Accès rapide :

Dernière mise à jour le : 16 mars 2016 - Information toujours valide le : 30 juin 2016

Dernière minute

Maladie à virus Zika

La Thaïlande est touchée par le virus Zika. Ce virus est transmis par les piqûres de moustiques de type Aedes. Des cas de transmission du virus par voie sexuelle ont également été rapportés.

Les symptômes de la maladie sont généralement modérés. Toutefois, la survenue de complications graves telles que des cas de microcéphalies chez des nouveau-nés de femmes enceintes infectées par le virus et de syndromes de Guillain Barré semble possible.

Pour les femmes enceintes qui envisagent un voyage dans une zone d’épidémie de Zika, il est recommandé d’envisager un report du voyage, quel que soit le terme de la grossesse. Si le voyage ne peut pas être différé, il est recommandé de respecter les mesures de protection contre les piqûres de moustique et d’éviter tout rapport sexuel non protégé pendant le voyage.

Pour les femmes ayant un projet de grossesse ou en âge de procréer, qui envisagent un voyage dans une zone d’épidémie de Zika, il est recommandé d’envisager de reporter le projet de grossesse au retour de voyage ou de reporter le voyage.

Pour plus d’informations : consulter la rubrique Santé.

Sécurité

Déplacements en Thaïlande

Si la majeure partie du territoire thaïlandais est accessible aux touristes, certaines régions sont formellement déconseillées ou nécessitent une vigilance particulière :

Extrême Sud

Les violences se poursuivent dans les provinces de l’extrême Sud du pays, où ont lieu des attentats et incidents quotidiens. Les voyages sont formellement déconseillés dans ces régions où l’état d’urgence a été décrété : provinces de Narathiwat, Pattani, Yala et Songkhla (cf. carte infra).

Nord-Ouest et frontière avec la Birmanie

Une certaine prudence est nécessaire dans les zones frontalières de la Birmanie en raison des risques de brigandage transfrontalier, ainsi que de l’existence de nombreux trafics (drogues surtout).
Le risque existe aussi d’opérations militaires le long de la frontière, liées à la situation politique intérieure en Birmanie, où plusieurs armées ethniques (Karen, Shan, etc…) sont en conflit déclaré ou larvé, selon les moments, avec les forces gouvernementales.
Le franchissement de la frontière hors des points de passage autorisés est illégal et peut entraîner de graves conséquences (disparition de plusieurs de nos ressortissants).

Bangkok et autres régions

D’une manière générale, il est recommandé de se tenir à l’écart des manifestations ou rassemblements politiques.

Arrivée dans les aéroports

L’attention des visiteurs est appelée sur l’application très stricte de la réglementation en matière d’importation de tabac en Thaïlande (pas plus de 200 cigarettes - soit une cartouche au maximum - autorisées et détenues sur soi à l’arrivée par personne). Les personnes contrevenant à cette réglementation s’exposent à des amendes de plusieurs milliers d’euros.

Pour se rendre en ville, il est recommandé de ne recourir qu’aux services suivants : les taxis "agréés", la navette ferroviaire, les services de transport en commun publics et le service de limousines.

Délinquance

Les statistiques de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime ne classent pas la Thaïlande parmi les pays à taux de délinquance élevé. Les principaux cas touchant nos compatriotes concernent les vols (avec ou sans violence), les cambriolages (en particulier dans les hôtels bon marché), les agressions nocturnes et quelques atteintes graves aux personnes. Il est donc recommandé de faire preuve de prudence.

Il est aussi conseillé de porter une attention toute particulière aux boissons et aux mets servis dans certains quartiers (en particulier dans les hôtels bon marchés), qui peuvent contenir des somnifères.

Les tentatives d’escroqueries les plus courantes portent sur :

- la vente de pierres précieuses ou semi-précieuses à des prix excessifs : certains guides, des personnes francophones, voire françaises, proposent de réaliser de "bonnes affaires" en achetant des bijoux. Ceux-ci sont authentiques mais vendus à des prix deux à trois fois supérieurs à ceux du marché. Cette escroquerie ne peut pas donner lieu à des poursuites dans la mesure où le prix de vente est considéré par la loi thaïlandaise comme librement accepté par l’acheteur ;

- la location de jet-skis et scooters : des sommes importantes peuvent être réclamées par le loueur, même en cas de dommages superficiels (il convient de ne jamais laisser son passeport au loueur) ;

- l’abus de générosité : des étrangers prétendant être en graves difficultés financières, et notamment des Français, sollicitent parfois l’aide des touristes. Ils n’hésitent pas à donner un numéro de portable affirmant qu’il s’agit de celui de l’agent de permanence de l’ambassade de France. Un complice répond alors à l’appel téléphonique. Il est conseillé de contacter l’ambassade (voir ci-contre numéros utiles) pour confirmer toute affirmation de cette nature.

Escroqueries aux cartes bancaires

Ces escroqueries sont signalées principalement à Pattaya et Phuket. Tout comme en France, il convient, lors d’un retrait à un distributeur de billets, de faire preuve de la prudence habituelle. Des escrocs, qui agissent généralement à deux ou trois, cherchent par tous les moyens à avoir un court instant la carte en leur possession pour copier la piste magnétique au moyen d’un boîtier spécial ("skimmer"). Ils essaient également de regarder le code confidentiel.

Les vols

Les vols les plus fréquemment signalés ont lieu sur la ligne de bus de nuit entre Surat Thani et Bangkok (dans les deux sens). Les vols (de passeports et d’argent, notamment) portent tant sur les bagages placés en soute que dans les effets des passagers, pendant leur sommeil. Des vols à l’arraché de sacs par un conducteur de moto et son passager arrière se produisent régulièrement, notamment à Bangkok.

Risques naturels

Raz de marée : le raz de marée de 2004 a causé d’importantes destructions, mais de façon très contrastée, le long de la côte Ouest de la Thaïlande (provinces de Phuket, Krabi, Phang Nga, Satun). Depuis, les autorités thaïlandaises se sont dotées de systèmes de détection et d’alerte. Dans les zones à risque, elles ont mis en place une signalisation particulière (panneaux de couleur bleue) vers les voies à emprunter pour rejoindre les refuges ainsi que les points de rassemblement. Des exercices de protection civile sont régulièrement organisés.

Activité sismique : le pays est situé dans une zone d’activité sismique. Des séismes pouvant être supérieurs à 6 sur l’échelle de Richter sont régulièrement enregistrés.
Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, consulter la fiche thématique de ce site.

Mousson : en période de fortes moussons (la saison des pluies s’étend d’avril à novembre), il est vivement conseillé aux voyageurs de se renseigner sur les conditions climatiques et l’état des routes des régions dans lesquelles ils comptent se rendre, ou qu’ils traversent, afin d’éviter de se trouver dans des zones inondées, en contactant :

  • le 1784 (demander un traducteur en anglais) du Département de Prévention et de lutte contre les désastres ;
  • le 1155 (téléphone de la « Tourist Police »).

La spéléologie est déconseillée en saison des pluies, même lorsque les amateurs sont accompagnés de guides. Des glissements de terrain peuvent survenir aux abords de certaines chutes d’eaux visitées par les touristes.

Baignade

Plusieurs accidents mortels ont récemment eu lieu dans les stations balnéaires du Sud du pays. Des nageurs, ainsi que des plongeurs en apnée, ont été heurtés par des bateaux naviguant ou des jet-skis circulant à grande vitesse à proximité immédiate des plages. Il est recommandé de se baigner exclusivement dans les zones réservées et délimitées par des bouées.

Entrée / Séjour

Visa

En matière de visas touristiques, les autorités thaïlandaises ajustent leur réglementation au temps de séjour effectif sur leur sol.

Séjour de quelques jours ou semaines

Pour les touristes français, aucun visa n’est exigé pour un séjour inférieur à 30 jours, dès lors que le passeport est encore valable pour six mois au moins lors de l’entrée sur le territoire.

Séjour d’un à trois mois

Pour des durées supérieures à 30 jours, l’obtention d’un visa est obligatoire. Les visas touristiques sont délivrés par les consulats de Thaïlande à l’étranger. Le passeport doit encore être valable pour six mois au moins lors de l’entrée sur le territoire.

Séjour supérieur à 3 mois

Depuis le 13 novembre 2015, la Thaïlande accorde aux touristes des visas entrées multiples.

Ce nouveau visa (multiple-entry tourist visa - METV), d’une valeur de 5.000 THB, permet aux voyageurs de procéder à des entrées multiples, pendant une période de 6 mois, pour un maximum de 60 jours par entrée.

Tous les ressortissants étrangers pourront solliciter un METV auprès du consulat thaïlandais le plus proche, sous réserve de la validité du passeport.

Généralités

Il convient de rappeler que la délivrance des visas relève du seul pouvoir discrétionnaire des autorités thaïlandaises, souveraines en la matière : les autorités françaises ne peuvent en aucun cas interférer dans la gestion desdits visas.

La durée du séjour mentionnée sur le visa est très souvent réduite au passage de la frontière par les services de l’immigration. Il convient de vérifier avec la plus grande attention la date maximum autorisée, portée sur le tampon d’entrée, ainsi que le nombre d’entrées mentionnées. Ce tampon doit avoir été apposé sur le passeport lors du passage de la frontière (surtout par voie terrestre ou maritime), faute de quoi, en cas de contrôle ou lors de la sortie du territoire, les autorités de l’immigration pourront considérer l’entrée comme illégale et les contrevenants devront alors en répondre devant un tribunal.

La police de l’immigration se montre très vigilante dans ses contrôles. Avant de voyager, il convient de s’assurer de la durée de validité du passeport, qu’il ne soit pas déchiré, ne comporte ni anomalie particulière ni rature. La police de l’immigration refuse systématiquement l’entrée sur le territoire thaïlandais aux touristes dont les titres de voyages ne sont pas conformes.

En outre, il peut être demandé, par les services de l’immigration, de présenter en liquide l’équivalent de 20.000 THB par personne.

Il est impossible et illégal de faire plusieurs allers-retours (visa run) entre la Thaïlande et les pays limitrophes, afin de prolonger un séjour dans le royaume sans visa.

Tout séjour irrégulier dans le pays est sévèrement puni par la loi et s’accompagne :

1 - d’une lourde amende.

2- éventuellement d’une peine d’emprisonnement :
L’incapacité à payer l’amende a pour conséquence un emprisonnement au centre de détention des services de l’immigration, où les conditions de séjour sont particulièrement difficiles. L’ambassade de France à Bangkok n’a aucune emprise sur les services locaux de l’immigration thaïlandaise et ne pourra intercéder en cas de non-respect de la réglementation locale.

3 – d’une mesure d’expulsion :
La mise en œuvre de la procédure d’expulsion dépend du paiement des frais de gestion du dossier, de l’amende ainsi que de l’achat du billet d’avion de retour qui sont à la charge de la personne expulsée. A défaut de prise en charge financière, la personne est maintenue en détention.

4 – d’une interdiction de séjour en Thaïlande :

Plusieurs situations de séjour irrégulier peuvent se présenter :

a – Cas d’un étranger se signalant aux autorités thaïes : l’étranger en situation de dépassement de temps de séjour depuis plus :

  • de 90 jours se verra interdire l’entrée au territoire thaïlandais pendant un an ;
  • de 1 an, pendant 3 ans ;
  • de 3 ans, pendant 5 ans ;
  • de 5 ans, pendant 10 ans ;

b – Cas d’un étranger arrêté par les autorités thaïes : l’étranger en situation de dépassement de temps de séjour depuis :

  • moins de 1 an, se verra interdire l’entrée au territoire thaïlandais pendant 5 ans ;
  • plus de 1 an, pendant 10 ans ;

c – Précisions : dans les deux cas, les délais s’apprécient comme suit :

  • la situation de dépassement de temps de séjour débute à compter de la fin de validité du visa, et
  • la durée d’interdiction de séjour, à compter de la date de départ du pays.

Ces règles ne s’appliquent pas aux étrangers quittant le pays :

  • en étant âgé de moins de 18 ans ;
  • avant l’entrée en application de ces règles.

Il est donc formellement recommandé de ne pas séjourner dans le pays au-delà du délai de validité du séjour.

Par ailleurs, il a été signalé à l’ambassade de France que des officines spécialisées dans la prolongation des visas de tourisme ou l’obtention d’autres catégories de visas ont procédé à la fabrication de faux visas, exposant leurs clients à des sanctions pénales.

Réglementation douanière

L’attention des voyageurs est appelée sur l’application très stricte de la réglementation en matière d’importation de tabac en Thaïlande (pas plus de 200 cigarettes - soit une cartouche au maximum - autorisées à l’arrivée par personne). Les personnes contrevenant à cette réglementation s’exposent à des amendes de plusieurs milliers d’euros.

Santé

Avant le départ

Consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et souscrivez à une compagnie d’assistance couvrant les frais médicaux et de rapatriement sanitaire.

Entrée en Thaïlande avec des médicaments personnels

L’attention des voyageurs est appelée sur la réglementation thaïlandaise qui soumet l’importation de médicaments à des règles de déclaration, voire d’autorisation préalable.

Ainsi, les personnes qui justifient d’un traitement médical en cours doivent s’assurer auprès de l’ambassade de Thaïlande la plus proche de leur domicile que les médicaments emportés sont autorisés. Des règles, en effet, s’appliquent selon la nature des médicaments et la quantité admissible.

Dans certains cas, l’ambassade de Thaïlande recommandera de justifier d’une prescription rédigée en anglais et de déclarer spontanément les produits lors du passage en douane. Pour d’autres, l’importation peut être interdite ou limitée.

Les manquements aux règles pourraient conduire à différentes mesures allant de la simple confiscation des médicaments jusqu’à, dans certains cas, des peines d’emprisonnement.

Il est donc vivement conseillé, avant d’engager un voyage sous traitement médical, de se renseigner auprès de l’ambassade de Thaïlande la plus proche de son domicile.

Vaccinations

La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est conseillée.

Autres vaccinations conseillées (selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.

Autres vaccinations : en cas de séjour en zone rurale, la vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire.

La rage est endémique dans toute l’Asie du Sud-Est. La prudence vis-à-vis des animaux errants est recommandée sur l’ensemble du territoire, villes incluses. La prévention repose principalement sur l’absence de contact avec des animaux suspects, ensuite sur la vaccination préventive en cas de risque supposé d’exposition (professions à risques, enfants en bas âge, séjour en milieu rural ou éloigné des villes principales).

Dans tous les cas, demandez conseil à un médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Hygiène alimentaire, hygiène de l’eau

Il est recommandé de se laver fréquemment les mains, de ne boire que de l’eau conditionnée en bouteilles capsulées, de ne manger dans la rue que les plats suffisamment cuits. La plus grande prudence est à observer avec la consommation de produits locaux sur les marchés. Eviter la consommation de poisson, de viande et de volailles crus.

Penser à adapter votre consommation d’eau à la chaleur et aux activités pratiquées.

L’alimentation est variée, les conditions d’hygiène des restaurants sont globalement satisfaisantes bien qu’il n’existe pas de contrôle sanitaire systématique. Il est cependant observé, ces dernières années, une augmentation du nombre de touristes admis en service de soins intensifs pour intoxication alimentaire.

L’alimentation spécifique des nourrissons se trouve facilement dans les villes.

Syndrome Pied-Main-Bouche

Des cas de « syndrome pied-main-bouche » sont régulièrement signalés dans les pays de la région de l’Asie du Sud-Est. Depuis 2013, plusieurs milliers de cas ont été constatés en Thaïlande, mais aucun cas de décès n’a été notifié à ce jour.

Il s’agit d’une maladie virale, visant en général les enfants de moins de10 ans, à l’origine de fièvre, d’atteintes cutanées et muqueuses. Il est conseillé de consulter un médecin sur place en cas d’apparition de fièvre. Des mesures d’hygiène élémentaires (en particulier une hygiène stricte des mains) permettent de diminuer significativement ce risque.

Choléra

Il est recommandé de veiller à la qualité des aliments et à leur bonne cuisson, d’éviter la consommation de crudités, de coquillages et de tous fruits ou légumes non pelés ou non lavés. Il est également conseillé de préférer l’eau en bouteille plutôt que l’eau du robinet et de se laver régulièrement les mains.

Zika

La Thaïlande est touchée par le virus Zika. Cette maladie est transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes. Des cas de transmission du virus par voie sexuelle ont également été rapportés.

Les symptômes de la maladie sont généralement modérés (fièvre, maux de tête, douleurs articulaires, éruptions cutanées) et sont analogues à ceux observés au cours d’autres infections virales telles que la dengue. Toutefois, la survenue de complications graves telles que des cas de microcéphalies chez des nouveau-nés de femmes enceintes infectées par le virus et de syndromes de Guillain Barré semble possible.

Au total, il est notamment recommandé à tous :

  • De respecter les mesures habituelles de prévention des piqûres de moustique (vêtements longs, répulsifs anti-moustiques, climatisation, moustiquaire), nuit et jour ;
  • De consulter un médecin en cas de fièvre survenant pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France.

Le Haut conseil de la santé publique recommande notamment pour :

Les femmes enceintes qui envisagent un voyage dans une zone d’épidémie de Zika :

  • d’être informées sur les embryofoethopathies et autres complications pouvant survenir lors d’une infection par le virus Zika ;
  • d’envisager, quel que soit le terme de la grossesse, un report de leur voyage ;
  • de leur rappeler, si elles ne peuvent ou ne veulent différer leur voyage, l’importance de :

* respecter les mesures de prévention des piqûres de moustique et les bonnes pratiques relatives à l’utilisation des produits insecticides et répulsifs ;

* éviter tout rapport sexuel non protégé pendant le voyage ;

* à leur retour, pendant la durée de la grossesse, d’éviter tout rapport sexuel non protégé avec un homme ayant pu être infecté par le virus Zika ;

* consulter un praticien en cas de signes cliniques évocateurs d’une infection Zika, pendant le voyage ou au retour.

Les femmes ayant un projet de grossesse ou en âge de procréer, qui envisagent un voyage dans une zone d’épidémie de Zika :

  • d’être informées sur les embryofoethopathies et autres complications pouvant survenir lors d’une infection par le virus Zika ;
  • d’envisager, pour les femmes désirant être enceintes, de reporter leur projet de grossesse à leur retour de voyage ou de reporter leur voyage. En cas de report de voyage, d’éviter tout rapport sexuel non protégé avec un homme ayant pu être infecté par le virus Zika ;
  • d’envisager, en cas de voyage, une contraception pendant la durée de leur voyage ou, à défaut, de leur rappeler de :

* respecter les mesures de prévention des piqûres de moustique et les bonnes pratiques relatives à l’utilisation des produits insecticides et répulsifs ;

* éviter tout rapport sexuel non protégé pendant le voyage ;

* à leur retour, avant et pendant la durée de la grossesse, d’éviter tout rapport sexuel non protégé avec un homme ayant pu être infecté par le virus Zika ;

* consulter un praticien en cas de signes cliniques évocateurs d’une infection Zika, pendant le voyage ou au retour.

Le ministère des Affaires étrangères et du Développement international rappelle que la décision d’annuler ou de maintenir un voyage à l’étranger appartient au seul voyageur.

En savoir plus :
1. Consulter les informations sur la maladie à virus Zika (site du ministère des affaires sociales, de la Santé et des droits des femmes).
2. Recommandations pour les femmes enceintes (site du ministère des affaires sociales, de la Santé et des droits des femmes).

Les maladies à transmission vectorielle
  • Paludisme (malaria) : maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques qui impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…). A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France pour une durée variable selon le produit utilisé. Les frontières avec le Cambodge, le Laos, le Myanmar et la Malaisie sont classées en zone 3. Dans le reste du pays : traitement préventif du paludisme non indispensable (prendre l’avis de son médecin).
  • Dengue : la dengue est une maladie endémique en Thaïlande. La maladie est propagée par un moustique actif de jour : il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques). La dengue pouvant prendre une forme potentiellement grave il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre (la prise d’aspirine est déconseillée).
  • Encéphalite japonaise : Cette maladie, qui n’existe qu’en Asie, se transmet par des moustiques, en zone rurale. Des cas peuvent être mortels ou engendrer des séquelles neurologiques graves. De ce fait, la vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire (à pratiquer dans un centre de vaccination agréé avant votre départ ). Dans le cadre d’un voyage touristique, il semble que les mesures physiques (vêtements longs, répulsifs…) soient une arme efficace.
  • Les Rickettsioses : maladies infectieuses bactériennes, potentiellement mortelles, transmises par les tiques, les puces, les poux ou acariens. Elle peut évoquer devant un syndrome infectieux associé à des manifestations cutanées. La prévention repose sur le port de vêtements longs et de répulsifs. L’examen de la peau après passage dans une zone potentiellement infestée (brousse , champ forêt) est conseillé. Prendre l’avis d’un médecin en cas de fièvre.
Brouillard de pollution "haze"

La forte pollution de l’air liée aux émissions dues aux feux de forêts en Indonésie affecte chaque année, d’octobre à novembre, les provinces du sud de la Thaïlande. Les niveaux de pollution s’avèrent élevés et dangereux pour la santé. Outre les risques sanitaires qu’elle comporte potentiellement, cette pollution perturbe le trafic aérien dans la région, notamment à Phuket et à Koh Samui.
Ce même phénomène est observé de la mi-février à fin avril environ, dans les provinces de Tak, Mae Hong Son, Chiang Rai, Lamphun, Lampang, Phayao, Phrae, Nana et Uttaradit et notamment celle de Chiang Mai, situées au Nord de la Thaïlande. Celui-ci est provoqué par des feux de forêts couplés à une forte pollution (automobile, destruction par le feux de détritus et de déchets liés à la riziculture).
Lorsqu’une telle pollution survient, pour les personnes résidant ou de passage dans cette région, il est conseillé de réduire toutes les activités à l’extérieur et de s’hydrater autant que possible. Les personnes souffrant de maladies respiratoires, d’asthme, de problèmes cardiaques ou de conjonctivite, les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées sont invitées à maintenir fermées les portes et fenêtres de leur domicile et à ne pas sortir, sauf en cas de nécessité et munies d’un masque filtrant.
Pour ceux qui prennent l’avion à destination ou au départ des principales villes des régions précitées, notamment Chiang Mai, Phuket et Koh Samui, il est conseillé de s’informer au préalable du statut de leur vol auprès de la compagnie aérienne empruntée.
Enfin, les indices de pollution de l’air en Thaïlande peuvent être consultés sur le site internet du Département de l’environnement.

Piqûres de méduses

De fréquents incidents liés à des piqures de cuboméduse sont enregistrés à certaines périodes de l’année, le long des côtes Thaïlandaises, et certains se terminent par un décès.
En cas de piqûre de méduse, il est conseillé de nettoyer la plaie au vinaigre ou à l’eau de mer puis couvrir de sable, laisser sécher puis répéter l’opération jusqu’à l’intervention éventuelle des secours.
Toutefois, en raison du puissant venin inoculé par les cuboméduses, il est recommandé de se rendre immédiatement dans les services hospitaliers thaïlandais pour y être pris en charge.

Grippe

On relève une recrudescence des cas d’infection par les virus grippaux dans leur ensemble.

  • GRIPPE A H1N1 : De nombreux cas de grippe A (type H1N1) sont rapportés en Thaïlande. Pour plus d’informations, consulter le site Internet de l’ambassade de France en Thaïlande (www.ambafrance-th.org), ou appeler le centre d’appel thaïlandais au +66 2 590 1781.
  • GRIPPE AVIAIRE : La grippe aviaire est présente de façon diffuse en Thaïlande depuis la fin de l’année 2003, avec des périodes d’apparente accalmie et de reprise. Il s’agit d’une maladie virale animale (volailles) exceptionnellement transmissible à l’homme. Il est recommandé d’éviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier les viandes et les œufs.

Il est conseillé de se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou avec un soluté hydro-alcoolique. En cas de fièvre sur place ou après le retour en France, il est conseillé de consulter un médecin.

Coronavirus

Un cas d’infection par le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) a été confirmé en Thaïlande.

Les coronavirus sont une vaste famille de virus susceptibles de provoquer un large éventail de maladies chez l’homme, qui vont du rhume banal jusqu’à une atteinte respiratoire sévère. La présentation la plus fréquente associe de la fièvre et une infection pulmonaire.

Il n’existe pas de vaccin préventif de cette maladie, aussi il est conseillé, à ce stade, de respecter les précautions d’usage habituelles, en particulier le lavage régulier des mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydro-alcoolique.

Il convient également, dans la mesure du possible, d’éviter les foules et grands rassemblements, ainsi qu’un contact rapproché avec des personnes malades ; la transmission inter-humaine n’est actuellement limitée qu’à la famille très proche et aux personnels soignants.
Sur place, en cas de forte fièvre, toux et/ou de difficultés respiratoires, il convient de consulter un médecin sans délai.

En cas de fièvre ou de symptômes respiratoires dans les 14 jours suivant le retour en France, il convient d’appeler le centre 15 (téléphone : 15) en signalant ce voyage. Afin de limiter le risque de contamination des proches, il est fortement conseiller de s’isoler et de porter une protection respiratoire.

Des contrôles de température par scan thermique sont mis en place dans les aéroports pour tous les passagers arrivant en Thaïlande.
L’OMS ne préconise aucune restriction de circulation.

Pour toute information complémentaire, consulter le site internet du ministère français de la santé et celui de l’Organisation mondiale de la Santé.

Infection par le virus HIV

Il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Infos utiles

Délits et crimes commis en Thaïlande
  • Drogues

Qu’il s’agisse de la consommation ou de la vente de stupéfiants, les mesures de répression en Thaïlande sont très sévères, et les peines très lourdes.
Les délits de consommation ou possession (très petites quantités) d’amphétamines, de marijuana, de haschich et autres substances de même type sont systématiquement punis d’une peine de prison ferme allant de six mois à dix ans.
Les délits de consommation ou possession de drogues dures (très petites quantités) - héroïne, opium, etc. - sont punis d’une peine de prison ferme de deux à vingt ans. La seule possession d’une certaine quantité de stupéfiants suffit à établir les crimes de trafic, voire de vente. Ils sont passibles de la peine capitale.

  • Pédophilie

Les mesures de répression sont de plus en plus sévères à l’encontre des étrangers convaincus de pédophilie ou d’exploitation commerciale de la pornographie. L’emprisonnement à vie peut être prononcé.

  • Autres délits

Les délits de vols - même s’il s’agit de tentatives - sont systématiquement réprimés par des peines de plusieurs mois de prison ferme.
Certains de nos compatriotes ayant commis des larcins ou des tentatives - en particulier dans les boutiques d’aéoroport - ont été condamnés à des peines de prison fermes qu’ils ont dû purger en Thaïlande.

Transfèrement des prisonniers en France

Le transfèrement dans une prison française d’un détenu définitivement condamné n’est accordé par les autorités thaïlandaises qu’après avoir purgé un tiers de la peine et à la condition que celui-ci se soit acquitté des amendes et des dommages auxquels il a été condamné. Le condamné transféré n’est pas jugé à nouveau par les magistrats français.

Importation de cigarettes en Thaïlande

L’importation de cigarettes est limitée à 200 cigarettes (10 paquets de 20) par passager majeur.
La possession est établie soit par l’intitulé de la facture de détaxe (maximum toléré : une facture d’une seule cartouche par passager majeur) ou par le nombre de paquets en possession d’un seul passager (s’il en transporte plus de 10, il encourt une amende, même s’il est accompagné d’un autre passager).
En sus de la saisie, le montant de l’amende varie de 1 000 à 3 000 euros. Son montant n’est pas négociable. Son non-paiement entraîne des poursuites judiciaires et l’incarcération.

Divers

Il convient de respecter l’image de la personne du Roi (y compris sur les billets de banque), ainsi que des membres de la famille royale et des représentations du Bouddha. De même, l’exportation de statues du Bouddha est strictement prohibée.

Généralités sur les transports

Le réseau routier est en général en bon état. Toutefois, le taux d’accidents de la route est l’un des plus élevés au monde. Selon les statistiques de l’OMS et du ministère des Transports thaïlandais, le taux de mortalité annuel sur les routes est de 38 pour 100 000 habitants, soit près du double de la moyenne mondiale. En 2013, 20 000 personnes sont ainsi décédées dans des accidents de la route. Le respect des limitations de vitesse est vivement recommandé et la plus grande prudence est conseillée, notamment lors de la conduite de nuit.

Le recours aux deux-roues est particulièrement dangereux (en Thaïlande, 75% des accidents mortels ont lieu sur 2 roues.) Les casques sont rarement aux normes. Chaque année, on déplore plusieurs dizaines de décès de ressortissants français liés à des accidents de la route, notamment sur 2 roues.

Tout étranger souhaitant conduire en Thaïlande doit être titulaire d’un permis de conduire international.

Transports collectifs

Transport aérien

Aucune compagnie aérienne thaïlandaise ne figure sur la liste noire de l’Union européenne.

Transport routier

Le mauvais entretien de certains autocars et, d’une manière générale, la vitesse excessive et des temps de conduite trop longs sont la cause d’accidents de la route très fréquents.

Transport ferroviaire

En saison des pluies (avril-novembre), certaines lignes ferroviaires sont régulièrement interrompues pendant plusieurs jours. Des glissements de terrain peuvent endommager les voies, voire provoquer des accidents. La vétusté du réseau ferroviaire entraîne régulièrement des accidents. En 2013, la ligne Bangkok-Chiang Mai a ainsi connu plus d’une dizaine de déraillements.

Transport maritime

A certaines saisons (des pluies), la mer peut être agitée et présenter des dangers, en particulier à bord de "speed boats". Il est recommandé de vérifier la présence à bord de gilets de sauvetage en nombre suffisant et de ne pas embarquer sur des petits bateaux à l’évidence surchargés. Il est recommandé aux voyageurs de s’enquérir des conditions météorologiques avant leurs excursions en mer.

Location de véhicules

Certaines agences de location d’automobiles proposent des contrats ne comportant aucune assurance. Avant de louer un véhicule, il est vivement recommandé de vérifier ce point de manière exhaustive : assurance conducteur, passagers, responsabilité civile, et en cas de dommages sur le véhicule lui-même.

En cas d’accident, et à défaut d’assurance, le conducteur peut faire l’objet de poursuites judiciaires et est passible d’emprisonnement s’il n’est pas en mesure de dédommager le loueur et la/les victime(s) de l’accident. Les montants exigés (en fonction de la gravité des dommages) peuvent atteindre plusieurs milliers d’euros. Par ailleurs, en cas de dommages corporels, les frais d’hospitalisation demeurent entièrement à la charge du client.

Dans les zones touristiques, de nombreuses agences louent des deux-roues ou des "scooters de mer" sans jamais proposer d’assurance. Compte tenu des risques encourus, il est vivement recommandé de ne pas avoir recours à leurs services et de ne jamais laisser son passeport au loueur.

Voyages d’affaires

Visa d’affaires

1) Facilité de visa / Visa d’affaires

Le « Visa non-immigrant B » est destiné aux personnes souhaitant travailler en Thaïlande. Il autorise un séjour de 90 jours. Ce visa ne donne droit qu’à une seule entrée sur le territoire thaïlandais. Toute sortie du territoire entraîne l’annulation du visa et requiert une nouvelle demande de délivrance pour pénétrer à nouveau sur le territoire thaïlandais. Le titulaire de ce visa peut prolonger le visa une fois entré en Thaïlande au service de l’immigration.

Le Visa Non Immigrant B est destiné aux personnes :

  • Souhaitant travailler

Le visa est destiné aux personnes souhaitant travailler en Thaïlande. Une fois entré en Thaïlande avec ce visa, son titulaire doit demander un permis de travail auprès du Département de l’emploi.

  • Effectuant un stage rémunéré

L’étudiant qui sollicite un visa non immigrant B doit être rémunéré par une entreprise d’accueil en Thaïlande. Si l’étudiant n’est pas rémunéré, il doit solliciter un visa non-immigrant ED.

  • Exerçant une mission professionnelle

Ce type de visa est destiné aux personnes mandatées par une entreprise implantée en France pour exercer une mission professionnelle en Thaïlande

  • Désirant participer à une « MICE » (meetings, incentives, conferences and exhibitions)

Les ressortissants étrangers désireux d’entrer dans le Royaume de Thaïlande pour des raisons professionnelles liées à l’organisation d’un événement (MICE) peuvent utilement se référer à la fiche dédiée sur le site de l’ambassade du Royaume de Thaïlande en France.

2) Délai d’obtention

Le « Visa non-immigrant B » est délivré auprès de l’ambassade du Royaume de Thaïlande à Paris. Les délais d’obtention peuvent varier selon les périodes d’affluence des demandes de visa (il faut compter un minimum de 4 jours).

3) Autres informations pertinentes

Les textes de références en matière de visas sont :

1. Loi sur l’immigration de 1979

2. Loi sur l’Office du Tourisme de Thaïlande de 1979

3. Loi sur le travail des étrangers de 2008

4. Note du Bureau du Conseil d’Etat n°152/2556

5. Site Web du Ministère des Affaires étrangères du Royaume de Thaïlande :

http://www.mfa.go.th/main/en/services/123/15396-Tourist-Visa-Exemption.html
http://www.mfa.go.th/main/en/services/123/15393-Visa-on-Arrival.html

6. Site Web du Bureau de l’Administration des travailleurs étrangers, Département de
l’Emploi, Ministère du Travail du Royaume de Thaïlande

La liste des justificatifs à présenter lors du dépôt de la demande est consultable sur le site de l’Ambassade du Royaume de Thaïlande à Paris.

Réseaux de télécommunications

Les trois réseaux principaux GSM couvrent l’ensemble du territoire national. Les réseaux à haut débit de type 3G et 4G sont accessibles à plus 90 % de la population.

Tous ces réseaux sont accessibles avec un forfait chez un fournisseur français en fonction des options souscrites. La facturation de l’utilisation dans ce cadre des réseaux thaïlandais reste très élevée. Se munir d’une carte SIM locale est en revanche extrêmement facile, sur présentation du passeport, y compris dans la plupart des supérettes, et les options d’achat sont nombreuses.

Données économiques

Avec une population de 67 millions d’habitants, le pays dispose en 2014 d’un PIB par habitant de 5 561 dollars et d’un PIB de 374 milliards de dollars. Le PIB du pays a crû de 2,6% par an entre 2009 et 2014. La Thaïlande est le 47e client de la France et son 23e déficit. La France a exporté vers la Thaïlande 1 373 millions d’euros de biens en 2014. Les exportations ont augmenté de 4% par an entre 2009 et 2014. Le solde commercial de la France avec le pays s’établit à -916 millions d’euros.

La Thaïlande a lancé un ambitieux programme d’investissements (2013-2020) dans les transports, qui vise à désengorger la capitale et à désenclaver les régions du Nord et de l’Est du pays (modernisation du réseau ferroviaire, projets aéroportuaires), l’énergie et les télécommunications. La Thaïlande se positionne en « plateforme logistique régionale de l’ASEAN ». Le secteur du tourisme connait une forte croissance.

4 entreprises du pays sont implantées en France.

La Direction des entreprises et de l’économie internationale du ministère des Affaires étrangères et du Développement international vous propose de consulter la fiche repères économiques Thaïlande.

Contacts utiles

  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, le soutien public au développement international des entreprises.

Service Économique de Bangkok
Ambassade de France
35 Charoenkrung Soi 36, Bangrak
10500
BANGKOK
THAÏLANDE
Tél : +66 2 627 2196
Fax : +66 2 627 2195
Email : bangkok@dgtresor.gouv.fr
Site internet : www.tresor.economie.gouv.fr/se/thailande

  • Business France

Opérateur public national au service de l’internationalisation de l’économie française, Business France valorise et promeut l’attractivité de l’offre de la France, de ses entreprises et de ses territoires.

Business France - Thaïlande
Ambassade de France en Thaïlande
35 Charoen Krung Soi 36 (Rue De Brest)
Charoen Krung Rd., Bangrak - Bangkok 10500
Thaïlande
Tel : +66 2 627 2180
Email : bangkok@businessfrance.fr

Jean-François GOUMY (Directeur Pays)

  • CCEF

Les conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Président de section : Paul DUMONT - +66 2 233 4329 (société Francom Asia Ltd)

Annuaire pour la Thaïlande.

  • CCI

Les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) Françaises à l’International, sont des associations indépendantes de droit local qui regroupent des entreprises françaises et étrangères. Elles constituent un réseau mondial de relations et de contacts d’affaires de plus de 32.000 entreprises françaises et étrangères dans 83 pays.

Chambre de Commerce Franco-Thaïe (CCFT)
Adresse : 5th Floor, Indosuez House,
152 Wireless Road, Lumpini,
Pathumwan, BANGKOK 10330
Tél : +66 2 650 9613 / +66 2 650 9614
Email : contact@francothaicc.com
Site internet : www.francothaicc.com

  • Atout France

http://atout-france.fr/notre-reseau/thailande

  • AFD

L’Agence française de développement (AFD), est l’agence qui met en œuvre la politique du développement définie par le gouvernement français.

Agence de Bangkok
AFD Bangkok
35/F – Exchange Tower Unit 3501-02
388 Sukhumvit Road, Klongtoey BANGKOK 10 110, Thailand
Tel : +66 2 663 60 90
Fax : +66 2 663 60 77
Email : afdbangkok@afd.fr
Site internet : http://thailande.afd.fr

  • Sopexa

http://www.sopexa.com/fr/agence/southeastasia

  • BAD

La Thaïlande est membre de la Banque asiatique de développement (BAD), dont le site internet est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/.

La page de la Thaïlande est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/countries/thailand/main.

  • FMI

Sites internet :

La Thaïlande et le FMI.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016