Accès rapide :

Santé

Avant le départ

Consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et souscrivez à une compagnie d’assistance couvrant les frais médicaux et de rapatriement sanitaire.
La situation sanitaire est globalement satisfaisante dans les grandes villes, plus précaire dans le reste du pays.

Recrudescence des cas de poliomyélite.

Plusieurs cas de poliomyélite au Pakistan ont été rapportés depuis 2014. Sur la base des recommandations de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), les autorités pakistanaises ont pris des mesures. La mise à jour de la vaccination DTPolio est par conséquent impérative. Il est également fortement recommandé de se munir de son carnet de vaccination avec mention de la vaccination contre la polio, et de contacter son médecin traitant pour vérifier que la vaccination est bien à jour. Il est par ailleurs fortement conseillé d’utiliser le carnet de vaccination international aux normes OMS

Vaccinations

La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (+/- coqueluche) est impérative.
D’autres vaccinations sont conseillées, selon les conditions d’hygiène et la durée du séjour : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B, méningite à méningocoque A et C.

La vaccination contre la rage peut également être conseillée selon les conditions de séjour et de déplacement (notamment les voyages itinérants).

Les enfants doivent impérativement être à jour de leurs vaccinations (en particulier BCG, Haemophilus, Rougeole, Oreillons et Rubéole).

Enfin, pour des séjours en zone rurale, une vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire. Outre la vaccination, cette maladie virale étant transmise par les piqûres de moustiques, il est nécessaire de recourir à des mesures de protection contre les moustiques (sprays répulsifs).

Dans tous les cas, prenez conseil auprès de votre médecin traitant ou d’un centre de vaccinations internationales.

Paludisme

Prévention du paludisme (malaria) : cette maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…).
A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France, durant une durée variable selon le produit utilisé.

Le pays est classé en zone 3. Le paludisme est présent dans les zones désertiques ou en zones humides, particulièrement au moment de la mousson, de juin à août.

Fièvre Hémorragique de Crimée-Congo

La Fièvre Hémorragique de Crimée-Congo peut être transmise à l’homme soit par les piqûres de tiques, soit par contact avec du sang ou des tissus d’animaux infectés. Cette maladie peut être mortelle, et le traitement est symptomatique ; il n’existe pas de vaccin. Les mesures de prévention suivantes sont recommandées : vérifier régulièrement s’il n’y a pas de tiques dans les vêtements ou sur la peau et les enlever avec précaution si on en trouve ; utiliser des produits répulsifs ; porter des vêtements longs ; éviter le contact avec le bétail ou les animaux domestiques pouvant être infectés. En cas de symptômes, il convient de consulter en urgence un médecin.

Hygiène alimentaire

- Il est conseillé de ne pas boire l’eau du robinet : préférez les eaux en bouteilles capsulées. A défaut, consommez de l’eau filtrée, bouillie et décontaminée.

- Évitez l’ingestion de glaçons, de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés.

- Évitez la consommation d’aliments (poisson, viande, volaille, lait) insuffisamment cuits.

- Veillez à un lavage régulier et soigneux des mains avant chaque repas.

Quelques règles simples

- Ne caressez pas les animaux que vous rencontrez.

- Veillez à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité en automobile ou du casque en moto).

- Emportez dans vos bagages les médicaments dont vous pourriez avoir besoin.

VIH - Sida

Prévalence non négligeable du VIH - Sida. Des mesures de prévention doivent être appliquées.

Epidémie de grippe aviaire

A ce jour, le Pakistan n’a déclaré aucune nouvelle affection de grippe aviaire sur son territoire. Néanmoins, la Direction Générale de la Santé recommande aux voyageurs d’éviter tout contact avec les volailles et oiseaux, c’est-à-dire de ne pas se rendre dans les élevages ni sur les marchés aux volatiles.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016