Accès rapide :

Libye

Libye

Dernière mise à jour le: 26 février 2015 - Information toujours valide le: 27 mars 2015

Dernière minute

En raison de la dégradation de la situation sécuritaire, et du développement de la menace terroriste, il est demandé à nos ressortissants en Libye de quitter le pays d’urgence.

Depuis le 30 juillet 2014, les locaux de notre Ambassade à Tripoli sont temporairement fermés. Les intérêts français ne sont plus représentés en Libye depuis la fermeture de l’Ambassade d’Italie à Tripoli, en février 2015.

Pour les questions consulaires, les Français restés en Libye sont invités à contacter le Consulat général de France à Tunis :

  • par téléphone, au +216.71.105.000 ;
  • par courriel : courrier@consulfrance-tunis.org.

Suite à l’enlèvement à Tripoli de l’Ambassadeur de Jordanie en Libye le 15 avril 2014, il est rappelé qu’il convient de tenir compte des risques d’enlèvement dans ce pays.

Les attentats terroristes survenus récemment à Tripoli, les combats qui se déroulent en Tripolitaine, dans le Croissant pétrolier, à Benghazi et à Derna risquent de se poursuivre. Il est rappelé que tout déplacement dans le pays est formellment déconseillé.

L’aéroport de Tripoli est hors service et celui de Benghazi demeure fermé jusqu’à nouvel ordre.

Est de la Libye, et notamment à Benghazi

Compte tenu de la présence avérée d’éléments terroristes à Benghazi et Derna , et du fait des combats qui y ont lieu, il est, plus que jamais, formellement déconseillé de se rendre dans ces deux villes. Les déplacements dans toute la région Est de la Libye, exposée à la menace terroriste (attentats terroristes de Tobouk, en décembre 2014, et al-Qobba, en février 2015) , sont aussi formellement déconseillés.

Sud de la Libye

Des informations émanant de source gouvernementale libyenne accréditent le risque d’enlèvements ou d’actes hostiles contre des citoyens français dans le Sud du pays, zone échappant au contrôle des autorités et où des affrontements se poursuivent depuis septembre 2014, notamment à Oubari. En conséquence, tous les déplacements vers cette région sont à proscrire.

Tripolitaine (Ouest de Libye)

Compte tenu d’informations faisant état de la présence d’éléments terroristes aux environs de Sabratah et de Zawiyya et suite à l’attentat contre l’hôtel "Corinthia" à Tripoli, en janvier 2015, et l’assassinat des ressortissants égyptiens par des éléments terroristes à Syrte, en février 2015, il est formellement déconseillé de se rendre à Syrte et en Tripolitaine.

Sécurité

En raison de la dégradation de la situation sécuritaire, il est demandé à nos ressortissants en Libye de quitter le pays d’urgence.

Pour les questions consulaires, les Français restés en Libye sont invités à contacter le Consulat général de France à Tunis :

  • Par téléphone, au +216.71.105.000 ;
  • Par courriel : courrier@consulfrance-tunis.org.

Le terrorisme, les combats disséminés dans le pays, l’insuffisant déploiement des forces de sécurité gouvernementales, la prolifération des armes et la présence de différents groupes armés imposent la plus grande prudence et une vigilance permanente, notamment lors des déplacements, lesquels sont formellement déconseillés. Ce contexte favorise par ailleurs le développement de la délinquance et de la criminalité de droit commun (braquages, «carjackings», enlèvements…).

Consignes de précaution et de prudence

Il est conseillé aux ressortissants français restés en Libye de respecter les consignes de précaution et de prudence, et notamment :

  • se tenir à l’écart des rassemblements et des mouvements de foule;
  • proscrire les déplacements nocturnes;
  • adopter une attitude de réserve et de discrétion en toutes circonstances;
  • s’informer des dernières évolutions.
Zones frontalières
  • Les zones frontalières avec l’Algérie, la Tunisie (dans sa partie sud), le Niger, le Tchad et le Soudan présentent un fort risque d’insécurité lié à la présence de bandes armées, voire de terroristes. Ces zones sont à éviter absolument.
Navigation de plaisance
  • Il est recommandé aux plaisanciers d’éviter les eaux territoriales libyennes et de faire preuve de la plus grande prudence et de la plus grande vigilance.

Transports

Infrastructure routière
  • Circulation automobile dangereuse en ville et de nuit sur les grands axes en raison notamment du non-respect du code de la route et de la vitesse excessive des véhicules.

Entrée / Séjour

Visa
  • Les Français se rendant en Libye doivent obtenir un visa d’entrée préalablement à leur arrivée. Pour tout renseignement, contacter l’Ambassade de Libye en France :
  • • 6-8 r Chasseloup-Laubat 75015 PARIS
  • • tél : 01.45.53.40.70 et 01.47.04.71.60.
  • • fax : 01.47.55.96.25.
  • Aucun étranger ne sera admis sur le territoire libyen s’il est détenteur d’un passeport revêtu de visas ou de tampons d’entrée ou de sortie d’Israël.

Santé

Les récents événements ont un impact sur les structures sanitaires libyennes dont la qualité est plus que médiocre. Le pays souffre, en outre, d’un déficit de personnel médical. Il est déconseillé de bénéficier de la moindre intervention chirurgicale en Libye, la sécurité transfusionnelle n’y étant pas garantie.

Vaccinations
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est recommandée.
  • Pour des séjours de longue durée, la vaccination contre la rage peut être recommandée.
  • Autres vaccinations conseillées (selon les conditions d’hygiène et la durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.
Hépatites alimentaires
Des épidémies d’hépatite "A" pouvant survenir localement, il est recommandé aux voyageurs de ne boire que des boissons vendues en bouteilles capsulées.
Maladies transmises par les insectes
Certaines maladies bactériennes pouvant être transmises par les piqûres d’insectes (par exemple des puces), le port de vêtements couvrant les membres (les jambes notamment) est recommandé.
Animaux venimeux
Certaines espèces venimeuses (serpents, scorpions) peuvent être présentes dans les régions désertiques.
Fièvre Aphteuse (FA)

Cette maladie d’origine virale, connue sous le nom de " fièvre aphteuse ", est l’une des maladies animales les plus contagieuses. De ce fait, elle peut entraîner des pertes économiques importantes pour les éleveurs. La fièvre aphteuse est cependant sans danger pour l’homme.

L’Union européenne est indemne de fièvre aphteuse depuis 2007 mais de nombreux pays sont touchés dans diverses parties du monde notamment en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient. Parmi les pays proches géographiquement de l’Europe et qui sont actuellement touchés, il y a notamment l’Égypte, la Libye, et depuis peu la Tunisie et l’Algérie.

Face à ce constat, le site internet du Ministère en charge de l’agriculture a mis en ligne des recommandations qui doivent être suivies par toute personne à destination ou de retour de ces différents pays :

Quelques règles simples :
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.
  • Emportez dans vos bagages les médicaments dont vous pourriez avoir besoin.
Pour de plus amples renseignements, vous pouvez consulter les sites suivants :

Infos utiles

Us et coutumes

La Libye est un pays musulman respectueux des traditions. Il est donc impératif de veiller à ne pas choquer par le comportement (respect des usages) ou l’habillement (éviter les shorts, les robes ou jupes au dessus du genou et les décolletés).

Législation locale
  • L’introduction de toute boisson alcoolisée est formellement interdite. Un non-musulman surpris dans un lieu public dans un état d’ébriété peut être condamné à une peine de prison de deux à six mois, d’une amende comprise entre 500 et 1 000 dinars libyens et d’une mesure d’expulsion, une fois la peine purgée (Loi 4/1994).
  • La détention de drogues et de stupéfiants est un crime. Les affaires de drogue impliquant des étrangers sont assez sévèrement punies.

Le montant des peines infligées dépend en grande partie des circonstances et diffère selon le délit:

  • trafic de stupéfiants : entre 5 et 20 ans d’emprisonnement ou peine de mort.
  • détention de stupéfiants : entre 5 et 10 ans d’emprisonnement et forte amende, proportionnels à la quantité détenue.
  • consommation de stupéfiants : entre quelques mois et plusieurs années selon les circonstances, et forte amende.

Le délinquant puni d’une peine de prison est expulsé de Libye à sa libération.

  • La prise de photographies, en ville ou en province, des ouvrages ayant un rapport avec la sécurité et la défense du territoire (installations portuaires, aéroports, ponts, carrefours routiers, bâtiments administratifs, casernes) est interdite. Le non-respect de cette règle peut entraîner la confiscation du matériel de prise de vues et l’arrestation éventuelle par les services de police libyens.
  • Il est strictement interdit, sous peine d’emprisonnement, de faire sortir du territoire libyen des pièces archéologiques, fragments de météorites, silex taillés et tessons de poterie.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015