Accès rapide :

Tunisie

Tunisie

Certification ISO
Dernière mise à jour le: 17 septembre 2014 - Information toujours valide le: 18 septembre 2014

Dernière minute

L’évolution positive de la transition démocratique et de stabilisation de la situation politique et sécuritaire en Tunisie, crée un contexte favorable aux projets de déplacements touristiques ou professionnels dans le pays.

Les résidents et les voyageurs français sont toutefois invités à consulter régulièrement le site de l’Ambassade et du Consulat Général de France en Tunisie, notamment en raison d’opérations de sécurité toujours en cours dans les zones frontalières, qui sont à éviter.

Taxe de sortie

A partir du 1er octobre 2014, les étrangers non-résidents en Tunisie (touristes en particulier) devront s’acquitter d’une nouvelle taxe de 30 dinars (environ 13,10 Euros) lors de leur sortie du territoire tunisien.

Sécurité

• La situation politique et sécuritaire permet l’organisation de voyages professionnels et touristiques en Tunisie.

• Compte tenu du risque terroriste régional lié aux menaces renouvelées d’Al-Qaida contre les intérêts étrangers, notamment français, en Afrique du Nord, les ressortissants français résidant ou désirant se rendre en Tunisie sont appelés à faire preuve de vigilance renforcée et à se conformer aux consignes de sécurité figurant sur ce site.

• Il est conseillé de rester à l’écart des rassemblements et mouvements de foule et de se tenir éloigné des bâtiments sensibles et des axes de manifestations éventuelles. Les déplacements de nuit hors des grands axes routiers sont à éviter. Il convient d’une manière générale de préparer soigneusement son itinéraire et de faire preuve de prudence.

• Les déplacements sont formellement déconseillés dans le grand Sud tunisien, notamment à proximité des frontières avec la Libye et avec l’Algérie ainsi que dans la zone frontalière tuniso-algérienne du Centre Ouest (voir zones rouges sur la carte infra). S’agissant de la région saharienne, correspondant à une zone militaire instaurée au mois d’août 2013 par les autorités tunisiennes, les déplacements sont, en tout état de cause, soumis à une autorisation préalable.

• Les mouvements sociaux, qui sont souvent spontanés, peuvent provoquer des difficultés de circulation automobile à travers le pays ou en zone urbaine. Il vaut mieux privilégier les déplacements par voie aérienne pour rejoindre les zones touristiques du Sud-Ouest. En fonction des événements, des mesures de sécurité renforcées, y compris des interdictions de circuler ou des couvre-feux sont parfois mis en place, interdisant l’accès à certaines zones. Il est important de se conformer strictement aux injonctions des forces de l’ordre sur l’ensemble du territoire.

Conseils aux Français séjournant en Tunisie
  • Ayez toujours vos papiers d’identité sur vous.
  • Suivez les consignes de sécurité données par les forces de l’ordre.
  • Évitez formellement les attroupements, en toute circonstance.
  • En cas de détonation : n’approchez jamais des fenêtres.
  • Adoptez une attitude de réserve et de discrétion en matière vestimentaire et de comportement.
  • Eviter de se promener à pied avec des bijoux ou un sac le soir dans les centres-villes ou les quartiers périphériques des agglomérations, les signes extérieurs de richesse entraînant, ici comme ailleurs dans les mêmes contextes, des risques de vols à la tire. Prendre de préférence des taxis qui sont, en Tunisie, plutôt sûrs.
  • Il est déconseillé de se promener, a fortiori la nuit, dans des lieux désertés par le public (plage, parcs publics notamment) ou ceux dont la mauvaise fréquentation est notoirement connue localement.

Si vous devez circuler dans le pays :

  • Informez-vous autant que possible sur l’état du parcours que vous comptez emprunter.
  • En cas de contrôle et s’il vous est demandé de faire demi-tour, obtempérez.
  • Signalez votre déplacement à vos amis et contacts.
  • Évitez les sorties dans les zones isolées, surtout de nuit. Les déplacements dans les zones frontalières et désertiques sont formellement déconseillés.
Avertissement concernant la drogue
  • L’usage et la détention de stupéfiants, même pour une consommation personnelle, sont très sévèrement réprimés : quelques grammes de substance illicite entraînent une condamnation à un an de prison ferme au minimum.

Transports

Infrastructure routière
  • Autobus: la société nationale de transports SNTRI et la compagnie Trans-Tour disposent de bus desservant les localités les plus reculées de la Tunisie. Les horaires des bus reliant Tunis aux grandes villes figurent tous les jours dans Le Temps et La Presse, les deux quotidiens de langue française.

SNTRI: +216 71.562.299 / 532 / 663

  • Location : taxi collectif d’une capacité de 5 ou 6 personnes avec bagages, le louage ne part que lorsqu’il est plein. Dans chaque ville, il existe une station de location. Les voitures à bandes bleues desservent les localités proches, celles à bandes rouges les longues distances.
  • Voitures personnelles : la Tunisie compte 12.000 km de routes et 5.000 km de pistes. Le réseau routier est de bonne qualité. Toutefois, la circulation y reste assez dangereuse en raison des nombreuses infractions au code de la route et du comportement imprudent des piétons. La conduite demande une grande vigilance, surtout la nuit. Il n’y a aucun problème d’approvisionnement en carburants, mais le sans-plomb et le gasoil 50 (gasoil dessouffré pour les moteurs diesels à injection directe) sont surtout disponibles dans les agglomérations.

La vitesse est limitée à 110 km/h sur l’autoroute (Tunis, Sfax) et sur le reste du réseau à 90 km/h, sauf à Djerba où elle est limitée à 70 km/h. En cas d’accident, le délit de fuite est réprimé, il faut établir un constat d’accident à l’amiable. En cas d’accident mortel, le conducteur est placé en garde à vue. S’il est inculpé d’homicide involontaire, il est incarcéré dans l’attente du jugement. Dans certaines régions de Tunisie, notamment en milieu rural, il est conseillé de se placer dès que possible sous la protection de la police en cas d’accident grave de la circulation avec des tiers.

Lors de l’entrée sur le territoire tunisien, un permis de circulation d’une durée de trois mois est délivré. Passé ce délai, il faut régulariser le véhicule aux douanes tunisiennes.

Les résidents doivent souscrire une assurance localement. Les touristes sont assurés pour trois mois si leur assurance couvre la Tunisie (voir sur la carte verte). Ils n’ont pas le droit de vendre leur véhicule sur place et le permis de circulation leur sera réclamé au retour.

  • La circulation routière de nuit est formellement déconseillée.
Réseau ferroviaire

Le réseau est d’environ 2.000 km et couvre la quasi-totalité du territoire, reliant la plupart des grandes villes du nord, Tunis, Bizerte, Beja et de la côte est : Sfax, Gabès. Les trains sont assez lents, mais économiques et ponctuels. On peut se procurer différentes cartes de réduction allant de 25 à 50 pour cent : la carte jeune, la carte bleue et la carte rail musée.

Gare SNCFT, place de Barcelone, Tunis, tél : +216.71.354.511 ou +216.71.254.440.

Entrée / Séjour

Visa

Ressortissants uniquement français : Le visa n’est pas nécessaire pour un séjour d’une durée inférieure ou égale à trois mois, mais un passeport en cours de validité est obligatoire. La carte nationale d’identité valide,  accompagnée du carnet de voyage délivré par l’agence, est tolérée pour les voyages en groupe. Au-delà de trois mois, un visa et une carte de séjour doivent être obtenus auprès du ministère de l’Intérieur. En cas de séjour irrégulier, la sortie du territoire doit être autorisée par la Direction des frontières et des étrangers.

Les ressortissants français possédant également la nationalité tunisienne (double-nationaux franco-tunisiens) doivent impérativement présenter :

  • un passeport tunisien en cours de validité à l’entrée comme à la sortie de Tunisie (il est rappelé que l’âge de la majorité légale en Tunisie est fixé à 18 ans) ;
  • un document français en cours de validité (passeport ou carte nationale d’identité) lors des formalités de police à l’entrée comme à la sortie de France ;
  • un document français en cours de validité (passeport ou carte nationale d’identité) lors des formalités de police au départ de Tunisie à destination de la France.

Outre leur passeport tunisien, il est fortement recommandé aux mères se déplaçant en Tunisie accompagnées d’enfants mineurs franco-tunisiens dont le père possède la nationalité tunisienne, de se munir préalablement à leur départ de France d’une autorisation de sortie du territoire national tunisien établie par le père devant l’autorité consulaire tunisienne en France. Cette autorisation ainsi que le passeport tunisien sont exigés par la police tunisienne lors des formalités de sortie du territoire tunisien pour assurer le retour en France de l’enfant. Cette règle doit être strictement observée, notamment en cas de conflit parental. Le recours à la voie judiciaire locale reste difficile.

NB : Les cartes nationales d’identité délivrées entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2013 seront encore valables 5 ans après la date de fin de validité indiquée au verso, mais aucune modification matérielle de la carte plastifiée n’en attestera. En conséquence, de façon à éviter tout désagrément pendant votre voyage, il vous est fortement recommandé de privilégier l’utilisation d’un passeport valide plutôt qu’une CNI portant une date de fin de validité dépassée, même si elle est considérée par les autorités françaises comme étant toujours en cours de validité. Si vous voyagez uniquement avec votre carte nationale d’identité, vous pouvez télécharger et imprimer une notice multilingue expliquant ces nouvelles règles  à l’adresse suivante : http://media.interieur.gouv.fr/inte…

Taxe de sortie

A partir du 1er octobre 2014, les étrangers non-résidents en Tunisie (touristes en particulier) devront s’acquitter d’une nouvelle taxe de 30 dinars (environ 13,10 Euros) lors de leur sortie du territoire tunisien.

Santé

Avant le départ, consulter son médecin traitant et contracter une assurance de rapatriement sanitaire.

VIH-Sida

Aucune attestation de séropositivité ne conditionne l’accès au pays. Toutefois, les établissements hospitaliers amenés à soigner des porteurs étrangers du VIH-Sida. sont tenus de les signaler aux services de la santé et de la police.

Vaccinations
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est recommandée.
  • Autres vaccinations conseillées (selon les conditions d’hygiène et la durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.
  • Pour des séjours de longue durée, la vaccination contre la rage peut être recommandée.
Fièvre Aphteuse (FA)

Cette maladie d’origine virale, connue sous le nom de " fièvre aphteuse ", est l’une des maladies animales les plus contagieuses. De ce fait, elle peut entraîner des pertes économiques importantes pour les éleveurs. La fièvre aphteuse est cependant sans danger pour l’homme.

L’Union européenne est indemne de fièvre aphteuse depuis 2007 mais de nombreux pays sont touchés dans diverses parties du monde notamment en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient. Parmi les pays proches géographiquement de l’Europe et qui sont actuellement touchés, il y a notamment l’Égypte, la Libye, et depuis peu la Tunisie et l’Algérie.

Face à ce constat, le site internet du Ministère en charge de l’agriculture a mis en ligne des recommandations qui doivent être suivies par toute personne à destination ou de retour de ces différents pays :

Pour de plus amples renseignements, vous pouvez consulter les sites suivants :

Infos utiles

Us et coutumes

Il convient de respecter les us et coutumes liés à l’islam et d’adopter en toute circonstance une attitude et une tenue vestimentaire correctes. Une décence particulière doit être observée pendant la période du ramadan. Le mono-kini est proscrit surtout sur les plages publiques.

Législation locale
  • Avertissement : le vagabondage est interdit et réprimé. Il est recommandé aux Français de passage de prévoir un hébergement, le camping "sauvage" étant passible de poursuites et d’expulsion.
  • La consommation d’alcool est autorisée. Son abus est réprimé dès lors qu’il trouble l’ordre public et en cas de conduite en état d’ivresse.
  • La législation tunisienne prévoit de lourdes sanctions à l’encontre des auteurs de viols, d’attentats à la pudeur, d’actes de débauche et de dépravation. Les peines sont aggravées si la victime est mineure. Les actes de pédophilie qui ne sont pas mentionnés distinctement dans la législation pénale tunisienne mais assimilés aux attentats à la pudeur, sont néanmoins punis. En tout état de cause, et conformément à l’article 113-6 du Code Pénal, la loi pénale française est applicable à tout crime commis par un Français hors du territoire de la République. Les ressortissants français coupables d’une infraction sexuelle commise en Tunisie peuvent aussi être poursuivis en France en application de la loi 98-468 du 17 juin 1998 pour des faits constitutifs de délits à caractère sexuel y compris si ceux-ci ne sont pas réprimés par la législation locale (articles 227-22 et suivants du Code Pénal).
  • Tout propriétaire de véhicule automobile admis en Tunisie en franchise douanière doit impérativement représenter son véhicule au service des douanes lors des formalités de sortie du territoire, sous peine d’être contraint de payer des taxes douanières très élevées et de ne pouvoir sortir du pays avant le règlement de ce contentieux.

En cas d’accident de la circulation, notamment si le véhicule est hors d’usage ou réduit à l’état d’épave, il doit être impérativement remorqué jusqu’au service des douanes compétent qui établira un procès verbal d’abandon du véhicule et annulera le cachet d’entrée du véhicule apposé sur le passeport du propriétaire. Cette formalité accomplie, celui-ci pourra alors quitter le pays.

Divers
  • Respecter les panneaux signalant les interdictions de prendre des photographies ou de filmer (dans les environs de sites militaires, d’établissements publics, etc.).
  • Les logements de location souffrant souvent d’un déficit d’entretien, il convient d’être vigilant avec les appareils de chauffage à gaz qui peuvent présenter des dysfonctionnements susceptibles de provoquer des accidents graves.
  • Les moyens de paiement en usage dans le pays sont :
  • •les espèces (toutes les devises étrangères convertibles sont acceptées dans les bureaux de change, nombreux en Tunisie).
  • •les cartes de crédit internationales (Carte Bleue Visa, American Express) sont acceptées dans la plupart des hôtels et centres touristiques. En revanche, peu de magasins et de petits restaurants les acceptent. Les stations service les refusent systématiquement.
  • •des distributeurs de billets sont disponibles dans la plupart des agglomérations (retrait de 200 DT, soit 120 euros par semaine avec la carte Visa).
  • Climat : étés chauds et humides sur la côte, plus secs à l’intérieur des terres. Hivers frais et pluvieux, notamment dans la région côtière.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014