Accès rapide :

Sécurité

Avertissement

L’ambassade de France en Papouasie-Nouvelle-Guinée dispose de capacités limitées pour venir en aide aux Français en cas de crise. Les Français qui se rendent dans le pays sont responsables de leur propre sécurité. Ils sont invités à s’assurer qu’ils disposent de moyens de secours nécessaires en cas de crise (vérifier les termes des contrats d’assurance, s’assurer de disposer des moyens financiers nécessaires pour couvrir d’éventuels frais d’hospitalisation ou d’évacuation, etc.).

L’ambassade ne délivre pas de titres d’identité ou de voyage. En cas de perte ou de vol de passeport, l’ambassade pourra néanmoins émettre un laissez-passer (voir justificatifs demandés et tarifs sur le site internet du poste / rubrique passeport). Ce titre d’urgence permet uniquement de se rendre en France, où l’on peut faire renouveler le titre perdu ou volé. Le consulat général de France à Sydney (Australie) est compétent pour toutes les autres démarches administratives concernant les Français résidant ou de passage en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

L’ambassade de France à Port Moresby peut être jointe au +675 321 55 50, du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 14h00 à 18h, et au + 675 71039885 (téléphone d’urgence) en dehors des horaires d’ouverture.

Le consulat général de France à Sydney peut être joint au +61 2 9268 2400 du lundi au jeudi de 09h00 à 17h00 et le vendredi de 09h00 à 12h30.

En cas d’incident grave dans le pays pendant votre séjour, prenez, dans toute la mesure du possible, l’initiative de rassurer vous-même vos proches.

L’ensemble du pays est marqué par un taux élevé de criminalité et de graves difficultés de sécurité. Il est parfaitement possible d’y voyager, à condition de se maintenir dûment informé de l’évolution de la situation et de respecter des règles de prudence.

De récentes agressions (très violentes agressions et actes criminels à l’encontre de touristes étrangers) sur un parcours aussi bien répertorié que le Kokoda Trail confirment la nécessité de respecter les consignes données par les autorités pour ce type de randonnées et de recourir à des agences spécialisées et à des guides professionnels licenciés. Même si ce n’est pas une garantie absolue contre les incidents, il s’agit là de précautions minimales. Il convient donc de ne traiter qu’avec des guides dûment recommandés, sur des bases contractuelles clairement établies. Compte tenu de l’importance des droits coutumiers sur les terres, il importe dans tous ses déplacements de s’assurer auprès de son guide que les droits de passage ont bien été acquittés, auprès des propriétaires des territoires traversés.

Les touristes européens sont peu nombreux. Il est recommandé de faire preuve d’une grande vigilance dans l’ensemble de la capitale, Port Moresby.

Les déplacements dans les villes de Lae, Madang, Mount Hagen et Goroka sont déconseillés sauf raison impérative. Ces villes connaissent une indéniable insécurité, marquée par de fréquents incidents violents survenant dans des circonstances largement imprévisibles : vols à la tire, agressions à main armée, détournements de voitures, extorsions de fonds, cambriolages, viols.

Les affrontements intertribaux sont fréquents, en zones urbaine comme en zone rurale.

L’archipel Bismarck (Nouvelle-Bretagne et Nouvelle-Irlande) ne connaît pas de problème d’insécurité particulier.

La zone frontière avec l’Indonésie (760 km), qui est actuellement le lieu d’affrontements armés et de trafics, dans sa partie nord en particulier, est déconseillée sauf raison impérative. La frontière est d’ailleurs régulièrement fermée pour des durées indéterminées.

Le pays se trouve sur une zone d’activité sismique (Ceinture de Feu du Pacifique). Il est particulièrement exposé aux éruptions volcaniques, aux tremblements de terre et aux raz-de-marée. La partie Nord-Ouest du pays est la plus exposée, notamment les îles de Nouvelle-Bretagne, de Nouvelle-Irlande et de Manam (province de Madang). Soumis à de violentes intempéries, le pays est aussi sujet aux inondations et aux glissements de terrain. Actuellement victime de la sécheresse liée au phénomène El Niño, il est notamment l’objet de fréquentes coupures d’électricité, du fait de la dépendance à l’hydroélectricité.

Consultez également la fiche "Infos pratiques - Séismes".

Recommandations importantes

- Eviter de se promener seul, à pied en ville après 18h00 (nuit tombée), notamment pour une femme.

- Utiliser les modes de transports recommandés par les agences ou les hôtels et se limiter aux itinéraires éprouvés.

- Se montrer particulièrement prudent aux abords des distributeurs de billets.

- S’abstenir de fréquenter les marchés des grandes villes. S’écarter de tout attroupement.

- Eviter le voisinage des zones d’habitat précaire (settlements), notamment le soir et le week-end.

- Rouler fenêtres fermées et portes verrouillées. Eviter de rouler la nuit en dehors des villes. Circuler sur route de préférence en convoi ou avec une escorte.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016