Accès rapide :

Sécurité

Avertissement

L’Ambassade de France au Kirghizstan dispose de capacités limitées pour venir en aide aux Français en cas de crise. Les Français qui se rendent dans le pays doivent veiller sur leur sécurité et ne pas s’exposer inutilement. Ils sont invités à s’assurer qu’ils disposent de moyens nécessaires en cas de crise (vérifier les termes des contrats d’assurance, s’assurer de disposer des moyens financiers nécessaires pour couvrir d’éventuels frais d’hospitalisation ou d’évacuation, etc.).

L’Ambassade ne délivre pas de titres d’identité et de voyage. En cas de perte ou de vol de passeport, l’Ambassade d’Allemagne à Bichkek pourra néanmoins émettre un laissez-passer (voir justificatifs demandés et tarifs sur le site internet de l’Ambassade / rubrique Perte de passeport). Ce titre d’urgence permet uniquement de se rendre en France, où vous pourrez faire renouveler votre titre perdu ou volé. Le Consulat général de France à Almaty est compétent pour toutes les autres démarches administratives concernant les Français résidents ou de passage au Kirghizstan. Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le site du Consulat général de France à Almaty.

En cas d’urgence pendant les heures de bureau, l’Ambassade de France au Kirghizstan peut être jointe au +(996) 312 97 97 14/+(996) 312 97 97 15. En cas d’urgence en dehors de ces horaires, veuillez appeler le Consulat général de France à Almaty au +7 777 227 72 04.

En cas d’incident grave dans le pays pendant votre séjour, pensez à rassurer vos proches.

Il est recommandé de voyager en groupe, accompagné d’un ou plusieurs locaux, et de se tenir à l’écart de tout rassemblement.

Une photocopie du passeport et du visa est utile lors des contrôles de routine, qui peuvent être prétexte à des tracasseries administratives. Tout incident avec des hommes en uniforme doit être rapporté par écrit en détails à l’ambassade (nom, prénom, matricule des personnes impliquées…). Il convient par ailleurs de porter plainte, quel que soit le type d’agression subie.

Il convient de faire preuve d’une vigilance particulière au sortir d’une soirée ou d’un dîner au restaurant, et d’éviter de se promener seul la nuit. Des sociétés de taxis peuvent, pour un prix modique, vous conduire où vous le souhaitez.

Extorsions

Plusieurs touristes français de passage à Bichkek ont rapporté à l’ambassade avoir été rackettés à Bichkek sur le marché d’Och par des individus se faisant passer pour des policiers en civil, alors même que tous les policiers au Kirghizstan portent obligatoirement un uniforme. Le mode opératoire est à chaque fois le même : plusieurs personnes, après avoir rapidement montré une carte "de police" entraînent, par manœuvres d’intimidation, le touriste à l’écart pour lui soutirer de l’argent.
Les touristes qui visitent le marché doivent s’efforcer de rester au milieu de la foule, présenter de préférence une photocopie de leur passeport, refuser de donner de l’argent et rapporter l’incident à l’ambassade.

Expéditions de haute montagne

Le Kirghizstan abrite trois sommets de plus de 7.000m très prisés des alpinistes : le Khan Tengri (7.010m) et le pic Pobeda (7.439m), à l’Est, à la frontière avec la Chine ; le pic Lénine (7.134m), au Sud, à la frontière avec le Tadjikistan. Ce dernier est très populaire : l’accès au camp de base se fait par une route asphaltée qui relie le Kirghizstan et le Tadjikistan, à près de 4.000m d’altitude. Toutefois, l’accès à ce camp et surtout l’ascension du pic Lénine ne sont pas sans danger. En effet, l’arrivée par voiture au camp de base sans fournir le moindre effort physique ne permet pas l’acclimatation qu’un accès à pied, sur plusieurs jours, aurait garantie ; la température au sommet peut descendre jusqu’à - 30°C, alors même que le camp de base baigne dans la chaleur estivale. Nombreux sont donc les voyageurs fraîchement débarqués à souffrir de violents maux de tête et d’insomnie dès leur arrivée. Chaque année, plusieurs accidents mortels sont enregistrés, dus à une ascension trop rapide (embolies pulmonaire ou cérébrale), à des erreurs d’inattention (chutes dans une crevasse, décrochages sur une pente glacée) ou encore au manque d’équipement (gelures pouvant entraîner l’amputation des phalanges, faute de gants ou de chaussures adaptés).

Afin de limiter ces risques, il est vivement recommandé :

  • de ne pas s’aventurer en solitaire en montagne ;
  • de ne pas contracter avec une agence de voyage, française ou kirghize, sans s’être renseigné au préalable sur les conditions de l’ascension, les différentes étapes de l’acclimatation, les règles d’alimentation et l’équipement nécessaire ;
  • de prendre contact bien en amont avec son guide (dont les références et les compétences – notamment linguistiques – devront être vérifiées), et de définir la liste des vêtements et des équipements requis ;
  • de ne pas s’approcher des frontières.

Il convient par ailleurs de contracter une assurance couvrant les frais médicaux et de rapatriement sanitaire, et de vérifier l’ensemble des garanties.

Nombreux sur la Toile, les sites et les blogs consacrés au pic Lénine peuvent également être consultés.

Risques sismiques

Le Kirghizstan est situé en zone sismique. En cas de séjour dans le pays il convient donc de consulter les recommandations de base.

Dans tous les cas, il convient de garder son calme, de suivre les instructions données et d’attendre les secours, si nécessaire. Il est rappelé que tout séisme important peut être suivi de plusieurs secousses secondaires.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015