Accès rapide :

Dernière mise à jour le : 14 avril 2016 - Information toujours valide le : 26 septembre 2016

Sécurité

L’Uruguay peut être considéré comme un pays relativement sûr. Le taux d’homicides est l’un des plus faibles d’Amérique latine avec 7.9 meurtres par an pour 100 000 habitants, alors que la moyenne latino-américaine est de 16 pour 100 000.

Il a cependant connu ces dernières années une montée régulière de la petite et moyenne délinquance (vols à l’arrachée, agressions, cambriolages, etc). Cette délinquance peut toucher tous les quartiers de Montevideo (vieille ville, Centre, Pocitos, Carrasco, etc.) et les villes touristiques telles que Colonia, Rocha et Punta del Este. Les vols ont souvent lieu dans les lieux publics (rues, gares routières, plages…) ou lorsque les véhicules sont à l’arrêt (au feu rouge ou en stationnement). 37 agressions par jour ont été recensées par la préfecture de police de Montevideo en 2013 mais très peu à l’intérieur du pays.

De façon générale, en matière de prévention de délinquance, les précautions habituelles doivent s’appliquer en Uruguay :

  • ne pas se déplacer avec d’importantes sommes d’argent et ne pas regrouper dans un seul sac les valeurs et documents administratifs ;
  • en cas d’agression, ne pas résister à l’assaillant, celui-ci pouvant être armé et violent ;
  • ne pas hésiter à se rendre au Commissariat ("seccional") ou dans le commerce le plus proche en cas de menace d’agression ;
  • rester sur ses gardes lorsqu’on circule la nuit dans certains quartiers, même touristiques (port, vieille ville, Cerro) ; les voyageurs devront prêter une attention toute particulière à leur environnement lors de leur débarquement de bateaux de croisière ou des navettes maritimes entre l’Argentine et l’Uruguay dans les ports de Montevideo, Colonia et Punta del Este ;
  • faire des photocopies des documents de voyage et d’identité et laisser les originaux dans le coffre de l’hôtel ;
  • avoir sur soi les coordonnées téléphoniques de l’Ambassade et d’une personne à prévenir en cas d’urgence.

Entrée / Séjour

Court séjour

Un visa n’est pas exigé pour les ressortissants français dont le séjour est inférieur ou égal à trois mois. La simple présentation d’un passeport en cours de validité suffit pour entrer sur le territoire uruguayen.

Long séjour

Les détenteurs d’un passeport français souhaitant rester plus de trois mois en Uruguay doivent effectuer une démarche de régularisation sur place, directement auprès de la Dirección Nacional de Migraciones qui pourra renouveler le droit au séjour de 3 mois sans visa ou bien délivrer une carte de résident « en tramite  ».

Santé

Avant le départ

Avant le départ, consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et contractez une assurance/assistance couvrant les frais susceptibles d’intervenir durant le transport et le séjour.

Maladies transmises par les piqûres de moustique

Dengue

Les risques de dengue (infection virale par piqûre de moustique) en Uruguay ont augmenté en 2015. Des cas ont été détectés jusqu’à Montevideo.

La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Il n’existe actuellement pas de vaccin, ni de traitement préventif contre cette infection. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques, notamment dans les régions limitrophes du Rio Uruguay (Départements de Colonia, Soriano, Rio Negro, Paysandú, Salto et Artigas).

Les recommandations suivantes sont donc applicables :

  • Portez des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide ;
  • Utilisez des produits répulsifs cutanés ;
  • Protégez votre logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.) ;
  • Détruisez les sites potentiels de reproduction des moustiques (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs, les gouttières, les pneus, etc.)
Vaccinations

Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite +/- coqueluche (DTPolio Coq) : mise à jour nécessaire.

Vaccinations conseillées selon les conditions d’hygiène et la durée du séjour : hépatites A et B, fièvre typhoïde (consultez votre médecin conseil).

VIH - Sida

Il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples d’hygiène
  • Il est déconseillé de boire l’eau du robinet.
  • Préférer l’eau en bouteilles capsulées.
  • Eviter de consommer des aliments insuffisamment cuits.
Autres conseils
  • Eviter les baignades dans les rivières, les lacs (risques d’infections parasitaires).
  • Veiller à respecter les impératifs de sécurité routière (port de la ceinture de sécurité en automobile ou du casque en moto).
  • Emporter dans vos bagages les médicaments dont vous pourriez avoir besoin.
Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Institut Pasteur
Institut de veille sanitaire
Organisation Mondiale de la Santé

Infos utiles

Législation locale

L’entrée dans les bars et les débits de boissons alcoolisées est interdite aux mineurs. La vente d’alcool aux mineurs est prohibée.

Avertissement concernant la marijuana

La loi sur le contrôle et la régulation par l’Etat de l’importation, de l’exportation, de la culture, de la récolte, de la production, de l’acquisition, de l’entreposage, de la commercialisation, de la distribution et de la consommation du cannabis et ses dérivés a été adoptée par le Parlement uruguayen le 11 décembre 2013.

Les articles qui composent le décret d’application de la loi encadrent toutes les activités liées à la régularisation du cannabis à usage récréatif.

En ce qui concerne la consommation, les décrets d’application de la loi précisent que les consommateurs devront s’enregistrer auprès d’un bureau de poste avec une pièce d’identité, un justificatif de domicile - ce qui exclut les touristes - et laisser une empreinte digitale destinée à les centraliser auprès de l’Institut de Régulation et de Contrôle du Cannabis (IRCCA). Lors de l’achat de marijuana en pharmacie, le consommateur devra apposer son empreinte sur un appareil réservé à cet usage.

Des peines de prison allant de 2 à 10 ans pourront être infligées aux personnes qui continueront à s’adresser aux circuits illégaux.

Divers

Il est formellement interdit d’importer des produits d’origine animale ou végétale tels que fromages, charcuteries, fruits ou légumes. Les contrôles sanitaires exercés à l’entrée du pays par les services du ministère de l’agriculture sont très stricts.

Climat assez doux et relativement humide avec des brusques changements de température et de la pression de l’air. Fatiguant et éprouvant, ce climat est déconseillé aux asthmatiques. Vents violents au printemps et en automne.

Plages : courants atlantiques dangereux, peu de plages surveillées.

Infrastructure routière

Le réseau routier est en relativement bon état, surtout dans le sud du pays. Il existe de nombreuses pistes non asphaltées, dans le nord et le centre. L’axe Montevideo-Punta Del Este sur la route du littoral est bien équipé en stations-services. A l’intérieur du pays, il vaut mieux s’approvisionner dans les stations aux abords des agglomérations.

Sur la route, il convient de faire preuve de la plus grande prudence. Les automobilistes respectent peu, en général, le code de la route (traversées de voie rapide et déboîtements intempestifs). La vigilance et l’anticipation doivent donc être de tous les instants. L’Uruguay est le 26ème pays dans le monde pour le nombre d’accidents routiers.

Le taux d’alcoolémie autorisé est de 0g depuis 2015. En cas de dépassement, les amendes peuvent être très lourdes (de l’ordre de 300 euros).

Les feux de croisement (« codes ») sont obligatoires de jour en ville et hors-agglomération.

La location d’un véhicule de tourisme ne requiert pas de formalités particulières. Bien que le permis de conduire français soit généralement accepté lors d’un court séjour, il est néanmoins recommandé de détenir un permis de conduire international avant de se rendre en Uruguay.

De nombreuses compagnies de bus privées organisent des liaisons régulières avec les villes de l’intérieur au départ de la gare routière de Montevideo dans de bonnes conditions de transport.

Transport maritime

Plusieurs compagnies assurent dans de bonnes conditions de transport des liaisons régulières entre l’Uruguay et Buenos Aires, la capitale de l’Etat argentin. Les villes desservies sont : Nueva Palmira, Carmelo, Colonia del Sacramento et Montevideo.

De nombreux bateaux de croisière font désormais escale dans les ports de Montevideo et de Punta del Este (notamment à destination de l’Antarctique).

Voyages d’affaires

Visa d’affaires

Les titulaires de passeport français ne sont pas soumis à visa en Uruguay (https://migracion.minterior.gub.uy/index.php?option=com_content&view=article&id=1280).

Le seul document demandé à l’entrée est un passeport en cours de validité. Sans visa, mais muni d’un tampon d’entrée en Uruguay, les Français peuvent rester 90 jours sur le territoire uruguayen, à l’issue desquels ils peuvent demander auprès des autorités locales le renouvellement de ce statut, jusqu’à 3 fois et contre paiement (http://www.turismo.gub.uy/index.php/requisitos-de-ingreso-y-tramites).

Données économiques

Avec une population de 3 millions d’habitants, le pays dispose en 2014 d’un PIB par habitant de 16811 dollars et d’un PIB de 57 milliards de dollars. Le PIB du pays a crû de 4,9% par an entre 2009 et 2014.

L’Uruguay est le 97 ème client de la France et son 49 ème excédent. La France a exporté vers l’Uruguay 184 millions d’euros de biens en 2014. Les exportations ont augmenté de 16% par an entre 2009 et 2014. Le solde commercial de la France avec le pays s’établit à 121 millions d’euros.

L’Uruguay présente trois secteurs porteurs : les villes (mobilité urbaine, gestion des déchets, énergies renouvelables, …), le secteur numérique (e-gouvernment, sécurité, e-éducation), l’agroalimentaire dans lesquels des technologies nouvelles peuvent être proposées. Au vu de la démographie vieillissante du pays, le secteur de la santé devrait être porteur d’opportunités (médical / paramédical / services à la personne). Le secteur du bois est en expansion en Uruguay et donne lieu au développement d’une filière dynamique (production de pâte à papier par exemple).

La Direction des entreprises et de l’économie internationale du ministère des Affaires étrangères et du Développement international vous propose de consulter la fiche repères économiques Uruguay.

Autre information pertinente :

Le lien suivant rassemble des informations variées (politiques, économiques et pratiques) destinées aux étrangers : http://extranjeros.gub.uy/.

Contacts utiles

  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, le soutien public au développement international des entreprises.

L’Uruguay relève du Service Économique de l’Argentine :

Service économique de Buenos Aires
Av. del Libertador 498 - Piso 17 C1001 ABR Buenos Aires, Argentine
Tél. : +54 11 4394 3040
Email : buenosaires@dgtresor.gouv.fr
Site internet : www.tresor.economie.gouv.fr/se/argentine

  • CCEF

Les conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Annuaire pour l’Uruguay.

  • FMI

Sites internet :

Bureau du représentant résident du FMI en Uruguay.

L’Uruguay et le FMI.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016