Accès rapide :

Santé

Avant le départ

Il est recommandé de contracter une assurance couvrant soins médicaux et rapatriement, l’ambassade de France ne pouvant subvenir aux défaillances à cet égard. Il est par ailleurs prudent de consulter son médecin traitant avant le départ (en cas de problèmes cardiaques notamment).

Sur place

Il est prudent d’avoir sur soi une carte de groupe sanguin et les coordonnées de son assurance soins médicaux, rapatriement. En outre, on veillera aux recommandations suivantes :

  • Ne pas consommer l’eau du robinet (attention aux glaçons).
  • Eviter les crudités (sauf dans les hôtels et restaurants de bon standing).
  • Prévoir une lotion anti-moustique adaptée aux régions tropicales et veiller à se protéger de jour comme de nuit.

Au retour

En cas de fièvre ou autre symptôme survenant après un séjour à Sri Lanka, ne pas négliger de mentionner ce séjour à son médecin.

Dengue

Les autorités sanitaires locales attirent l’attention de la population en raison de la multiplication des cas de dengue. La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe (forte fièvre, douleurs articulaires, maux de tête). Il n’existe actuellement pas de traitement préventif contre l’infection de la dengue, mais un vaccin est en cours de développement. La prise en charge est donc avant tout symptomatique et repose sur la prise d’antalgiques à base de paracétamol et le repos. Il faut impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoire. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques :

  • Portez des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide ;
  • Utilisez des produits insecticides et des répulsifs cutanés ;
  • Protégez votre logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.) ;
  • Détruisez les sites potentiels de reproduction des moustiques (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs, les gouttières, les pneus, etc.)
Leishmaniose cutanée

Cette parasitose, dont l’agent est un protozoaire flagellé, est transmise par une mouche de sable ou un moucheron qui pique surtout le soir et la nuit. L’infection se traduit par des lésions cutanées qui peuvent se développer sur le visage, les bras et le corps et évoluer, donnant au malade un aspect lépromateux. D’abord constatée dans les zones côtières de l’est de l’île, la maladie se développe depuis décembre 2015 dans diverses zones rurales du pays (Anuradhapura, Polonnaruwa, Hambantota, Matara). Le traitement curatif est long et difficile, et il convient de consulter un médecin rapidement après l’apparition d’une ou plusieurs plaies cutanées laissant supposer une infection. La prévention consiste notamment à porter des vêtements couvrants et à appliquer sur la peau des répulsifs anti-moustiques.
Cette maladie est transmise par la piqûre d’un insecte, le phlébotome. Plusieurs formes de la maladie sont connues, uniquement cutanées ou viscérales, pouvant être mortelle.
D’abord constatée dans les zones côtières de l’est de l’île, la maladie se développe depuis peu dans diverses zones rurales du pays (Anuradhapura, Polonnaruwa, Hambantota, Matara notamment).
Le traitement curatif pouvant être long, il convient de consulter rapidement un médecin après l’apparition d’une ou de plusieurs plaies cutanées.
La prévention repose sur des mesures individuelles de protection (vêtements couvrants imprégnés, utilisation de répulsifs cutanés et de moustiquaires imprégnées).

Chikungunya

Tout comme la dengue, cette maladie virale est transmise par des piqûres de moustiques. Des cas de fièvre chikungunya ont été confirmés officiellement dans plusieurs zones urbaines, notamment à Colombo et Kandy.

Paludisme

Sri Lanka a été déclaré libéré du paludisme par l’OMS le 08/09/2016 en l’absence de nouveaux cas contractés depuis trois ans.

Epidémie de grippe aviaire

A ce jour, le Sri Lanka n’a déclaré aucune affection de grippe aviaire sur son territoire. Néanmoins, les recommandations générales d’hygiène ci-dessous, qui visent à se protéger des infections microbiennes, sont préconisées :

  • éviter de consommer des produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier les viandes et les œufs ;
  • se laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon ou un soluté hydro-alcoolique qu’il est conseillé d’avoir toujours avec soi (disponibles dans les pharmacies et les supermarchés des villes).

La Direction Générale de la Santé recommande aux voyageurs d’éviter tout contact avec les volailles et les oiseaux, c’est-à-dire de ne pas se rendre dans des élevages ni sur les marchés aux volatiles.

Attaques de frelons à Sigiriya (Rocher du Lion)

Des attaques massives de frelons, pouvant nécessiter une hospitalisation, sont régulièrement signalées sur le sentier forestier menant au Rocher du Lion de Sigiriya. Un panneau y indique que le bruit est de nature à favoriser ces agressions.

Vaccinations
  • Il est vivement recommandé ses vaccinations Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite et Coqueluche.
  • Il est également conseillé de se faire vacciner contre l’hépatite A et B ainsi que contre la fièvre typhoïde.
  • Pour les séjours en zones rurales, la vaccination contre l’encéphalite japonaise et contre la rage peut être nécessaire.
  • Pour les personnes amenées à travailler à Sri Lanka dans le cadre de l’assistance humanitaire aux populations locales, des mesures d’hygiènes strictes s’imposent.
VIH – Sida

Prévalence non négligeable du VIH-Sida. Des mesures de protection individuelles s’imposent.

La liste complète des médecins et hôpitaux conseillés figure sur le site consulaire de l’ambassade

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

PLAN DU SITE