Accès rapide :

Dernière mise à jour le : 20 janvier 2016 - Information toujours valide le : 25 juin 2016

Sécurité

Le niveau de criminalité de droit commun reste faible mais les précautions d’usage doivent être observées, la délinquance prenant de l’ampleur dans les grandes villes (Wellington, Christchurch et surtout Auckland).

Les vols dans les véhicules (notamment les camping cars et "camper vans") sont en augmentation sur l’ensemble du territoire. Il est donc fortement déconseillé de laisser ses effets personnels (argent, passeports, documents…) dans un véhicule sans surveillance. Il est rappelé aux voyageurs et en particulier aux randonneurs et aux campeurs, qu’une vigilance accrue doit être accordée durant les étapes nocturnes où des vols ou attaques peuvent survenir. Éviter le camping sauvage. Il est prudent de camper dans les centres agréés ou près d’un lieu habité, de bien verrouiller son véhicule et de garder son téléphone près de soi pour appeler des secours en cas de nécessité.

Risque sismique

Certaines régions de Nouvelle-Zélande sont situées dans une zone de forte activité sismique. Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, vous pouvez consulter sur ce site la fiche réflexe consacrée à ce sujet dans la rubrique " Informations pratiques ".

Les recommandations de base sont les suivantes :

A l’intérieur :

  • s’éloigner des fenêtres, des murs extérieurs, de tout meuble, tableau, luminaire susceptibles de se renverser ;
  • s’abriter sous une table solide ou tout meuble résistant ou rester debout sous un encadrement de porte ;

A l’extérieur :

  • s’efforcer d’atteindre un espace libre, loin des arbres, poteaux électriques, murs ou bâtiments ;
  • dans la voiture, s’arrêter au bord de la route et attendre à l’intérieur la fin des secousses.

Il est recommandé de stocker eau, piles, allumettes, lampes électriques, trousse médicale de première urgence, radio, bougies, vivres, quelques médicaments (la liste est disponible à la dernière page de chaque annuaire téléphonique).

Dans tous les cas, il faut conserver son calme, suivre les instructions données et attendre les secours, si nécessaire. Tout séisme important est suivi d’une série de secousses secondaires.

Si un tremblement de terre se produisait lors d’un séjour touristique, il est recommandé à nos ressortissants de prendre immédiatement contact avec leurs familles ou leurs proches afin de les rassurer sur leur sort ou, le cas échéant, en cas de problème de communication avec l’extérieur, avec l’Ambassade de France.

Activité volcanique

L’attention des randonneurs est particulièrement attirée sur les précautions à prendre avant de se rendre sur deux sites volcaniques du pays situés dans l’île du Nord et dont l’activité peut reprendre à tout moment : le mont Tongariro et tout le parc du même nom ainsi que l’île volcanique de White située dans la Baie d’Abondance (Bay of Plenty). Il est fortement conseillé aux visiteurs de se renseigner sur l’accessibilité de ces deux sites auprès des bureaux d’information avant de s’y rendre, notamment en dehors de la saison touristique.

Sports extrêmes.
La Nouvelle-Zélande est connue pour sa pratique des sports d’aventure et sports extrêmes (saut à l’élastique, parachute, rafting, jetboating, ascension sur glacier, quad, spéléologie, ponts suspendus etc.). L’attention des voyageurs est rappelée sur la condition physique et la prudence requises dans l’exercice de telles activités, surtout en cas de pratique non encadrée.

Climat
Quelles que soient la saison et la région, et en particulier en montagne, la Nouvelle-Zélande est sujette à des variations climatiques rapides et imprévisibles (chute des températures, vent, pluies parfois violentes). Il est recommandé de prévoir en toutes circonstances des vêtements chauds et imperméables.

Entrée / Séjour

Visa

Le visa est inutile pour des séjours inférieurs à 3 mois, à condition de disposer d’un billet d’avion aller et retour valide.

Tout visiteur, même exempté de visa en tant que touriste pour une durée de 3 mois maximum, doit présenter un billet aller-retour et pouvoir prouver qu’il disposera sur place de 1000 NZD (400 NZD s’il est logé gratuitement) par mois de séjour. Même dans le cas d’un emploi non rémunéré mais assorti d’avantages en nature, il n’est pas permis de travailler sans autorisation préalable de travail (Work permit, Working holiday visa). S’il apparaît à l’occasion d’un entretien avec l’officier de l’immigration que les conditions d’entrée ne satisfont pas à la réglementation néo-zélandaise, tout visiteur est refoulé. Un retour en Nouvelle-Zélande sans visa s’avèrera ensuite difficile et le visa requis, même délivré, n’assurera pas un contrevenant de son entrée sur le territoire.

Programme Vacances-Travail (PVT)

Les autorités néo-zélandaises autorisent les jeunes Français à séjourner en Nouvelle-Zélande à titre individuel dans le but d’y passer des vacances, en ayant la possibilité d’y exercer un emploi pour compléter les moyens financiers dont ils disposent. Elles leur délivrent à cet effet un visa vacances-travail à entrées multiples d’une durée de validité d’un an.

A l’arrivée en Nouvelle-Zélande, les bénéficiaires du programme se voient délivrer par le service de l’immigration une autorisation de travail valable 12 mois : celle-ci leur permet d’exercer un emploi auprès de plusieurs employeurs successifs, et aussi de s’inscrire à un cours de formation ou d’étude pour une durée maximale de 3 mois non renouvelable. Ils sont tenus de se conformer à la législation locale du travail.

Les conditions à remplir sont les suivantes :

  • avoir des motivations répondant aux objectifs du programme ;
  • être âgé de 18 à 30 ans révolus lors du dépôt de la demande ;
  • ne pas avoir antérieurement bénéficié du programme ;
  • être titulaire d’un passeport en cours de validité et justifier de la possession d’un billet retour (ou des moyens financiers équivalents) ;
  • justifier également de garanties financières suffisantes pour subvenir à ses besoins au début du séjour (le montant des ressources doit être de 2500€) ;
  • avoir souscrit une assurance couvrant les risques maladie, maternité, invalidité et hospitalisation pour la durée du séjour.

La demande de visa doit être déposée auprès de l’Ambassade de Nouvelle-Zélande à Paris.

Le nombre de visas susceptibles d’être délivrés est de 5000.

Pour toute information complémentaire, prendre l’attache de l’ambassade de Nouvelle Zélande à Paris.

Formalités douanières

Certaines précautions et gestes simples permettent d’éviter des complications douanières.

La loi néo-zélandaise en matière de règles douanières est intransigeante et l’introduction dans le pays de produits prohibés est étroitement contrôlée. Il est donc recommandé aux voyageurs de se conformer strictement à la règlementation en vigueur. Tout manquement peut être sévèrement sanctionné, à commencer par un refus d’entrée sur le territoire.

Une attention scrupuleuse est accordée par les services des douanes aux menaces extérieures pouvant affecter l’écosystème (bactéries, insectes ou autres petits animaux). L’approche "bio-sécurité" est d’une extrême rigueur lors des contrôles effectués à l’aéroport, une amende de 400 NZ dollars pouvant être infligée sur le champ en cas d’infraction.

Des déclarations frauduleuses ou incorrectes à la douane néo-zélandaise peuvent faire l’objet d’amendes immédiatement exigées allant jusqu’à 400 NZD.

De manière générale :

  • lorsque vous préparez vos bagages, pensez à bien respecter la liste des produits interdits et ceux qui doivent être déclarés (voir ci-après) ;
  • en transit, si durant votre escale vous pensez acheter un souvenir ou des denrées, assurez-vous que ces produits sont bien autorisés sur le territoire néo-zélandais ;
  • à la descente de l’avion, pensez à ne rien emmener de ce qui était à bord (boissons, fruits, pâtisseries) ;
  • aux douanes, faites de votre mieux pour faciliter le travail des douaniers.

Les produits strictement interdits :

  • viandes aviaires (poulet, dinde, canard) et dérivés (foie gras frais) ainsi que les œufs ;
  • fruits frais, légumes et champignons ;
  • miel et produits dérivés pollens, cire et résine végétale ;
  • animaux vivants (dont chiens et chats), animaux de compagnies, oiseaux, œufs d’oiseaux, poissons et insectes ;
  • fleurs et feuillages, colliers de fleurs et assimilés ;
  • emballage en paille ou autres herbes ;
  • corail, ivoire, peau de serpent, produits à base de cuir de crocodile ou d’os de baleine (dont colliers, bijoux, artefacts ou ornements) ;
  • coquillages et carapaces de tortues.

Ces produits seront systématiquement détruits ou, si vous acceptez de payer le service, seront réexpédiés chez vous.

Produits devant être obligatoirement déclarés à l’arrivée :

  • viandes (autres qu’aviaires), poissons et crustacés ;
  • produits à base d’œufs (pâtes, pâtisseries) ;
  • fruits et légumes secs ;
  • pâtes et riz ;
  • noix, graines, céréales, herbes et épices ;
  • tous produits végétaux ou à base de plantes ;
  • produits à base de fleurs séchées ;
  • produits rembourrés avec des graines / céréales de la paille ;
  • produits à base de bambou, canne à sucre, noix de coco, ou de paille ;
  • tous produits contenant du bois ou à base de bois (incluant les instruments de musique) ;
  • tous produits contenant ou à base de plumes, pelage, poils, peaux et os ;
  • tous trophées de chasse ou animaux empaillés ;
  • vêtements et chaussures ayant été en contact avec des animaux (dont animaux dits « de la ferme »), du matériel pour animaux, du matériel vétérinaire ou des cages à animaux ;
  • tous matériels et vêtements de camping, de trekking et de marche ayant déjà été utilisés à la campagne ou à la montagne.

Après inspection, ces produits vous seront retournés pour la grande majorité. Les autres seront traités à vos dépens puis vous seront rendus et dans des cas plus rares seront détruits ou, si vous acceptez de payer le service, seront réexpédiés chez vous.

Pour de plus amples informations sur les conditions d’accès au territoire et sur les douanes néo-zélandaises, n’hésitez pas à vous reporter au site de l’ambassade de Nouvelle-Zélande en France.

Santé

Contracter une assurance de rapatriement sanitaire.

Pour de plus amples renseignements, vous pouvez consulter les sites suivants :

Infos utiles

Législation locale

La consommation de stupéfiants (y compris de cannabis) est interdite. Son usage, tout comme les petits larcins ou l’irrégularité du séjour, sont passibles d’amendes conséquentes et d’expulsion après généralement un passage en détention.

La pédophilie est fortement réprimée et passible de lourdes peines d’emprisonnement.

La législation contre l’alcoolémie au volant est plus sévère qu’en France et elle est appliquée avec rigueur.

Infrastructure routière

La circulation à gauche demande une vigilance accrue pour les conducteurs français. Il peut arriver que des conducteurs locaux, jugeant votre conduite dangereuse, veuillent vous dissuader de reprendre la route. La priorité est à droite. Les routes, de type nationales, sont en très bon état, mais souvent sinueuses.

L’assurance automobile n’étant pas obligatoire, il est fortement conseillé de s’assurer "tous risques". En cas de location, vérifier que le contrat autorise l’emprunt des voies non goudronnées.

Le permis de conduire français est reconnu pendant un an, à condition qu’il soit accompagné du permis international ou d’une traduction certifiée conforme. Au-delà d’un an, il est impératif de se soumettre aux épreuves du code néo-zélandais.

Le taux d’alcoolémie au volant est de 80 mg/100 ml. La limitation de vitesse est de 100 km/h sur route, 60 ou 70 km/h à l’approche des agglomérations et de 50 km/h en ville.

L’alcoolémie au volant et les excès de vitesse sont lourdement sanctionnés (fortes amendes, retrait de permis…). Les contrôles sont fréquents.

Transport aérien

Le pays est desservi depuis l’international par de nombreuses compagnies aériennes (Air New Zealand, Qantas, Emirates, Jetstar, China Airlines, Lan, Air Pacific, Virgin Australia, etc. ; Aircalin et Air Tahiti Nui desservent les territoires français du Pacifique). Mais seules deux compagnies assurent les liaisons intérieures, Air New Zealand et la compagnie low cost Jetstar. Elles sont de bonne qualité, mais leurs tarifs relativement élevés.

Voyages d’affaires

Visa d’affaires

Aucun visa n’est requis pour entrer en Nouvelle-Zélande pour un séjour de moins de 90 jours consécutifs, si la durée totale des séjours n’excède pas 180 jours par an.

Il suffit pour le voyageur d’affaires de disposer à son entrée dans le pays d’un billet retour.

L’exercice d’activités professionnelles, telles que prospection, entretiens, négociation de contrat, participation à des colloques ou à des foires, est inclus dans cette catégorie et ne demande pas de démarche spécifique auprès des autorités néozélandaises.

Pour un séjour supérieur à quatre-vingt-dix jours consécutifs, ou des séjours totalisant plus de 180 jours par an, et ce quel que soit leur motif, la sollicitation d’un visa de travail auprès de l’ambassade de Nouvelle-Zélande à Londres est nécessaire.

Réseaux de télécommunications

Le taux de couverture de téléphonie mobile en Nouvelle-Zélande est bon : plus de 97% du territoire est couvert. Trois opérateurs se partagent le marché : Vodafone, Spark (opérateur historique) et 2 degrees. Ce dernier a été le premier à offrir la connexion 4G, et reste encore leader sur ce marché. Le réseau 4G couvre aujourd’hui plus de la moitié de la population.

La connexion avec un mobile français en itinérance est bonne aussi, mais le prix, tant pour les communications téléphoniques que pour les chargements, est prohibitif. Mieux vaut se doter d’une carte SIM locale.

En ce qui concerne les connexions internet, la Nouvelle-Zélande est assez bien pourvue, mais la vitesse de chargement est plus lente que dans la moyenne des pays de l’OCDE (35ème rang mondial) du fait de l’encombrement du réseau qui dépend d’un seul câble sous-marin à ce jour. La fibre se développe et devient de plus en plus disponible dans les hôtels des grandes villes. Le wifi est accessible dans tous les hôtels et aéroports, et plusieurs centres villes disposent de zones de wifi gratuits.

Données économiques

Avec une population de 4 millions d’habitants, le pays dispose en 2014 d’un PIB par habitant de nd dollars et d’un PIB de nd milliards de dollars. Le PIB du pays a crû de 1,9% par an entre 2009 et 2014.

La Nouvelle-Zélande est le 67 ème client de la France et son 51 ème excédent. La France a exporté vers la Nouvelle-Zélande 497 millions d’euros de biens en 2014. Les exportations ont augmenté de 20% par an entre 2009 et 2014. Le solde commercial de la France avec le pays s’établit à 100 millions d’euros.

La Nouvelle-Zélande, bénéficiant d’une solide croissance économique, offre des opportunités dans les domaines des infrastructures et des transports (Auckland, Christchurch), aéronautique et militaire, agricole et agroalimentaire, des énergies (renouvelables), et des nouvelles technologies de l’information et de la communication. La demande néo-zélandaise est importante sur les produits agroalimentaires (viticulture, machines agricoles), le secteur automobile, celui des équipements mécaniques et le secteur nautique.

La Direction des entreprises et de l’économie internationale du ministère des Affaires étrangères et du Développement international vous propose de consulter la fiche repères économiques Nouvelle-Zélande.

Contacts utiles

  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, le soutien public au développement international des entreprises.

Service Économique de Wellington
12ème étage
Sovereign House
34-42 Manners Street
PO Box 11 148
WELLINGTON 6142
Nouvelle-Zélande
Tel : + 64 4 384 25 55
Fax : + 64 4 801 4569
Email : wellington@dgtresor.gouv.fr

  • Business France

Opérateur public national au service de l’internationalisation de l’économie française, Business France valorise et promeut l’attractivité de l’offre de la France, de ses entreprises et de ses territoires.

La Nouvelle-Zélande relève du bureau de Sidney :

Bureau Business France Australie
31 Market Street - St Martins Tower 35th floor
Sydney NSW 2000 - AUSTRALIA
Tel : +61 2 9264 2711
Email : sydney@businessfrance.fr

François COTIER (Directeur Pays Autralie-Nouvelle-Zélande)

  • CCEF

Les conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Annuaire pour la Nouvelle-Zélande.

  • CCI

Les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) Françaises à l’International, sont des associations indépendantes de droit local qui regroupent des entreprises françaises et étrangères. Elles constituent un réseau mondial de relations et de contacts d’affaires de plus de 32.000 entreprises françaises et étrangères dans 83 pays.

Chambre de Commerce et d’Industrie France Nouvelle-Zélande (FNZCCI)
Auckland Chamber of Commerce
Level 3, 100 Mayoral Drive
PO Box 47 Auckland 1010
Tél : +64 9 302 99 32
Email : info@fnzcci.org.nz ou fnzcci@gmail.com
Site internet : www.fnzcci.org.nz

  • FMI

Sites internet :

La Nouvelle-Zélande et le FMI.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016