Accès rapide :

Transports

Infrastructures routières

Présence épisodique de déformations ou de nids-de-poule. Les routes, asphaltées et bien entretenues, desservent la majeure partie du pays. Les routes ou autoroutes à péage présentent les meilleures garanties de sécurité.

Les touristes peuvent importer un véhicule au Mexique pour une durée maximale de 180 jours. Le permis d’importation temporaire est délivré à la frontière moyennant une taxe payable seulement par carte bancaire et sur présentation de la carte grise, du permis de conduire et d’une carte d’identité qui doit être en règle vis-à-vis des autorités d’immigration locales (en possession de son formulaire migratoire ou FMM). Le permis de conduire français ou de tout autre pays d’Europe est reconnu. En revanche, les assurances émises à l’étranger ne sont pas valables. Il est impératif de contracter une assurance mexicaine.

En cas d’emprunt d’un véhicule à un particulier ou de location dans une agence il est prudent de vérifier que le véhicule est assuré, que la police d’assurance est "tous risques" et qu’elle est en cours de validité.

En cas d’accident, les conducteurs peuvent être mis à la disposition de la justice jusqu’à conclusion de l’enquête. En cas d’insolvabilité, ils peuvent être placés en garde à vue et le véhicule peut être saisi. Quand il y a des blessés graves, le juge peut écrouer les automobilistes jusqu’à ce que les responsabilités respectives soient déterminées.

Après un accident, ne jamais prendre la fuite. Garder son calme, rester courtois et, en accord avec les protagonistes, appeler une patrouille de police ainsi que les assureurs des deux parties pour l’établissement du constat. Si l’accident est sérieux, ne déplacer les véhicules que sur ordre de la police.

A Mexico, il est impératif de respecter les jours d’alternance de circulation fixés en fonction de la plaque minéralogique, afin de lutter contre la pollution. Les véhicules immatriculés à l’étranger ne peuvent pas circuler dans le District Fédéral le vendredi.

En toutes circonstances, conduire prudemment, respecter le code de la route et les signalisations. Les déplacements collectifs en autocars de première et de deuxième classe sont en général confortables et fiables.

Risques liés aux transports

Il est formellement déconseillé de voyager de nuit, tant en bus qu’en voiture, sur tout le territoire mexicain : les obstacles étant moins visibles (chaussées endommagées, nombreux dos d’âne et ralentisseurs non signalés, véhicules mal éclairés, bétail errant…), les risques d’accident et d’agression en sont accrus d’autant.

En voiture, verrouiller portes et fenêtres. Ne laisser aucun objet apparent sur les sièges. Privilégier les axes routiers à péage et éviter les axes routiers secondaires peu fréquentés (risque d’embuscade). Ne jamais prendre d’auto-stoppeur.

Faire particulièrement attention aux chauffeurs de taxi qui peuvent être les complices de malfaiteurs ou se rendre coupables d’enlèvements "express," consistant à dépouiller leurs victimes et à les obliger à retirer de l’argent depuis des distributeurs automatiques, avec leur carte bancaire :

  • à votre arrivée, pour rejoindre votre destination depuis l’aéroport, n’emprunter que les taxis autorisés (la course est réglée à l’avance à un guichet dédié) ;
  • en ville, il est déconseillé de héler un taxi et d’emprunter un taxi libre : il est préférable d’avoir recours aux stations de taxis, dites « sitios », ou de le faire appeler depuis la réception de l’hôtel ou du restaurant.

A la suite d’agressions par armes à feu de touristes français dans des autobus de ligne entre le site archéologique de Téotihuacan et Mexico, il est toujours déconseillé d’utiliser ce type de transport pour se rendre sur ce site. En cas d’agression n’opposer aucune résistance, garder son calme, baisser les yeux afin d’éviter de laisser penser aux agresseurs qu’ils pourraient être reconnus : toute tentative de défense pourrait avoir une issue fatale, notamment la nuit (transports quotidiens ou touristiques). Des attaques d’hommes armés n’hésitant pas à se montrer violents sont régulièrement signalées dans plusieurs Etats du Mexique (Chiapas, Jalisco, Mexico DF, Etat de Mexico, Puebla, Veracruz).

Il est indispensable d’observer la plus grande prudence en cas d’excursion en montagne, même en véhicule tout-terrain. A l’exception de la Basse-Californie et de la Basse-Californie du Sud, il est fortement déconseillé de s’aventurer en voiture (même tout-terrain) dans les régions désertiques au nord du pays (voir également l’onglet « Sécurité » de la présente fiche).


Réseau ferroviaire

Le réseau est obsolète et désorganisé (non-respect des horaires, confort spartiate excepté en première classe). Le train qui dessert la ligne Chihuahua-Pacifico est une attraction touristique. Il vaut mieux l’emprunter avec peu d’argent sur soi.

Transport aérien

Il y a plus de 50 aéroports dans l’ensemble du pays. Les agglomérations de moindre importance sont desservies par des compagnies régionales. Il n’est pas certain que la maintenance de leurs appareils soit scrupuleusement respectée.

Transport maritime

Les eaux territoriales mexicaines sont réputées pour être un lieu de passage privilégié pour le trafic de drogue entre l’Amérique du Sud et les États-Unis : les plaisanciers qui souhaiteraient naviguer au large des côtes mexicaines doivent rester vigilants et n’embarquer que des personnes connues.

Éviter de transporter paquets ou valises pour des tiers.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015