Accès rapide :

Infos utiles

Législation locale

La possession de stupéfiants est très sévèrement punie (plusieurs années de prison et de lourdes amendes).

Le port illégal d’armes à feu est également réprimé par la justice kényane. Il est indispensable, le cas échéant, d’obtenir une autorisation de port d’armes des autorités locales préalablement à l’entrée sur le territoire kényan. Pour ce faire, se renseigner auprès de l’ambassade du Kenya à Paris. Le port d’armes est formellement interdit dans les réserves et les parcs nationaux.

La loi sur le contrôle du tabac entrée en vigueur en 2008 a mis en place une interdiction générale de fumer dans les lieux publics. Sont concernés les bureaux d’entreprises et administrations, cafés et restaurants, lieux de culte, parcs, marchés et moyens de transports publics ou privés. Plusieurs municipalités dont Nairobi, Mombasa et Nakuru ont mis en place une interdiction générale de fumer dans la rue, à l’exception des endroits spécifiquement désignés à cet effet. Les amendes encourues sont lourdes : par exemple 50.000 shillings à Nairobi (500 €).

La prise de vues photographiques fait l’objet de restrictions importantes. Il est ainsi interdit, sur l’ensemble du territoire, de photographier les bâtiments officiels kényans, ainsi que les ambassades et consulats étrangers et les emprises des Nations-Unies. Le centre-ville de Nairobi fait l’objet d’une interdiction générale de prise de vues .

L’homosexualité est un délit puni par le Code pénal (jusqu’à 14 ans de prison).

Divers

Il est possible d’utiliser des cartes de crédit internationales dans les grandes villes et les lieux touristiques (hôtels, "lodges", réserves, etc.). Il est conseillé de se munir d’espèces (dollars américains ou euros). Les chèques de voyages sont à proscrire. On trouve des distributeurs de billets (Visa, Eurocard, Mastercard) à Nairobi et Mombasa. Pour les opérations de change, il convient d’être attentif au taux proposé. Les dollars américains sont mieux acceptés que les euros.

Le décalage horaire est de 2 heures en hiver (GMT+3) et de 1 heure en été (GMT+2).

Infrastructure routière

Le réseau routier principal est praticable. Cependant, la circulation peut s’avérer dangereuse, notamment de nuit, en raison de la vétusté du parc automobile, de l’imprudence de certains conducteurs (excès de vitesse, conduite en état d’ivresse, etc.) et des risques d’attaque à main armée.
Les routes secondaires sont souvent mal entretenues. Les zones frontalières Nord et Est sont à éviter absolument. Il est préférable de se renseigner sur la présence de stations-essence sur les axes secondaires dès que l’on s’éloigne de Nairobi.

Sécurité routière

La sécurité routière dans le pays demeure insuffisante. Les voyages en bus ou en "matatus" (minibus) ne sont pas sans risques : les conducteurs, cherchant avant tout à rentabiliser au maximum les trajets, ont tendance à négliger la sécurité. Il est recommandé aux voyageurs qui seraient amenés à voyager en bus de préférer les compagnies les plus onéreuses, gage de plus grande fiabilité.

Concernant la circulation urbaine et plus particulièrement à Nairobi, il est conseillé de se déplacer avec un véhicule personnel ou en taxi (vitres fermées et portières verrouillées). Il est déconseillé de circuler en deux roues. La circulation nocturne est à éviter.

Réseau ferroviaire

Deux lignes de chemin de fer desservent Mombasa et Kisumu au départ de Nairobi. Le trafic vers Kisumu est actuellement suspendu et seule la desserte de Mombasa est assurée. On observe fréquemment d’importants retards sur les horaires prévus. Malgré la vétusté de la ligne, les déplacements sont assez fiables, les accidents sont rares et il n’y a pas de signalement d’agressions, au moins dans les deux premières classes.

Transport aérien

L’avion reste le moyen de transport le plus sûr pour les déplacements à l’intérieur du pays. Pour se rendre dans les stations balnéaires de la Côte, il est recommandé de recourir à une compagnie desservant les aéroports de Malindi (au Nord de Mombasa) ou d’Ukunda (au Sud). A Nairobi, ces compagnies opèrent au départ de l’aéroport de Wilson.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016