Accès rapide :

Transports

Infrastructure routière

Malgré un récent effort d’aménagement, l’usage des voies de communication terrestres reste (à l’exception de N’Djamena dont les principales artères sont bitumées) difficile sur l’ensemble du territoire. A l’extérieur de la capitale, il est essentiellement composé soit de routes en mauvais état, soit de pistes souvent impraticables en saison des pluies, particulièrement au Sud. Le Nord du pays, en dépit de quelques pistes commerciales ou logistiques bien marquées (entre la Libye et Ounianga Kebir / Faya-Largeau et N’Djamena / Faya-Largeau, Fada et Abéché), est dépourvu de voies terrestres fiables et la présence de mines déposées durant la guerre constitue un danger réel.

L’approvisionnement en carburant est assuré dans les grandes villes mais toujours difficile hors des agglomérations. Il convient de prévoir, pour tout trajet, une réserve de fuel et d’eau.

Tout déplacement à l’intérieur du pays doit être effectué en convoi (2 véhicules minimum). L’état du réseau routier et du parc automobile local ainsi qu’une méconnaissance des règles de base du code de la route doivent inciter les conducteurs étrangers à la plus grande prudence. En cas d’accident de la route, un constat doit être effectué par les autorités de police ou de gendarmerie tchadiennes. L’ambassade de France doit être informée (cf. les numéros utiles).

Transport aérien

Les procédures de sûreté concernant l’accès et la circulation des personnes dans les zones sensibles de l’aéroport sont respectées.

Des vols internationaux sont assurés par les compagnies internationales : Air France, Ethiopian Airlines, Asky, Camair-Co, Air Côte d’Ivoire et Turkish Airlines.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014