Accès rapide :

Infos utiles

Moyens de paiement / devise

Le taux de change dollar/ manat est fixe : 1US $ = 2,84 nouveaux manats.

Il est conseillé, avant d’entrer au Turkménistan, de se munir de dollars en espèces récents et en bon état.

Il est possible de changer de l’argent dans les points de change, les hôtels, les banques, ainsi que dans certains magasins (notamment au centre commercial « Yimpas »).

Il est très difficile de changer des euros.

Les automates internationaux de retrait sont très rares au Turkménistan. Il est uniquement possible de retirer de l’argent avec une carte internationale dans les lieux suivants (avec une commission) :

• Vnechecomombank (State Bank for Foreign Economic Affairs of Turkmenistan), 32 avenue Garashsyzlik, Achgabat. Tél. : +993 12 40 65 41 / +993 12 40 61 75. Fax : +993 12 40 65 95. (Carte Visa uniquement)

• Senagat Bank (Banque de l’Industrie), 42 avenue Turkmenbachy, Achgabat. Tél. : +993 12 45 31 30 ou +993 12 45 31 33. (Master Card uniquement)

• Hôtel Sofitel Oguzkent : 231 Bitarap Turkmenistan, Achgabat. Tél. : +993 12 44 95 00. Fax : +993 12 44 95 01 (Carte Visa uniquement, automate délivrant des manats)

Moyens de paiement : l’usage des cartes bancaires comme moyen de paiement est inexistant (en dehors des hôtels). Les paiements se font généralement en manats à l’exception des chambres d’hôtel, billets d’avion, certains restaurants qui peuvent se faire en US dollars.

Transfert d’argent : les transferts d’argent sont possibles via Western Union.

Postes et télécommunications

- Poste : Le temps d’acheminement vers l’Europe, par courrier normal, est généralement très long.

- Téléphonie : Parmi les opérateurs français, seuls Bouygues et Orange fonctionnent au Turkménistan. Le nombre d’opérateurs étrangers qui fonctionnent dans le pays est en développement.

Les communications téléphoniques peuvent se révéler difficiles (ex : coupure, échos), en particulier en dehors de la capitale, et sont sous étroite surveillance.

Pour appeler la France depuis le Turkménistan : 810 33 + numéro du correspondant sans le 0. Pour appeler le Turkménistan depuis la France : 00 (993) + code régional + numéro du correspondant. Achgabat : code : 12.

- Internet  : le réseau est peu développé. Dans la capitale, il existe quelques rares cafés internet. Pour y accéder, il faut présenter un document d’identité. Il est recommandé d’acheter une clé 3G ou 4G auprès de l’un des deux opérateurs, TM Cell et MTS, afin de disposer d’un accès internet. Le réseau est lent et certains sites sont inaccessibles. Certains hôtels proposent des accès Wifi. La salle informatique de l’Institut Français du Turkménistan est équipée d’ordinateurs avec accès internet.

Us et coutumes

Religions et société : Le Turkménistan est un Etat laïc où l’Islam sunnite, l’Eglise orthodoxe et l’Eglise catholique sont légalement enregistrés. La société turkmène est traditionnelle mais tolérante. Le voile n’est pas imposé aux femmes qui portent souvent la robe turkmène traditionnelle, les cheveux protégés par un vaste foulard coloré. Les Turkmènes d’origine russe sont vêtues à l’occidentale.

Législation locale

- L’homosexualité, socialement mal perçue, est interdite et punissable par la loi.

- Le prosélytisme religieux est interdit.

- Rassemblements  : les manifestations et les rassemblements en grand nombre dans les lieux publics sont déconseillés.

- Alcool : la vente d’alcool est autorisée. L’alcool au volant est interdit (tolérance 0) ; les tests d’alcoolémie sont fréquents et peuvent entraîner une arrestation s’ils s’avèrent positifs.

- Tabac : il est formellement interdit de fumer dans les lieux publics, y compris à la sortie de l’aéroport, ainsi que dans les rues, les jardins et les parcs.

- Drogue : les infractions à la loi sur les stupéfiants, y compris la détention de minimes quantités de drogue, quelle qu’elle soit, sont passibles de lourdes peines de détention (jusqu’à 20 ans).

Législation douanière

- Importations de biens :

Il y a interdiction absolue d’importer des armes, des munitions, des narcotiques, des médicaments psychotropes, des productions pornographiques et tout document susceptible de « porter préjudice aux intérêts politiques et économiques du Turkménistan, à sa sécurité et à la protection de la santé et de la moralité publique ».

Toute importation de littérature de nature religieuse est soumise à une autorisation préalable du conseil des affaires religieuses.

- Exportation de biens :

Il est interdit exporter des pierres précieuses sans autorisation préalable, des chevaux de race, des chiens de berger d’Asie Centrale, des objets anciens d’orfèvrerie et d’artisanat. Contrôle exercé sur le commerce du caviar.

L’exportation de tapis est très contrôlée. Les tapis anciens (plus de 50 ans) sont interdits à l’exportation. Les tapis plus récents peuvent être exportés sur présentation aux services douaniers, au moment de quitter le territoire, d’une autorisation délivrée par le Musée des Tapis d’Achgabat, après expertise. L’expertise peut prendre plusieurs jours. Dans les magasins d’Etat, les biens ont déjà été expertisés. Certains magasins de la capitale sont aussi autorisés à délivrer directement l’autorisation d’exportation.

L’exportation d’œuvres d’art fait aussi l’objet d’une autorisation et du paiement d’une taxe.

Photographies

Photographier les bâtiments officiels (ex. théâtres, statues, etc.) est autorisé.

En revanche, il est interdit de photographier des bâtiments considérés comme stratégiques, ainsi que les gardes assignés à leur protection (ex : aéroport, installations militaires ou de police, résidence du président, etc.).

Avant toute prise de vue, il est préférable, par courtoisie, de s’assurer qu’il n’y a pas de restriction particulière, en s’adressant aux policiers et gardes présents dans les rues et près des bâtiments officiels.

Infrastructures routières

Réglementation

- Il est conseillé de se faire établir, avant de venir au Turkménistan, un permis de conduire international auprès de sa préfecture. La section consulaire de l’ambassade de France ne peut pas délivrer de permis international.

- Assurance : l’assurance au tiers est obligatoire. En cas d’accident mineur n’impliquant que des dégâts matériels légers, l’arrangement à l’amiable est souvent préféré par les Turkmènes. En cas d’accident faisant des blessés graves ou entraînant la mort, les assurances ne couvrent que peu ou pas du tout le dommage. En dépit de ce contexte, les ressortissants étrangers, propriétaires d’une voiture, sont invités à s’assurer.

- La limitation de vitesse en ville est de 60 km/h et de 110 km/h sur voie rapide. A proximité des postes de contrôle de police (PYG), la vitesse est réduite à 30 km/h. Les contrôles radar sont fréquents.

- La conduite avec un taux d’alcoolémie supérieur à 0 g par litre de sang est passible d’amende.

- Un véhicule « sale », l’absence de trousse de pharmacie ou d’extincteur peuvent faire l’objet d’amendes.

- Il existe des risques d’extorsion d’argent de la part de la police de la route à l’occasion de contrôles routiers.

Circulation

- Les rues des villes sont officiellement indiquées par des numéros. Cependant, peu de Turkmènes connaissent les numéros des rues. Il est recommandé de donner l’ancien nom (de la période soviétique) de la rue recherchée lorsque l’on demande son chemin. Les panneaux indicateurs sont uniquement en turkmène (alphabet latin). En dehors des agglomérations, les cartes routières et les plans sont peu fiables.

- Les taxis officiels sont reconnaissables à leur couleur jaune. Ils ont des compteurs mais fixent généralement un prix pour la course (entre 5 et 10 manats en général, ou plus à la sortie de l’aéroport). Il est également possible d’emprunter « des taxis non officiels » (voitures ordinaires), très bon marché. Cette pratique est tolérée par les autorités en ville comme en province. Le prix de la course est à négocier avec le chauffeur.

- La location de véhicule est possible uniquement avec un chauffeur.

- Risques d’accidents : en dehors de la capitale, le défaut d’entretien des routes et le comportement imprévisible de nombreux automobilistes rendent la circulation difficile et dangereuse. Il est recommandé d’adopter une conduite prudente et de ne pas circuler de nuit en dehors des villes (obstacles divers non éclairés : piétons, bétail, véhicules arrêtés tous feux éteints, travaux non signalés). Il convient de rester vigilant dans la capitale, où le trafic est en plein essor.

- L’approvisionnement en carburant est satisfaisant et peu coûteux. Le carburant en province et en dehors des villes peut être de piètre qualité.

Numéros utiles de la police routière (langue de communication : russe et turkmène) :

- Direction Générale de la Police routière au Ministère de l’Intérieur à Achgabat : +993 12 34 08 05

- Direction de la P.R. de la région de « Balkan » : +993 2 22 488 85

- Direction de la P.R. de la région de « Mary » : +993 5 22 474 15

- Direction de la P.R. de la région de « Lébap » : +993 4 22 622 22

- Direction de la P.R. de la région de « Dachogouz » : +993 3 22 589 38

Réseau ferroviaire

Les trains sont lents et circulent généralement la nuit. Ils ne sont pas toujours très confortables et sûrs, mais les tarifs sont peu élevés.

Transport aérien

Les lignes domestiques de Turkmenhowayollary (Turkmenistan Airlines) relient Ashgabat à Mary, Turkmenbachy, Turkmenabat et Dashogouz, pour des prix très raisonnables (il existe un tarif pour les locaux, en devises locales, et un tarif pour les étrangers, en US dollars).

La compagnie nationale possède des Boeing 737 et 757 et bénéficie d’une maintenance à l’étranger. Elle dispose d’un site internet mais la réservation en ligne n’est pas possible. Elle n’émet pas de billets électroniques. Il est recommandé de confirmer sa réservation.

Transport maritime

Il est possible de se rendre à Bakou par voie maritime. La traversée de la Caspienne dure entre 13 et 18h. Les navires sont anciens et peu entretenus, ce qui engendre régulièrement des difficultés de transit pouvant entraîner d’importants retards à l’appareillage.

C’est pourquoi, afin d’éviter tout problème de validité de visa, il est recommandé de disposer d’un visa valide quelques jours supplémentaires pour les deux pays (Azerbaïdjan et Turkménistan).


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016