Accès rapide :

Santé

Avant le départ

Consulter son médecin, éventuellement son dentiste, et contracter une assurance incluant une possibilité d’évacuation sanitaire.

Vaccinations recommandées
  • Vaccination contre la fièvre jaune : un certificat de vaccination antiamarile est exigé pour les voyageurs en provenance d’une zone infectée.
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est recommandée.
  • Autres vaccinations conseillées : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B, et dans certains cas méningite à méningocoque tétravalente.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée. Demander conseil à son médecin ou à un centre de vaccinations internationales.
Fièvre jaune

Il n’y a pas de risque de contamination au Swaziland, mais la vaccination contre cette maladie est obligatoire pour toute personne ayant transité ou séjourné dans l’un des pays suivants : Angola, Bénin, Bolivie, Brésil, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Colombie, Congo, Côte d’Ivoire, Equateur, Ethiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée Conakry, Guinée-Bissao, Guinée équatoriale, Guyana, Guyane française, Kenya, Libéria, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, Ouganda, Panama, Pérou, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Rwanda, Sénégal, Sierra Leone, Soudan, Soudan du Sud, Suriname, Tanzanie, Tchad, Togo, Trinité-et-Tobago et Venezuela.

Rage

Une vaccination contre la rage peut être conseillée, en raison de la présence de nombreux animaux sauvages dans le pays, surtout pour les voyageurs souhaitant visiter les réserves naturelles hors des circuits touristiques protégés.

En cas de morsure par un animal, même domestique, une consultation médicale doit être recherchée rapidement.

Paludisme

Bien qu’en diminution ces dernières années, le paludisme est présent dans l’ensemble du pays. Le nombre de cas augmente à la saison humide, mais la transmission existe toute l’année.

Prévention du paludisme (malaria) : cette maladie parasitaire est transmise par les piqûres de moustiques, agissant principalement à la tombée du jour et pendant la nuit. Cela impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques et surtout moustiquaires…). L’air conditionné diminue le risque de paludisme, mais ne le supprime pas, et doit donc aussi s’accompagner de l’usage de moustiquaires. Un traitement médicamenteux préventif est recommandé pour les personnes demeurant moins de 6 mois. Cette prévention devant être adaptée à chaque individu et aux résistances existantes dans le pays contre certains anti-malariques (classification en zone 3 par l’OMS, soit à résistance élevée), il convient avant le départ de s’adresser à son médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France pendant une durée variable selon le produit utilisé.

En cas de fièvre après un séjour au Swaziland, une consultation médicale s’impose et l’exposition éventuelle au paludisme doit être signalée à son médecin. Si la fièvre survient pendant le séjour dans le pays, une consultation médicale accompagnée d’un test diagnostic avant le traitement, est fortement recommandée

Tuberculose

La tuberculose est également fortement présente au Swaziland. Elle est souvent associée au VIH, mais est aussi très fréquente de façon isolée. Le nombre de cas de tuberculose résistante aux traitements classiques est en forte hausse.

En cas de toux persistante qui ne cède pas aux traitements habituels, une consultation médicale s’impose.

Choléra

Le Swaziland est régulièrement confronté à des épidémies de choléra d’ampleur variable. Le risque est donc permanent dans tout le pays. Toutefois, le choléra touche peu les populations avec une bonne hygiène de vie. La prévention est la même que celles des maladies diarrhéiques comme indiqué ci-dessous.

Prévention de la diarrhée du voyageur et du choléra
  • Il est conseillé de ne pas boire l’eau du robinet : préférez les eaux en bouteilles capsulées. A défaut, consommez de l’eau filtrée, bouillie et décontaminée. Ne pas consommer de glaçons dont vous ignorez l’origine.
  • Evitez l’ingestion de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés.
  • Evitez la consommation d’aliments (poisson, viande, volaille, lait) insuffisamment cuits.
  • Evitez les restaurants à l’hygiène douteuse.
  • Veillez à un lavage régulier et soigneux (avec du savon) des mains avant et après chaque repas, et après un passage aux toilettes.
VIH-Sida – Hépatite B et Hépatite C

Il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Etablissements hospitaliers

Les infrastructures de santé du pays disposent d’un équipement et d’un confort très limités, et les médecins sont peu nombreux, notamment les spécialistes. Les ruptures de stock de médicaments ne sont pas rares. Toute intervention médicale sérieuse doit si possible être réalisée à l’étranger. L’Afrique du Sud qui dispose de structures privées d’excellente qualité est la destination recommandée la plus proche (ville de Nelspruit notamment). A cause du coût élevé des soins, il est souhaitable d’avoir une bonne assurance santé.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Institut Pasteur (fiche pays)
Institut de veille sanitaire
Organisation Mondiale de la Santé


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014