Accès rapide :

Sécurité

Recommandations générales

Traditionnellement considérés comme un pays « sans risques », les Pays-Bas restent relativement sûrs, ayant un taux de délinquance assez peu élevé, comparable à celui de la France, mais, comme tout autre pays, ils ne sont guère à l’abri de violences (assassinat du dirigeant populiste Pim Fortuyn, en mai 2002, meurtre du cinéaste Théo Van Gogh, en novembre 2004, attentat contre la reine à Appeldoorn en avril 2009), ou d’accidents divers (durant les transports, ou catastrophes naturelles liées notamment à la vulnérabilité face à la mer, crash d’un avion de la Turkish airlines à l’aéroport de Schiphol en février 2009).

De manière spécifique, le voyageur doit tenir compte des éléments tels que :

- Des vols sous la menace d’arme blanche, des vols à la tire ou plus simplement des vols à la roulotte. Le phénomène touche en premier lieu les grandes villes parmi lesquelles Amsterdam et son secteur touristique du centre ville avec le célèbre « quartier rouge », à proximité de la gare, ou Rotterdam et son secteur commerçant, près de la gare centrale. Certains quartiers périphériques ayant par ailleurs peu d’intérêt au plan touristique peuvent aussi présenter des risques pour les personnes y étant étrangèris. Il s’agit pour Amsterdam du secteur ouest de Sloter, du secteur de Nieuwezijds Voorburgwal et au sud de Duivendrecht, et pour Rotterdam, des quartiers au sud de Feijenoord. La recrudescence des activités de pickpocket à l’encontre des voyageurs en transit a pu être observée à l’aéroport de Schiphol, devenu une plaque tournante de grande importance pour les liaisons long courrier et surtout dans les trains entre Rotterdam, La Haye et Amsterdam.

- Les phénomènes liés à la drogue : Il convient d’être vigilant à l’encontre des rabatteurs qui invitent les étrangers à les suivre pour leur vendre des produits stupéfiants. Ils sont très actifs dans les gares, les quartiers touristiques mais aussi sur les autoroutes du sud du pays (région de Rotterdam, Roosendaal, Breda et Terneuzen) où leur conduite agressive provoque parfois des accidents graves. Le fait d’accepter de suivre un rabatteur est toujours risqué : agressions possibles, interpellation par la police néerlandaise et risques de condamnations à des peines d’emprisonnement si le touriste a été trouvé en possession de produits stupéfiants.

- Les règles et modalités pratiques spécifiques, telles que l’interdiction de porter des couteaux (lames de plus de 18 cm) ainsi que des bombes lacrymogènes et des radios amateurs (27 MC).

- Les procédures d’envoi d’argent par Western Union ont été modifiées : aucune somme d’argent expédiée par l’intermédiaire de Western Union ne peut être retirée aux guichets des postes si le bénéficiaire n’est pas en mesure de présenter un document de voyage (passeport accepté partout). La carte nationale d’identité n’est acceptée que dans les bureaux de Goffin Bank, Cash express et Does travel, pas dans les bureaux de poste.

- La fraude informatique est considérée comme une menace majeure par les services de police des Pays-Bas, elle sévit sur le territoire de façon intense, outre les classiques dispositifs de "skimming" (capture des données de carte bancaire) notamment par ajout de structure amovible sur les distributeurs de billets, il y a lieu d’être particulièrement vigilant avec les mails frauduleux soit qu’ils soient porteurs de malware (malicious software) soit qu’ils renvoient à de faux sites internet de banques ou d’organismes officiels demandant la collecte de données personnelles. Aussi les internautes et usagés de cybercafés devront faire preuve d’une vigilance particulière.

- La nuit de la St Sylvestre est sujette à des manifestations festives dans les rues qui dégénèrent assez fréquemment en actes de violence et/ou de dégradation. Les services de transports (bus, Tram, train) assurent un service minimum, voire s’arrêtent de fonctionner jusqu’au 1er janvier dans la matinée.

- Un organisme d’assistance aux touristes en difficulté est localisé à Amsterdam, il défend les intérêts des touristes, congressistes et hommes d’affaires étrangers, agressés (vol avec violence, cambriolage) ou victimes d’accidents de la circulation, et traite les cas de disparition (des personnes ou des biens). On peut contacter ATAS au 020-625.32.46 ou 06-46.62.56.80. La condition pour que l’assistance soit mise en œuvre est la déclaration préalable auprès de la police.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014