Accès rapide :

Santé

Avant le départ

Consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et souscrivez à une compagnie d’assistance couvrant les frais médicaux et le rapatriement sanitaire.

Fièvre hémorragique – Ebola

Des cas ont été rapportés au Nigéria, qui a été depuis déclaré officiellement exempt du virus par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le 20 octobre 2014.

Pour plus d’information sur le virus Ebola et ses modes de transmission, consulter le bandeau Virus Ebola, en une du site.

Maladies

Fièvre de Lassa : La fièvre de Lassa (identifiée en 1969 dans la ville du même nom, située dans le Nord-Est du pays) sévit au Nigéria ; plusieurs cas sont rapportés chaque année. En 2012, une épidémie a fait plusieurs dizaines de morts dans le pays. Une nouvelle épidémie est en cours depuis novembre 2015 ; elle a touché à ce stade les États de Bauchi, Edo, Kano, Nasarawa, Niger, Oyo, Rivers et Taraba.
Le virus de Lassa se transmet à l’homme par contact avec des aliments ou des articles ménagers contaminés par l’urine ou les excréments de rongeurs. Il existe également une transmission interhumaine.
Les premiers symptômes ne sont pas spécifiques : fièvre, fatigue, céphalées, douleurs musculaires, vomissements, etc.
Il est recommandé de respecter les règles d’hygiène et de protection en cas de contact avec des personnes malades. Il est également recommandé d’éviter tout contact avec les rongeurs.

Méningite : Les autorités sanitaires du Nigéria ont notifié une épidémie de méningite bactérienne à Méningocoque dans deux états situés au Nord-Ouest du pays (Kebbi et Sokoto). La vaccination anti-méningococcique (A+C ou A+C+W135) est vivement recommandée en cas de déplacement dans cette région.

Grippe aviaire : Récurrente, avec des cas rares de transmission à l’homme.

Prévention du paludisme

Cette maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…).

A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France, durant une durée variable selon le produit utilisé. Classification : zone 3.
Durant votre séjour, et durant les deux mois qui suivent votre retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement éventuel.

Vaccinations

La vaccination contre la fièvre jaune est indispensable (à pratiquer dans un centre agréé).

L’OMS a déclaré le 25 septembre 2015 le Nigéria pays exempt de poliomyélite,mais de nouveaux cas ont été signalés notamment dans le Nord-Est du pays. Il est donc vivement recommandé de mettre à jour sa vaccination (diphtérie-tétanos-poliomyélite).

Autres vaccinations conseillées (selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.

Le risque de méningite bactérienne saisonnière incite vivement à recommander la vaccination anti-méningococcique aux voyageurs devant séjourner dans les États du Nord du pays au cours de la saison sèche, d’octobre à mai.

Compte tenu des épidémies de rougeole affectant régulièrement le pays et en particulier les États du Nord durant la saison sèche, une vaccination R.O.R (Rougeole, Oreillons, Rubéole) à jour est vivement recommandée, notamment chez les enfants.

La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas.
Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Recommandations générales

Les risques sanitaires du Nigéria sont sérieux et liés à la présence de maladies endémiques (en particulier le paludisme) et à la pandémie du sida.

Sur l’ensemble du territoire (excepté peut-être à Abuja), les conditions sanitaires sont très précaires. L’eau courante doit être présumée non potable. Il faut s’assurer, même dans les hôtels, que les eaux minérales en bouteilles ont leur capsule d’origine. Les légumes et les fruits doivent être lavés dans une solution de permanganate.

En dehors d’Abuja et de Lagos, les possibilités de soins d’urgence et d’hospitalisation dans des conditions d’hygiène minimales sont rares et incertaines.

Hygiène alimentaire

Prévention de la diarrhée du voyageur et du choléra :

Il est conseillé de ne pas boire l’eau du robinet : préférer les eaux en bouteilles capsulées.
A défaut, consommer de l’eau filtrée, bouillie et décontaminée.

Éviter l’ingestion de glaçons, de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés.

Éviter la consommation d’aliments (poisson, viande, volaille, lait) insuffisamment cuits.

Veiller à un lavage régulier et soigneux des mains avant chaque repas (hygiène très stricte des mains, notamment au sortir des toilettes).

Choléra

En saison des pluies (mai à septembre), le choléra sévit à l’état endémique dans la partie septentrionale du Nigéria, nécessitant de redoubler de prudence lors de la consommation d’eau (bouteilles scellées), de légumes et de fruits et de la manipulation d’argent en espèces.

VIH-Sida

Prévalence non négligeable du VIH-Sida. Toute mesure de prévention est indispensable.

Quelques règles simples
  • Éviter les baignades dans les eaux stagnantes (risque d’infection parasitaire) ;
  • Éviter de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides ;
  • Ne pas caresser les animaux rencontrés ;
  • Veiller à la sécurité routière (port de la ceinture de sécurité en automobile ou du casque en moto) ;
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue ;
  • Emporter les médicaments nécessaires.
Numéros utiles

Le site de l’ambassade de France à Abuja comporte une rubrique Santé détaillée avec les numéros de téléphone utiles.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016