Accès rapide :

Thaïlande

Thaïlande

Dernière mise à jour le: 17 avril 2014 - Information toujours valide le: 19 avril 2014

Dernière minute

A) L’engagement possible d’une procédure de destitution de Mme Yingluck Shinawatra, Première ministre, après les fêtes du nouvel an thaïlandais (Songkran), à partir de la fin du mois d’avril, pourrait conduire à de nouvelles manifestations pro et anti-gouvernementales, en particulier à Bangkok, qui peuvent dégénérer. Une manifestation est annoncée par le Front uni pour la démocratie et contre la dictature (les « Chemises rouges ») le vendredi 18 avril le long de l’avenue Utthayan (anciennement avenue Aksa), dans le district de Thawi Watthana, dans l’ouest de Bangkok.

Pour votre sécurité, il vous est instamment conseillé d’éviter toute manifestation et tout rassemblement, dans la mesure où des incidents graves se sont déjà produits. Des actes de violence provoquant des morts ont été perpétrés contre des rassemblements ou des manifestations, voire à proximité immédiate de ceux-ci (échoppes, marché de rues) :

  • le 29 mars, l’explosion accidentelle à Bangkok d’une bombe artisanale cachée dans une moto a causé deux morts, le conducteur et son passager. Les circonstances de l’incident restent indéterminées ;
  • le 1er avril à Bangkok, une voiture de partisans du Comité populaire de réforme démocratique, rentrant du site de Chaeng Wattana, a été la cible de tirs qui ont coûté la vie à une personne et blessé quatre autres.

Les principaux points de rassemblement et de blocus à éviter dans la capitale sont les suivants (liste évolutive) :

  • le parc de Lumpini et les rues attenantes (Ratchadamri, avenue Rama IV, proximité du centre commercial Silom Complex) ;
  • le quartier de "Government House" (bureaux du Premier ministre, avenue Ratchadamoen) ;
  • le quartier de Chaeng Wattana ("Government Complex").

B) Une recrudescence des violences est observée dans les provinces de l’extrême Sud du pays. Il est rappelé que les voyages demeurent formellement déconseillés dans ces régions : provinces de Narathiwat, Pattani, Yala,et Songkhla (cf. carte de l’onglet "Sécurité").

Sécurité

Déplacements en Thaïlande

Si la majeure partie du territoire thaïlandais est accessible aux touristes, certaines régions sont formellement déconseillées ou nécessitent une vigilance particulière :

Extrême Sud

Les violences se poursuivent dans les provinces de l’extrême Sud du pays, où les attentats et incidents quotidiens ont causé la mort de plus de 5500 personnes depuis 2004. Les voyages sont formellement déconseillés dans ces régions où l’état d’urgence a été décrété : provinces de Narathiwat, Pattani, Yala,et Songkhla (cf. carte infra).

Frontière Thaïlande-Cambodge

Les déplacements sont déconseillés dans la zone des temples de Preah Vihear/Khao Phra Viharn (canton de Sao Thong Chai) et de Ta Muean Thom (arrondissement de Phanom Dong Rak), le long de la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge, en raison des affrontements localisés qui peuvent s’y produire.

Nord-Ouest et frontière avec la Birmanie

Une certaine prudence est nécessaire dans les zones frontalières de la Birmanie en raison des risques de brigandage transfrontaliers, ainsi que de l’existence de nombreux trafics (drogues surtout). Le risque existe aussi d’opérations militaires le long de la frontière, liées à la situation politique intérieure en Birmanie, où plusieurs armées ethniques (Karen, Shan, etc…) sont en conflit déclaré ou larvé, selon les moments, avec les forces gouvernementales. Le franchissement de la frontière hors des points de passage autorisés est illégal et peut entraîner de graves conséquences (disparition de plusieurs de nos ressortissants).

Bangkok et autres régions

D’une manière générale, il est recommandé de se tenir à l’écart des manifestations politiques.

Arrivée dans les aéroports

L’attention des visiteurs est appelée sur l’application très stricte de la réglementation en matière d’importation de tabac en Thaïlande (pas plus de 200 cigarettes - soit une cartouche au maximum - autorisées et détenues sur soi à l’arrivée par personne). Les personnes contrevenant à cette réglementation s’exposent à des amendes très importantes, pouvant représenter jusqu’à plusieurs milliers d’euros, que les douanes thaïlandaises infligent de manière rigoureuse, sans faire d’exception.

Pour vous rendre en ville, il est recommandé de ne recourir qu’aux services suivants : les taxis "agréés", la navette ferroviaire, les bus (services de transport en commun publics) et le service des limousines.

Délinquance

Même si la Thaïlande est globalement sûre, la délinquance n’épargne pas les ressortissants étrangers (vols avec violence, cambriolages en particulier dans les hôtels bon marché, agressions nocturnes, quelques atteintes graves aux personnes).

Il est donc conseillé :
- d’éviter en ville les lieux peu fréquentés ;
- de ne pas transporter de grosses sommes d’argent liquide, les distributeurs de billets étant nombreux et fonctionnant très bien en Thaïlande ;
- de porter une attention toute particulière aux boissons et aux mets servis dans les quartiers "chauds", (en particulier dans les hôtels bon marchés) qui peuvent contenir des somnifères ;
- de s’abstenir de faire confiance à des inconnus pour servir de guides.

Les tentatives d’escroqueries les plus courantes portent sur :

- la vente de pierres précieuses ou semi-précieuses à des prix excessifs : certains guides, des personnes francophones, voire françaises, proposent de réaliser de "bonnes affaires" en achetant des bijoux. Ceux-ci sont authentiques mais vendus à des prix deux à trois fois supérieurs à ceux du marché. Cette escroquerie, très fréquente, ne peut pas donner lieu à des poursuites dans la mesure où le prix de vente est considéré par la loi thaïlandaise comme librement accepté par l’acheteur.

- la location de jet ski et scooters : des sommes très importantes peuvent être réclamées par le loueur, même en cas de dommages superficiels.

- l’abus de générosité : des étrangers prétendant être en graves difficultés financières, et notamment des Français, sollicitent parfois l’aide des touristes. Ils n’hésitent pas à donner un numéro de portable affirmant qu’il s’agit de celui de l’agent de permanence de l’ambassade de France. Un complice répond alors à l’appel téléphonique. Il est conseillé de contacter l’ambassade (voir ci-contre numéros utiles) pour confirmer toute affirmation de cette nature.

Escroqueries aux cartes bancaires

Ces escroqueries sont signalées principalement à Pattaya et Phuket. Tout comme en France, il convient, lors d’un retrait à un distributeur de billets, de ne pas se laisser distraire par un tiers. Des escrocs, qui agissent généralement à deux ou trois, cherchent par tous moyens à avoir un court instant la carte en leur possession pour copier la piste magnétique au moyen d’un boîtier spécial ("skimmer"). Ils essayent également de regarder le code confidentiel.

Les vols

Les vols les plus fréquemment signalés ont lieu sur la ligne de bus de nuit entre Surat Thani et Bangkok (dans les deux sens). Les vols (de passeports, et d’argent notamment) portent tant sur les bagages placés en soute que dans les effets des passagers, pendant leur sommeil. Plusieurs cas de vols à l’arrachée de sacs par un conducteur de moto et son passager arrière.

Risques naturels

Raz de marée : le raz de marée du 26 décembre 2004 à causé d’importantes destructions, mais de façon très contrastée, le long de la côte ouest de la Thaïlande (provinces de Phuket, Krabi, Phang Nga, Satun). Depuis, les autorités thaïlandaises se sont dotées de système de détection et d’alerte. Dans les zones à risque de tsunami, elles ont mis en place une signalisation particulière (panneaux de couleur bleue) vers les voies à emprunter pour rejoindre les refuges ainsi que les points de rassemblement. Des exercices de protection civile sont régulièrement organisés.

Activité sismique : le pays est situé dans une zone d’activité sismique. Un séisme dont l’épicentre était situé au Nord-Ouest de la Birmanie, a fait une victime et des dégâts dans le Nord de la Thaïlande le 24 mars 2011. Il a été ressenti jusqu’à Bangkok.
Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, consulter la fiche thématique de ce site.

Mousson : en période de fortes moussons (la saison des pluies s’étend d’avril à novembre), il est vivement conseillé aux voyageurs de se renseigner sur les conditions climatiques et l’état des routes des régions dans lesquelles ils comptent se rendre, ou qu’ils traversent, afin d’éviter de se trouver dans des zones inondées avec les risques qui en résultent. La spéléologie est déconseillée en saison des pluies, même lorsque les amateurs sont accompagnés de guides. Des glissements de terrain peuvent survenir aux abords de certaines chutes d’eaux visitées par les touristes.

Baignade

Plusieurs accidents mortels ont récemment eu lieu dans les stations balnéaires du sud du pays. Des nageurs, ainsi que des plongeurs en apnée, ont été heurtés par des bateaux navigant à grande vitesse à proximité immédiate des plages. Il est recommandé de se baigner exclusivement dans les zones réservées et délimitées par des bouées.

Transports

Généralités

Le réseau routier est en général en bon état. Toutefois, les accidents de la circulation sont extrêmement nombreux. Le respect des limitations de vitesse est vivement recommandé et la plus grande prudence est conseillée lors de la conduite de nuit. Le recours aux deux-roues est particulièrement dangereux. Les casques sont rarement aux normes. Les accidents, très fréquents, ont des conséquences dramatiques. Chaque année, on déplore des décès de ressortissants français survenus dans ce type de circonstances.

Transports collectifs

- Transport aérien

Un accident aérien d’un appareil de la compagnie aérienne à bas prix ONE TWO GO a provoqué la mort de 90 passagers dont 9 Français le 16 septembre 2007 à Phuket. En juillet 2009, la Commission européenne a retiré ONE TWO GO de sa liste noire des compagnies aériennes à la suite d’un audit conduit en coopération avec les autorités thaïlandaises. La compagnie One Two Go opère désormais sous la dénomination de sa maison mère, ORIENT THAI.

- Transport routier

Le mauvais entretien de certains autocars et, d’une manière générale, la vitesse excessive et des temps de conduite trop longs sont la cause d’accidents de la route très fréquents. Ce moyen de transport peu onéreux présente certains risques.

- Transport ferroviaire

En saison des pluies, certaines lignes ferroviaires sont régulièrement interrompues pendant plusieurs jours. Des glissements de terrain peuvent endommager les voies, voire provoquer des accidents.

- Transport maritime

A certaines saisons, la mer peut être agitée et présenter des dangers, en particulier à bord de "speed boat". Il est recommandé de vérifier la présence à bord de gilets de sauvetage en nombre suffisant et de ne pas embarquer sur des petits bateaux à l’évidence surchargés. Il est recommandé aux voyageurs de s’enquérir des conditions météorologiques avant leurs excursions en mer.

Location de véhicules

Certaines agences de location d’automobiles proposent des contrats ne comportant aucune assurance. Avant de louer un véhicule, il est vivement recommandé de vérifier ce point de manière exhaustive: assurance conducteur, passagers, responsabilité civile, et en cas de dommages sur le véhicule lui-même.

En cas d’accident, et à défaut d’assurance, le conducteur peut faire l’objet de poursuites judiciaires et est passible d’emprisonnement s’il n’est pas en mesure de dédommager le loueur et la(les) victime(s) de l’accident. Les montants exigés (en fonction de la gravité des dommages) sont extrêmement importants (plusieurs milliers d’euros). Par ailleurs, en cas de dommages corporels, les frais d’hospitalisation demeurent entièrement à la charge du client.

Dans les zones touristiques, de nombreuses agences louent des deux-roues ou des "scooters de mer" sans jamais proposer d’assurance. Compte tenu des risques encourus, il est vivement recommandé de ne pas avoir recours à leurs services.

Entrée / Séjour

Visa

Pour les touristes français, aucun visa n’est exigé pour un séjour inférieur à 30 jours pour une entrée par voie aérienne (présentation du billet aller-retour), et inférieur à 15 jours par voie terrestre ou maritime, dès lors que le passeport est encore valable pour six mois au moins lors de l’entrée sur le territoire. Pour des durées supérieures à 30 jours, l’obtention d’un visa est obligatoire. Les visas touristiques sont délivrés par les ambassades de Thaïlande à l’étranger. Leur durée ne peut excéder 3 mois. Attention ! La durée du séjour mentionnée sur le visa est très souvent réduite au passage de la frontière par les services de l’immigration. Il convient de vérifier avec la plus grande attention la date maximum autorisée mentionnée sur le tampon d’entrée.

La police de l’immigration se montre très vigilante dans ses contrôles. Avant de voyager, il convient de s’assurer de la durée de validité du passeport, qu’il ne comporte ni anomalie particulière ni rature. La police de l’immigration refuse systématiquement l’entrée sur le territoire thaïlandais aux touristes dont les titres de voyages ne sont pas conformes.

Il convient également de vérifier qu’un tampon d’entrée mentionnant la date d’entrée dans le pays a bien été apposé sur le passeport lors du passage de la frontière (surtout par voie terrestre ou maritime). Faute de quoi, en cas de contrôle ou lors de la sortie du territoire, les autorités de l’immigration considéreront l’entrée comme illégale et les contrevenants devront alors en répondre devant un tribunal.

La durée maximale et non renouvelable d’un séjour touristique ne peut excéder 3 mois.

Tout séjour irrégulier dans le pays est puni sévèrement par la loi et s’accompagne d’une lourde amende. L’incapacité à la payer a pour conséquence un emprisonnement au centre de détention des services de l’immigration où les conditions de séjour sont particulièrement difficiles.

La mise en œuvre de la procédure d’expulsion dépend du paiement des frais de gestion du dossier, de l’amende ainsi que de l’achat du billet d’avion de retour qui sont à la charge de la personne expulsée. A défaut de prise en charge financière, la personne est maintenue en détention.

Les personnes expulsées pour entrée illégale ainsi que celles qui ont commis des délits pénaux dans le pays, sont en général définitivement interdites de séjour en Thaïlande.

Il est donc formellement recommandé de ne pas séjourner dans le pays au-delà du délai de validité du séjour.

Par ailleurs, il a été signalé à l’ambassade de France que des officines spécialisées dans la prolongation des visas de tourisme ou l’obtention d’autres catégories de visas ont procédé à la fabrication de faux visas, exposant leurs clients à des sanctions pénales.

Adresses des missions étrangères en France (sur le site de la Maison des Français de l’étranger).

Santé

Avant le départ

Consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et souscrivez à une compagnie d’assistance couvrant les frais médicaux et de rapatriement sanitaire.

Entrée en Thaïlande avec des médicaments personnels

L’attention des voyageurs est appelée sur la réglementation thaïlandaise qui soumet l’importation de médicaments à des règles de déclaration, voire d’autorisation préalable.

Ainsi, les personnes qui justifient d’un traitement médical en cours doivent s’assurer auprès de l’ambassade de Thaïlande que les médicaments emportés sont autorisés. Des règles, en effet, s’appliquent selon la nature des médicaments et la quantité admissible.

Pour certains médicaments, et pour une prescription de courte durée, l’ambassade de Thaïlande recommandera de justifier d’une prescription rédigée en anglais et de déclarer spontanément les produits lors du passage en douane. Pour d’autres, l’importation peut être interdite ou limitée.

Les manquements aux règles pourraient conduire à différentes mesures allant de la simple confiscation des médicaments jusqu’à, dans certains cas, des peines d’emprisonnement.

Il est donc vivement conseillé, avant d’engager un voyage sous traitement médical, de se renseigner auprès de l’ambassade de Thaïlande à Paris.

Vaccinations

La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est conseillée.

Autres vaccinations conseillées (selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.

Autres vaccinations : en cas de séjour en zone rurale, la vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire.

La rage est endémique dans toute l’Asie du Sud-est. La plus grande prudence vis-à-vis des animaux errants est recommandée sur l’ensemble du territoire, villes incluses. La prévention repose, d’abord et avant tout sur l’absence de contact avec des animaux suspects, ensuite sur la vaccination préventive en cas de risque supposé d’exposition (professions à risques, enfants en bas âge, séjour en milieu rural ou éloigné des villes principales). Des cas de rage ont été rapportés en juin 2010 notamment à Bangkok et dans la province de Kanchanaburi.

Dans tous les cas demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Hygiène alimentaire, hygiène de l’eau

Il est recommandé de se laver fréquemment les mains, de ne boire que de l’eau conditionnée en bouteilles capsulées, de ne manger dans la rue que les plats suffisamment cuits. La plus grande prudence est à observer avec la consommation de produits locaux sur les marchés. Eviter la consommation de poisson de viande et de volailles crus.

Penser à adapter votre consommation d’eau à la chaleur et aux activités pratiquées.

L’alimentation est variée, les conditions d’hygiène des restaurants sont globalement satisfaisantes bien qu’il n’existe pas de contrôle sanitaire systématiques. Depuis le début 2011 le nombre de touristes admis en service de soins intensifs pour intoxication alimentaire est en recrudescence.

L’alimentation spécifique des nourrissons se trouve facilement dans les villes.

Syndrome Pied-Main-Bouche

Une épidémie de « syndrome pied-main-bouche » sévit dans les pays de la région de l’Asie du Sud-est. Depuis le début de l’année, 12 581 cas ont été constatés en Thaïlande, mais aucun cas de décès n’a été notifié à ce jour. Cette maladie est généralement associée à différents virus (Coxsackie et entérovirus), la souche d’Entérovirus EV 71 ayant été identifiée comme responsable de l’épidémie en 2012, et qualifiée de particulièrement agressive.

La maladie atteint essentiellement les enfants âgés de 3 mois à 11 ans et se manifeste par de la fièvre, de petites vésicules dans la bouche, la paume des mains et les doigts, la plante des pieds et sur les fesses. Il n’y a pas à ce jour de vaccin contre ce type de virus. De bonnes pratiques d’hygiène peuvent réduire au minimum ce risque.

Il est vivement conseillé de consulter un médecin immédiatement en cas d’apparition de l’un des symptômes suivants : déshydratation (sécheresse de la bouche, une perte de poids,…), raideur du cou, convulsions, maux de tête persistants et difficultés respiratoires.

Choléra

Plusieurs cas de choléra ont été enregistrés depuis le début de l’année 2010. Il est recommandé de veiller à la qualité des aliments et à leur bonne cuisson, d’éviter la consommation de crudités, de coquillages et de tous fruits ou légumes non pelés ou non lavés. Il est également conseillé de préférer l’eau en bouteille plutôt que l’eau du robinet et de se laver régulièrement les mains.

Les maladies à transmission vectorielle
  • Paludisme (malaria): maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques qui impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…) A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé. Les frontières avec le Cambodge, le Laos, le Myanmar et la Malaisie sont classées en zone 3. Dans le reste du pays : pas de chimioprophylaxie.
  • Dengue : la dengue est une maladie endémique en Thaïlande. Une épidémie de dengue sévit actuellement dans tout le pays, plus particulièrement dans le nord et le centre. La maladie est propagée par un moustique, actif de jour, il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques). La dengue pouvant prendre une forme potentiellement grave il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre (la prise d’aspirine est déconseillée).
  • Encéphalite japonaise : Cette maladie, qui n’existe qu’en Asie, se transmet par des moustiques, en zone rurale. Des cas humains ont été recensés dans les provinces du Nord du Vietnam. Ces cas peuvent être mortels ou engendrer des séquelles neurologiques graves. De ce fait, la vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire (à pratiquer dans un centre médical sur place). Dans le cadre d’un voyage touristique, il semble que les mesures physiques (vêtements longs, répulsifs…) soient une arme efficace.
  • Les Rickettsioses : maladies infectieuses bactériennes, potentiellement mortelles, transmises par les tiques, les puces, les poux ou acariens. Elle peut évoquer devant un syndrome infectieux associé à des manifestations cutanées. Le traitement repose sur la prise d’antibiotique. La prévention repose sur le port de vêtements longs et de répulsifs.

L’examen de la peau après passage dans une zone potentiellement infestée (brousse , champ forêt) est conseillé.

Grippe

On relève une recrudescence des cas d’infection par les virus grippaux dans leur ensemble.

  • GRIPPE A H1N1 : De nombreux cas de grippe A (type H1N1) sont rapportés en Thaïlande. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site Internet de l’ambassade de France en Thaïlande (cliquez ici)www.ambafrance-th.org, ou en appelant le centre d’appel thaïlandais au 02 590 1781.
  • GRIPPE AVIAIRE : La grippe aviaire est présente de façon diffuse en Thaïlande depuis la fin de l’année 2003, avec des périodes d’apparente accalmie et de reprise. Il s’agit d’une maladie virale animale (volailles) exceptionnellement transmissible à l’homme. Veillez à éviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier les viandes et les œufs.

Lavez-vous régulièrement les mains à l’eau et au savon ou avec un soluté hydro-alcoolique. En cas de fièvre sur place ou après le retour en France, il est conseillé de consulter un médecin.

Infection par le virus HIV

Il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Infos utiles

Délits et crimes commis en Thaïlande
  • Drogues

Qu’il s’agisse de la consommation ou de la vente de stupéfiants, les mesures de répression en Thaïlande sont très sévères, et les peines très lourdes. Les délits de consommation ou possession (très petites quantités) d’amphétamines, de marijuana, de haschich et autres substances de même type, sont systématiquement punis d’une peine de prison ferme allant de six mois à dix ans. Les délits de consommation ou possession de drogues dures (très petites quantités) - héroïne, opium, etc. - sont punis d’une peine de prison ferme de deux à vingt ans. La seule possession d’une certaine quantité de stupéfiants suffit à établir les crimes de trafic, voire de vente. Ils sont passibles de la peine capitale.

  • Pédophilie

Les mesures de répression sont de plus en plus sévères à l’encontre des étrangers convaincus de pédophilie ou d’exploitation commerciale de la pornographie. L’ emprisonnement à vie peut être prononcé.

  • Autres délits

Le droit pénal thaïlandais est très répressif. Les délits de vols - même s’il s’agit de tentatives - sont systématiquement réprimés par des peines de plusieurs mois de prison ferme. Certains de nos compatriotes ayant commis des larcins ou des tentatives - en particulier dans les boutiques d’aéoroport - ont été condamnés à des peines de prison fermes qu’ils ont dû purger en Thaïlande.

Transfèrement des prisonniers en France

Le transfèrement dans une prison française d’un détenu définitivement condamné n’est accordé par les autorités thaïlandaises qu’à l’issue d’une période de quatre à huit ans de prison ferme en fonction de la durée de la peine à purger et à la condition que celui-ci se soit acquitté des amendes et des dommages auxquels il a été condamné. Le condamné transféré n’est pas jugé à nouveau par les magistrats français.

Importation de cigarettes en Thaïlande

L’importation de cigarettes est limité à 200 cigarettes (10 paquets de 20) par passager majeur. La possession est établie soit par l’intitulé de la facture de détaxe (maximum toléré: une facture d’une seule cartouche par passager majeur) ou par le nombre de paquets en possession d’un seul passager (s’il en transporte plus de 10, il encourt une amende, même s’il est accompagné d’un autre passager). En sus de la saisie, le montant de l’amende varie de 1000 à 3000 euros. Son montant n’est pas négociable. Son non-paiement entraîne des poursuites judiciaires et l’incarcération.

Divers

Il convient de respecter l’image de la personne du Roi (y compris sur les billets de banque) et des représentations du Bouddha. De même, l’exportation des statues du Bouddha est strictement prohibée.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014