Accès rapide :

Sécurité

Il est vivement conseillé aux voyageurs de s’enregistrer en ligne avant leur départ pour le Japon sur l’application Ariane du site France Diplomatie. Cette démarche permettra au centre de crise du ministère des Affaires étrangères et du Développement international et à l’ambassade de France au Japon, en cas de crise uniquement, de les contacter dans l’hypothèse où des opérations de secours seraient organisées.

  • Les agressions sont peu fréquentes et les déplacements en ville et dans tout le pays sont possibles à toute heure. Cependant, comme partout dans le monde, des vols (passeport, argent…) peuvent survenir, particulièrement dans les quartiers fréquentés par les touristes et les lieux de forte concentration de population tels que les gares.
  • La fréquence des cas conduit à signaler également que, dans les quartiers nocturnes de Tokyo (Roppongi, Kabukicho, Ikebukuro…), certains bars ou cabarets à hôtesses et rabatteurs sont susceptibles de droguer leurs clients au moyen de GHB, un psychotrope dépresseur détourné de ses fins thérapeutiques. La molécule, indétectable une fois mêlée à la boisson, n’endort pas le consommateur mais annihile ses réactions naturelles (peur, crainte, prudence…) pendant plusieurs heures. Ce délai permet par exemple de le dépouiller de ses valeurs ou de l’amener à utiliser sa carte bancaire sans discernement, avant de l’abandonner sur la voie publique.
  • En cas de difficulté quelconque, il convient de s’adresser sans hésitation à un « koban », petit poste de police de proximité, très repérable dans le tissu urbain. Les agents en uniforme qui y sont en poste sont aptes à fournir à un ressortissant étranger l’assistance dont il a besoin. Ils peuvent également l’orienter vers d’autres services publics pour le suivi de son cas.

- Police avec réponse possible aux Français : (03) 3503-8484 (Furansugo dekiru kata wa irasshimasu ka ? Pouvez-vous me passer quelqu’un parlant français, svp ?)

Suites des catastrophes du 11 mars 2011

- La vie a repris son cours normal à Tokyo et dans l’ensemble du Japon, à l’exception d’une zone clairement identifiée proche du réacteur accidenté.

- Rien ne s’oppose à se rendre au Japon, ni ne s’oppose aux déplacements sur le territoire japonais à l’exception de cette zone.

- Autour de la centrale nucléaire de Fukushima-1 (un site industriel isolé sur le littoral de la préfecture de Fukushima) est définie une zone interdite et des zones d’accès restreint.

Les consignes données par les autorités japonaises évoluent en fonction de l’actualisation de la cartographie des zones contaminées et des mesures de décontamination. Il convient à l’heure actuelle de se référer aux consignes de sécurité édictées par les autorités japonaises.

Une carte du zonage de sécurité est disponible et consultable sur le site de l’Ambassade de France au Japon  : http://www.ambafrance-jp.org/spip.php?article5841

Dans tous les cas, il convient de respecter scrupuleusement les consignes données par les autorités japonaises. Dans les zones d’accès restreint, il est recommandé de se référer localement à la mairie concernée.

Pour une information précise (radioactivité d’un zone déterminée, aliments, actions de décontamination), ne pas hésiter à contacter l’ambassade via le site internet. En outre, un numéro de téléphone est mis à disposition par les autorités japonaises : 0120 988 359 (horaires d’ouverture : de lundi à vendredi 08h30 à 20h00, week-end et jours fériés de 08h30 à 18h00, en japonais).

Les ressortissants français résidents ou de passage peuvent utilement se référer au site de l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire).

Avertissement concernant la drogue

La détention, le transport et la revente de stupéfiants sont très sévèrement réprimés au Japon. Quelques grammes de cannabis suffisent pour être arrêté, détenu et le plus souvent condamné à une peine de prison (cf. rubrique "Infos utiles"). Les convoyeurs, régulièrement interceptés, sont condamnés à de très lourdes peines comprenant jusqu’à 10 ans de réclusion criminelle. (cf. rubriques "Entrée et séjour" & "Infos utiles").

Avertissement concernant les animaux sauvages

Des animaux qui peuvent être dangereux pour l’homme sont nombreux dans les zones naturelles forestières, y compris celles très fréquentées par les promeneurs. Des agressions parfois mortelles par des ours sont recensées tous les ans. Des singes à la recherche de nourriture peuvent être rencontrés y compris dans certaines agglomérations.

Afin de limiter ce risque lors de randonnées, il importe de prendre les précautions usuelles bien connues des Japonais : être attentif à la signalisation spécifique (pictogrammes), suspendre une clochette à ses vêtements ou à son sac à dos, éviter de manger ou de présenter de la nourriture en présence des animaux, s’abstenir de s’approcher des groupes de singes, ne pas laisser de restes de nourriture.

Risques de catastrophes naturelles
  • En raison de sa géographie, le Japon connaît de nombreuses catastrophes naturelles tous les ans (séismes, éruptions volcaniques, glissements de terrain, typhons, crues). Consultez la fiche "Risques climatiques".
     
  • Dans ce cas, il est recommandé de tenter de prendre contact avec les familles ou les proches, afin de les rassurer. Il convient également de prendre contact avec l’Ambassade de France au Japon, chargée de centraliser l’ensemble des informations sur la situation de la communauté française résidente ou de passage.

Activités volcaniques et sismiques

Le Japon, situé à la convergence de quatre plaques tectoniques, est secoué par 20% des tremblements de terre les plus importants de notre planète. A tout moment et en tout lieu, un séisme aux conséquences très lourdes peut se produire : effondrement de bâtiments, mise hors service d’infrastructures et d’équipements. Tout séisme important est suivi d’une série de secousses secondaires. Consulter la fiche "Séisme"

- Dans tous les cas, il faut conserver son calme, suivre les instructions données et attendre les secours, si nécessaire.

- Si des consignes d’évacuation et/ou de regroupement sont données par les autorités locales, il convient de rejoindre le lieu de regroupement le plus proche indiqué (en général parc ou école). Il est ensuite recommandé de communiquer à l’ambassade de France et/ou une autre ambassade de l’Union Européenne, la liste des compatriotes ou ressortissants européens présents sur le lieu de regroupement avec, si possible, adresse et numéro de téléphone des personnes à prévenir. Ne pas oublier de préciser le lieu où l’on se trouve, ainsi que la date et l’heure.

Typhons

Les typhons sont des dépressions orageuses violentes accompagnées d’importantes chutes de pluie (20 mm et plus par heure) et de vents tourbillonnants qui peuvent atteindre 300 km/heure. La saison des typhons au Japon est comprise entre le mois de mai et le mois d’octobre. Il convient, pendant cette saison, de se tenir informé des conditions météorologiques.

Informations et prévisions météorologiques

Les prévisions météorologiques de la télévision japonaise font état de ces typhons et assurent en temps réel un suivi de leur route et de leur force. Il existe également des points d’information en langue anglaise :
- Radio : Inter-FM à Tokyo : 76.1 et Yokohama-FM : 84.7
- Télévision : la chaîne NHK propose chaque soir à partir de 19 heures une information météorologique détaillée.

En cas de typhon, il convient de suivre les prescriptions des autorités locales.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014