Accès rapide :

Philippines

Philippines

Dernière mise à jour le: 20 janvier 2014 - Information toujours valide le: 21 avril 2014

Sécurité

Un risque de violences existe sur l’ensemble du territoire philippin, notamment dans les lieux publics.

Risque terroriste
  • Des mouvements islamistes armés et notamment le groupe Abou Sayyaf demeurent actifs dans l’ouest de l’ile de Mindanao ainsi que dans l’île de Basilian et les archipels de Sulu et Tawi-Tawi. Des groupes criminels se livrent également à des enlèvements et extorsions de fonds dans cette zone. Ces mouvements et ces groupes sont également susceptibles d’agir loin de leurs bases, sur tout le territoire.
  • Les déplacements sont formellement déconseillés dans l’île de Basilan et l’archipel des Sulu (îles de Jolo et Tawi-Tawi) ainsi que dans l’ouest de Mindanao : presqu’île de Zamboanga (provinces de Zamboanga Del Norte, Zamboanga Del Sur et Zamboanga Sibugay), Misamis occidental, Maguindanao (y compris la nouvelle province de Sheriff Kabunsuan), Lanao del Sur, Lanao del Norte, North Cotabato, Sultan Kudarat, South Cotabato (à l’exception de la ville de General Santos), Sarangani. L’utilisation de moyens de transport en commun doit être évitée dans ces zones.
  • La guérilla de la New People Army (NPA), branche armée du parti communiste philippin, est présente sur une grande partie du territoire, notamment dans le nord et le centre de l’île de Luçon, dans les îles de Samar, Leyte, Masbate, Negros et Mindoro. Il est particulièrement déconseillé de se rendre dans le centre et l’est de Mindanao où elle est très active (à l’exception des zones côtières) notamment dans la vallée de Compostella. Il convient, pour l’ensemble du pays, de se renseigner avant d’emprunter des voies isolées dans les zones rurales.
Criminalité

Les Philippines connaissent un haut niveau de violence politique, notamment en province. Ces violences ne visent pas les étrangers à l’exception des zones conflictuelles de Mindanao dans lesquelles plusieurs cas d’enlèvements d’étrangers ont été relevés en 2009, que ce soit le fait du groupe terroriste Abou Sayyaf ou de groupes appartenant au grand banditisme. Des milices privées existent dans certaines régions ou municipalités.

  • La criminalité générale et les enlèvements sont chaque année en augmentation sur tout le territoire philippin à l’approche des fêtes de fin d’année et pendant cette période.

La violence politique vise essentiellement les personnes engagées en politique. Il convient néanmoins de suivre les précautions d’usage notamment d’éviter les rassemblements politiques lors des campagnes électorales.

Délinquance

Les Philippins sont généralement très accueillants envers les étrangers mais vivent pour nombre d’entre eux dans une grande misère. Les vols commis envers les étrangers sont parfois le fait de personnes ayant su gagner leur confiance. Les quartiers "chauds" de la capitale et les casinos sont plus propices à ce type de méfaits.

Les consignes suivantes sont à observer afin d’éviter tout incident :

  • ne pas afficher des signes ostentatoires de richesse (bijoux, appareils photographiques, vidéos) en particulier dans les quartiers populaires ;
  • éviter d’avoir recours à des individus non identifiés qui proposent leurs services aux touristes dans les halls des hôtels ;
  • ne pas faire étalage de son argent liquide ;
  • se méfier des boissons offertes décapsulées par des inconnus car elles peuvent contenir des drogues ;
  • rester prudent et respecter les usages locaux.
Piraterie maritime

La piraterie d’origine politique (mouvements terroristes) ou crapuleuse est endémique au large des côtes occidentales de Mindanao ainsi que de celles des archipels de Sulu et Tawi-Tawi. Ces eaux sont également propices au développement de différents trafics. La navigation de plaisance est formellement déconseillée dans le sud de la mer de Sulu et dans le nord de la mer de Célèbes, et la plus grande prudence est recommandée au-delà. Les eaux de la mer de Chine sont également déconseillées en raison des différends portant sur la souveraineté sur les îles et récifs qui la parsèment, et sur les eaux qui les entourent. Voir aussi la fiche sur la Piraterie maritime.

Risque sismique

Le pays est situé dans une région de forte activité sismique. Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, vous pouvez consulter la fiche Séisme.

Risque volcanique

L’institut de volcanologie des Philippines (PHIVOLCS) a établi des zones de sécurité autour de trois volcans : 6 km autour du volcan Mayon et 7 km sur son flanc sud-est (province d’Albay), 4 km autour du volcan Bulusan (province de Sorsogon) ainsi qu’autour du volcan situé au centre du lac Taal au sud de Manille. Le site de PHIVOLCS peut fournir des informations actualisées. L’approche de certains volcans est autorisée mais peut se révéler particulièrement dangereuse, notamment dans certaines conditions météorologiques. L’accès au Pinatubo a ainsi été interrompu à la suite de crues meurtrières, et le Mayon qui est entré en activité à la fin de l’année 2009 demeure sous étroite surveillance. Des coulées de lahar (boues de cendres) sont à craindre en cas d’intempéries. Pour de plus amples informations veuillez consulter le site www.phivolcs.dost.gov.ph.

En raison d’un fort regain d’activité, et par décision des autorités philippines, l’accès au volcan Taal est interdit au public.

Risque cyclonique

La période cyclonique s’étend de mai au début du mois de décembre. Les typhons affectent en particulier la région des Visayas et le nord de Luçon mais leurs parcours sont parfois susceptibles de changements brutaux. Les précipitations provoquent chaque année des glissements de terrains et des inondations meurtrières en zone rurale. Pour diminuer les risques, il convient d’éviter les zones inondables et les flancs de collines. Des informations précises peuvent être obtenues en consulat la fiche "Risques climatiques" et sur les sites www.oceanweather.com et www.pagasa.dost.gov.ph

Escroquerie au mariage

L’ambassade constate une recrudescence d’escroqueries au mariage dont le mode de fonctionnement est le suivant : un Français rencontre via internet une femme philippine et la perspective du mariage est rapidement évoquée. Des demandes d’argent sont alors transmises sous divers prétextes. Ces escroqueries peuvent porter sur plusieurs milliers d’euros par personne. Elles peuvent se doubler de menaces, chantages, voire fausses plaintes à la police contre le ressortissant français, dans le cas où celui-ci effectuerait une visite dans la famille de sa «fiancée», et qu’il s’apercevrait de la supercherie. La plus grande prudence s’impose donc dès lors qu’il s’agit de rencontre sur internet.

Transports

Infrastructure routière

Il vaut mieux éviter de rouler la nuit, quand le défaut de visibilité accroît considérablement le risque d’accident.

Il est préférable de voyager en taxi ou en voiture de location avec chauffeur ce qui évite tout problème en cas d’accident.

Mauvais état et encombrement des axes routiers, en dehors des grandes villes.

En cas d’incident ou d’accident, garder son calme car les armes sont en vente libre et constituent un danger potentiel.

Les réseaux de transports par bus sont la cible des attentats meurtriers du groupe d’extorsion "Al Khobar" dans le centre et l’ouest de Mindanao.

Réseau maritime

Les transports maritimes sont très développés entre les différentes îles de l’archipel. Certains de ces navires sont cependant dangereux car mal entretenus et ne respectant pas la réglementation ou les normes de sécurité établies. Les risques sont accrus en période de fête (navires surchargés, équipages inattentifs). Il est recommandé d’utiliser l’avion lorsque cela est possible ou d’éviter les navires en mauvais état ou surchargés notamment en période de fête.

Avant tout déplacement par voie maritime, il est conseillé de consulter les sites météorologiques www.oceanweather.com et www.pagasa.dost.gov.ph. Les prévisions de ces sites ne sont cependant pas garanties car les typhons peuvent changer brutalement de parcours. L’utilisation des ferrys est déconseillée en période de saison des pluies (Mai à décembre).

Transport aérien

A la suite d’un audit effectué aux Philippines en octobre 2009, l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) a informé les Etats membres de la convention de Chicago d’un certain nombre de problèmes de sécurité imputables à la gestion de l’autorité de l’aviation civile philippine. Cette autorité n’ayant pas pris les mesures attendues dans le délai imparti, la Commission Européenne a placé l’ensemble des compagnies aériennes philippines sur la liste des compagnies dont l’activité est interdite dans les pays de l’Union Européenne. Cette interdiction est entrée en vigueur le 1er avril 2010.

La Commission Européenne a également relevé les mesures adoptées par Philippines Airlines et Cebu Pacific pour assurer la sûreté de leurs opérations.

Certains aéroports de localités éloignées peuvent présenter des défaillances. Plusieurs incidents ont été relevés ces dernières années sur l’aéroport de Caticlan qui dessert la station balnéaire de Boracay.

Entrée / Séjour

Visa

Les règles d’entrée et de séjour aux Philippines sont édictées par les autorités philippines, représentées en France par l’ambassade de la République des Philippines à Paris. Il importe que les Français s’informent auprès des autorités philippines sur les règles relatives à l’entrée et au séjour aux Philippines, et qu’ils s’y conforment.

Visite touristique et séjour de courte durée (moins de deux mois)

Aucun visa préalable à l’arrivée n’est nécessaire pour un séjour ne dépassant pas 30 jours. Le tampon d’entrée apposé à l’arrivée par le service de l’immigration autorise le séjour jusqu’à 30 jours.

Cette mesure s’applique aux titulaires d’un passeport ordinaire (couverture de couleur bordeaux) et en théorie aux titulaires d’un passeport valable un an (couverture verte). Toutefois le service de l’immigration refuse parfois d’apposer un tampon d’entrée sur les passeports d’un an, exposant leurs détenteurs à un refus d’accès au territoire philippin et à leur renvoi immédiat. Il est donc fortement recommandé de privilégier les passeports ordinaires pour voyager aux Philippines.

Dans tous les cas, le visiteur doit être en possession d’un passeport ayant encore au moins six mois de validité et d’un billet d’avion de retour ou de continuation de son voyage. A défaut de réunir ces deux conditions, l’intéressé s’expose à une non-admission dans le pays et à son renvoi immédiat. Le non-respect de ces obligations constituant une négligence de la part du voyageur, aucune intervention auprès des autorités locales ne pourra empêcher son renvoi éventuel.

Il est possible d’obtenir sur place une prolongation de 29 jours au maximum, permettant un séjour total de 59 jours au maximum, avec paiement d’une taxe de 3 030 pesos. Cette démarche s’effectue auprès du bureau de l’immigration (Magallanes Drive, Intramuros, à Manille) ou auprès de l’une des antennes régionales de ce service.

Si l’extension n’a pas été demandée en temps voulu, une amende de 1 000 pesos est perçue.

Les voyageurs doivent acquitter à leur départ à l’aéroport une taxe de 200 pesos à Manille (moins en province) pour les vols intérieurs et de 550 pesos pour les vols internationaux.

Pour les voyages d’affaires ou pour participer à des conférences ou séminaires, il est préférable de prendre contact par avance avec l’ambassade des Philippines à Paris pour s’enquérir de l’éventuelle nécessité d’un visa spécifique.

Résidence et séjour de longue durée (deux mois ou plus)

Les Français séjournant deux mois ou plus aux Philippines doivent être titulaires d’un visa correspondant à la nature de leur séjour et préalablement délivré par l’ambassade des Philippines à Paris.

L’absence de visa ou le non renouvellement du visa sont des négligences qui entraînent une forte amende proportionnelle à la durée de séjour irrégulier et à l’interdiction de sortir des Philippines tant que la situation n’est pas régularisée.

Circulation des mineurs

Les mineurs sortant des Philippines non accompagnés d’une personne ayant l’autorité parentale peuvent être soumis à une autorisation de voyager "travel clearance" obtenue auprès du "Department of Social Welfare and Developpment" (DSWD) selon des conditions et une procédure décrite sur le site de ce service :

Page d’accueil : http://www.dswd.gov.ph/
Page utile : http://www.dswd.gov.ph/faqs/travel-…

Santé

L’infrastructure médicale est souvent très insuffisante en province. Certains ressortissants étant très isolés, il convient d’avoir à l’esprit que tout problème de santé, mineur en France, peut devenir très problématique aux Philippines, faute de pouvoir être soigné rapidement. Par conséquent, il est fortement recommandé, avant tout voyage aux Philippines, de souscrire à une mutuelle de santé et à un contrat d’assistance rapatriement.

Virus Ebola Reston

Une variante apparemment bénigne du virus d’Ebola, appelée Ebola-Reston, a été identifiée aux Philippines chez les singes et les porcins. Bien que ce virus ne soit pas considéré, a priori, comme présentant des risques pour l’homme, il est conseillé de vérifier avant toute consommation que la viande de porc a été bien cuite.

Paludisme

Cette maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…).
A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé.
Classification : zone 3

Dengue

Une épidémie de dengue sévit actuellement sur tout le territoire des Philippines, y compris la capitale, Manille. Le ministère de la Santé (DOH) a enregistré une augmentation de 98,9% du nombre de cas de dengue au cours des 8 premiers mois de cette année 2010 par rapport à la même période en 2009 (69.594 infections en 2010). Cette maladie virale est transmise par les piqûres de moustiques et se manifeste le plus souvent par un syndrome grippal (fièvre, douleurs musculaires, parfois éruptions cutanée). Il convient donc de respecter les mesures individuelles de protection et ce, y compris la journée : vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électrique. La dengue pouvant prendre une forme potentiellement grave, il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre. La prise d’aspirine est à proscrire. Par ailleurs, il n’existe pas de traitement médicamenteux préventif contre la dengue.

Rage

L’ensemble de l’archipel est affecté par la rage, mais les cas concernant des humains semblent plus importants dans le nord de l’île de Luçon et l’île de Bohol. Il convient d’éviter les contacts avec les animaux errants mais aussi les animaux domestiques (chiens et chats), rarement vaccinés, dont le comportement est suspect.

En cas de morsure, nettoyer la plaie avec de l’eau propre et du savon, appliquer un antiseptique, contacter le médecin le plus proche. Des centres de traitement contre la rage (Animal bite treatment clinic) existent dans certaines localités.

Consultez votre médecin traitant avant le départ et contractez une assurance de rapatriement sanitaire.

Epidémie de grippe aviaire

Recommandations générales d’hygiène, pour les voyageurs qui visent à se protéger des infections microbiennes :

  • éviter de consommer des produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier les viandes et les œufs ;
  • se laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon ou un soluté hydro-alcoolique qu’il est conseillé d’emporter dans ses bagages.

Pour de plus amples renseignements, consulter la fiche réflexe "Risques sanitaires"

VIH - Sida

Le caracère insulaire des Philippines a relativement protégé l’archipel contre la pandémie de sida. Les statistiques sont rares mais le virus HIV y est bien présent.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Infos utiles

Législation locale
  • Avertissement concernant la drogue :
    Les peines encourues pour usage ou introduction de drogue varient suivant la gravité du délit, le type de drogue et la quantité saisie et s’échelonnent de 6 mois à 40 ans de prison. Les étrangers purgent leur peine avant d’être expulsés du pays.

Les conditions de détention sont difficiles; les prisons sont vétustes et contrôlées par des gangs (absence de cellules individuelles). L’alimentation et les soins y sont insuffisants.

Attention à la consommation de Shabu (drogue chimique locale) qui détruit très rapidement et irréversiblement les centres nerveux.

  • Législation relative aux infractions à caractère sexuel :

La législation philippine, en particulier la loi 8353 de 1997 dite "Loi contre le viol" prévoit de lourdes sanctions à l’encontre des auteurs de viols et autres atteintes sexuelles contre les personnes. Diverses dispositions de la loi aggravent les peines lorsque les faits sont commis sur des personnes âgées de moins de 18 ans. Des sanctions encore plus lourdes sont prévues pour les abus sexuels commis sur les mineurs de moins de 12 ans et de moins de 7 ans. Les peines de prison prévues sont de 20 à 40 ans d’emprisonnement.

Les auteurs d’actes de pédophilie sont condamnés à des peines d’emprisonnement également comprises entre 20 et 40 ans. Une peine de sûreté de 30 ans est appliquée aux individus condamnés à la peine maximale (40 ans).

En tout état de cause, et conformément à l’article 113-6 du code pénal, la loi française est applicable à tout crime commis par un Français hors du territoire de la République. Les ressortissants français coupables d’une infraction sexuelle commise aux Philippines peuvent aussi être poursuivis en France en application de la loi 98-468 du 17 juin 1998 pour des faits constitutifs de délits à caractère sexuel y compris si ceux-ci ne sont pas réprimés par la législation locale (article 227-22 et suivants du code pénal).

La France n’ayant pas de convention de transfèrement de prisonniers avec les Philippines, toute peine d’emprisonnement, si lourde soit-elle, est purgée dans le pays, souvent dans des conditions d’extrême précarité.

  • La prostitution est interdite.
Divers

Saison sèche : décembre à mai. Saison des pluies : juin à novembre.

En période de mousson, il est conseillé à nos compatriotes qui souhaitent séjourner dans l’archipel de se renseigner concernant les conditions climatiques de l’endroit où ils comptent se rendre, afin d’éviter les régions inondées ou inondables. Des informations climatologiques précises peuvent être obtenues sur les deux sites suivants : www.oceanweather.com et www.pagasa.dost.gov.ph

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014