Accès rapide :

Roumanie

Roumanie

Certification ISO
Dernière mise à jour le: 27 décembre 2013 - Information toujours valide le: 3 septembre 2014

Sécurité

Recommandations générales

Risque sismique

La Roumanie, située dans une zone de forte activité sismique, est régulièrement touchée par des tremblements de terre de magnitude supérieure à 7 sur l’échelle de Richter. S’il est impossible de prévoir les séismes, il convient de se préparer au mieux. Les plus fortes secousses peuvent causer d’importants dégâts. La plupart des décès causés par un tremblement de terre résultent surtout de l’effondrement des immeubles, des ponts ou d’autres structures. Les secousses peuvent également provoquer la chute d’objets, ce qui constitue le principal risque de blessures.

Pour plus d’informations, consulter le site internet de l’ambassade de France en Roumanie, ainsi que la fiche « séismes » du site Conseils aux Voyageurs.

Criminalité

Bien que la criminalité de droit commun reste faible, quelques cas d’agressions dans les rues, la nuit, ont été signalés à Bucarest et à Iasi. La prostitution est interdite en Roumanie. Toute interpellation des clients dans ce cadre peut être lourde de conséquences.

Par ailleurs, il est conseillé :

  • De faire attention aux risques de vols (les pickpockets opèrent dans les lieux publics, restaurants, transports en commun, et parfois dans les lieux de culte).
  • De ne pas changer d’argent dans la rue.
  • D’éviter certains quartiers de Bucarest (se méfier aux abords de la Gare du Nord).
  • De circuler avec des photocopies des papiers d’identité et de laisser les originaux, autant que faire se peut, dans les coffres des hôtels ou tout autre lieu sûr.
  • De se méfier des personnes qui prétendent être des policiers en civil et qui déclarent vouloir contrôler, dans le cadre de la réglementation des changes, les devises que les touristes possèdent.
  • De tenir son sac devant soi et d’éviter les sacs à dos ou en bandoulière, plus exposés.

Risques liés aux animaux :

Les montagnes roumaines abritent une population importante d’ours (estimation 6000). Régulièrement, des touristes sont blessés, parfois même mortellement. La plus grande prudence est donc recommandée : il convient d’éviter les cris et les mouvements brusques, de ne pas tenter de s’approcher de l’animal ni de chercher à le nourrir et de lui laisser suffisamment d’espace pour s’enfuir. Si une habitation ou un véhicule se trouvent à proximité, y entrer avec précaution.

Bucarest et la plupart des villes de Roumanie ont la particularité d’abriter un nombre important de chiens errants dont le comportement peut parfois être agressif. En cas de morsure :

  • il est préférable de se faire prescrire des injections de sérum antirabique si la vaccination n’est pas à jour ;
  • à Bucarest, appeler l’hôpital des maladies infectieuses (281, Boulevard Mihai Bravu, cf. « Contacts utiles »).

Transports

Infrastructure routière

Réseau d’état inégal mais en nette amélioration. Il existe deux autoroutes : Bucarest-Pitesti et Bucarest-Constanta et plusieurs tronçons sont en cours de réalisation (Bucarest-Ploiesti, Oradea-Cluj…).Les routes du sud (Olténie) et du Nord (Moldavie) sont souvent encombrées de charrettes à cheval non éclairées, de cyclistes au comportement imprévisible ainsi que de véhicules à moteur à l’éclairage déficient. Il est donc recommandé dans la mesure du possible de ne pas rouler la nuit sur le réseau secondaire, où le code de la route est peu respecté et la signalisation rudimentaire.

La vitesse est limitée à 50 km/h en agglomération et 80 km/h sur les routes. La police routière effectue de nombreux contrôles radars ; le permis de conduire peut également être retenu, en complément de l’amende. Dans l’hypothèse d’un taux d’alcoolémie positif, et quel que soit le taux, le permis de conduire est immédiatement confisqué. En cas de retrait de permis, informer immédiatement l’ambassade.

Se munir d’un permis international et veiller aux conditions de validité de son assurance.

Dans le cadre d’un séjour de plus de 90 jours, la législation roumaine prévoit l’échange du permis de conduire national contre un permis de conduire roumain. Une convention bilatérale existe entre la France et la Roumanie :, cet échange se fait sans nouvel examen du permis de conduire.

Par ailleurs, et conformément à la législation relative à la circulation sur les routes publiques, les ressortissants étrangers en, possession de véhicules immatriculés à l’étranger, sont dans l’obligation de faire immatriculer le dit véhicule dans un délai de 90 jours à compter de la date d’entrée sur le territoire roumain.

La rovignette, taxe perçue dans le cadre de l’utilisation des routes publiques concerne tous les véhicules circulant en Roumanie, ceux immatriculés dans un pays tiers comme ceux conduits par des touristes. Le conducteur est dans l’obligation de s’acquitter de cette taxe :

  • soit à l’entrée sur le territoire roumain pour les véhicules arrivant de l’étranger (postes frontières, administration nationale des routes) ;
  • soit dans les bureaux de poste ou les stations essence (Mol, Petrom, Rompetrol) ;
  • pour une durée variable (un jour, une semaine, un mois, six mois ou un an) ;
  • pour un montant qui varie en fonction de la catégorie du véhicule, de sa masse totale et de la norme en matière de pollution (euro 1, euro 2) ;
  • en lei ou en euros.

La rovignette doit être conservée à bord du véhicule pendant tout le séjour. A défaut de pouvoir la présenter aux autorités, le conducteur d’un véhicule immatriculé à l’étranger peut se voir infliger une amende à la sortie du territoire roumain, dont le montant varie, en fonction de la catégorie du véhicule, de 300 lei à 7000 lei (environ 90 à 2000€).

Réseau ferroviaire

Réseau de bonne qualité et bon marché, mais de confort variable (faire attention aux vols).

Transport aérien

Lignes internationales : 5 liaisons directes quotidiennes entre la France et la Roumanie (aéroport Bucarest-Otopeni) par Air France et Tarom. Par ailleurs, la compagnie roumaine à bas coût Blue Air assure des liaisons directes entre la Roumanie et la France.

Lignes intérieures : lignes exploitées par la compagnie Tarom au départ de l’aéroport d’Otopeni, avec une flotte d’ATR. Il n’y a pas de vols le dimanche. Certaines liaisons ne sont pas exploitées en hiver. Les conditions météorologiques peuvent entraîner des retards ou des annulations de vols.

Entrée / Séjour

Entrée en Roumanie

L’entrée sur le territoire roumain des ressortissants des autres pays membres de l’Union européenne se fait sans visa. Ils peuvent accéder au territoire roumain sur présentation d’un passeport ou d’une carte nationale d’identité en cours de validité.

Les cartes nationales d’identité délivrées entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2013 seront encore valables 5 ans après la date de fin de validité indiquée au verso, mais aucune modification matérielle de la carte plastifiée n’en attestera.

En conséquence, de façon à éviter tout désagrément pendant votre voyage, il vous est fortement recommandé de privilégier l’utilisation d’un passeport valide à une CNI portant une date de fin de validité dépassée, même si elle est considérée par les autorités françaises comme étant toujours en cours de validité.

Si vous voyagez uniquement avec votre carte nationale d’identité, vous pouvez télécharger et imprimer une notice multilingue expliquant ces nouvelles règles à l’adresse suivante : http://media.interieur.gouv.fr/interieur/cni-15ans/document-a-telecharger-roumanie.pdf .

Séjour en Roumanie

Pour un séjour de plus de 90 jours, les ressortissants de l’Union européenne et les membres de leur famille ont l’obligation de se faire enregistrer auprès de l’autorité pour les étrangers. Les documents délivrés sont :

  • certificat d’enregistrement pour les ressortissants de l’UE ;
  • carte de résidence pour les membres de famille qui ne seraient pas ressortissants de l’UE.

Pour de plus amples renseignements, il est conseillé de s’adresser à l’Ambassade de Roumanie en France, au Consulat général de Roumanie à Strasbourg, ou au Consulat général de Roumanie à Marseille (cf. onglet "Représentations diplomatiques et consulaires en France" ci-contre).

Santé

Avant le départ, consulter son médecin traitant et contracter une assurance couvrant les frais médicaux et de rapatriement sanitaire.

Vaccinations

Il est conseillé de mettre à jour les vaccinations habituelles : diphtérie-tétanos-poliomyélite.

La vaccination préventive contre les hépatites A et B peut être conseillée, de même que la vaccination contre la fièvre typhoïde, selon la durée et les conditions du séjour.

Selon les lieux fréquentés et la durée du séjour, la vaccination préventive contre l’encéphalite à tique d’Europe centrale pourra être conseillée (séjour en zone rurale ou forestière)

Dans tous les cas, prendre l’avis de son médecin traitant ou d’un centre de conseils aux voyageurs.

Rage

La rage sévit de manière endémique en Roumanie : il est vivement conseillé de prendre garde aux animaux errants. Une vaccination préventive peut être évoquée, en particulier en cas de situation d’isolement.

Grippe aviaire

En cas d’épidémie avérée de grippe aviaire, dans la mesure où la Roumanie est un lieu de passage d’oiseaux migrateurs, il est recommandé aux voyageurs d’éviter tout contact avec les volailles et les oiseaux, c’est-à-dire de ne pas se rendre dans des élevages ni sur les marchés aux volatiles.

Les recommandations générales d’hygiène, lors des voyages dans les pays en développement, qui visent à se protéger des infections microbiennes, sont préconisées :

  • éviter de consommer des produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier les viandes et les oeufs ;
  • se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou avec un soluté hydro-alcoolique.

Quelques règles simples

  • ne pas caresser les animaux.
  • emporter dans ses bagages tout médicament dont le besoin pourrait se faire sentir.
VIH - Sida

Prévalence significative du VIH-SIDA. Il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage et d’éviter les comportements à risque.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Infos utiles

Législation locale

La possession, la consommation ou le trafic de produits stupéfiants sont interdits en Roumanie. Plusieurs ressortissants français ont récemment été interpellés, certains dès leur arrivée à l’aéroport, en possession de drogues douces, et ont été (ou sont actuellement) incarcérés. Les peines encourues pour ce type de délits sont très lourdes : jusqu’à plusieurs années de prison ferme.

Le racolage sur la voie publique est interdit sous peine de contravention. En outre, l’article 309 sanctionne la transmission consciente d’une maladie vénérienne, l’acte étant considérée comme une atteinte à la santé publique. Les peines prévues s’échelonnent de un à cinq ans de prison (transmission d’une maladie vénérienne) et de cinq à quinze ans (transmission du virus du sida).

Le port, la détention ou l’exportation non autorisés d’armes constituent un délit.

Divers

La langue française est comprise par une bonne partie de la population.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014