Accès rapide :

Sécurité

La Namibie, qui bénéficie d’une situation politique relativement stable et possède des infrastructures de bon- voire d’excellent- niveau dans certains domaines, n’est toutefois pas exempte de risques spécifiques, du fait notamment de la délinquance qui y sévit (cf. infra), dans le contexte de fortes inégalités sociales. Les autres problèmes de sécurité sont liés aux particularités du réseau routier (cf. rubrique Transports) et à certains risques sanitaires, signalés à la rubrique Santé. Une vigilance renforcée est donc de mise dans les situations d’exposition à ces risques.
A Windhoek et dans les autres villes du pays, les conditions de sécurité connaissent une dégradation continue et nécessitent une vigilance accrue depuis quelques années. Même si l’ensemble du territoire namibien ne présente pas de problèmes de sécurité comparables avec ceux de l’Afrique du Sud, l’atmosphère a priori paisible de la capitale et de Swakopmund (sur la côte) peut être trompeuse : les vols parfois avec agression physique de jour comme de nuit sont assez courants dans les grandes villes (particulièrement du fait de pickpockets ou lors des retraits d’argent aux distributeurs), surtout à l’approche des fêtes de fin d’année. Des cas d’agression à l’arme blanche sont signalés depuis le mois de janvier 2014, visant particulièrement les touristes dont des Français, dans les quartiers ouest et nord de la capitale. Des fraudes à la carte bancaire sont régulières.

Il est recommandé de :
•ne pas laisser ses effets personnels ou bagages sans surveillance ou visibles dans un véhicule

•se déplacer en groupe autant que possible

•ne pas porter d’objets de valeur, en particulier dans les lieux publics

•ne pas mettre d’objets de valeur dans les sacs à dos

•ne pas porter de sac à main

•ne pas se départir de sa carte bancaire, au restaurant par exemple

•ne pas se déplacer avec tous ses papiers d’identité sur soi : utiliser des photocopies et déposer les documents d’identité dans un coffre sécurisé

•circuler avec les portières verrouillées et les vitres fermées

•ne pas prendre d’auto-stoppeur

•se déplacer en ville (notamment à Windhoek et à Swakopmund) de préférence en voiture de location ou par le moyen de taxis recommandés par des professionnels du tourisme car beaucoup d’agressions sont le fait de taxis indélicats à la conduite déjà hasardeuse.

•ne jamais se rendre dans les townships sans être accompagné de personnes de confiance connaissant les lieux

•limiter les déplacements à pied la nuit, en évitant les quartiers ouest et nord de Windhoek

Zones réglementées

L’accès à certaines zones est réglementé. C’est le cas de la « Diamond Restricted Area » ou « Speergebiet » dans l’extrême sud-ouest du pays entre Lüderitz et Oranjemund (l’accès à Lüderitz est libre) ou de certaines parties de parcs naturels, pour lesquels un permis doit être sollicité au préalable.

La frontière avec l’Angola est à plusieurs endroits matérialisée par une simple clôture de barbelés peu élevée et n’est parfois pas matérialisée du tout. Transgresser la frontière, ne serait-ce que de quelques mètres, est passible d’une amende et/ou de peine d’emprisonnement.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014