Accès rapide :

Santé

Avant le départ

Il est recommandé de contracter une assurance couvrant soins médicaux et rapatriement, l’ambassade de France ne pouvant subvenir aux défaillances à cet égard. Il est par ailleurs prudent de consulter son médecin traitant avant le départ (en cas de problèmes cardiaques notamment).

Sur place

Il est prudent d’avoir sur soi une carte de groupe sanguin et les coordonnées de son assurance soins médicaux, rapatriement. En outre, on veillera aux recommandations suivantes :

  • Ne pas consommer l’eau du robinet (attention aux glaçons).
  • Eviter les crudités (sauf dans les hôtels et restaurants de bon standing).
  • Prévoir une lotion anti-moustique adaptée aux régions tropicales et veiller à se protéger de jour comme de nuit.

Au retour

En cas de fièvre ou autre symptôme survenant après un séjour à Sri Lanka, ne pas négliger de mentionner ce séjour à son médecin.

Dengue

Principal risque sanitaire, elle sévit de manière endémique à Sri Lanka, notamment à Colombo et connaît une recrudescence lors des périodes de pluie.

En 2013, plus de 30 000 cas de dengue ont été recensés, essentiellement dans la province de Colombo.

Il est rappelé que cette maladie virale est transmise par les piqûres de moustiques : il convient donc de respecter scrupuleusement les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques…). Des formes graves de la maladie sont possibles, mais restent peu fréquentes : en cas de fièvre, il convient de consulter un médecin. Dans la mesure du possible, éviter la prise d’aspirine ou d’ibuprofène. Préférer le paracétamol.

Chikungunya

Tout comme la dengue, cette maladie virale est transmise par des piqûres de moustiques. Des cas de fièvre chikungunya ont été confirmés officiellement dans plusieurs zones urbaines, notamment à Colombo et Kandy.

Paludisme

Prévention du paludisme (malaria) : cette maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…).
A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé.

Le paludisme est présent toute l’année excepté dans les districts de Colombo, Galle, Gampaha, Kalutara, Matara et Nuwara Eliya. Classification : groupe 2

Compte tenu du faible risque, il est possible de ne pas prendre de traitement préventif pour un séjour inférieur à 7 jours, mais il est cependant indispensable d’être en mesure, dans les mois qui suivent le retour, de consulter en urgence en cas de fièvre.

Epidémie de grippe aviaire

A ce jour, le Sri Lanka n’a déclaré aucune affection de grippe aviaire sur son territoire. Néanmoins, les recommandations générales d’hygiène ci-dessous, qui visent à se protéger des infections microbiennes, sont préconisées :

  • éviter de consommer des produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier les viandes et les œufs ;
  • se laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon ou un soluté hydro-alcoolique qu’il est conseillé d’avoir toujours avec soi (disponibles dans les pharmacies et les supermarchés des villes).

La Direction Générale de la Santé recommande aux voyageurs d’éviter tout contact avec les volailles et les oiseaux, c’est-à-dire de ne pas se rendre dans des élevages ni sur les marchés aux volatiles.

Vaccinations
  • Il est vivement recommandé ses vaccinations Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite et Coqueluche.
  • Il est également conseillé de se faire vacciner contre l’hépatite A et B ainsi que contre la fièvre typhoïde.
  • Pour les séjours en zones rurales, la vaccination contre l’encéphalite japonaise et contre la rage peut être nécessaire.
  • Pour les personnes amenées à travailler à Sri Lanka dans le cadre de l’assistance humanitaire aux populations locales, des mesures d’hygiènes strictes s’imposent.
VIH – Sida

Prévalence non négligeable du VIH-Sida. Des mesures de protection individuelles s’imposent.

La liste complète des médecins et hôpitaux conseillés figure sur le site consulaire de l’ambassade

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014