Accès rapide :

Ukraine

Ukraine

Certification ISO
Dernière mise à jour le: 7 juillet 2014 - Information toujours valide le: 25 juillet 2014

Dernière minute

Dans le contexte qui prévaut actuellement en Ukraine, la plus grande prudence est recommandée. En cas d’incident, il est possible de contacter le n° d’urgence de l’ambassade : 044.590.36.12 depuis l’Ukraine, +380 44.590.36.12 depuis la France.

Situation en province

Après plusieurs semaines de manifestations pro-russes sporadiques dans les capitales des régions orientales d’Ukraine, des incidents ont éclaté le 6 avril 2014 à Donetsk, Kharkiv et Louhansk. Les édifices publics ont été attaqués par des manifestants séparatistes, souvent armés, qui en occupent parfois les locaux.

Une opération dite « anti-terroriste » de reprise de contrôle est en cours dans l’Est de l’Ukraine depuis le 7 avril 2014, opposant militaires, forces de l’ordre et paramilitaires pro-unité aux séparatistes. Elle a été suspendue du 20 au 30 juin 2014 par décision du Président ukrainien.

Après 10 jours de cessez le feu, les opérations engagées par les forces ukrainiennes dans le cadre de l’opération « anti-terroriste » dans les régions de Donetsk et Louhansk ont repris dans la nuit du 30 juin.

Après la libération des principaux bastions séparatistes dans la journée du 5 juillet, le Conseil de sécurité national et de défense a annoncé un « plan présidentiel » pour reprendre le contrôle de Donetsk et de Louhansk.

A Slaviansk, la milice (police ukrainienne) assure à nouveau le maintien de l’ordre depuis dimanche 6 juillet. A ce stade, la garde nationale estime que la situation sécuritaire à Slaviansk n’est pas propice à un retour immédiat des habitants ayant quitté la ville.

On observerait un repli des combattants de Donetsk vers la région de Louhansk.

Le bilan humain des affrontements se chiffre désormais en centaines de morts. La situation humanitaire est en voie d’aggravation. On assiste par ailleurs à la montée constante des actes de banditisme et de l’insécurité dans les villes tenues par les séparatistes, ainsi que sur les routes. Les communications aériennes et terrestres vers ces deux régions sont fortement perturbées. Les principaux aéroports sont fermés. Les liaisons ferroviaires continuent de fonctionner.

Il est instamment recommandé de renoncer à tout déplacement dans les régions de Donetsk et de Louhansk. Aux Français qui s’y trouveraient, il est recommandé d’éviter les zones de combats et la zone frontalière avec la Russie, d’éviter les attroupements, de réduire leurs déplacements au minimum et de se signaler auprès de l’Ambassade.

Situation en Crimée

Il est recommandé aux Français qui envisageraient de se rendre en Crimée de renoncer provisoirement à tout déplacement ne présentant pas de caractère impératif.

En raison de la situation nouvelle existant de facto en Crimée, les ressortissants étrangers qui souhaitent se rendre dans la péninsule doivent désormais solliciter un visa russe, auprès des représentations diplomatiques ou consulaires de la Fédération de Russie.

Les ressortissants étrangers qui seraient rentrés en Crimée sans visa, selon la réglementation ukrainienne, et qui doivent aujourd’hui la quitter, doivent régulariser leur situation via la représentation du ministère des affaires étrangères russe à Simféropol (rue Odesskaya, 3a - tél. +380 652.24.82.17 / +380 652.24.82.19 / +380 50.324.32.60).

La suspension des liaisons aériennes entre l’Ukraine et la Crimée est toujours effective jusqu’à nouvel ordre.

Situation à Kiev

Dans la nuit du 6 au 7 juillet, des personnes logeant dans les tentes sur la place Maïdan ont été attaquées et blessées par une quarantaine d’individus armés et masqués. En l’absence d’éléments plus précis sur les circonstances de cet incident, il est recommandé d’être extrêmement vigilant dans les déplacements en ville.

Il convient de se tenir informé et d’éviter les attroupements éventuels.

Sécurité

Dans le contexte qui prévaut actuellement en Ukraine, la plus grande prudence est recommandée. En cas d’incident, il est possible de contacter le n° d’urgence de l’ambassade : 044.590.36.12 depuis l’Ukraine, + 380 44.590.36.12 depuis la France.

Situation en province

Après plusieurs semaines de manifestations pro-russes sporadiques dans les capitales des régions orientales d’Ukraine, des incidents ont éclaté le 6 avril 2014 à Donetsk, Kharkiv et Louhansk. Les édifices publics ont été attaqués par des manifestants séparatistes, souvent armés, qui en occupent parfois les locaux.

Une opération dite « anti-terroriste » de reprise de contrôle est en cours dans l’Est de l’Ukraine depuis le 7 avril 2014, opposant militaires, forces de l’ordre et paramilitaires pro-unité aux séparatistes. Elle a été suspendue du 20 au 30 juin 2014 par décision du Président ukrainien.

Après 10 jours de cessez le feu, les opérations engagées par les forces ukrainiennes dans le cadre de l’opération « anti-terroriste » dans les régions de Donetsk et Louhansk ont repris dans la nuit du 30 juin.

Après la libération des principaux bastions séparatistes dans la journée du 5 juillet, le Conseil de sécurité national et de défense a annoncé un « plan présidentiel » pour reprendre le contrôle de Donetsk et de Louhansk.

A Slaviansk, la milice (police ukrainienne) assure à nouveau le maintien de l’ordre depuis dimanche 6 juillet. A ce stade, la garde nationale estime que la situation sécuritaire à Slaviansk n’est pas propice à un retour immédiat des habitants ayant quitté la ville.

On observerait un repli des combattants de Donetsk vers la région de Louhansk.

Le bilan humain des affrontements se chiffre désormais en centaines de morts. La situation humanitaire est en voie d’aggravation. On assiste par ailleurs à la montée constante des actes de banditisme et de l’insécurité dans les villes tenues par les séparatistes, ainsi que sur les routes. Les communications aériennes et terrestres vers ces deux régions sont fortement perturbées. Les principaux aéroports sont fermés. Les liaisons ferroviaires continuent de fonctionner.

Il est instamment recommandé de renoncer à tout déplacement dans les régions de Donetsk et de Louhansk. Aux Français qui s’y trouveraient, il est recommandé d’éviter les zones de combats et la zone frontalière avec la Russie, d’éviter les attroupements, de réduire leurs déplacements au minimum et de se signaler auprès de l’Ambassade.

Situation en Crimée

Il est recommandé aux Français qui envisageraient de se rendre en Crimée de renoncer provisoirement à tout déplacement ne présentant pas de caractère impératif.

En raison de la situation nouvelle existant de facto en Crimée, les ressortissants étrangers qui souhaitent se rendre dans la péninsule doivent désormais solliciter un visa russe, auprès des représentations diplomatiques ou consulaires de la Fédération de Russie.

Les ressortissants étrangers qui seraient rentrés en Crimée sans visa, selon la réglementation ukrainienne, et qui doivent aujourd’hui la quitter, doivent régulariser leur situation via la représentation du ministère des affaires étrangères russe à Simféropol (rue Odesskaya, 3a - tél. +380 652.24.82.17 / +380 652.24.82.19 / +380 50.324.32.60).

La suspension des liaisons aériennes entre l’Ukraine et la Crimée est toujours effective jusqu’à nouvel ordre.

Situation à Kiev

Dans la nuit du 6 au 7 juillet, des personnes logeant dans les tentes sur la place Maïdan ont été attaquées et blessées par une quarantaine d’individus armés et masqués. En l’absence d’éléments plus précis sur les circonstances de cet incident, il est recommandé d’être extrêmement vigilant dans les déplacements en ville.

Il convient de se tenir informé et d’éviter les attroupements éventuels.

Criminalité

Les étrangers, facilement repérables, sont des cibles privilégiées des vols et escroqueries. Aussi convient-il de suivre les recommandations suivantes :

  • éviter de porter de grosses sommes d’argent dans les marchés, gares, et autres lieux publics ;
  • faire attention aux pickpockets dans les lieux publics et les transports en commun (surveiller les sacs, portefeuilles et objets de valeurs (bijoux, appareils photos, etc.) ;
  • retirer les valeurs du vêtement avant de le laisser sur le dossier d’une chaise ou de le remettre au vestiaire ;
  • être particulièrement prudent dans les trains de nuit, où des bandes de malfrats ou de personnes ivres sont susceptibles d’agir (louer de préférence un compartiment à plusieurs voyageurs);
  • être vigilant dans les hôtels et les appartements loués et veiller à verrouiller la porte pendant la nuit.
  • être vigilant dans le choix de ses fréquentations ; se méfier en particulier des formes dissimulées de prostitution qui peuvent conduire à des situations fâcheuses. Eviter les bars de rencontre (où arrivent la plupart des incidents signalés à l’ambassade).

En règle générale, il est recommandé d’éviter de se promener seul à la tombée de la nuit dans la ville, ainsi que dans les parcs ou les zones boisées (nombreux à Kiev), et sur les îles du Dniepr.

"Coup du portefeuille"
A Kiev, plusieurs bandes pratiquent dans le centre ville le "coup du portefeuille". Des individus, feignant d’avoir découvert un portefeuille sur le trottoir, repèrent un étranger à qui ils proposent d’en partager le contenu. Un comparse se présentant alors comme le propriétaire du portefeuille, accuse les uns et les autres de vol, et exige de vérifier les portefeuilles des intéressés. En quelques instants, le pickpocket subtilise l’argent et les cartes bancaires des touristes.
Utilisation des cartes de paiement

L’utilisation des cartes de paiement pose souvent des problèmes en Ukraine. Des cas d’opérations frauduleuses ainsi que de piratage sont régulièrement signalés.
Il est donc recommandé :

  • dans toute la mesure du possible, de privilégier les règlements en numéraire ;
  • de ne jamais laisser un employé s’éloigner avec une carte bancaire et de bien suivre les différentes étapes du paiement ;
  • de contrôler régulièrement les montants des retraits et paiements effectués et, le cas échéant, signaler rapidement à la banque toute anomalie.
Escroquerie sur Internet
Un grand nombre d’agences matrimoniales sont spécialisées dans les contacts entre jeunes femmes ukrainiennes et ressortissants étrangers. Certaines de ces agences, qui travaillent sur internet, proposent à leurs clients des forfaits couvrant un ensemble de services (transfert depuis l’aéroport de Kiev, achat de billets d’avion sur les lignes intérieures, réservations d’hôtel ou location d’un appartement, organisation de rencontres avec des jeunes femmes) moyennant un prépaiement par carte de crédit depuis l’étranger. Après le versement des sommes demandées, le "prestataire" disparaît.
Risques nucléaires ou industriels
Le risque nucléaire a sensiblement diminué depuis la mise à l’arrêt définitive en décembre 2000 du dernier réacteur de type Tchernobyl. Quatre centrales nucléaires sont en activité en Ukraine (à Zaporishshya, Rivne, Sud-Ukraine, Khmenystsky) équipées de réacteurs de type VVER, proches de ceux existant en France. Le risque industriel est en revanche réel à travers le pays du fait de la forte concentration d’industries lourdes dans un contexte de basses normes environnementales, de stocks de carburants, de dépôts d’armes et de munitions anciens et mal entretenus.

Précautions de base à respecter en cas d’accident nucléaire : rester chez soi ou regagner immédiatement son domicile, brancher la télévision ou la radio afin de connaître l’origine de l’accident, les informations ou les consignes diffusées par les autorités et contacter l’ambassade. Dans l’hypothèse où il s’agirait d’un accident proche du domicile, voire à Kiev, calfeutrer portes et fenêtres, obturer les aérations et ne pas sortir de chez soi tant que l’alerte n’est pas levée.

Zone dite d’exclusion :

Suite à la catastrophe de Tchernobyl, une zone dite d’exclusion de 29 km de rayon a été mise en place par les autorités ukrainiennes. Cette zone qui inclut les villes de Tchernobyl et de Pripiat, est délimitée par la frontière biélorusse et par les localités suivantes : Strakholissya, Medvin, Gubin, Dytyatky, Stari Sokoly, Novi Sokoly, Tcheremoshnya, Martynovychy, Zelena, Polyanalimitee, Polisske et Viltcha.

L’entrée et le séjour dans cette zone sont soumis à autorisation du ministère des Situations d’Urgences.

En cas d’infraction, les contrevenants sont soumis aux peines administratives et criminelles prévues par la loi ukrainienne.

Transports

Infrastructure routière

État médiocre.

Conduire prudemment, éviter de circuler la nuit en dehors des agglomérations, être vigilant sur la conduite de la population locale, souvent peu respectueuse du code de la route et des règles de circulation en général.

L’assurance du véhicule est obligatoire. Celui-ci doit être déclaré à l’arrivée en Ukraine, lors du passage en douane.

Il est rappelé aux ressortissants français circulant dans un véhicule immatriculé en France, que les infractions routières doivent obligatoirement faire l’objet d’un "protocole" (procès-verbal). Aucun paiement ne doit être effectué en numéraire au moment des faits, même si le fonctionnaire de police l’exige. Le paiement s’effectue ultérieurement, auprès d’un établissement bancaire.

Réseau ferroviaire

Des trains de nuit desservent les principales villes de province.
Deux lignes de train express (5 heures de trajet) relient Kiev à Kharkiv et Kiev à Dnipropetrovsk.

Transport aérien

La flotte aérienne intérieure est composée d’avions anciens. Pour les vols internationaux, il est conseillé de voyager sur les compagnies aériennes occidentales ou sur "Air Ukraine International" qui dispose d’appareils répondant aux normes internationales de sécurité.

Entrée / Séjour

Conditions d’entrée

Pour un séjour de moins de trois mois, aucun visa n’est exigé. Les ressortissants de l’Union Européenne peuvent entrer sur le territoire ukrainien munis du passeport en cours de validité suffisante (NB : l’entrée sur le territoire est interdite sur la simple présentation de la carte nationale d’identité).

Pour tout séjour d’une durée supérieure à 90 jours le visa est obligatoire et doit être obtenu avant le départ car il ne peut être délivré dans les aéroports ukrainiens.

Formalités d’enregistrement
Les ressortissants étrangers résidant en Ukraine de façon permanente (stages, études, engagements professionnels…) doivent impérativement se faire enregistrer auprès des services du Ministère de l’Intérieur (OVIR).

Importation de devises étrangères
Toute importation comprise entre 3000 et 15000 USD (ou équivalent) doit faire l’objet d’une déclaration. Au-delà de cette somme une autorisation est nécessaire. A la sortie du territoire, les sommes non déclarées et supérieures à 3000 USD peuvent être saisies par les douaniers.
Déclarations douanières
Sont à déclarer :
  • les bijoux dont la valeur excède 122€ ;
  • l’alcool à partir d’un litre, ou à partir de deux litres pour le vin ;
  • le tabac (cigarettes, cigares) : à partir de 200g ;
  • les armes, explosifs, objets d’art et antiquités ;
  • certains animaux, plantes, fruits, légumes ;
  • les appareils à haute fréquence.

Santé

Vaccination contre la rougeole

En raison d’une recrudescence de cas de rougeole signalés fin 2011 et début 2012 dans le pays, le service sanitaire épidémiologique d’Etat d’Ukraine conseille vivement aux personnes qui se rendront en Ukraine, notamment dans le cadre du championnat d’Europe de football Euro-2012, de se faire vacciner contre la rougeole.

Vaccinations obligatoires

Vaccinations habituelles.
Vaccins contre les hépatites conseillés ainsi que le vaccin contre la typhoïde pour les longs séjours. Il est recommandé de ne pas consommer l’eau du robinet. L’eau recueillie dans des sources présumées potables doit impérativement être bouillie.

Grippe A(H1N1)

Une vague d’épidémie de grippe A(H1N1) a touché l’Ukraine fin octobre 2009, à laquelle un peu plus d’un milliers de décès ont été attribués. Les autorités disposent de stocks de masques et d’antiviraux mais n’ont pas organisé de campagne de vaccination. L’épidémie n’a pas resurgi à l’automne-hiver 2010.

Tuberculose

Des souches résistantes se répandent à partir des zones à risque du sud (Odessa, Mikolaiv, Zapoijjia) et de l’est de l’Ukraine (Donetsk, Kharkiv, Tchernihiv). Le BCG n’est plus obligatoire en France mais il est fortement recommandé d’être à jour de cette vaccination pour se rendre en Ukraine.

VIH - Sida

L’Ukraine présente le taux de prévalence le plus élevé en Europe. 1,63% de la population adulte serait séropositive (soit 440.000 personnes en 2007 selon UNAIDS). 70% des cas recensés sont concentrés sur Kiev et dans les régions du Sud-Est. Apparue en 1987, l’épidémie s’est développée dans les années 90 dans les milieux toxicomanes. Elle progresse aujourd’hui non seulement dans les groupes à risque mais aussi dans l’ensemble de la population.

Grippe aviaire

Aucun cas de grippe aviaire chez l’homme n’a été constaté en Ukraine. Aucun nouveau foyer chez les oiseaux n’a été signalé depuis 2008. Les autorités ukrainiennes restent néanmoins vigilantes, n’excluant pas la possibilité d’un retour saisonnier de l’épizootie pendant les périodes de migration des oiseaux. Les régions exposées seraient alors celles de Kherson, Odessa, Mykolaviv, Zaporizhya et la Crimée.

Prévention des maladies transmises par les insectes

Certains virus peuvent être transmis par les piqûres de moustiques ou de tiques (maladie de Lyme). Le port de vêtements longs et l’utilisation de répulsifs (sprays ou crème) diminuent significativement ce risque.

Avant le départ, consulter le médecin traitant et contracter une assurance couvrant les frais médicaux et de rapatriement sanitaire.

Numéros utiles
  • Urgences médicales : 103
  • Eurolab (laboratoire clinique et radio-diagnostique) : 206 20 00 / 206 26 36.
  • Radio taxi : 056 ou 058.
  • Médecins et hôpitaux : coordonnées sur le site de l’ambassade de France en Ukraine.
Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Infos utiles

Gestation pour autrui
Le ministère des Affaires étrangères et du Développement international met en garde les ressortissants français contre le recours, en Ukraine, à une mère porteuse. Plus d’informations.
Stupéfiants
La simple consommation, la détention et le trafic de stupéfiants sont sévèrement réprimés (tolérance 0 g). En application des articles 305 et 309 du code pénal ukrainien, les peines encourues peuvent aller juqu’à 10 ans d’emprisonnement.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014