Accès rapide :

Jordanie

Jordanie

Dernière mise à jour le: 21 novembre 2013 - Information toujours valide le: 18 avril 2014

Dernière minute

Les tensions dans la région doivent inciter les voyageurs à faire preuve de grande prudence, à se tenir informés de l’actualité internationale, et à consulter régulièrement ce site.

Coronavirus

Un premier cas d’infection respiratoire aiguë lié au nouveau coronavirus (NCoV) a été signalé en France le 7 mai 2013 aux autorités sanitaires. Le patient concerné avait contracté le virus lors d’un voyage à l’étranger.

La Jordanie fait partie des zones géographiques identifiées comme exposées à l’infection respiratoire aigüe lié au nouveau coronavirus (NCoV). A ce jour, aucune mesure de restriction des voyages en direction ou en provenance de ce pays en raison du coronavirus n’est justifiée (voir rubrique santé).

Recrudescence de poliomyélite, rougeole et rubéole

Suite à une résurgence régionale de cas de poliomyélite, de rougeole et de rubéole, il est recommandé de vérifier que les vaccinations contre ces types d’affections sont à jour avant tout voyage vers la Jordanie et sa région.

Sécurité

Conseils généraux de sécurité
  • Entre Syrie, Irak, Israël et Territoires palestiniens, le Royaume hachémite de Jordanie est situé dans un environnement régional mouvementé et instable. Dans ce contexte régional, la Jordanie n’est pas à l’abri du risque terroriste, comme sont venus le rappeler plusieurs évènements violents au cours des dernières années (voir ci-dessous).

La situation, très volatile, doit donc inciter les voyageurs à faire preuve de grande prudence, à se tenir informés des développements régionaux et à consulter régulièrement ce site.

  • Les autorités jordaniennes continuent de se mobiliser pour prévenir le risque terroriste à travers l’application d’une législation antiterroriste, la mise en oeuvre de filtrages aux frontières et un quadrillage sécuritaire dense, renforcé en période de crise ou pour l’accueil d’importants évènements diplomatiques. De leur côté, les établissements accueillant du public (grands hôtels notamment) appliquent pour les principaux d’entre eux un filtrage à l’entrée. Il faut se conformer à ces mesures de sécurité.
  • Sur place, il est recommandé d’adopter une attitude générale de prudence dans la fréquentation des lieux publics aux heures de grande affluence. Il est déconseillé de se rendre dans les camps de réfugiés palestiniens ou syriens (cf infra) pour des motifs autres que professionnels. Dans les villes, la discrétion, y compris vestimentaire, doit être de mise aux abords des mosquées, notamment lors des rassemblements pour la prière du Vendredi. D’une manière générale, il est recommandé de veiller à ne pas se mêler à des manifestations, marches ou défilés, et à ne pas forcer les barrages.
  • Les évènements violents en cours actuellement en Syrie incitent à déconseiller formellement tout déplacement vers le nord du pays, et particulièrement aux abords de la frontière entre la Jordanie et la Syrie, cette zone étant classée rouge, y compris le site touristique de Gadara/Oum Qaïs (cf. carte).
  • Compte tenu de l’aggravation de la situation sécuritaire en Syrie, il est fortement conseillé de renoncer à tout projet de déplacement dans ce pays. Il est par ailleurs instamment recommandé aux Français encore présents sur place de quitter la Syrie par les moyens de transports commerciaux disponibles.
  • Les déplacements à la frontière avec l’Irak sont formellement déconseillés. Plus que jamais, il est fortement déconseillé de se rendre de Jordanie dans la péninsule du Sinaï ou d’y entreprendre un voyage, zone où des cas d’enlèvements crapuleux ont été signalés (cf. site de l’Ambassade de France en Égypte).

Transports

Infrastructure routière
  • Compte tenu de la fréquence des accidents de la route, notamment de nuit, dus en particulier aux excès de vitesse, aux camions ou à des défauts de signalisation, il est formellement déconseillé de circuler de nuit sur les grands axes tels que l’autoroute Amman-Aqaba ("autoroute du désert"), sur la route parallèle (dite "de la mer Morte") et sur la route Amman-Trebil (route vers l’Irak).
  • Il est impératif, y compris en cas d’accident matériel, de faire appel à la police qui est appelée à constater tous les accidents. Un arrangement à l’amiable est possible dans les seuls cas d’accrochage léger (le 911 pour Amman, Zarka et Irbid). Dans les autres régions : Police-secours : 191, Pompiers : 199. Standard de la sécurité publique pour tout le Royaume Hachémite de Jordanie : 196, étant précisé que les Jordaniens sont mal (ou pas) assurés. Dans les cas graves, il faut impérativement faire venir la police pour un constat. Lorsqu’il y a des victimes jordaniennes, il est conseillé de se rendre directement au poste de police afin de se protéger contre une éventuelle réaction d’hostilité de la part des témoins ou des proches des victimes.
  • En cas d’accident entraînant des blessures corporelles, voire décès, les conducteurs en cause peuvent être incarcérés, le temps pour les autorités d’établir les responsabilités. Le conducteur responsable d’un accident matériel doit s’acquitter d’une amende.
  • Un accident de la route impliquant des blessures corporelles, quelle qu’en soit la gravité, peut impliquer pour le responsable de l’accident une interdiction de sortie de territoire, procédure requise automatiquement par les autorités jordaniennes, et ce, quelle que soit la nationalité de l’intéressé.
  • Il convient en pareil cas de ne pas protester et de demander immédiatement les services consulaires de l’ambassade : Tél : +962 6 46 04 630 (permanence) - Uniquement en cas d’urgence : +962 777 636 065 et de désigner un avocat.
  • Il est recommandé d’éviter de prendre les autobus locaux, mal entretenus et peu sûrs, sauf le « jet bus pour Aqaba ». Préférer les taxis interurbains reliant les villes entre elles.
Réseau ferroviaire de voyageurs

Il est inexistant en Jordanie.

Transport aérien

La flotte aérienne locale est bien entretenue. Des vols quotidiens relient les villes d’Amman et d’Aqaba.

Entrée / Séjour

Visa

Un visa est obligatoire pour aller en Jordanie (coût : 20 JOD). Il est possible d’obtenir un visa d’un mois pour une seule entrée aux aéroports d’Amman et d’Aqaba, ainsi qu’aux postes frontières maritimes et terrestres (à l’exception du pont Allenby qui se situe entre la Jordanie et les Territoires palestiniens). Pour toute extension du visa au-delà d’un mois, il convient de se présenter au poste de police le plus proche de son lieu de résidence.

Les détenteurs de passeport diplomatique sont, depuis le 1er janvier 2013, exemptés de visa pour tout séjour ne dépassant pas 90 jours sur une période de 6 mois.

Pour les séjours supérieurs à 3 mois, une visite médicale est exigée. Une extension de 3 mois est alors donnée, puis 6 mois, et enfin 1 an renouvelable si la situation de l’intéressé le justifie.

Pour les touristes français qui souhaitent visiter d’autres pays de la région, il est indispensable d’être muni, avant le départ de France, des visas requis par les pays concernés. En règle générale, les ambassades de ces pays à Amman refusent de délivrer des visas à des non-résidents en Jordanie. En raison d’une incompatibilité de visas, les voyageurs titulaires d’un passeport revêtu de cachets d’entrée et de sortie israéliens sont systématiquement refoulés aux frontières de certains pays de la région (Liban, Arabie Saoudite notamment). Les voyageurs passant par Israël et souhaitant pouvoir se rendre dans l’un de ces pays doivent donc demander aux autorités israéliennes la possibilité d’apposer leur tampon sur une feuille volante et non directement sur le passeport. La pratique des autorités israéliennes est cependant variable en la matière et l’apposition d’un tampon directement sur le passeport reste possible à la discrétion des autorités israéliennes.

Il arrive également que les autorités israéliennes présentes aux frontières terrestres avec la Jordanie refusent l’accès de leur territoire à certains ressortissants français notamment (mais non exclusivement) binationaux.

Le transport et la détention d’objets antiques, au sens large, sans autorisation spéciale du Département jordanien des Antiquités, sont interdits en Jordanie. La législation sur les antiquités jordaniennes stipule en vertu de la loi 21/1998 article 5/z qu’il est interdit de faire entrer toute antiquité sur le territoire jordanien à des fins d’exportation, que ce soit par le biais d’une personne ou en transit, si la légalité de détention des antiquités n’est pas prouvée par un document émanant des autorités du pays d’origine des objets transportés. Les antiquités présentées aux frontières ne respectant pas ces conditions sont immédiatement confisquées par les douanes jordaniennes.

Pour de plus amples informations, prendre l’attache de l’ambassade de Jordanie en France.

Les déplacements régionaux en véhicule de tourisme ou utilitaires peuvent s’avérer compliqués au regard des formalités douanières. Il est fortement conseillé de prendre contact avant le départ avec les représentations étrangères des pays traversés ou de destination.

La souscription avant le départ d’une assurance de type "rapatriement" couvrant également les frais médicaux est expressément recommandée afin de pouvoir faire face aux aléas du voyage (accidents, pertes de documents, soins hospitaliers urgents, assistance juridique…).

Santé

Coronavirus

Un premier cas d’infection respiratoire aiguë lié au nouveau coronavirus (NCoV) a été signalé en France le 7 mai 2013 aux autorités sanitaires. Le patient concerné avait contracté le virus lors d’un voyage à l’étranger.

Les zones géographiques identifiées à risque incluent, à présent, la Jordanie, l’Arabie Saoudite, le Qatar, les Emirats arabes unis, Bahreïn, l’Iraq, l’Iran, Israël, le Koweït, le Liban, Oman, les Territoires palestiniens, la Syrie et le Yémen.

Des investigations sont toujours en cours par les autorités sanitaires locales en lien avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). A ce stade, l’OMS considère le risque de transmission interhumaine avéré mais limité. Une surveillance particulière a été mise en place en France.

A ce jour, aucune mesure de restriction des voyages en direction ou en provenance de ces pays en raison du coronavirus n’est justifiée.

La source de transmission de ce nouveau Coronavirus est toujours à l’étude.

Les coronavirus sont une vaste famille de virus susceptibles de provoquer un large éventail de maladies chez l’homme, qui vont du rhume banal jusqu’à une atteinte respiratoire sévère. La présentation la plus fréquente associe de la fièvre et une infection pulmonaire.

Les mesures d’hygiène classiques sont recommandées pour limiter les risques de transmission de ce virus, en particulier le lavage régulier des mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydro-alcoolique.

Eviter tout contact avec les animaux.

Il est fortement recommandé aux personnes âgées fragiles, aux personnes atteintes d’une pathologie chronique évolutive, entrainant notamment une baisse de l’immunité (diminution des défenses contre les infections) aux enfants et aux femmes enceintes de consulter leur médecin traitant avant d’envisager le voyage vers la Jordanie, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, Oman et le Yémen.

Sur place, en cas de forte fièvre et de difficultés respiratoires, il convient de consulter un médecin sans délai.

En cas de fièvre ou de symptômes respiratoires dans les jours qui suivent le retour en France, il convient de consulter un médecin ou d’appeler le centre 15 (téléphone: 15) en signalant ce voyage.

Pour toute information complémentaire, consulter le site internet du ministère français de la santé et celui de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Situation épidémiologique

Dans l’ensemble, les conditions sanitaires en Jordanie sont bonnes. Cependant, on constate aujourd’hui une réapparition de cas de poliomyélite, de rougeole, de rubéole et de tuberculose comme conséquence de la détérioration de la situation sanitaire en Syrie. Il est recommandé de vérifier que les vaccinations contre ces types d’affections sont à jour avant tout voyage vers la Jordanie et sa région.

La Jordanie fait partie des pays qui ont été touchés par l’épizootie de grippe aviaire. L’OMS considère cependant que le pays est à nouveau indemne de la maladie.La Direction Générale de la Santé recommande aux voyageurs d’éviter tout contact avec les volailles et les oiseaux, c’est-à-dire de ne pas se rendre dans des élevages ni sur les marchés aux volatiles.

Les recommandations générales d’hygiène lors des voyages dans les pays en développement, qui visent à se protéger des infections microbiennes, sont préconisées :

  • Eviter de consommer des produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier les viandes et les œufs.
  • Se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou un soluté hydro-alcoolique.

Le virus se transmet soit par voie aérienne (voie respiratoire) soit par contact direct, notamment avec les sécrétions respiratoires et les matières fécales des animaux malades, soit de façon indirecte par l’exposition à des matières contaminées (par l’intermédiaire de la nourriture, de l’eau, du matériel et des mains ou des vêtements souillés). Les espaces confinés favorisent la transmission du virus.

  • Eviter de boire de l’eau du robinet, de manger des salades et des glaces (sauf dans les restaurants de bonne catégorie).

Les autorités locales n’exigent pas de test VIH à l’entrée du territoire pour les touristes. En revanche, plusieurs dépistages sont obligatoires (dont le VIH), pour toute prolongation du séjour au-delà de trois mois. Les personnes alors séropositives sont expulsées.

Il est très fortement recommandé de contracter, avant son voyage, une assurance couvrant les frais médicaux et de rapatriement sanitaire, ceux-ci pouvant s’avérer très élevés en Jordanie.

Pour de plus amples renseignements, vous pouvez consulter les sites suivants :
Institut Pasteur (fiche pays)
Institut de veille sanitaire
Organisation mondiale de la santé

Infos utiles

Us et coutumes

Les Jordaniens, à 95 % musulmans, pratiquent un Islam strict mais tolérant. Il est recommandé d’adopter un comportement discret et une certaine réserve dans les lieux publics et de respecter les sites religieux et lieux de culte. Pendant le Ramadan, il convient de respecter les interdits (ne pas fumer ou manger dans les lieux publics entre le lever et le coucher du soleil, sauf dans les hôtels et restaurants habitués à accueillir des étrangers).

Législation locale

  • L’alcool est en vente libre dans les magasins mais sa consommation est interdite dans les lieux publics sauf dans certains hôtels et restaurants.
  • La détention, l’usage et le commerce de stupéfiants sont sévèrement punis (la peine d’emprisonnement est assortie d’une mesure d’interdiction définitive du territoire.
  • Les délits sexuels sont gravement punis.

Divers

  • En raison du risque de fortes pluies pouvant occasionner inondations, crues subites, éboulements de terrain, en particulier à l’automne et au printemps, dans le Sud du pays (Pétra, Aqaba et les wadis), il est impératif de consulter la météo ( www.arabiaweather.com) avant de s’y rendre et d’éviter, en cas de mauvais temps, les excursions dans les zones de wadis (vallées).
  • Le climat est très chaud et sec l’été. Il faut donc faire attention aux risques de malaise ou d’insolation lors de la visite de sites archéologiques tels que Pétra ou des régions désertiques. Une bonne hydratation est recommandée : boire suffisamment d’eau et se munir d’un couvre-chef. De la même manière, il est recommandé de prendre garde aux risques d’hydrocution en bord de mer, après de longues expositions au soleil.
  • Les rues, très glissantes dès qu’elles sont mouillées, sont à l’origine de nombreux accidents de circulation.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014