Accès rapide :

Sécurité

Avertissement
L’Ambassade de France en Jamaïque dispose de capacités limitées pour venir en aide aux Français en cas de crise.

Les Français qui se rendent dans le pays sont responsables de leur propre sécurité. Ils sont invités à s’assurer qu’ils disposent de moyens nécessaires en cas de crise (vérifier les termes des contrats d’assurance, s’assurer de disposer des moyens financiers nécessaires pour couvrir d’éventuels frais d’hospitalisation ou d’évacuation, etc.).

L’Ambassade ne délivre pas de titres d’identité et de voyage.

En cas de perte ou de vol de passeport l’Ambassade pourra néanmoins émettre un laissez-passer (voir justificatifs demandés et tarifs sur le site internet de l’Ambassade). Ce titre d’urgence permet uniquement de se rendre en France, où vous pourrez faire renouveler votre titre perdu ou volé. La section consulaire de l’Ambassade de France à Panama est compétente pour toutes les autres démarches administratives concernant les Français résidents ou de passage en Jamaïque. Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le site de l’Ambassade de France à Panama et à la rubrique : http://www.ambafrance-jm-bm.org/Visas-pour-la-France-la-Suisse-et-les-Pays-Bas.

En cas d’urgence pendant les heures de bureau, l’Ambassade de France en Jamaïque peut être jointe au +1 876 946 40 00

En cas d’urgence en dehors de ces horaires, veuillez appeler l’Ambassade de France en Jamaïque au +1 876 878 27 33 ou l’Ambassade de France au Panama au +507 66 16 90 40

En cas d’incident grave dans le pays pendant votre séjour, pensez à rassurer vos proches.

La Jamaïque connaît une assez forte criminalité. Une forte recrudescence des agressions à main armée a été constatée depuis le début de l’année 2013 à l’encontre de touristes étrangers se déplaçant à pied ou encore dans des quartiers résidentiels réputés calmes.

Zones formellement déconseillées

Les villes et quartiers suivants sont formellement déconseillés en raison de la présence de nombreux gangs et trafiquants de drogue et de la violence qui y règne :

  • à Kingston les quartiers du bas de la ville (Down Town) ainsi que August Town et River Town ;
  • à Montego Bay, les quartiers de Flankers, Norwood, Quarrie et Salt Spring situés à l’intérieur de la zone touristique ;
  • Spanish Town dans sa totalité.
Recommandations

En règle générale, il convient d’éviter les transports en commun, la fréquentation des plages publiques (la nuit spécialement) et les déplacements, notamment seul, dans les quartiers défavorisés des principales villes du pays. Optez plutôt pour les taxis officiels (plaques rouges), les plages privées et demandez conseil avant de vous rendre dans les lieux moins touristiques. A Kingston, si vous souhaitez vous rendre à la Galerie Nationale ou au marché artisanal , privilégiez les excursions organisées.

En dehors des villes, les problèmes de sécurité sont en général moins importants.

Toutefois, tout passage/transit par Spanish Town (ville réputée pour sa dangerosité liée aux activités des gangs) pour se rendre en bus ou par quelque autre moyen de transport vers d’autres localités de l’île est formellement déconseillé.

Pour se rendre dans les autres villes du pays à partir de Kingston, il est préférable de ne pas prendre de bus au départ du quartier appelé « Downtown », peu sûr, et de ne pas emprunter les minibus : ces véhicules, dans lesquels les vols et agressions ne sont pas rares, sont souvent mal entretenus, leurs conducteurs ne respectant en outre que rarement le code de la route.

Avertissement concernant la drogue

La consommation et la vente de stupéfiants sont interdites par la loi et sanctionnées par une peine de prison. La tolérance apparente quant à la consommation de "ganja" (marijuana) ne s’applique pas aux étrangers pour lesquels la législation est strictement appliquée. En outre, les aéroports jamaïquains sont désormais équipés de détecteurs performants, capables d’identifier avec précision les produits illicites transportés par les voyageurs.

Saison des ouragans

La Jamaïque, comme l’ensemble de la Caraïbe, est susceptible d’être touchée par des ouragans dans la période qui s’étend de juin à novembre. Il est donc recommandé aux personnes s’y trouvant, ou projetant de s’y rendre, au cours de cette période :

  • de s’informer sur la situation météorologique en consultant le site du "National Hurricane Center" (www.nhc.noaa.gov) ;
  • de se conformer aux recommandations qui sont données sur ce site dans la rubrique ouragan et de rester attentif aux informations que diffuseront les autorités locales.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016