Accès rapide :

Sécurité

Les voyages sont formellement déconseillés à Gaza, mêmes aux personnes ayant sur place des attaches familiales et quel que soit le point d’entrée utilisé (terminal d’Erez avec Israël ou terminal de Rafah avec l’Egypte).

Une entrée par les tunnels de contrebande est à exclure. Elle est illégale et comporte des risques de sécurité majeurs.

A Jérusalem, en raison du risque de manifestations, il convient d’être vigilant dans ses déplacements en Vieille Ville et à Jérusalem-Est.

En Cisjordanie, il est recommandé, durant son voyage, de se tenir régulièrement informé de l’actualité. Il convient d’éviter les abords des colonies israéliennes et tout rassemblement. Il est enfin recommandé de se signaler au consulat général de France à Jérusalem (diplomat [at] france-jeru.org).

ISRAËL

a) Ensemble du pays

Israël constitue une destination touristique importante. Certaines régions sont fortement déconseillées aux voyageurs, notamment les zones frontalières avec le Liban, la Syrie, l’Egypte et le sud du pays limitrophe de la bande de Gaza (voir ci-dessous). Une vigilance générale est nécessaire dans tout le pays, ainsi que le suivi strict des consignes de la sécurité civile israélienne, disponibles sur le site internet de l’Ambassade de France en Israël. Les voyageurs sont invités à faire preuve de prudence dans les lieux publics des grandes villes et lors des rassemblements.

b) Pourtour de la bande de Gaza

Les incidents liés aux tirs de roquettes depuis Gaza ont été fréquents depuis plusieurs années. En 2011, 680 roquettes ont été tirées de la bande de Gaza vers le territoire israélien, selon les autorités de ce pays. Israël a engagé, le 14 novembre 2012, une opération aérienne étendue contre des cibles du Hamas à Gaza. Une roquette tirée de Gaza a tué trois civils à Kiriat Malahi (Israël), le 15 novembre 2012.

Un cessez le feu est en vigueur depuis le 21 novembre 2012.

Une attention spécifique aux sirènes d’alarme et un suivi strict des consignes de la sécurité civile israélienne, disponibles sur le site internet de l’Ambassade de France, sont particulièrement nécessaires.

c) Frontière libanaise

Les déplacements sur les axes routiers longeant la frontière libanaise, au nord de la route 899, ainsi que les axes secondaires au nord et à l’est de la route 98 (le long de la ligne de désengagement avec la Syrie) sont déconseillés. Des incidents ponctuels à la frontière israélo-libanaise se sont en effet produits depuis 2009. Cette zone peut faire l’objet, sur très courts préavis, de mouvements de troupes.

d) Frontière syrienne

Les événements actuels en Syrie appellent à la vigilance dans la région du Golan. Il est déconseillé de se rendre dans la zone frontalière.

e) Frontière égyptienne

En raison de l’instabilité grandissante dans le Sinaï et suite aux événements qui s’y sont produits (attentats à l’été 2011 et en août et septembre 2012), il est déconseillé de s’approcher de la zone frontalière avec l’Egypte et, notamment, d’emprunter les routes 10 et 12.

JERUSALEM
  • La Ville de Jérusalem est relativement sûre et accueille de nombreux touristes et pèlerins.
     
  • A l’est, la Vieille Ville et les Lieux Saints (en particulier l’Esplanade des Mosquées ou Mont du Temple) restent toutefois une zone de tensions régulières entre Israéliens et Palestiniens. Il en est de même des quartiers de Jérusalem-Est où se sont installés des colons israéliens (Sheikh Jarrah, Silwan, Issawiya ou French Hill). En cas de tensions, les déploiements policiers deviennent rapidement importants et les accès à la Vieille Ville peuvent être fermés.
     
  • Un attentat à la bombe le 23 mars 2011 à la gare routière centrale de Jérusalem Ouest a montré que l’Ouest de la Ville pouvait encore être la cible d’attentats. Deux roquettes tirées depuis Gaza sont tombées, le 16 et 20 novembre 2012, à proximité de la colonie du Goush Etzion. En cas d’alerte, il convient de suivre les instructions de la sécurité civile israélienne.

- Il est recommandé de rester vigilant. Il convient d’éviter les attroupements et également d’observer discrétion et prudence dans l’usage des appareils de photographie, notamment lors de Shabbat ou de déplacements dans des quartiers à forte majorité religieuse.

TERRITOIRES PALESTINIENS

Il est recommandé de faire preuve de prudence lors des déplacements en Cisjordanie (en particulier dans les grandes villes : Hébron, Naplouse, Jénine) comme à Jérusalem-Est (en particulier le vendredi), d’éviter les rassemblements et les attroupements, et de redoubler de vigilance à l’approche des check-points et des colonies israéliennes.

a) Cisjordanie
 

- Le niveau de criminalité dans la plupart des villes de Cisjordanie est aujourd’hui peu élevé et certaines villes (Bethléem, Jéricho, Ramallah notamment) accueillent tourisme et pèlerinages.

  • Plusieurs régions de Cisjordanie (et notamment les villes de Naplouse et d’Hébron et leurs alentours) restent des lieux de fortes tensions entre Palestiniens et colons israéliens ou forces armées israéliennes. Des manifestations populaires contre l’occupation et la colonisation se tiennent régulièrement – en particulier le vendredi – dans certaines localités (notamment à Bil’in, Nil’in, Deir el-Nizam, Nabi Saleh ou Maasara). Elles peuvent donner lieu à des heurts et arrestations. Des jets de pierres sont observés près des colonies israéliennes situées à la périphérie de Jérusalem ou ailleurs en Cisjordanie. Des incursions de l’armée israélienne peuvent se produire régulièrement, y compris dans les principales villes, de jour comme de nuit. Enfin, le risque d’attentats ne peut être entièrement écarté.
     
  • La situation étant souvent changeante, il est recommandé de se renseigner sur l’état des risques avant chaque déplacement. Il convient également de faire preuve de vigilance à proximité des lieux de tension réguliers que sont les grands check-points (Qalandya notamment) et l’abord des colonies et "avant-postes" israéliens, où des colons israéliens violents peuvent être actifs. Il est recommandé d’éviter les rassemblements et de rester vigilant dans les lieux publics. Les risques sont plus élevés sur les axes routiers reliant les localités que dans les villes elles-mêmes. Les déplacements de nuit sont déconseillés.
     

b) Bande de Gaza
 

- Lire impérativement les prescriptions concernant le Sinaï et l’accès à la Bande de Gaza figurant dans les pages consacrées à l’Egypte.

- Les déplacements dans la Bande de Gaza (ainsi que dans la péninsule du Sinaï) sont formellement déconseillés, même aux personnes ayant sur place des attaches familiales et quel que soit le point d’entrée utilisé (terminal d’Erez avec Israël ou terminal de Rafah avec l’Egypte). Le terminal de Rafah fait l’objet de restrictions d’accès de plus en plus rigoureuses et fréquentes conduisant à une fermeture quasi-complète. Les Français qui parviendraient à se rendre à Gaza lors d’une période d’ouverture du point de passage, outre le risque qu’ils encourent pour leur sécurité durant leur séjour, prennent également le risque de rester bloqués à Gaza, les fermetures étant généralement annoncées sans préavis et sans indication de durée.

- Une entrée par les tunnels de contrebande est à exclure. Elle est illégale et comporte des risques de sécurité majeurs. Les autorités égyptiennes estiment qu’une entrée sur leur territoire par ce moyen est irrégulière et considèrent ceux qui y recourraient comme des clandestins.

- Des opérations militaires opposant armée israélienne et groupes armés palestiniens se sont déroulées à Gaza du 14 au 21 novembre 2012. Jusqu’à la récente trêve, de nombreux tirs de roquettes partaient de la Bande de Gaza et Israël y procèdait à des frappes et incursions régulières dans les zones frontalières, principalement au sud (Khan Younès, camp d’Al Maghazi et Rafah) mais aussi à l’est (Deir el Balah) ou au nord (Jabalya, Sudaniyeh).

- En outre, les risques d’enlèvement demeurent élevés comme en témoigne l’enlèvement suivi de l’assassinat d’un militant pacifiste italien (14-15 avril 2011).

- Il est par ailleurs formellement déconseillé de prendre place à bord de navires ayant pour intention de briser le blocus maritime imposé sur la Bande de Gaza, eu égard aux risques sécuritaires liés à une telle entreprise.

PELERINS

Les déplacements des groupes de pèlerins chrétiens sont relativement facilités. Toutefois l’accès à Bethléem est ralenti par la nécessité de passer un check-point. L’attente est parfois longue. Dans la Vieille Ville de Jérusalem, il convient d’être attentif à la petite délinquance.

En règle générale, il est conseillé :

- de garder sur soi son passeport ainsi que la fiche d’entrée sur le territoire israélien ;

- de signaler à l’hôtel ou à ses amis les déplacements et les heures approximatives de retour ;

- de ne pas faire d’auto-stop et de ne pas prendre d’auto-stoppeurs ;

- de n’accepter aucun colis de la part d’inconnus, au départ comme pendant le séjour ;

- d’utiliser de préférence les taxis ainsi que les tour-opérateurs officiels, qui connaissent les risques éventuels dans certaines zones ;

- de ne pas circuler en voiture dans les quartiers et cités ultra-orthodoxes pendant le Shabbat ;

- de disposer d’une liste de numéros d’urgence.

En raison de la situation qui prévaut dans la région, il est recommandé, avant et pendant le voyage, de suivre l’actualité.

En cas de doute, contacter les Consulats de France à Tel Aviv, Haïfa ou le Consulat général à Jérusalem. Pour ceux qui sont amenés à se déplacer en Cisjordanie ou à Gaza, il est conseillé de se signaler au Consulat général de France à Jérusalem.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014