ces dix dernières années. Des plaisanciers ont également été la cible de violentes attaques, et plusieurs sont décédés des suites de leurs blessures.

Il est par conséquent recommandé aux voyageurs qui ne pourraient éviter de croiser dans les eaux vénézuéliennes d’observer la plus grande prudence, notamment lorsqu’ils approchent du littoral. Ceux qui choisiraient de faire escale dans le pays ont tout intérêt à effectuer eux-mêmes leurs démarches administratives auprès de la capitainerie et de la police des frontières.

Le mouillage hors les marinas surveillées est à proscrire.

Transport aérien

Plusieurs accidents aériens survenus au Venezuela sur des appareils monomoteurs ou bimoteurs, appartenant à des petites sociétés privées desservant les principaux centres touristiques du pays, ont fait apparaître de graves insuffisances dans les procédures d’entretien. Dans ces conditions, il est recommandé aux voyageurs désireux de recourir à des services de location d’avion de s’assurer de la bonne renommée de la compagnie aérienne. Quelques agences locales de voyages peuvent s’assurer du sérieux de leurs prestataires aériens.

Enregistrement sur les vols internationaux

La plupart des compagnies aériennes clôturent l’enregistrement de leurs vols internationaux bien avant le départ du vol, afin de permettre aux voyageurs de franchir les différents contrôles de sécurité. Il convient donc, afin de se présenter en temps opportun à l’aéroport (jusqu’à 5 heures avant l’horaire de décollage), de se renseigner auprès de la compagnie aérienne, s’agissant des horaires d’ouverture des guichets d’enregistrement au départ.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016