Accès rapide :

Infos utiles

Alcool – usage de stupéfiants – autres crimes et délits

Il n’y pas de législation particulière relative à l’alcool. Il est cependant conseillé de se méfier des produits frelatés.

L’usage, la détention, le transport, la revente, le trafic et l’incitation à la vente de stupéfiants sont réprimés, y compris pour le cannabis. Une « loi sur la drogue » comparable à la législation française prévoit des peines pouvant aller jusqu’à 20 ans d’emprisonnement.

Par ailleurs, les délits tels que la grivèlerie, la filouterie d’hôtel ou les dettes de toutes sortes sont passibles d’emprisonnement.

La peine de mort est abolie pour tous les crimes.

Carte bancaire

Seule la carte bancaire "VISA" est utilisable pour les retraits d’argent ou pour les paiements, à l’exclusion de toutes autres cartes (Mastercard, American Express, etc…).

Climat

Au nord, climat tropical avec alternance d’une saison sèche et d’une saison des pluies (mai à octobre).

Au centre, climat plus sec.

Au sud, climat subéquatorial avec deux saisons de pluies (mars/juillet et septembre/octobre).

Infrastructure routière

L’état général des routes est très variable (mais plutôt médiocre). Sur l’axe Lomé-Dapaong, certains endroits sont très dégradés à l’instar de quelques axes transversaux de l’intérieur.

Le permis de conduire français ou international est accepté pour un séjour n’excédant pas 3 mois. Au-delà, il convient de solliciter la délivrance du permis de conduire togolais (coût : 15000 FCFA).

Il est vivement conseillé de refuser de l’essence proposée en dehors d’une station service ; elle est illégale et présente des risques pour le moteur des véhicules.

Contrôles – Accidents

Il faut respecter les contrôles des forces de l’ordre (en ville ou lors de barrages routiers) et avoir toujours sur soi un titre de séjour en règle et les documents relatifs au véhicule.

En cas d’accident de la circulation, il est conseillé de rejoindre le commissariat ou le poste de gendarmerie le plus proche et d’informer les services de l’ambassade en cas de difficultés particulières.

En l’absence de services de secours d’urgence, il est également conseillé de diriger soi-même la ou les victimes vers un établissement de soins.

Navigation

Cf. onglet « Sécurité », partie « Piraterie maritime ».


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016