Accès rapide :

Transports

Infrastructures routières

L’entretien est souvent irrégulier. En outre, le réseau routier a énormément souffert des fortes pluies qui se sont abattues fin 2010 sur le Venezuela. Il est donc fortement recommandé de ne pas voyager de nuit, les routes étant particulièrement dangereuses (voies de circulation barrées, déviations, nids de poules, etc.). Ces restrictions routières constituent parfois des pièges destinés à racketter les voyageurs. En cas d’accident, attendre l’arrivée de la police pour l’établissement du constat. En province, la garde nationale a installé des barrages sur de nombreux axes routiers (Alcabalas). Ralentir, voire marquer l’arrêt.

Approvisionnement en carburant correct, excepté dans la grande savane.

Navigation de plaisance


Les actes de piraterie sont nombreux sur les côtes vénézuéliennes. Plusieurs bateaux ont été pillés en août 2006, un plaisancier français, qui mouillait devant la plage de Medina (Etat de Sucre) a été assassiné en juin 2004, et deux de nos compatriotes ont dû être hospitalisés après avoir été agressés à bord de leur voilier devant le port de Cubagua (proche de l’île de Margarita), en février 2005. Des plaisanciers ont été gravement agressés le 27 janvier 2008 sur l’île de Los Testigos (Etat de Sucre), et le 15 janvier 2008 à Robledal, à l’ouest de l’île de Margarita. Un plaisancier est décédé des suites de ses blessures le 15 septembre 2008, alors que le bateau était au mouillage à l’entrée du port de Macuto.

Il est par conséquent recommandé aux voyageurs qui ne pourraient éviter de croiser dans les eaux vénézuéliennes d’observer la plus grande prudence, notamment lorsqu’ils approchent du littoral. Ceux qui choisiraient de faire escale dans le pays ont tout intérêt à effectuer eux-mêmes leurs démarches administratives auprès de la capitainerie et de la police des frontières.

Le mouillage hors les marinas surveillées est à proscrire.

Transport aérien


Plusieurs accidents aériens survenus au Venezuela sur des appareils monomoteurs ou bimoteurs, appartenant à des petites sociétés privées desservant les principaux centres touristiques du pays, ont fait apparaître de graves insuffisances dans les procédures d’entretien. Dans ces conditions, il est recommandé aux voyageurs désireux de recourir à des services de location d’avion de s’assurer de la bonne renommée de la compagnie aérienne. Quelques agences locales de voyages peuvent s’assurer du sérieux de leurs prestataires aériens.
Taxe d’aéroport

Une augmentation de la taxe d’aéroport, incluse dans le prix du billet d’avion, est entrée en vigueur le 18 décembre 2013. Cette augmentation ne se reflète pas dans le prix des billets émis avant cette date. Les voyageurs concernés sont donc invités à se présenter à l’aéroport vénézuélien munis des liquidités permettant de s’acquitter de cette taxe, soit actuellement

  • 32,10 VEF pour un vol domestique et
  • 139,10 VEF pour un vol international.
Enregistrement sur les vols internationaux

La plupart des compagnies aériennes clôturent l’enregistrement de leurs vols internationaux bien avant le départ du vol, afin de permettre aux voyageurs de franchir les différents contrôles de sécurité. Il convient donc, afin de se présenter en temps opportun à l’aéroport, de se renseigner auprès de la compagnie aérienne, s’agissant des horaires d’ouverture des guichets d’enregistrement au départ.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014