Accès rapide :

Sécurité

Appel à la responsabilité de chaque Français se trouvant au Mali.

La zone signalée en rouge

Il est formellement déconseillé de se déplacer dans la zone située à la frontière malo-mauritanienne et à l’Est de la ville de Kayes, incluant les villes de Nioro, Sandaré, Diéma et au Nord d’une ligne Diedieni (inclue en zone rouge)-Markala-Mopti- Sévaré (inclues en zone orange)- Bankass (en zone rouge)

Il est également formellement déconseillé de circuler entre le Mali et la Mauritanie par la route. La circulation sur l’axe "route de l’espoir"/Nioro du Sahel demeure risquée du fait de la probabilité de la présence de groupes armés dans la région.

La zone signalée en orange

- La province hors Bamako

Les autorités françaises y déconseillent tout déplacement, sauf motif impérieux, notamment d’ordre professionnel, et après avoir informé l’Ambassade de France à Bamako (bamako-fslt.admin-francais [at] diplomatie.gouv.fr). Cette zone est située à l’Ouest des villes de Nioro et Sandaré et au Sud de la ligne Diedieni (en zone rouge)-Ségou-Markala-Mopti-Sévaré (en zone orange)- Bankass (en zone rouge) (voir la carte ci-dessous dans cette rubrique). Il conviendra en tout état de cause de se déplacer en convoi et de veiller à ce que les autorités locales (gouverneurs de région et préfets de cercle) en soient informées.

Plus les régions sont proches de la zone rouge, plus elles sont évidemment exposées.

- Situation particulière de Bamako

Les risques liés à un attentat ou à un enlèvement sont à prendre en compte. Il convient donc de respecter pleinement les précautions exposées infra.

Précautions à prendre pour les Français de passage en zone orange

Signaler à l’avance sa présence sur le territoire malien

Les personnes devant impérativement se rendre au Mali sont invitées à informer le Consulat général de France à Bamako de leur arrivée en s’inscrivant sur l’application ARIANE, accessible sur le site de l’Ambassade de France au Mali (www.ambafrance-ml.org/) et sur le site Conseils aux voyageurs du ministère des Affaires étrangères et du Développement international.

Préparer son voyage

- En s’adressant à un professionnel du voyage (d’affaires ou d’agrément) pour organiser ses déplacements et son hébergement. S’agissant du choix de l’agence de voyages, il convient d’être particulièrement vigilant. Le secteur du tourisme comporte de nombreuses officines, dont certaines sont informelles, qui proposent des services de qualité inégale ;

- En disposant d’un numéro de téléphone portable afin de pouvoir communiquer facilement ;

- En confiant ce numéro à sa famille, ses amis ou ses contacts.

Préparer son arrivée

Etre attendu à l’aéroport par une personne de confiance (envoyée par un hôtel, des amis ou un collaborateur). Dans l’hypothèse où le voyageur ne peut être attendu, réserver à l’avance une voiture de location avec chauffeur ou prendre un taxi agréé. Des adresses de loueurs peuvent être fournies par les hôtels ou les agences de voyage.

Sur place

  • séjourner dans les hôtels sécurisés dont les accès sont filtrés ;
  • respecter les règles de sécurité données par les services de sécurité maliens et les messages éventuels diffusés en cas d’urgence par l’ambassade ;
  • prévoir du matériel de communication permettant d’alerter les services de police ou de gendarmerie en cas de besoin (numéros d’urgence gratuits 80 00 11 15 (police) ou 80 00 11 14 (gendarmerie) pré-enregistrés sur le téléphone portable) ;
  • être particulièrement attentif à toute attitude inhabituelle ou suspecte compte tenu des usages locaux ;
  • limiter autant que possible les déplacements à pied, les piétons étant particulièrement vulnérables ;
  • garer les véhicules dans des endroits surveillés, vérifier leur fermeture et contrôler leur aspect extérieur avant utilisation (bas de caisse, capot, coffre, traces d’effraction) ;
  • maintenir une réelle vigilance lors des déplacements de nuit et les réduire autant que possible ;
  • être très prudent la nuit et à proximité des bars et discothèques, en particulier à l’égard des chauffeurs de taxi ;
  • obtempérer à tout barrage des forces de sécurité en armes ;
  • circuler en ville avec portes verrouillées et fenêtres fermées et, en cas de doute sur un contrôle (des pseudo-policiers arrêtent parfois les véhicules sous des prétextes fallacieux : exiger la présentation de la carte professionnelle, vérifier que la photographie correspond à son détenteur, refuser l’accès du prétendu policier à l’intérieur du véhicule – ce qui est rigoureusement interdit par la réglementation malienne -, en cas de difficulté persistante, appeler les numéros 80 00 11 15 ou 80 00 11 14, mentionnés supra pour signaler le matricule du prétendu policier, l’expérience montrant que le recours à un appel téléphonique dissuade ces faux policiers de continuer leur intimidation).

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014