Accès rapide :

Sécurité

Risques encourus

- Criminalité

Il convient d’être très prudent face aux risques de vol et d’agression, tant à Lima qu’en province, y compris dans les quartiers touristiques. En cas d’agression, il convient de ne pas opposer de résistance. Il est recommandé de se munir de photocopies des documents d’identité et des titres de voyage, ou bien de les scanner et de se les envoyer par courriel avant de partir (il sera ainsi facile d’en récupérer une copie en cas de vol ou de perte).

Lors des déplacements en bus de longue durée, notamment sur la ligne Lima-Ica-Arequipa, il est recommandé d’être attentif à ses affaires de valeur et documents d’identité. La majorité des vols sur touristes étrangers recensés au Pérou est réalisée lors de ces trajets, les voleurs profitant d’un moment d’inattention ou employant des techniques de diversion pour passer à l’acte.
Le tourisme individuel, sur des circuits peu fréquentés où il y a généralement carence de dispositif sécuritaire approprié pour dissuader les agressions, est déconseillé. Des viols de femmes prenant seules des mototaxis, ou des taxis de rue, ont été signalés. Il est très difficile de porter plainte auprès des autorités locales et les plaintes pour viol sont souvent classées sans suite : il est suggéré de déposer plainte parallèlement en France. Les victimes sont invitées à prendre l’attache de la section consulaire de l’ambassade de France à Lima (+51 1 215 84 00). Il convient de ne pas accepter de verre d’un inconnu ni laisser sa consommation sans surveillance : de la scopolamine a pu y être versée. Cette drogue mélangée à une boisson ou des aliments (elle peut être également, ou bien inhalée (par exemple sur un mouchoir) provoque temporairement une perte de volonté, de conscience et une amnésie.

- Mouvements sociaux

Il est fréquent que des manifestations sociales bloquent les circuits touristiques. Ces actions sont parfois violentes. Il convient d’éviter les zones où surviendraient de tels mouvements et de se renseigner au préalable sur les préavis de grève annoncés. Sur ce point, comme sur les autres aspects regardant la situation du tourisme au Pérou, le voyageur pourra consulter, outre cette rubrique, le site Internet suivant : www.rpp.com.pe.

- Risque sismique

Le Pérou est situé dans une zone de forte activité sismique. Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, consulter la fiche Séismes.

En cas de séisme, il faut conserver son calme, suivre les instructions données et attendre les secours, si nécessaire. Tout séisme important est suivi d’une série de secousses secondaires (répliques).

En cas de tremblement de terre lors d’un séjour touristique, il est recommandé à nos ressortissants de contacter immédiatement leurs familles ou leurs proches afin de les rassurer sur leur sort ou, en cas de problème de communication avec l’extérieur, de prendre contact avec le Consulat.

- Risque climatique

Le risque de glissement de terrain dans la zone du site inca de Machu Picchu, liés à la forte pluviosité enregistrée dans la région de Cusco de janvier à mai est élevé. Ces conditions peuvent rendre dangereux l’accès par la voie ferrée à l’agglomération de Aguas Calientes ou par la voie routière conduisant au site inca durant cette période.

Avant d’entreprendre une quelconque excursion à l’intérieur du Pérou, il est recommandé de consulter le site Internet de l’Institut national de défense civile où sont indiquées les zones à risque (inondation, glissement de terrain, etc).

Zones de vigilance et carte sécuritaire

Zones formellement déconseillées

Il est formellement déconseillé de pénétrer dans les zones dangereuses où sévissent des groupes armés liés au narcotrafic (en rouge sur la carte) :

  • région de Huánuco (« Cordillère Azul ») ;
  • centre du pays, connu sous l’acronyme VRAEM (Vallée des Rivières Apurímac, Ene y Mantaro) : région située au Nord-Est d’Ayacucho, toujours sous contrôle militaire ;
  • zone amazonienne frontalière avec la Colombie, notamment le long du fleuve Putumayo.

Zones déconseillées sauf raison impérative

  • Abancay : ville située à proximité du VRAEM, Abancay est un lieu de transit pour certaines activités criminelles. Bien qu’aucune atteinte aux personnes n’y ait été recensée au préjudice de touristes étrangers, le passage par Abancay demeure déconseillé.

Zones en vigilance renforcée

- Lima

Le centre historique de Lima est particulièrement déconseillé à partir de la tombée de la nuit. Durant la journée, il faut être prudent et faire attention à ses effets personnels.
Il est dangereux de se promener le soir (et a fortiori d’y dormir) sur les plages qui bordent la capitale, où sévissent des délinquants.

- Arequipa

Le phénomène des "faux taxis" s’est particulièrement développé à Arequipa, où plusieurs "enlèvements express" de touristes ont déjà eu lieu. Il convient donc de choisir les compagnies de taxis connues des agences de voyage et des hôtels ou au sein de la gare routière et ne pas les choisir dans la rue.

- Cuzco

Les autorités locales de Cuzco recommandent la plus grande prudence aux touristes qui souhaitent faire des promenades à cheval autour de la ville, surtout en fin de journée. De faux guides touristiques proposent leurs services et peuvent attaquer leurs clients quand ils parviennent dans une zone isolée.

La randonnée de Choquequirao, dans la région de Cusco, est également déconseillée : plusieurs randonneurs y ont été attaqués à main armée et délestés de leurs biens par des groupes se revendiquant du Sentier Lumineux.

PLAN DU SITE