Mauritanie

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Sécurité

Dans le contexte des attentats de Bamako, Ouagadougou et Grand-Bassam, il convient de tenir compte de la menace terroriste régionale sur les pays d’Afrique de l’ouest, y compris la Mauritanie. Une vigilance accrue est nécessaire.

RISQUES ENCOURUS ET RECOMMANDATIONS ASSOCIEES

Terrorisme

Les évènements en cours au Mali (intervention militaire française, terrorisme, activité des groupes armés, déplacement de réfugiés, troubles politiques) exposent toujours le territoire mauritanien à des risques d’infiltration par des éléments terroristes.

Il est formellement déconseillé aux ressortissants français de chercher à entrer au Mali par la frontière mauritanienne, le long de laquelle des membres de groupes terroristes, mêlés aux réfugiés fuyant le Mali, peuvent constituer une menace particulière pour la sécurité des voyageurs.

L’accès au Mali par la route depuis la Mauritanie doit se faire exclusivement par le territoire sénégalais. La frontière entre la Mauritanie et le Mali doit absolument être évitée. Il est en particulier formellement déconseillé d’emprunter les pistes et routes qui relient Ayoun El Atrous à Nioro, de même qu’il est recommandé de ne pas emprunter l’axe Kankossa-Kayes.

Dans la mesure où les intérêts et les ressortissants français constituent des cibles privilégiées par AQMI, il est formellement déconseillé de se rendre dans les zones indiquées en rouge, et de manière générale les consignes de vigilance et de prudence doivent impérativement être respectées.

On rappellera à cet égard : l’attentat suicide perpétré contre l’ambassade de France le 8 août 2009 ; l’enlèvement, en novembre 2009, sur la route Nouakchott-Nouadhibou, de 3 Espagnols travaillant pour le compte d’une ONG ; l’enlèvement en décembre 2009 de 2 touristes italiens près de la frontière malienne et la tentative d’attentat déjouée contre l’ambassade de France en février 2011. On rappellera également l’enlèvement au Mali d’un ressortissant français venant de la frontière mauritanienne le 20 novembre 2012.

Délinquance

Il est recommandé de séjourner dans les hôtels dont les accès sont filtrés. L’ambassade de France peut fournir une liste d’hôtels.
Les cambriolages se font plus fréquents en ville : il est recommandé aux résidents d’embaucher des gardiens pour surveiller leurs domiciles.

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES

Les voyageurs devant se rendre en Mauritanie sont invités à s’informer des dernières évolutions de la situation locale avant de mettre au point leur projet de séjour ou de déplacement dans le pays, et doivent en informer systématiquement les services de l’ambassade (et s’inscrire sur le site ARIANE) et les autorités locales une fois sur place.

• A l’arrivée à l’aéroport, il est vivement recommandé de se faire accueillir. Sinon, il convient de réserver à l’avance une voiture de location avec chauffeur ou de prendre un taxi agréé.
• Dans le cas d’un voyage d’affaires ou d’études, il convient de se déplacer accompagné d’une personne de confiance connaissant les lieux.
• L’intensification du trafic routier et les conditions de circulation (cf. paragraphe « Transports ») conduisent à déconseiller formellement la conduite de nuit, cause d’accidents fréquents et tragiques.
Il est déconseillé de prendre des habitudes dans les déplacements et recommandé de varier les horaires et les itinéraires.

Sécurité de la circulation en zone saharienne
Pour toute sortie loin de la capitale, il est conseillé de se déplacer en convoi de deux véhicules au moins, d’en vérifier l’état au préalable, de prévoir une réserve d’eau, de vivres et de carburant, d’avoir informé ses proches de sa destination et, le cas échéant, d’être accompagné d’un guide. Les moyens de communications par satellite (valise Inmarsat, téléphone de type Thuraya) peuvent être d’un grand secours.
Les routes sont généralement en bon état. Le recouvrement par le sable, la visibilité à éclipse sur les routes franchissant des cordons dunaires, la divagation d’animaux, l’état des véhicules en circulation appellent cependant une vigilance particulière.
Il est recommandé de respecter les directives qui vous seront transmises aux postes-frontières par les autorités compétentes, et de les respecter lors de la traversée de cette zone dangereuse. Sur la piste traversant le no man’s land séparant le Sahara occidental de la Mauritanie, la circulation dans les deux sens est libre depuis le 1er janvier 2000, sous réserve d’accomplir les formalités de passage (de 8h à 18h00) : les autorités mauritaniennes délivrent des visas au niveau de la frontière. Les abords de cette piste sont minés, et il est impératif de ne pas s’en écarter. Toute la zone frontalière nord comporte des risques de mines. Seule la piste côtière vers Nouadhibou a été déminée.
Le quart Nord-Est du pays est une zone inhabitée et de transit, y compris pour les trafics illicites. Il est formellement déconseillé de s’y rendre. De surcroît, la plus grande partie de cette zone est placée sous la responsabilité de l’armée, et une autorisation expresse de l’Etat-major est requise pour y accéder.

Épreuves sportives
L’organisation d’épreuves sportives impliquant un déplacement sur le territoire mauritanien dans des zones non sécurisées est déconseillée.
Les organisateurs de rallyes aériens devront prendre en compte les risques liés à un environnement naturel hostile (vents de sable fréquents, variations thermiques fortes, terrain fait de dunes et de reliefs) et le fait que les moyens techniques de guidage, d’atterrissage et d’assistance sont limités. Il y a lieu de se rapprocher de l’Asecna (tél. : +222 45 25 38 38 - +222 45 25 28 47) pour les consignes, plans de vols et transits au-dessus du territoire mauritanien.
Les rallyes terrestres, motorisés ou à pied, sont déconseillés.

Consommation d’alcool et de stupéfiants
La loi mauritanienne réprime sévèrement non seulement le trafic de stupéfiants mais également leur consommation.
Au sens de la loi mauritanienne, l’alcool et le cannabis, notamment, entrent dans la catégorie des stupéfiants, au même titre que les drogues dites « dures ». Les ressortissants français qui seraient pris en possession de telles substances s’exposeraient à des poursuites judiciaires (assorties de périodes de garde à vue et de détention provisoire).
Par conséquent, les Français séjournant ou transitant en Mauritanie s’abstiendront impérativement de tout transport et de toute consommation de stupéfiants au sens de la loi mauritanienne (y compris l’alcool).

ZONES DE VIGILANCE

• Zones formellement déconseillées (zone rouge)
Les autorités mauritaniennes ont édicté, depuis le 7 février et le 18 avril 2010, des règles prescrivant l’entrée sur le territoire par l’un des 45 points de passage autorisés, et soumettant l’accès à une zone placée sous la responsabilité de l’armée, au Nord-Est du pays, à une autorisation expresse de l’Etat-major ou du gouverneur de la région (voir « Entrée/séjour »).
Les accès routiers à travers le désert à l’Est ou au Nord-Est de la Mauritanie sont formellement déconseillés.
Les autorités françaises rappellent qu’elles déconseillent formellement tout déplacement dans les zones signalées en rouge (voir carte de la rubrique « Sécurité »). Il est instamment demandé aux Français qui se trouveraient en ce moment dans ces zones, qu’ils y soient résidents ou de passage, de prendre contact avec l’ambassade afin de les quitter au plus vite.
La zone d’exclusion placée sous contrôle militaire au Nord-est de la Mauritanie (voir rubrique « Entrée/séjour »), où l’armée est susceptible d’ouvrir le feu contre des véhicules suspects, doit être impérativement évitée.

Zouérate
La route d’accès à la zone de Zouérate demeurant en zone rouge, seule la voie aérienne doit être empruntée pour s’y rendre. La ville elle-même de Zouérate, ainsi que le site de Fdérik, avec lequel elle forme une même agglomération économique, est considérée comme une zone « orange », où les entreprises françaises peuvent développer leurs activités en concertation étroite avec leurs employeurs ou clients locaux.

• Zones déconseillées sauf raison impérative (zone orange)
Dans les grandes villes de province, les mêmes conseils de prudence qu’à Nouakchott s’appliquent. Hors agglomération, les déplacements en groupe doivent être privilégiés, et les déplacements de nuit doivent être proscrits.
Il y a lieu de noter que les mesures de sécurité prises par les autorités mauritaniennes sont de nature à permettre, sous certaines conditions, le bon déroulement des déplacements le long des seuls trois axes précisés ci-après. Ces mesures visent également à permettre l’activité des entreprises, notamment à Nouakchott et à Nouadhibou. Il est également recommandé, lors de déplacements entre localités, d’éviter de sortir des axes principaux de circulation.

• Zones de vigilance renforcée (zone jaune)
A Nouakchott, privilégier les sorties de jour et dans les zones fréquentées.
Le centre-ville, les nouveaux quartiers et les plages situées aux abords immédiats de Nouakchott ont été le lieu de plusieurs agressions physiques, y compris en plein jour et à main armée. Il conviendra de faire preuve de prudence et d’éviter de se trouver isolé, surtout les femmes.

Axes Nouadhibou-Nouakchott, Nouakchott-Rosso
Compte-tenu des mesures de sécurité prises par les autorités mauritaniennes, les déplacements peuvent être organisés sous les conditions suivantes :
• circuler en convoi d’au moins deux véhicules ;
• ne pas circuler de nuit ;
• fournir aux points de contrôle de la gendarmerie et de la police mauritaniennes : l’identité des voyageurs ; l’ensemble de leurs contacts téléphoniques ; le numéro d’immatriculation et le type des véhicules utilisés ; l’itinéraire précis (dates, horaires, points de départ et d’arrivée, haltes) ;
• se munir d’un téléphone satellitaire et en communiquer le numéro avant le départ ;
• renforcer, si possible, la traçabilité du déplacement en s’équipant d’un système de tracking ou d’une balise type « argos » ;
• prendre bien entendu les précautions d’usage dans les zones arides ou désertiques (cf. « Recommandations générales - Sécurité de la circulation en zone saharienne »).

JPEG - 256.7 ko

Entrée / Séjour

FORMALITÉS D’ENTRÉE

Visa
Le visa d’entrée est obligatoire pour les Français de passage et les personnes entrant pour la première fois en Mauritanie. Afin de faciliter les procédures d’obtention des visas d’entrée et de séjour pour les étrangers, un système de délivrance de visas biométriques a été mis en place à l’aéroport international de Nouakchott, au poste frontière du PK55 de Nouadhibou et au niveau de l’ambassade de Mauritanie à Paris.
N. B. - Les visas non biométriques délivrés par les représentations mauritaniennes à l’étranger ne permettent pas d’entrer sur le territoire. Il est recommandé de prendre son visa à un poste frontalier (Aéroport, Rosso – Diama – PK55). N.B. Le poste frontière de Gogui est en zone rouge : il est formellement déconseillé de l’emprunter

L’accès par voie terrestre au territoire mauritanien doit obligatoirement se faire par l’un des points de passage suivants : PK 55 Nouadhibou, Gouera, Tmeimichatt (Dakhlet-Nouadhibou), Choum (Adrar), Chegga, Zouerat (Guelb), F’Derick, Bir Moghrein, Ain Ben Tili (Tiris Zemour), Oualata, Fassala Nere, Bassikounou, Adel Bagnou, Bousteila, Djigueni (Hodh Ech Chargui), Gogui, Touil (Hodh El Gharbi), Tanaha, Hamod (Assaba), Ould Yenje, Ghabou Débarcadère, Gouraye Débarcadère, Wompou Débarcadère (Guidimakha), Wali, Sagne, Tifounde Cive, Kaedi Débarcadère (Gorgol), M’Bagne, Haie MBare, Bogue Débarcadère, Dar El Barka (Brakna), Diekane, Jidel Moghen, Bac de Rosso, Diama (Trarza). Dix nouveaux points de passage ont été créés : Touajil (au sud de F’Derick près de la frontière avec le Sahara occidental), N’Beiket Lahwach (sud-est), Fereni et Melgue (sud à la frontière avec le Mali), ainsi que Nouma Niere, Djowol, Dioudi Dande Mayo Bababe, Lexeiba, Marsel et M’Boyo au sud à la frontière avec le Sénégal.

Tout voyageur entrant en Mauritanie sans se signaler à l’un de ces postes sera considéré en situation irrégulière.

Dans le Nord-Est du pays, la zone à l’Est du 10ème méridien jusqu’aux frontières avec le Sahara occidental, l’Algérie et le Mali au Nord du 20eme parallèle, à hauteur de Aoujeft, a été placée sous le contrôle de l’armée. L’accès est soumis à une autorisation expresse de l’Etat-major des armées.
• Les personnes résidentes en Mauritanie (séjour de plus de trois mois) et munies d’une carte de séjour en cours de validité sont dispensées de visa pour leurs allées et venues, à condition que leur séjour hors de Mauritanie ne dépasse pas six mois.
• L’importation et la sortie de devises étrangères sont légalement soumises à déclaration, ce qui nécessite la conservation des factures de change et d’achat.
• Toute entrée d’un véhicule est dorénavant soumise à la présentation d’un carnet de passage en douane. Ce document doit porter les logos de la Fédération internationale de l’automobile (F.I.A.) et de l’Alliance internationale du tourisme (A.I.T.), ainsi que les signatures et cachets de l’un de ces deux organismes. A défaut de ce titre, le dépôt d’une caution garantissant les droits et taxes réglementaires en cas de vente ou de cession du véhicule sera exigée par le bureau des douanes. Cette caution sera restituée au moment de la sortie effective du véhicule du territoire. Toute cession de véhicule est soumise à l’acquittement de droits de douane. Le quitus correspondant doit être présenté à la sortie de Mauritanie.

Sans avoir levé cette réglementation, dans la pratique, les autorités mauritaniennes autorisent l’entrée des véhicules sur leur territoire national, après les avoir inscrits sur les passeports des propriétaires. Ces véhicules, ou, en cas de cession, les quitus correspondant, devront être présentés à la sortie du territoire (pour les instructions concernant les convois humanitaires ou les transports de matériel se reporter à la fiche "Maroc"). En cas d’abandon du véhicule, il faut obligatoirement faire une déclaration au poste de police ou de gendarmerie le plus proche, et garder un double de cette déclaration.

RÉGLEMENTATION DOUANIÈRE

Alcool – produits stupéfiants – viande porcine

Quel que soit leur statut (passeport ordinaire ou officiel), les voyageurs entrant en Mauritanie s’abstiendront de transporter toute boisson alcoolisée dans leurs bagages (cf. rubrique « Sécurité » : au sens de la loi mauritanienne, l’alcool entre dans la catégorie des stupéfiants).

Le constat de la possession de la plus petite quantité d’alcool, de cannabis ou autre produit illicite lors d’un passage frontalier ou d’un contrôle sur le territoire induit immanquablement une garde-à-vue et la présentation devant un juge, avec un fort risque de condamnation à des peines de prison, des amendes et à la confiscation de biens personnels (véhicules, etc.).

En outre, l’importation de viande porcine fait l’objet de contrôles aléatoires, et il paraît préférable d’éviter d’entrer sur le territoire mauritanien avec des produits de cette nature.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (et ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre le cas échéant les rappels de vaccins).

AVANT LE DÉPART

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevées à l’étranger, il est impératif de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation …) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’Ambassade ou les consulats généraux de France sur place.

Recommandations pour votre santé

Consultez si besoin votre médecin traitant ou un centre de vaccination international pour faire une évaluation de votre état de santé, et bénéficier de recommandations sanitaires notamment sur les vaccinations. Consultez éventuellement votre dentiste avant votre départ.

Constituez votre pharmacie personnelle en conséquence et n’emportez que les médicaments nécessaires ; ne consommez jamais des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consultez le fiche Info Pratique http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/infos-pratiques/

Vaccinations

  • Le vaccin contre la fièvre jaune n’est plus obligatoire pour les passagers provenant de zones d’endémie amarile. Au vu de l’existence d’une circulation active du virus amarile et de la présence de vecteurs capables d’activer une transmission, il est très fortement recommandé d’être à jour de la vaccination contre la fièvre jaune pour un séjour en Mauritanie, en particulier pour les voyageurs qui se rendent au sud du Sahara.
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée en incluant Rubéole Oreillons et Rougeole chez l’enfant ; la vaccination antituberculeuse est également souhaitable.
  • En fonction des conditions locales de voyages, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
  • Il est préférable d’être vacciné contre la méningite bactérienne A + C + Y + W135.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas en fonction des conditions et lieux de séjour. Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.
RISQUES SANITAIRES

• Maladies transmises par les moustiques

Paludisme
Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire (potentiellement grave) transmise par les piqûres de moustiques. Sa prévalence est forte dans la vallée du fleuve Sénégal. Des cas peuvent être signalés à Nouakchott principalement pendant ou après la saison des pluies (août à novembre). Il existe deux formes de prévention complémentaires du paludisme : la protection contre les moustiques et le traitement médicamenteux. Les mesures classiques de protection contre les moustiques durant la soirée et la nuit sont fortement recommandées (cf. ci-après).
Pour ce qui est du traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé.
Durant votre séjour, et durant les deux mois qui suivent votre retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel.

Chikungunya - Dengue
La transmission du Chikungunya ou de la Dengue est possible en Mauritanie. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif pour ces maladies. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement.

Fièvre jaune
La fièvre jaune est causée par un virus, transmis par un moustique. Les symptômes sont variables, allant du syndrome pseudo grippal à la forme mortelle ; le traitement est alors symptomatique. Il n’existe pas de médicament préventif qui protègent contre la fièvre jaune. La prévention repose essentiellement sur la prévention des piqures d’insectes et sur la vaccination par ailleurs fortement recommandée.
Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques :

La fièvre de la vallée du Rift
Cette maladie du bétail, périodiquement signalée en Mauritanie, peut être transmise à l’homme par contact direct avec le sang ou le lait de l’animal contaminé ou par une piqûre de moustique. Il est recommandé d’éviter tout contact avec des produits crus d’origine animale, de veiller à une cuisson suffisante des aliments (en particulier du lait) et de se protéger soigneusement des piqûres de moustiques, de jour comme de nuit. Il n’existe pas de vaccin contre cette maladie.
Rage
Des cas de rage sont régulièrement rapportés au Sénégal et en Mauritanie. La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’homme par un chien, renard ou chauve-souris atteints du virus par morsure ou léchage d’une muqueuse. La mortalité est très élevée en l’absence de prise en charge médicale rapide, il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée.
Il est donc recommandé de ne pas caresser les animaux, voire ne pas s’en approcher. La vaccination préventive (en préexposition) avant un séjour en zone exposée peut être recommandée et nécessite une consultation et évaluation médicale préalable.

Méningite
La plus grande prudence est conseillée en cas de déplacement dans cette zone, et il convient d’éviter de s’y rendre avec de jeunes enfants. Il est donc vivement recommandé de consulter un médecin préalablement à un voyage, pour faire une évaluation sur la nécessité de vaccination contre le méningocoque (A,C,Y,W). Pour plus d’informations, consultez le lien www.info-meningocoque.fr/index.html

Choléra
Le choléra est endémique dans certaines régions de la Mauritanie. Le choléra est une infection digestive bactérienne qui se transmet par ingestion d’aliments mal cuits (fruits de mer, par exemple) ou souillés (fruits et légumes) et ingestion d’eau contaminée. Les personnes présentant les signes de l’affection (diarrhée liquide, vomissements, fièvre et faiblesse générale) doivent consulter un médecin en urgence. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. ci-après hygiène alimentaire).

Fièvre Typhoïde
La fièvre typhoïde est une maladie digestive bactérienne endémique en Mauritanie. La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. La prévention repose sur la vaccination qui est fortement recommandée et sur les précautions liées à l’hygiène alimentaire (cf. ci-après hygiène alimentaire)

Infection par le virus HIV – MST
Concernant les maladies sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

MESURES D’HYGIÈNE ALIMENTAIRE

Préservez-vous des contaminations digestives ou de contact :

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes ;
  • Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson ;
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ;
  • Peler les fruits ou légumes ou bien les laver (à l’eau saine) ;
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
  • Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
  • Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli ;
  • Éviter les contacts avec des personnes malades ;
  • Respecter les règles d’hygiène de base et nettoyer avec attention les cuisines, salles de bain et WC
QUELQUES RÈGLES SIMPLES
  • Éviter les baignades dans les eaux stagnantes (risque d’infection parasitaire).
  • Éviter de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides.
  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés.
  • Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque en deux roues).
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :
Institut Pasteur
Santé Publique France
Organisation Mondiale de la Santé

Infos utiles

Législation locale

L’importation, la vente, la consommation et la possession d’alcool sont interdites en Mauritanie. L’usage et la possession de drogues sont interdits et sévèrement réprimés. Cf. rubrique « Sécurité ».

Les photos de bâtiments publics, militaires ou religieux, des aéroports et des ports ainsi que d’agents publics exposent leurs auteurs à des poursuites.

Il est conseillé de conserver un document d’identité sur soi en permanence.

En cas de vols ou d’agressions :

  • Consulter un médecin si nécessaire.
  • Porter plainte auprès des autorités de police locales : bien préciser la date, le lieu, l’heure, les conséquences matérielles et corporelles du vol et/ou de l’agression (tous éléments utiles à l’enquête : description, vêtements, signe particulier ; si véhicule : immatriculation).
  • Prévenir la section consulaire de l’ambassade.
Divers

Il est recommandé de se munir d’espèces ou de travellers chèques. Les cartes bancaires et les chèques ne sont pas acceptés chez les commerçants. Un distributeur automatique de billets, réputé sécurisé, est disponible dans les locaux de la Société Générale de Nouakchott.

Climat désertique chaud et sec.

Infrastructure routière

L’état des routes est généralement bon.

Les 60 derniers kilomètres du tronçon Nouakchott-Boutilimit, qui traversent un long relief dunaire, se caractérisent par une visibilité à éclipse et une bande bitumée très étroite. Beaucoup de conducteurs ignorent le code de la route et le trafic de marchandises est intense. L’état des véhicules est généralement vétuste (défaillance des feux de signalisation). Les accidents sont quotidiens et d’autant plus meurtriers qu’il n’existe pas de dispositif public de secours.

Il faut faire attention au sable débordant sur la route (qui peut contraindre à quitter les couloirs de circulation), aux animaux ainsi qu’aux taxis-brousse, souvent cause d’accidents. Pour toutes ces raisons, il est formellement déconseillé de circuler de nuit, période pendant laquelle se produit la majorité des accidents mortels.

Les voyageurs sont invités à se reporter à la rubrique "Conseils généraux de sécurité" au paragraphe portant sur la route entre Nouadhibou et Nouakchott (chapitre intitulé "Sécurité de la circulation en zone saharienne").

Pour toute sortie dans le désert, se déplacer de préférence à deux véhicules, vérifier l’état du véhicule, prévoir une bonne réserve d’eau, de vivres et de carburant, être accompagné d’un bon guide, ne pas s’aventurer seul et informer sa famille ou ses amis de son itinéraire.

Accidents

La souscription d’une assurance est obligatoire à l’entrée en Mauritanie. En cas d’accident, il est recommandé de :

  • signaler l’accident : feux de détresse, triangle ;
  • prévenir la police au 17, les pompiers au 18 et les gendarmes au 119, en précisant le lieu et la nature de l’accident, le nombre approximatif de victimes et le type de dégâts matériels ;
  • contacter la section consulaire de l’ambassade dans les meilleurs délais ;
  • s’assurer que le représentant de la compagnie d’assurance est présent.

En Mauritanie, il n’existe pas de constats à l’amiable. En cas d’accident impliquant des dégâts matériels, ne pas déplacer les véhicules : les forces de l’ordre viendront sur place procéder à tous les relevés et constats.

En cas d’accident impliquant des blessés, les conducteurs peuvent être sollicités pour acquitter, à l’établissement de soins, des frais médicaux liés à cet accident le temps d’établir les responsabilités. Ils pourront, suivant les circonstances, se faire rembourser par leur assurance mauritanienne.

S’il y a blessure ou mort d’homme, les responsables présumés peuvent faire l’objet d’une garde à vue jusqu’à la détermination des responsabilités par la justice.

Location de véhicule

La location d’un véhicule se fait normalement avec un chauffeur. En cas de panne, d’incident ou d’accident, celui-ci et la compagnie de location sont entièrement responsables. La pratique veut qu’en cas de location sans chauffeur, cette responsabilité rejaillisse sur le locataire.

Réseau ferroviaire

Le train de la SNIM, dans le Nord, qui transporte le minerai de Zouerate à Nouadhibou, accepte à son bord les voitures et les passagers.

Voyages d’affaires

Visa d’affaires

Il n’y a, à ce jour en Mauritanie, pas de disposition particulière liée à l’accueil des hommes d’affaires.

La consultation du site "Conseils aux voyageurs" reste un impératif, les conditions de sécurité s’appliquant indifféremment à tous les Français, hommes d’affaires compris.

Les visas délivrés aux points d’entrées aéroportuaires ou routiers sont systématiquement et sans discernement de 30 jours, une seule entrée, pour un tarif s’élevant à 120 €.

La seule possibilité d’obtention d’un visa d’une durée plus importante, mais pour un tarif plus élevé (autour de 200 €), est de s’adresser à l’ambassade de Mauritanie à Paris.

Pour plus d’informations, consultez l’onglet « Entrée/Séjour » de la présente fiche.

Données économiques

Avec une population de 4 millions d’habitants, le pays dispose en 2014 d’un PIB par habitant de 1270 dollars et d’un PIB de 5 milliards de dollars. Le PIB du pays a crû de 4,4% par an entre 2009 et 2014.

La Mauritanie est le 91 ème client de la France et son 43 ème excédent. La France a exporté vers la Mauritanie 210 millions d’euros de biens en 2014. Les exportations ont augmenté de 2% par an entre 2009 et 2014. Le solde commercial de la France avec le pays s’établit à 146 millions d’euros.

La Mauritanie développe des projets de nouvelles infrastructures (infrastructures portuaires, approvisionnement en eau). Certains secteurs offrent des possibilités : équipement de la marine mauritanienne, bâtiments et travaux publics, nouvelles technologies (technocentre, fibre optique). Les Grands Moulins de Mauritanie prévoient des investissements. Le secteur minier voit ses perspectives s’assombrir du fait de la baisse des cours du fer et du pétrole.

La Direction des entreprises et de l’économie internationale du ministère des Affaires étrangères et du Développement international vous propose de consulter la fiche repères économiques Mauritanie.

Contacts utiles

  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, le soutien public au développement international des entreprises.

Bureau de Nouakchott
Adresse : Service économique, Quartier des ambassades
BP 231 Nouakchott
Mauritanie
Tél. : +222 45 25 34 30 / +222 45 25 22 31
Télécopie : +222 45 25 50 53
Courriel : nouakchott chez dgtresor.gouv.fr

  • CCEF

Les conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Président de section : Pierre-Jean BARBET - +222 36 31 12 16 (société Apave International Sas - Mauritanie)

Annuaire pour la Mauritanie.

  • AFD

L’Agence française de développement (AFD) est l’agence qui met en œuvre la politique du développement définie par le gouvernement français.

Agence de Nouatchott
Rue Mamadou Konaté prolongée
BP 5211
Nouakchott
Mauritanie
Tél. : +222 4 525 25 25 / +222 4 525 23 09
Télécopie : +222 4 525 49 10
Adresse électronique : afdnouakchott chez afd.fr

  • BAD

La Mauritanie est membre de la Banque africaine de développement (BAD), dont le site internet est consultable à l’adresse : https://www.afdb.org/fr/.

La page de la Mauritanie est consultable à l’adresse : www.afdb.org/fr/countries/north-africa/mauritania/.

  • FMI

Sites internet :

Bureau du représentant résident du FMI en Mauritanie.

La Mauritanie et le FMI.

PLAN DU SITE