Accès rapide :

Sécurité

Pour les Français de passage, il est recommandé de s’inscrire sur le site Ariane pour recevoir l’information indispensable en temps réel.

ISRAËL

a) Ensemble du pays

Israël constitue une destination touristique importante. Toutefois, depuis le mois d’octobre 2015, des attentats à l’arme blanche et à l’arme à feu ont lieu dans plusieurs villes d’Israël. Le dernier attentat majeur en Israël a eu lieu à Tel-Aviv le 8 juin 2016, dans le quartier de Sarona. Les voyageurs sont ainsi invités à faire preuve de prudence dans les lieux publics. Il est recommandé d’éviter d’emprunter les autobus dans l’ensemble du pays.

Certaines régions sont déconseillées sauf raison impérative aux voyageurs, notamment les zones frontalières avec la bande de Gaza, le Liban, la Syrie et l’Égypte (voir ci-dessous).

En période de conflit, des tirs de roquettes et/ou de missiles peuvent atteindre l’ensemble du territoire israélien. Une vigilance renforcée est nécessaire dans tout le pays. Il est indispensable de prêter attention aux sirènes d’alarme ainsi que de suivre à la lettre les consignes de la sécurité civile israélienne, disponibles sur le site internet de l’Ambassade de France en Israël et sur le site du Commandement du Front intérieur israélien. En outre, une application dédiée pour téléphone portable est disponible gratuitement. Il est recommandé de prendre connaissance de ces consignes avant tout déplacement.

b) Pourtour de la bande de Gaza

Les tirs de roquettes depuis Gaza sont récurrents depuis plusieurs années, bien qu’ils soient moins fréquents depuis la fin du dernier conflit à l’été 2014. La plupart des roquettes dirigées vers des zones d’habitation ont été interceptées en vol par le système israélien Dôme de fer. Plusieurs personnes ont cependant été tuées dans le sud d’Israël en juillet et août 2014.

Il reste déconseillé sauf raison impérative de se rendre dans la zone située à proximité immédiate de la frontière avec la bande de Gaza.

c) Frontières nord / Plateau du Golan

Des tirs sporadiques de roquettes en provenance de Syrie peuvent atteindre le plateau du Golan. Il est donc déconseillé sauf raison impérative de se rendre sur le plateau. Il est également déconseillé sauf raison impérative de circuler sur les axes routiers longeant les frontières libanaise et syrienne (nors de la route 899 ; route 999 ; route 98 et axes secondaires plus à l’est).

d) Frontière égyptienne

En raison de l’instabilité dans le Sinaï, il est déconseillé de s’approcher de la zone à proximité immédiate de la frontière entre Israël et l’Égypte et notamment d’emprunter les routes 10 et 12.

JÉRUSALEM

Malgré la diminution de leur fréquence, des attaques à l’arme blanche, à l’arme à feu et à la voiture bélier continuent de se produire sporadiquement à Jérusalem.

Dans certains quartiers de Jérusalem Est (At-Tour, Ras al-Amoud, Abou Tor -Est-, quartier Shuafat, Beit Hanina, Wadi al-Joz, Jabal al-Mukaber, Issawiya), des affrontements éclatent fréquemment. Dans ces circonstances, les déploiements policiers deviennent rapidement importants et les accès à la Vieille Ville peuvent être fermés.

- Il est recommandé d’éviter la porte de Damas pour entrer dans la Vieille Ville en privilégiant les autres portes, ainsi que les quartiers de Jérusalem Est, où ont lieu des affrontements récurrents. Une vigilance renforcée est recommandée en toutes circonstances, y compris dans la partie ouest de Jérusalem.

- Lors des visites de la Vieille Ville, il convient de faire preuve de vigilance le vendredi après-midi, qui correspond au moment des prières, ainsi que le samedi en fin de journée.

- Il est de même recommandé d’éviter d’emprunter les transports en commun (bus ou tramway), qui ont été le théâtre de plusieurs attaques individuelles au cours des derniers mois et continuent d’être visés par des attentats à la bombe (un attentat à la bombe a ainsi visé un bus le 18 avril 2016).

- Il convient enfin de faire preuve de discrétion et de prudence dans l’usage des appareils de photographie, notamment lors de Shabbat ou de déplacements dans les quartiers ultra-orthodoxes de la ville.

TERRITOIRES PALESTINIENS

a) Cisjordanie

De nombreux lieux en Cisjordanie sont sujets à des tensions régulières et à des heurts fréquents entre la population et les forces de sécurité israéliennes. Ceux-ci sont particulièrement récurrents dans le nord de la Cisjordanie. La ville d’Hébron est régulièrement le théâtre d’incidents. Des heurts circonscrits mais récurrents sont également à signaler à proximité des checkpoints et des camps de réfugiés, notamment devant le palace Jacir à Bethléem.

Ainsi, il convient d’être particulièrement prudent lors des déplacements en Cisjordanie, notamment à proximité des camps de réfugiés, dans les lieux où populations palestiniennes et colonies sont imbriquées, ainsi que dans les lieux où les violences de colons sont particulièrement fortes, comme dans le sud de Naplouse et aux alentours des avant-postes israéliens. Dans ces secteurs, les déplacements doivent être limités à ceux qui revêtent un motif impératif (familial, professionnel, coopération).

D’une manière générale, les risques sont plus élevés sur les axes routiers reliant les localités que dans les villes elles-mêmes.

Pour tout déplacement éventuel en Cisjordanie, il est ainsi recommandé de :

- se tenir informé de l’actualité avant chaque déplacement ;

- éviter les rassemblements et de rester vigilant dans les lieux publics ;

- se signaler sur l’application Ariane ou au Consulat général de France à Jérusalem (diplomat [at] france-jeru.org).
 
b) Bande de Gaza
 

- Lire impérativement les prescriptions concernant le Sinaï et l’accès à la Bande de Gaza figurant dans la Fiche Conseils aux Voyageurs consacrée à l’Egypte.

- Les déplacements dans la Bande de Gaza (ainsi que dans la péninsule du Sinaï) sont formellement déconseillés, même aux personnes ayant sur place des attaches familiales et quel que soit le point d’entrée utilisé (terminal d’Erez avec Israël ou terminal de Rafah avec l’Egypte). Le terminal de Rafah fait l’objet de restrictions d’accès de plus en plus rigoureuses et fréquentes conduisant à une fermeture quasi-complète. Les Français qui parviendraient à se rendre à Gaza lors d’une période d’ouverture du point de passage, outre le risque qu’ils encourent pour leur sécurité durant leur séjour, prennent également le risque de rester bloqués à Gaza, les fermetures étant généralement annoncées sans préavis et sans indication de durée. Il est rappelé que les autorités israéliennes refusent toute sortie par Erez des personnes entrées à Gaza par Rafah.

- L’entrée dans la Bande de Gaza est d’autant plus fortement déconseillée que le conflit de forte intensité du 7 juillet au 26 août 2014 a occasionné de nombreuses pertes humaines et destructions, et que les débris et les munitions non explosés constituent un danger. L’institut français de Gaza a été endommagé par une explosion le 7 octobre 2014. La reprise soudaine d’hostilités de grande ampleur n’est pas à exclure. Des bombardements et affrontements sporadiques sont toujours possibles, à l’instar de l’épisode de violence de début mai 2016

- Une entrée par les tunnels de contrebande est à exclure. Elle est illégale et comporte des risques de sécurité majeurs. Les autorités égyptiennes estiment qu’une entrée sur leur territoire par ce moyen est irrégulière et considèrent ceux qui y recourraient comme des clandestins.

- Il est par ailleurs formellement déconseillé de prendre place à bord de navires ayant pour intention de briser le blocus maritime imposé sur la Bande de Gaza, eu égard aux risques sécuritaires liés à une telle entreprise.

PÈLERINS

En raison de la situation qui prévaut dans la région, il est recommandé, avant et pendant le voyage, de suivre l’actualité.

Les déplacements des groupes de pèlerins chrétiens sont relativement facilités. En sus des recommandations sur les déplacements mentionnés plus haut, il convient d’être attentif à la petite délinquance et aux transactions frauduleuses qui peuvent viser les touristes, notamment dans les bureaux de change de la Vieille Ville.

En cas de doute, contacter les Consulats de France à Tel Aviv, Haïfa ou le Consulat général à Jérusalem. Pour ceux qui sont amenés à se déplacer en Cisjordanie ou à Gaza, il est conseillé de se signaler au Consulat général de France à Jérusalem (cf. rubrique "Représentations françaises" de cette Fiche).


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016