Accès rapide :

Sécurité

Recommandations générales

Traditionnellement considérés comme un pays « sans risques », les Pays-Bas restent relativement sûrs, ayant un taux de délinquance assez peu élevé, comparable à celui de la France, mais, comme tout autre pays, ils ne sont guère à l’abri de violences (assassinat du dirigeant populiste Pim Fortuyn, en mai 2002, meurtre du cinéaste Théo Van Gogh, en novembre 2004, attentat contre la reine à Appeldoorn en avril 2009, règlements de comptes en 2014 à Amsterdam), ou d’accidents divers (dans les transports en commun, à vélo, catastrophes naturelles liées notamment à la vulnérabilité face à la mer, accident d’un avion de la Turkish Airlines à l’aéroport de Schiphol en février 2009…).

De manière spécifique, le voyageur doit tenir compte des vols sous la menace d’arme blanche, des vols à la tire ou plus simplement des vols à la roulotte. Le phénomène touche en premier lieu les grandes villes, parmi lesquelles Amsterdam et le secteur touristique du centre-ville (dont le « quartier rouge », à proximité de la gare), ou Rotterdam et son secteur commerçant, près de la gare centrale. Certains quartiers périphériques peuvent aussi s’avérer risqués pour les personnes qui y sont étrangères. Il s’agit pour Amsterdam du secteur ouest de Sloter, bien qu’il évolue, du secteur de Nieuwezijds Voorburgwal, également en transformation, et de Duivendrecht, au sud, et, pour Rotterdam, des quartiers au sud de Feijenoord. Les pickpockets visent souvent les voyageurs en transit à l’aéroport de Schiphol et dans les trains entre Rotterdam, La Haye et Amsterdam. En outre, une attention particulière s’impose à bord du Thalys, surtout à partir d’Anvers.

Consommation et trafic de drogue

Attention à la vente illégale de drogues dures à Amsterdam :

En novembre 2014, plusieurs décès aux Pays-Bas ont fait suite à l’achat illégal de stupéfiants. Trois ressortissants britanniques sont décédés après avoir inhalé de l’héroïne blanche, en pensant qu’il s’agissait de cocaïne. Plusieurs dizaines de personnes ont été hospitalisées en urgence.

En février 2015, trois personnes ont dû être hospitalisées après avoir consommé de l’héroïne blanche achetée à des trafiquants dans la rue.

Il est rappelé que la consommation et la vente de drogues dures sont illégales aux Pays-Bas : l’achat et la détention peuvent valoir des poursuites judiciaires et des peines de prison aux contrevenants. Les vendeurs de rue, qui ciblent particulièrement les touristes, peuvent chercher à escroquer les acheteurs (farine, sucre, cachous, herbes, etc.), leur vendre des drogues de mauvaise qualité, mais aussi des produits hautement toxiques, voire mortels. La transaction peut également être l’occasion d’intimidations ou de vols.

Tout usage de drogue comporte des risques : plus d’informations sur www.drogues.gouv.fr.

En cas d’urgence, les voyageurs sont invités à alerter le 112.

Phénomènes liés à la drogue :

D’une façon générale, il convient d’être vigilant à l’encontre des rabatteurs qui invitent les étrangers à les suivre pour leur vendre des produits stupéfiants. Ils sont très actifs dans les gares, les quartiers touristiques mais aussi sur les autoroutes du sud du pays (Hollande du Sud, dans la région de Rotterdam, Brabant, à Roosendaal ou Breda ; Zélande, à Terneuzen ; Limbourg, près de Maastricht), où leur conduite agressive provoque parfois des accidents graves. Le fait d’accepter de suivre un rabatteur est toujours risqué : agressions possibles, interpellation par la police néerlandaise et risques de condamnations à des peines d’emprisonnement si le touriste a été trouvé en possession de produits stupéfiants.

A savoir

Interdiction de porter des couteaux (lames de plus de 18 cm) ainsi que des bombes lacrymogènes et des radios amateurs (27 MC).

La fraude informatique est considérée comme une menace majeure par les services de police des Pays-Bas, sur tout le territoire. Outre les dispositifs connus de "skimming" (capture des données de carte bancaire, notamment par ajout de structures amovibles sur les distributeurs de billets), de hameçonnage (« phishing ») ou de piratage téléphonique, il y a lieu d’être particulièrement vigilant à l’égard des pourriels (« spam ») et des courriels frauduleux porteurs de malware (malicious software) ou renvoyant vers de faux sites internet de banques ou d’organismes officiels, demandant des données personnelles. Les internautes et les usagers des cybercafés sont invités à faire preuve d’une vigilance particulière.

La nuit de la Saint-Sylvestre donne lieu à des manifestations festives dans les rues qui dégénèrent assez fréquemment en actes de violence et/ou de dégradation. Des débordements ne sont pas non plus à exclure lors de manifestations sportives ou populaires (fête du Roi, Gay Pride, etc.).

Un organisme d’assistance aux touristes en difficulté est localisé à Amsterdam. Il défend les intérêts des touristes, congressistes et hommes d’affaires étrangers agressés (vol avec violence, cambriolage) ou victimes d’accidents de la circulation, et traite les cas de disparition (des personnes ou des biens) : ATAS au 020-625.32.46 ou 06-46.62.56.80. Pour qu’une assistance puisse être mise en œuvre, une déclaration doit être faite au préalable, auprès de la police.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015