Accès rapide :

Libéria

Libéria

Dernière mise à jour le: 19 novembre 2014 - Information toujours valide le: 18 décembre 2014

Dernière Minute

Levée de l’état d’urgence, mais maintien du couvre-feu

L’état d’urgence, instauré le 6 août 2014, a été levé le 13 novembre 2014.

Le couvre-feu toujours en vigueur sur l’ensemble du territoire, est applicable de minuit à 06h00 du matin.

Il est recommandé de veiller scrupuleusement au respect des consignes émises par les autorités locales.

Fièvre hémorragique - Ebola

Une épidémie de fièvre hémorragique virale Ebola sévit actuellement en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone. Des cas ont été signalés au Mali.

Plus de 7000 cas ont été enregistrés au Libéria, essentiellement dans les comtés du Lofa (frontalier avec la Guinée et la Sierra Leone) et du Montserrado (qui inclut la capitale Monrovia), mais le risque est présent dans la totalité du pays.

Dans ce contexte, il est déconseillé de se rendre au Libéria, sauf raison impérative.

Dans l’ensemble du pays et particulièrement dans la capitale, Monrovia, les recommandations ci-dessous doivent être strictement respectées :

  • se tenir régulièrement informé de l’évolution de l’épidémie en consultant le site internet de l’Ambassade de France en Guinée,
  • respecter systématiquement les règles d’hygiène exposées dans le bandeau Virus Ebola, en une de la rubrique,
  • éviter les lieux et les événements à forte densité de population (marchés, stades, etc…).
  • ne pas consommer ni manipuler de viande de brousse,
  • se laver les mains fréquemment au savon ou avec les solutions de lavage des mains hydro-alcoolique,
  • éviter les contacts directs avec les secrétions des malades ayant une forte fièvre, ou des troubles digestifs, ou des hémorragies extériorisées par la bouche, le nez, ou les selles.

L’ambassade de France à Monrovia est joignable aux numéros suivants : +231 555 260 948 ; +231 555 599 373.

Sécurité

Recommandations générales
  • Si la situation politique et sécuritaire du Libéria s’est notablement améliorée depuis le début de l’année 2012, il demeure toutefois déconseillé de se rendre au Libéria sauf raison impérative.
  • Monrovia, ses environs et le reste du pays ne représentent pas, pour le moment, d’autres dangers que ceux d’une criminalité d’intensité moyenne. Des braquages à mains armées se développent pourtant à Monrovia, mais la police semble réagir rapidement et de nombreux délinquants ont été récemment arrêtés.
  • Les forces des Nations Unies présentes sur le territoire sont soumises à un couvre-feu de minuit à 5H00 du matin pour les jours de semaine et de 2H00 à 5H00 du matin pour les nuits des vendredis et samedis.
  • L’ambassade de France a imposé le même régime aux volontaires internationaux, aux volontaires du progrès et à ceux des ONG du secteur caritatif.  
  • Le consulat de France à Abidjan est compétent pour le Libéria et peut être joint en cas de problème, au +225 20.20.05 05 aux heures de bureau, ou au +225 20.20.04.06 en dehors de ces heures.  
  • Il est déconseillé aux femmes de se promener seules hors du centre-ville (Mamba Point), en particulier sur les plages.  
  • Il est interdit de photographier et filmer les abords des bâtiments officiels ou les convois de véhicules du gouvernement. Il est recommandé de recueillir préalablement l’accord des personnes concernées ou du Gouvernement.  
  • La police libérienne est en voie d’organisation, sa présence est encore faible dans les comtés de l’intérieur. Des barrages routiers existent, en province, souvent tenus par des policiers encore peu professionnels.
  • Dans la capitale Monrovia, les vols à la tire ou dans les véhicules en stationnement sont toujours à craindre. Les cambriolages restent très fréquents  
  • Enfin, le commerce ou le transport de diamants bruts est strictement interdit au Libéria, sauf par les personnes officiellement habilitées.
Régions frontalières entre le Libéria et la Côte d’Ivoire

La situation sécuritaire dans les régions frontalières entre le Libéria et la Côte d’Ivoire demeure précaire. La plus grande prudence reste donc de mise dans les comtés du Nimba, du Grand Gedeh, de River Gee et du Maryland pour les personnes qui devraient s’y déplacer pour des raisons impératives.

Transports

Transport routier

L’aéroport international Roberts est situé à 58 km de Monrovia et n’est desservi par aucun moyen de transport organisé, sauf un bus d’une compagnie aérienne à la demande de voyageurs au départ de Monrovia, la nuit. Il est donc impératif d’y être attendu par des relations locales.

Pour les voyageurs souhaitant se rendre hors de Monrovia, il est recommandé de se renseigner au préalable sur l’état des routes, impraticables pour de nombreuses pistes en saison des pluies (mai à novembre inclus) et de s’abstenir de rouler de nuit. Cette dernière recommandation s’applique également à Monrovia, dont certains quartiers doivent être évités (West Point, Somalia Drive, Red Light notamment).

Le port de la ceinture de sécurité est obligatoire. Cette réglementation n’est cependant pas appliquée pour l’intérieur des taxis, de couleur jaune, disposant d’une licence officielle, mais le plus souvent vétustes et brinquebalants.

Transport aérien

L’aéroport Roberts International (RIA) est situé à 58 km de Morovia, à laquelle il n’est relié par aucun moyen de transport public. Seuls quelques taxis y prennent des passagers, la plupart étant pris en charge à leur arrivée par leur institution, leur entreprise ou leur famille.

Le niveau de sécurité de l’aéroport international de Morovia (RIA) est désormais jugé suffisant par l’ensemble des compagnies aériennes qui s’y posent.

Entrée / Séjour

Visa

Prendre l’attache de l’ambassade du Liberia à Paris.

En l’absence de service consulaire français à Monrovia, la délivrance de documents de voyage (laissez-passer ou passeport) peut s’effectuer auprès du Consulat général de France à Abidjan. Il est vivement recommandé de conserver son passeport en lieu sûr.

Santé

La difficulté des conditions sanitaires est aggravée par l’absence de services de base (eau et électricité notamment). Les infrastructures médicales sont inexistantes à l’intérieur du pays et très limitées dans la capitale. La mauvaise qualité de l’eau, particulièrement pendant la saison des pluies (avril à octobre), incite à la plus grande méfiance. Il est recommandé d’éviter, dans la plupart des établissements de restauration, les crudités, l’eau en bouteille non sertie ainsi que les glaçons.

Paludisme

Prévention du paludisme (malaria): maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques qui impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…) A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à son médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé.

Classification : zone 3.

Typhoïde

Cette maladie infectieuse (bacille salmonella typhi) est de plus en plus fréquente à Monrovia. Il convient de se faire vacciner avant de venir au Libéria et de faire attention aux aliments consommés et à l’eau utilisée, en cuisine notamment.

Fièvre jaune

La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire pour l’obtention du visa.

Consulter le médecin traitant avant le départ et contracter une assurance de rapatriement sanitaire.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Institut Pasteur (fiche pays)
Institut de veille sanitaire
Organisation Mondiale de la Santé

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014