Accès rapide :

Tadjikistan

Tadjikistan

Certification ISO
Dernière mise à jour le: 27 août 2014 - Information toujours valide le: 30 août 2014

Dernière minute

Sommet des chefs d’Etat de l’Organisation de Coopération de Shangai, les 11 et 12 septembre 2014 à Douchanbé

En raison du prochain Sommet des chefs d’Etat de l’Organisation de Coopération de Shangai, qui se tiendra à Douchanbé les 11 et 12 septembre 2014, aucun visa ne sera délivré directement à l’aéroport de Douchanbé du 6 au 13 septembre.

Les voyageurs devant se rendre au Tadjikistan pendant cette période doivent donc s’assurer qu’ils disposent d’un visa en cours de validité avant leur départ.

Par ailleurs, toutes les activités de la capitale seront très fortement perturbées pendant cette période.

Haut-Badakhchan

Deux mois après les troubles ayant affecté la région de Khorog et la partie méridionale de la province tadjike du Haut-Badakhchan, il se confirme que la situation est de nouveau calme dans cette région, où la vie normale a repris son cours.

Il est recommandé aux voyageurs désireux de se rendre dans cette province autonome de vérifier qu’ils sont bien détenteurs de l’autorisation requise par les autorités tadjikes. L’attention est appelée sur le fait que les déplacements de diplomates, de membres d’organisations internationales, d’hommes d’affaires et d’ONG étrangères sont désormais soumis à un régime d’autorisations plus restrictif que pour les touristes : de ce fait, l’assistance consulaire sur place à des voyageurs français en graves difficultés peut être rendue plus complexe et moins rapide.

De manière générale, la prudence reste de mise dans cette région isolée et d’accès difficile.

Le passage de la frontière afghane à partir du Tadjikistan demeure formellement déconseillé.

Sécurité

Recommandations générales
  • il est rappelé l’impérieuse nécessité de contracter, avant le départ, une assurance incluant le rapatriement ;
  • il est conseillé de systématiquement photocopier les pages d’identité du passeport ainsi que le visa, quel que soit le lieu de délivrance de ce dernier (auprès des ambassades du Tadjikistan à Bruxelles, Londres ou Berlin) ;
  • il est fortement conseillé aux ressortissants français voyageant seuls ou en groupe de contacter téléphoniquement l’ambassade de France à Douchanbé dès leur arrivée sur le territoire ;
  • enfin, il est recommandé aux touristes désireux de s’éloigner des centres urbains et principaux axes de communication de se munir d’un téléphone satellitaire.

Les régions suivantes peuvent être visitées par les voyageurs à condition de respecter certaines mesures élémentaires de sécurité et que le voyage soit bien organisé, avec des accompagnateurs ayant une réelle connaissance des régions visitées, de la situation politique locale, voire des responsables locaux : le Pamir, le Nord, le Khatlon, la route principale de la vallée de Garm.

Des mesures de précaution méritent toutefois d’être rappelées :

  • Ne pas se déplacer avec de fortes sommes, ou, en cas d’extrême nécessité, ne pas le faire de manière ostensible, notamment lorsqu’on change de l’argent.
  • Ne pas se hasarder seul le soir dans des zones inconnues, désertes ou excentrées.
  • Ne pas chercher à se soustraire aux nombreux barrages et contrôles de la police, des services de sécurité ou de l’armée sur les routes comme en ville.
  • Hors grandes agglomérations, éviter de circuler en voiture la nuit tombée. Les routes sont peu et mal éclairées et des animaux s’y promènent souvent sans surveillance.
  • Des champs de mines subsistent, notamment dans certaines zones frontalières, à l’ouest et au sud du pays, ainsi que dans la vallée de Garm. Il convient de se renseigner régulièrement auprès de l’ambassade de France à Douchanbé et, sur le terrain, auprès de l’une ou l’autre des nombreuses ONG ou organisations internationales (OSCE, PAM, etc.) présentes.

1. Région de Khodjent (Nord)
Comme dans tout le pays et particulièrement dans cette région, il y a lieu d’être très vigilant sur la route. En effet, le comportement général des automobilistes reste un danger permanent.

2. Région de Douchanbé (Ouest)
Région calme, peu d’incidents récents à signaler. Il faut néanmoins demeurer vigilant lors des sorties nocturnes, notamment dans les commerces de la nuit (discothèques, restaurants, bars), où la drogue est présente et où les agressions sont possibles. Ne pas sortir seul(e) la nuit.

3. Régions du Khatlon (Kourgan Teppa et Kouliab) (Sud-Ouest)
Régions calmes, pas d’incidents récents à signaler, sauf à certains points de passage frontaliers (contrôles des activités des narcotrafiquants). La frontière est surveillée en profondeur et une partie est interdite d’accès (barbelés, etc.). Les points accessibles sont quant à eux sécurisés et ne présentent pas de danger. C’est le cas du débouché des routes principales qui mènent à la frontière afghane, où les gardes-frontières sont présents et filtrent les accès.

La région de Kouliab peut être sujette aux inondations et fait partie des zones sismiques.

4. Région de la vallée de Garm (Karatéguine) (Centre)
La présence rémanente de mines dans la région de Garm, depuis l’époque de la guerre civile (1992-1997), est à prendre en compte.
Fort risque de tremblements de terre (50.000 victimes en 1949), d’inondations et de glissements de terrain.

5. Région de Khorog (Sud-Est)
Risques d’avalanches et de glissements de terrain.

6. Zones frontières avec l’Ouzbékistan
Une grande partie de la frontière reste minée. Ne pas sortir des sentiers battus.

7. Zones frontières avec l’Afghanistan
Il est formellement déconseillé de tenter de se rendre en Afghanistan à partir du territoire tadjik, même en possession d’un visa afghan en règle. Le territoire de l’Afghanistan demeure dangereux et il peut arriver que les autorités tadjikes édictent inopinément des restrictions au retour sur leur territoire de voyageurs pourtant munis de tous les visas requis.

Risque sismique

Le Tadjikistan est situé dans une région à haut risque en ce qui concerne les tremblements de terre. L’intensité des secousses observées peut varier de 3 à 8 sur l’échelle de Richter. En cas de séisme, il est recommandé à nos ressortissants de suivre les recommandations d’usage mentionnées dans la fiche réflexe "Risques naturels".

Risques d’avalanches

Dans un grand nombre de districts de haute montagne, il convient de prendre en considération les risques d’avalanches ainsi que d’inondations et de glissements de terrain liés aux crues, en particulier lors des pluies intenses du printemps. Les routes sont alors particulièrement dangereuses.

Transports

Infrastructure routière

Le réseau routier est souvent dans un état précaire et les routes de montagne peuvent être coupées pendant plusieurs jours par les chutes de neige, les glissements de terrains ou les éboulements. La plupart des routes sont impraticables pour les voitures à très bas châssis. Certaines routes (y compris la route principale reliant la première et la seconde ville du pays, Khodjent) sont fermées tout l’hiver et une bonne partie du printemps. Bus et taxis parcourent les grands axes qui relient entre elles les trois parties du pays. Les stations-service sont rares le long des routes et pas toujours approvisionnées.

La consommation d’alcool est rigoureusement interdite aux conducteurs.

Réseau ferroviaire

Le réseau ferroviaire, qui est peu développé (500km), est dirigé vers l’Ouzbékistan. Il n’y a pas de liaison directe entre Khodjent ou Khorog et Douchanbé.

Transport aérien

Il n’existe pas de liaison aérienne directe entre la France et le Tadjikistan. La compagnie turque Turkish Airlines assure, le lundi et le jeudi, deux liaisons hebdomadaires entre Istanbul et Douchanbé. Des compagnies russes et tadjikes assurent plusieurs vols quotidiens entre Douchanbé et Moscou, mais ces billets ne peuvent être achetés qu’en Russie ou au Tadjikistan.

L’avion est le moyen de transport le plus sûr pour se rendre à Khodjent (plusieurs vols quotidiens) et Khorog (trois fois par semaine, sauf en hiver). Gharm, Kouliab, Aïni (une fois par semaine) et Pendjikent (quatre vols par semaine) sont également desservis au départ de Douchanbé.

Les horaires des vols sont sujets à des changements fréquents tant en raison des conditions climatiques qu’à cause des difficultés d’approvisionnement en kérosène.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée et de séjour :

Les voyageurs qui souhaitent se rendre au Tadjikistan doivent impérativement être détenteurs d’un visa tadjik.

Types de visas et modalités de leur obtention

La République du Tadjikistan délivre quatre types de visas d’entrée sur son territoire :

  • de service
  • d’études
  • d’affaires
  • de tourisme.

Les voyageurs désireux de se rendre au Tadjikistan par voie routière doivent obligatoirement détenir un visa délivré par l’une des ambassades du Tadjikistan installée en Europe (Bruxelles, Berlin et Londres) ou dans les pays traversés (Turquie, Iran, Emirats arabes unis, Russie, Ouzbékistan, Kazakhstan, République kirghize, Pakistan et Afghanistan). Les voyageurs se rendant au Tadjikistan par voie aérienne peuvent se procurer à leur arrivée à Douchanbé un visa touristique à entrée unique pour une durée maximale de 45 jours auprès du Bureau consulaire de l’aéroport. Il est important de prévoir deux photographies d’identité. Les voyageurs souhaitant visiter le Pamir doivent obligatoirement solliciter lors de la demande de visa l’autorisation de se rendre en Gbao (région autonome du Haut-Badakhshan), qui fera l’objet d’une mention particulière tamponnée sur le passeport.

Il est également possible d’obtenir un visa court séjour d’une entrée directement à l’aéroport de Douchanbé lors de l’arrivée mais celui-ci ne permettra pas de se rendre dans le Haut Badakhchan, cette autorisation ne pouvant être obtenue qu’auprès d’une ambassade du Tadjikistan. Toute entrée sur le territoire du Tadjikistan autre que par l’aéroport de Douchanbé nécessite également la délivrance d’un visa par une ambassade du Tadjikistan.

A partir de l’Europe :
Il n’y a pas de représentation diplomatique du Tadjikistan en France, mais l’Ambassade du Tadjikistan à Bruxelles est accréditée auprès de nos autorités et les voyageurs peuvent également s’adresser à l’Ambassade du Tadjikistan en Autriche ou à l’Ambassade du Tadjikistan en Allemagne. Les visas peuvent, en principe, être demandés auprès des services consulaires de l’Ambassade de la Fédération de Russie en France mais les délais d’obtention peuvent être longs.

A partir des pays voisins du Tadjikistan :
Un visa peut-être obtenu auprès des ambassades tadjiks (ou par l’intermédiaire de certaines agences de voyage) à Almaty, Bichkek ou Tachkent (prévoir paiement 6$).

Procédure d’enregistrement des personnes et des véhicules

La règle générale demeure que tout citoyen étranger doit se présenter dans les 72 heures suivant son arrivée dans l’un des bureaux d’enregistrement (OVIR). Toutefois, cette règle a été assouplie par un oukase présidentiel du 29 avril 2009 qui exempte d’enregistrement pendant 29 jours les voyageurs détenteur d’un visa touristique, qui devront donc se faire enregistrer au trentième jour de présence au Tadjikistan puis, pour ceux qui possèdent un visa touristique de 90 jours, au soixantième jour de séjour. L’enregistrement dans les 72 heures ne reste donc obligatoire que pour les détenteurs de visas autres que de tourisme. De plus, les voyageurs munis d’un visa de tourisme se rendant au Tadjikistan par la route à bord de leur véhicule (automobile ou moto), même s’ils sont dispensés d’enregistrement des personnes à l’OVIR pendant 29 jours, doivent enregistrer ce véhicule dans les 72 heures suivant leur arrivée auprès du service des douanes. En effet, l’assouplissement du régime de contrôle des personnes, qui relève du service des migrations du ministère de l’Intérieur, n’implique pas de changement du contrôle des trafics illicites de véhicules, confié aux douanes.

Procédure en cas d’infraction

Toute infraction au régime de l’enregistrement des étrangers sur le territoire du Tadjikistan pourra être sanctionnée lors des formalités de contrôle au départ du territoire aux postes frontaliers routiers et des aéroports (Douchanbé, Khodjent et Kulyab).

Pour les automobilistes et motocyclistes, la sanction prendra la forme de l’immobilisation du véhicule et de ses passagers jusqu’au paiement d’une amende. Pour les passagers à l’embarquement d’un vol retour, cette immobilisation peut se prolonger après le départ du vol, ce qui peut s’avérer particulièrement gênant du fait de la moindre fréquence des liaisons aériennes. La procédure prévoit de présenter le contrevenant au tribunal d’arrondissement, qui a un délai de 20 jours pour statuer sur la sanction. Celle-ci, conformément à l’article 499 du code des infractions administratives, peut aller du seul paiement d’une amende d’un montant compris entre 80 et 90 fois la somme des frais d’enregistrement (25 somoni), au paiement de l’amende assorti d’une expulsion du territoire avec interdiction de retour pendant 5 ans. Dans tous les cas, le contrevenant devra donc s’acquitter au minimum d’une amende comprise entre 320 et 360€, sans compter les frais additionnels découlant d’un maintien prolongé sur le territoire.

Santé

Vaccins

Aucun vaccin n’est obligatoire mais les vaccins suivants peuvent être recommandés :

  • Diphtérie-tétanos-polio
  • Typhoïde
  • Hépatite A
  • Hépatite B
  • Méningite
Poliomyélite

Le Tadjikistan connaît depuis le début de l’année 2010 une flambée de poliomyélite. Cette épidémie virale s’est étendue à plusieurs pays d’Asie centrale (la poliomyélite étant déjà endémique en Afghanistan, au Pakistan et en Inde). Il est donc fortement recommandé d’être à jour de sa vaccination anti-poliomyélite (vaccin combiné diphtérie-tétanos-polio) avant de se rendre dans le pays. Une hygiène alimentaire rigoureuse et un lavage fréquent des mains sont vivement recommandés.

Prévention du paludisme (malaria)

Maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques qui impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…). A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé. Classification : zone 2 . Le paludisme sévit particulièrement de juin à octobre dans certaines régions. Il s’agit principalement de la frontière sud avec l’Afghanistan (région du Khatlon), et de quelques zones du centre (Douchanbe), de l’est (Gorno-Badakhshan) et du nord (Khodjent).

De nombreux cas de tuberculose sont observés sur l’ensemble du territoire.

Le développement du HIV est limité (moins de deux cent cas recensés), et il est essentiellement lié à la prostitution et à la consommation d’héroïne. Toutefois la fiabilité des statistiques officielles est sujette à caution. En tout état de cause les précautions habituelles pour se garantir des risques de contamination sont recommandées. Les marques occidentales de préservatifs sont maintenant présentes dans les pharmacies locales.

Médicaments
  • En cas de maladie chronique, il est conseillé de prévoir d’avoir avec soi les médicaments habituels en quantité suffisante ;
  • prévoir en particulier tout ce qui est spray, collyre et traitement contre l’asthme ;
  • il peut être utile de passer par un médecin pour contrôler les médicaments achetés sur place en pharmacie (risques de reconditionnement).
Services médicaux
  • Les systèmes de stérilisation étant souvent insuffisants, il est déconseillé de s’adresser individuellement à un hôpital, à un médecin ou à un dentiste sans s’être préalablement renseigné auprès des services de l’ambassade. Il est en outre conseillé de se munir d’un matériel médical de première urgence (y compris aiguilles stériles à usage unique), notamment en cas de voyage à l’intérieur du pays.
  • En cas d’accident grave et si une opération chirurgicale devait être envisagée, l’évacuation médicale vers un pays tiers est recommandée. En effet, à l’heure actuelle, aucun hôpital ne dispose des équipements médicaux nécessaires à une intervention chirurgicale lourde (IRM, scanner…). En cas d’opération, il est conseillé de s’adresser à l’hôpital Chiffo ou à la clinique Avicenne. Les problèmes dentaires peuvent être traités à la clinique Eurodent.

Il est fortement recommandé aux Français appelés à se rendre au Tadjikistan de se munir, avant leur départ, d’une assurance médicale appropriée permettant notamment, le cas échéant, leur évacuation.

Recommandations générales
  • Ne pas boire l’eau du robinet, qui n’est pas potable (spécialement à Douchanbé). Il est également préférable d’utiliser l’eau minérale pour se laver les dents ;
  • il est conseillé, en cas de rencontre sexuelle, de se munir de préservatifs, les marques européennes sont maintenant disponibles dans la plupart des pharmacies ;
  • rincer les fruits et les peler. Eviter les viandes mal cuites et les laitages crus ;
  • éviter d’approcher les chiens errants.
Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Infos utiles

Us et Coutumes

La très grande majorité de la population est musulmane. Il convient de respecter les habitudes locales, notamment en ce qui concerne les égards dus aux femmes et d’adopter en toute circonstance une tenue décente.

La nudité est à proscrire. Il est déconseillé de porter le short et plus encore de se déplacer torse nu. Il est également recommandé, dans les zones rurales, de ne pas se baigner en maillot à proximité des lieux d’habitation.

Divers
  • Séjour au Tadjikistan Les ressortissants français résidant au Tadjikistan ou s’y trouvant en mission peuvent s’y faire enregistrer. Il n’y a toutefois pas d’inscription consulaire.
  • Légalisation de documents L’Ambassade de France au Tadjikistan ne procède pas aux formalités de légalisation de documents officiels français. Les ressortissants français qui se déplacent au Tadjikistan afin d’y exécuter des formalités administratives diverses (état civil, mariage…) sont invités à faire légaliser leurs documents en France, avant leur départ, auprès de la Mairie compétente.
  • Visas Schengen
    Les visas Schengen sont délivrés par l’Ambassade d’Allemagne : 59,1, rue Somoni 734064 Douchanbé. Tél : +992-43 3773013.
  • Monnaie
    Tous les paiements se font en liquide. Officiellement, ils doivent être effectués exclusivement en monnaie nationale (le somoni). L’usage des cartes de crédit n’est pas répandu. Le dollar américain et l’euro sont à peu près les seules monnaies acceptées dans les bureaux de change.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014