Accès rapide :

Transports

Infrastructures routières

Les conducteurs de nationalité étrangère peuvent conduire munis du permis de conduire en cours de validité qui leur a été délivré à l’étranger, mais pour une durée maximum d’un an à compter du début de leur séjour temporaire au Maroc tel qu’il est fixé par la législation et la réglementation en vigueur relative à l’entrée et au séjour des étrangers au Royaume du Maroc.

A l’expiration de cette période d’un an, les titulaires d’un permis délivré à l’étranger doivent se présenter aux épreuves pour l’obtention du permis de conduire marocain ou demander l’échange de leur permis étranger contre un permis marocain.

Les conducteurs de nationalité étrangère, munis d’un permis de conduire international, peuvent conduire sur le territoire national pendant la durée de validité de ce permis. Toutefois cette durée ne peut dépasser un an comme indiqué ci-dessus.

- Le réseau routier marocain est globalement de bonne qualité, les routes nationales y sont généralement bien entretenues mais étroites et avec un trafic intense. La circulation y est dangereuse tant en raison des infractions fréquentes au code de la route que des divagations d’animaux sans surveillance ou des comportements imprévisibles et intempestifs des chauffeurs de transports collectifs (grands taxis, autocars, camions). Les statistiques nationales en la matière reflètent cette dangerosité particulière. La plus grande prudence et le strict respect des règles sont donc des exigences absolues.

- Les routes nationales Casablanca - Marrakech et Casablanca - El-Jadida sont réputées les plus dangereuses.

- Dans le territoire du Sahara occidental, en direction de la Mauritanie, tout axe hors de la route côtière est formellement déconseillé. La route côtière est étroite et le trafic, notamment de camions, y est dense. Il est déconseillé de l’emprunter de nuit. En cas d’accident, le consulat de France le plus proche est celui d’Agadir, situé à environ 1500 km de la frontière Mauritanienne.

- Il existe quatre tronçons d’autoroute où la circulation est fluide: Rabat-Fès, Rabat-Tanger, Casablanca-El-Jadida, Casablanca-Marrakech. Il est conseillé de circuler avec prudence sur l’autoroute Rabat-Casablanca, la plus fréquentée, (notamment, entre les sorties Casa-Aïn Sebaa et Casa Anfa, portion surchargée en raison de sa fonction de voie de contournement de la ville). Des jets de pierres sur les véhicules à partir des ponts qui enjambent la chaussée ont été signalés.

- Les pistes qui relient entre elles les grandes routes sont mal entretenues (région d’Ouarzazate, Asni, col du Tichka). Eviter la conduite hors piste.

- Dans la mesure du possible, il est déconseillé de circuler la nuit.

- L’approvisionnement en carburant est aisé en ville et dans les environs, plus problématique dans les campagnes.

- Le réseau d’autocars est assez dense mais le parc est vétuste dans l’ensemble (selon la presse locale, 60% des bus ne rempliraient pas les conditions minimales de sécurité).

Réseau ferroviaire

Il existe trois lignes principales : Tanger-Rabat, Casablanca-El Jadida-Marrakech et Kenitra-Oujda fonctionnant dans de bonnes conditions de sécurité et de confort .

Navigation

La navigation de plaisance le long du littoral atlantique exige une pratique confirmée par tous temps. En dehors des ports de commerce ou de pêche, les abris sont rares, voire inexistants.

La barre de l’Atlantique (premières vagues à proximité du rivage) est dangereuse, même par petit temps.

Transport aérien

Royal Air Maroc et Air Arabia Maroc assurent de nombreux vols intérieurs, dans le respect des normes de sécurité internationales.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014