Accès rapide :

Sécurité

Avertissement général

Aucun acte terroriste n’ a été enregistré à Sri Lanka depuis la fin de la guerre en 2009. Le risque de reprise d’actes violents ne peut être toutefois écarté. Des tensions ethniques et religieuses sont perceptibles dans l’ensemble du pays et les autorités sri lankaises estiment que la menace terroriste est de retour sur leur territoire.

Dans les provinces de l’Est et du Nord, des travaux de reconstruction des infrastructures et d’aménagement des sites touristiques sont en cours. Dans ces régions, subsistent des zones qui n’ont pas encore été déminées. Elles sont signalées et interdites d’accès. Il convient d’être prudent lorsqu’on s’aventure hors des principaux axes routiers.

La présence de l’armée reste importante et visible. Avec la police, elle conduit actuellement des opérations dans le nord du pays visant à arrêter des personnes suspectées de vouloir reprendre la lutte contre le gouvernement. Dans ces deux provinces (districts de Mannar, Vavuniya, Mullaitivu, Kilinochchi, Jaffna, Trincomalee, Batticaloa et Ampara), les précautions suivantes sont recommandées :

  • être attentif aux consignes données par les forces de sécurité et se soumettre aux contrôles ;
  • respecter la signalisation de la présence possible de mines et les interdictions d’accès à certains endroits ;
  • ne pas s’écarter des principaux axes de circulation ;
  • éviter les zones forestières, les rizières et les maisons en ruine qui peuvent abriter des mines ou d’autres engins explosifs ;
  • faire preuve de retenue quant à l’évocation de la guerre et de la situation politique actuelle, sujets très sensibles et susceptibles de mettre en danger ceux qui en font état.

En toutes circonstances et dans l’ensemble du pays, il est conseillé de faire preuve de vigilance renforcée et de se conformer strictement aux consignes de sécurité émises par les autorités. Il est également conseillé de se tenir à l’écart des rassemblements et des mouvements de foule organisés ou spontanés et d’éventuelles querelles.

Avertissement : tout visiteur portant un tatouage, permanent et visible, à son arrivée à Sri Lanka, représentant le Bouddha ou tout autre symbole du bouddhisme, s’expose à une arrestation, un éventuel emprisonnement et une expulsion. Par ailleurs, des étrangers ont, à ce titre, déjà fait l’objet d’agressions (verbales ou physiques) de la part de la population.

Les principaux risques encourus par les voyageurs à Sri Lanka, outre ceux mentionnés dans les onglets « Transports », « Santé » et « Infos utiles », sont :

  • les offres de services non sollicitées, émanant des chauffeurs de trois roues (tuk tuk), des rabatteurs aux abords des hôtels, des « beach boys » sur les plages et de personnes se faisant passer pour des guides.
  • des actes de harcèlement à caractère sexuel qui ont été signalés dans certaines régions du pays.

Plusieurs personnes ayant réglé des achats à Sri Lanka avec leur carte bancaire ont été victimes d’utilisation frauduleuse des références de leur carte dans d’autres pays. Il convient de privilégier l’utilisation d’espèces retirées en petites quantités dans les distributeurs automatiques pour les menues dépenses.

L’attention des voyageurs est appelée sur les risques à accepter certaines offres de services (organisation de séjours proposée par des blogs sur internet, guides, aide à l’accomplissement de démarches…) qui leur sont faites par des personnes non habilitées, souvent animées d’intentions malhonnêtes.

Les visiteurs étrangers éviteront de se promener seuls après la tombée de la nuit sans s’être informés auprès de personnes connaissant les lieux (amis sri lankais, personnel hôtelier…) des risques potentiels.

Des cas d’attouchements sexuels à l’occasion de soins du corps et/ou de massages ont été signalés. Il est préférable de s’assurer au préalable de la réputation de l’établissement et de s’entourer de précautions une fois sur place.

Il est recommandé aux touristes qui visitent le pays à titre individuel de se signaler auprès de l’ambassade de France à Colombo en précisant les dates et l’itinéraire de leur voyage ou de s’inscrire sur le portail Ariane.

Risques spécifiques aux endroits touristiques

La petite délinquance est en augmentation dans les lieux visités par les touristes, en particulier les vols (notamment sur les plages –cas de vols à l’arraché par des personnes conduisant des motos- et dans les chambres d’hôtes du bord de mer, y compris en présence de leurs occupants).

Aux abords des hôtels et plus généralement des lieux fréquentés par les touristes, peuvent sévir des rabatteurs, chauffeurs de tuk-tuk ou intermédiaires divers qui abordent les étrangers. Après avoir engagé une conversation anodine, ils proposent des services pour lesquels ils ne sont pas habilités. Des touristes ont déclaré avoir été harcelés, voire détournés de leur destination initiale. La réception de l’hôtel peut être de bon conseil sur la fiabilité des chauffeurs de tuk-tuk à ses abords.

De la même manière, les plages de la côte sud attirent beaucoup de vacanciers, et constituent aussi une aubaine pour les individus animés d’intentions malhonnêtes. Y sévissent de nombreux trafics, y compris de drogue. Sont particulièrement, mais non exclusivement visées, les villes et plages de Negombo, Bentota, Hikkaduwa, Galle, Unawatuna.

Risques spécifiques pour les femmes voyageant seules

Des cas de harcèlement sexuel, voire d’agression ont été signalés. Certaines précautions permettent de limiter de tels risques :

  • De manière générale, prudence et discrétion sont de mise.
  • Tenue vestimentaire : porter de préférence des vêtements longs et garder les épaules couvertes, plus particulièrement en dehors de Colombo.
  • Relations avec les Sri Lankais : se comporter avec retenue envers les habitants du pays que l’on peut être amené à côtoyer en voyage ou dans la vie quotidienne (guide, chauffeur, employé d’hôtel ou de maison…).
  • Déplacements : certains lieux exposent davantage aux risques de harcèlement (transports en commun, environs des ports et des gares, quartiers fréquentés majoritairement par des hommes, rues avec des échoppes visant une clientèle masculine) il est conseillé aux femmes d’éviter de se déplacer à pied, seules, dans les zones peu fréquentées, après la tombée de la nuit (rues peu animées, y compris dans les grandes villes ; ruelles de villages ; plages, etc.). De même, il vaut mieux éviter de se trouver seule le soir, avec chauffeur de taxi, employé d’hôtel, guide, rencontre occasionnelle.
Piraterie maritime

La piraterie menace la sécurité de la navigation dans l’océan Indien en général. La zone d’action des pirates s’étend jusqu’au sud de l’Inde et aux Maldives. Les côtes sri lankaises pourraient devenir, à terme, une cible des pirates.

Il est recommandé aux navigateurs de plaisance la plus grande prudence lors des déplacements maritimes au large des côtes. Tout accostage doit être immédiatement enregistré auprès de la police locale.

Il est recommandé aux touristes qui visitent le pays à titre individuel de se signaler auprès de l’Ambassade de France à Colombo en précisant les dates et l’itinéraire de leur voyage et de s’inscrire sur le portail Ariane.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014