Iles Fidji

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Sécurité

Situation intérieure

Aucun incident visible n’est à signaler sur le plan de la sécurité. Les forces de l’ordre se font discrètes et la circulation sur les grands axes routiers reste normale.

Criminalité

La situation sécuritaire est marquée par une forte augmentation :

  • des vols et des cambriolages, tant au domicile des particuliers que dans les hôtels. Il convient d’être prudent chez soi, en équipant le domicile de barreaux, ou en déplacement, en rangeant les documents de voyage et les effets de valeur dans un coffre : la plupart des hôtels fournissent ce service à leur clientèle. De manière générale, il est fortement déconseillé de séjourner dans des hôtels ou appartements-hôtels de bas standing, dans lesquels les étrangers de passage sont facilement repérés. A titre d’exemples, le cambriolage nocturne de la chambre d’hôtel d’un ressortissant français a été constaté alors même qu’il y dormait avec sa famille ; une ressortissante a vu sa chambre cambriolée dans un hôtel du centre-ville de Suva alors qu’elle y séjournait depuis trois semaines. Les objets de valeur doivent donc être gardés en lieu sûr : ordinateurs et téléphones portables, appareils photo, bijoux, parfums, etc.
  • même si le phénomène reste raisonnablement contrôlé, une recrudescence du piratage des moyens de paiement (cartes de crédit) a été constatée récemment. Ce phénomène pourrait s’expliquer par l’obsolescence de certains terminaux de paiements qui présentent des failles de sécurité. Il est à noter également que la plupart des commerces imposent une majoration de 2% à 3% pour chaque paiement par carte. Un paiement en espèces permet d’écarter tout risque et de ne pas être soumis à cette commission. A tout le moins, il est conseillé d’accorder une attention particulière à son relevé de carte de crédit pour être en mesure de faire le nécessaire auprès de sa banque dès que possible en cas de fraude.
  • des vols astucieux dans les lieux publics : attention aux pickpockets et aux escroqueries, par exemple dans les marchés. Il est recommandé de protéger ses effets personnels et de ne pas transporter d’importantes sommes en espèces, ni de porter de bijoux. Prévoir des photocopies des documents de voyage et des pièces d’identité, à conserver sur soi en cas de déplacement, ainsi que des copies scannées, qui devront être conservées sur un support séparé. Une recrudescence des vols et des cambriolages est constatée pendant la période des fêtes de fin d’année (Diwali et Noël) : il convient de redoubler de prudence pendant cette période.
  • des agressions et incivilités, encore en nombre limité, commises le soir et la nuit en ville : il convient de se déplacer en groupe. En cas d’altercation ou de tentative de vol, il convient de ne pas opposer de résistance, car un nombre important de ces actes impliquent des personnes en état d’ivresse, dont le comportement peut être dangereux et irrationnel.
  • des agressions sexuelles : au moins une dizaine de cas de viols impliquant des victimes étrangères ont été enregistrés en 2011, dont des mineures, perpétrés quasi exclusivement dans l’ouest du pays, où se concentre le flux touristique.

Il convient :

  • de ne pas se déplacer seule, de jour comme de nuit, de ne pas emprunter de chemin isolé, de ne pas répondre aux sollicitations de personnes inconnues, au-delà de la simple cordialité ;
  • de donner l’alerte dès que la situation paraît déraper ;
  • de porter dans les lieux publics des vêtements amples et couvrant le corps. Il s’agit de respecter les us et coutumes locaux ;
  • de ne pas laisser les mineures, quel que soit leur âge, sans surveillance.
Activités touristiques

Le touriste individuel est invité à vérifier que les plages aux abords des villages ne sont pas des propriétés privées et que l’accès à certaines localités lui est autorisé. Certaines îles ou groupes d’îles sont interdits et les autorisations sont systématiquement refusées aux plaisanciers désirant se rendre à « Lau Group » ou à « Bau ». Avant tout voyage itinérant, il convient donc de se renseigner sur les restrictions en vigueur.

Des noyades sont signalées tous les ans. Il faut donc éviter de se baigner sur les plages isolées où les courants créés par les récifs sont parfois très forts. La présence de requins dans certaines zones commande aux plongeurs de s’informer préalablement de la situation auprès des opérateurs touristiques.

Activité cyclonique

La saison des cyclones s’étend traditionnellement du début du mois de novembre à la fin du mois d’avril. Durant cette période, des dépressions se forment au dessus des océans dans tout le Pacifique Sud, qui peuvent évoluer en intensité pour parfois devenir des cyclones, généralement en 12 à 48 heures.

Lors d’épisodes cycloniques, il est impératif de se conformer aux consignes de sécurité des autorités locales et/ou des personnels des hôtels et resorts. Des instructions précises sont diffusées à l’attention des navires présents dans la zone d’activité cyclonique et, sur terre, aux autorités compétentes et aux populations. Il convient, dès diffusion d’une préalerte cyclonique, de rejoindre le lieu de séjour (hôtel, resort) et de ne plus se déplacer avant la fin de toute alerte. Les autorités sont à même d’instaurer un couvre-feu.

Toutes les informations utiles (bulletins météorologiques et alertes) sont consultables sur le site officiel des services météorologiques fidjiens, et des messages retransmis régulièrement par la radio "Legend FM" 96.8 Mhz. Il est également recommandé de consulter les sites du Joint Typhoon Warning Center (JTWC) et du Central Pacific Hurricane Center.

Ces précautions doivent être respectées scrupuleusement : chaque année, des victimes sont à déplorer, qui n’avaient simplement pas, dans la plupart des cas, respecté les consignes de sécurité avant, pendant et après l’épisode cyclonique (chutes de branches, d’objets dues aux forts vents, électrocutions dues au non respect des consignes après le passage du cyclone, naufrages, disparitions, etc.).

Par ailleurs, les dégâts causés par une tempête tropicale peuvent être suffisamment importants pour provoquer des coupures de courant, d’approvisionnement en eau et nécessiter la fermeture des aéroports internationaux pendant plusieurs jours. Il convient de prévoir ce type de difficulté en cas de séjour durant la période cyclonique, en souscrivant une assurance de voyage adaptée, ou de préférer une autre période de l’année pour se rendre aux Iles Fidji.

Il est recommandé aux personnes de passage de signaler leur présence, leur temps de séjour et de communiquer leurs coordonnées précises à l’ambassade de France à Suva durant les horaires d’ouverture (tél. +679 331 05 26 / +679 331 05 27), par mesure de sécurité. Enfin, en règle générale, il convient d’informer régulièrement famille et proches en France de tout déplacement, projet de déplacement, dates et lieu de séjour.

Entrée / Séjour

Visa

Le visa de tourisme est délivré gratuitement, à l’arrivée, pour une durée maximum de 4 mois, aux Français en possession d’un passeport dont la validité doit être d’au moins six mois supérieure à la fin de validité du visa délivré, des justificatifs du séjour (hébergement, tour-operator) et d’un billet d’avion aller-retour.
Il convient d’insister sur ce dernier point : en effet, des difficultés avec les services de l’immigration de l’aéroport de Nadi ont été constatées lorsque des voyageurs de passage ne sont pas en possession d’un billet retour. Un billet de retour est souvent proposé en échange d’une somme d’argent supplémentaire que rien ne justifie. Il est dès lors fortement recommandé d’entrer sur le territoire fidjien munis de ce billet.

Pour de plus amples informations sur les règles d’entrée et de séjour des étrangers aux Fidji, prendre l’attache du Département fidjien de l’immigration ou de l’ambassade de Fidji à Bruxelles

Il est rappelé à toute personne désirant se rendre à Fidji dans le cadre d’un projet de volontariat associatif qu’elle peut se rapprocher de France-Volontaires, afin de valider auprès de cette organisation les informations dont elle dispose sur son projet. France-Volontaires est une plate-forme réunissant les principaux acteurs du secteur ainsi que ceux désireux d’inscrire leur action dans une démarche de qualité.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (et ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre le cas échéant les rappels de vaccins).

AVANT LE DÉPART

• Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevées à l’étranger, il est impératif de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation …) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’Ambassade de France sur place.

• Recommandations pour votre Santé

Consulter si besoin votre médecin traitant ou un centre de vaccination international pour faire une évaluation de votre état de santé, et bénéficier de recommandations sanitaires notamment sur les vaccinations. Consultez éventuellement votre dentiste avant votre départ.

Constituer votre pharmacie personnelle en conséquence et n’emportez que les médicaments nécessaires ; ne consommez jamais des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consulter la fiche Info Pratique.

• Vaccinations

  • Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines vaccinations sont recommandées ; Les passagers en provenance d’une zone infectée par la fièvre jaune, et qui y ont résidé dans les six jours précédents, doivent présenter un certificat international de vaccination (sauf pour les passagers en transit).
  • Un voyage aux îles Fidji est l’occasion de mettre à jour les vaccinations usuelles en France, en particulier la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) qui est recommandée en incluant Rubéole Oreillons et Rougeole chez l’enfant ;
  • En fonction des conditions locales de voyages, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
RISQUES SANITAIRES

• Maladies transmises par les moustiques

Dengue

Les autorités sanitaires locales attirent l’attention de la population en raison de la multiplication des cas de dengue dans la zone ouest, nord et centrale. La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe (forte fièvre, douleurs articulaires, maux de tête). Il n’existe actuellement pas de traitement préventif contre l’infection de la dengue, mais un vaccin est en cours de développement.

En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement. La prise en charge est donc avant tout symptomatique et repose sur la prise d’antalgiques à base de paracétamol et le repos. Il faut impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoire. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après)

Chikungunya

La transmission du Chikungunya est possible. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif pour ces maladies. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques :

  • Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage) ;
  • Utiliser des produits répulsifs cutanés ;
  • Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.) ;
  • Détruire les sites potentiels de reproduction des moustiques, notamment lors de la saison des cyclones au Fidji (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs, les gouttières, les pneus, etc.) ;

Zika

Les îles Fidji sont touchées par le virus Zika Cette maladie est transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes. Des cas de transmission du virus par voie sexuelle ont également été rapportés.

Les symptômes de la maladie sont généralement modérés (fièvre, maux de tête, douleurs articulaires, éruptions cutanées) et sont analogues à ceux observés au cours d’autres infections virales telles que la dengue. Toutefois, la survenue de complications graves telles que des cas de microcéphalies chez des nouveau-nés de femmes enceintes infectées par le virus et des complications neurologiques tels que des syndromes de Guillain Barré est attestée.

Il est notamment recommandé à tous :

De respecter les mesures habituelles de prévention des piqûres de moustique (cf. ci-dessus), ceci tant la nuit que le jour ;
• De consulter un médecin en cas de fièvre survenant pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France.
• Il est conseillé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse de reporter leur voyage, et à défaut, de respecter les mesures de prévention des piqûres de moustique, d’éviter tout rapport sexuel non protégé pendant le voyage, et d’éviter tout rapport sexuel non protégé avec une personne ayant pu être infectée par le virus Zika.
Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères rappelle que la décision d’annuler ou de maintenir un voyage à l’étranger appartient au seul voyageur.

En savoir plus :

1/ Risque de transmission par voie sexuelle : site du Haut conseil de la santé publique
2/ Dossier d’informations sur la maladie à virus Zika (site du ministère des affaires sociales, de la Santé et des droits des femmes)
3/ Recommandations pour les femmes enceintes (site du ministère des Affaires sociales, de la santé et des droits des femmes)
4/ Recommandations pour la prévention des piqûres de moustiques

Leptospirose

Les autorités sanitaires recommandent la plus grande prudence à l’égard de la leptospirose. La leptospirose est une maladie bactérienne présente dans le monde entier, et signalée dans l’ouest de l’île de Viti Levu ; cette maladie est transmise à l’homme par contact avec les milieux souillés par les urines d’animaux infectés. La prévention repose sur les mesures d’hygiène générales (lavage des mains, lutte contre les rongeurs, assainissement…) et sur la vaccination des personnels à risque. Plus d’informations ici

Fièvre Typhoïde

Les autorités sanitaires recommandent la plus grande prudence à l’égard de la fièvre typhoïde dans les zones des Fidji où les conditions d’hygiène sont dégradées. La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. hygiène alimentaire).

Autres maladies

Il est déconseillé de consommer des poissons de demi-fond entre les mois de novembre et avril, en raison de la présence de toxines dans l’eau de mer absorbées par leur organisme, à l’origine d’empoisonnements (ciguetera).
Les cheptels des Fidji souffrent régulièrement de brucellose. L’attention des voyageurs est attirée sur les risques liés à la consommation du lait local et des produits laitiers non pasteurisés qui peuvent transmettre cette maladie à l’homme.

Infection par le virus HIV – MST

Concernant les maladies sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

MESURES D’HYGIÈNE ALIMENTAIRE

Se préserver des contaminations digestives ou de contact :

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes ;
  • Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson ;
  • Eviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ; peler les fruits ou légumes ou bien les laver (à l’eau saine) ;
  • Eviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
  • Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
  • Eviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.
QUELQUES RÈGLES SIMPLES
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés.
  • Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque en deux roues).
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.
    Pour de plus amples renseignements, consulter les sites Internet suivants :

Institut Pasteur

Sante Publique France

Organisation Mondiale de la Santé

Infos utiles

Us et coutumes

La pratique du monokini sur les plages ainsi que le port du short dans les villages sont formellement déconseillés.

Législation locale

L’usage comme la détention de drogues (y compris « douces »), même en quantités minimes, sont totalement prohibés. Les peines encourues vont d’un à six ans de détention, assorties d’amendes. Suite à de récentes affaires de pédophilie ayant impliqué des étrangers, la répression en matière d’infractions liées aux mœurs est devenue plus sévère.

Divers

Les importations sont soumises à restriction (quantité autorisée par personne : tabac 250 grammes par adulte ; alcool 2,25 litres). L’introduction d’armes à feu, de certaines armes blanches, de viandes, de produits laitiers, de graines, de plantes ainsi que de documents pornographiques sont interdits.

L’importation d’animaux domestiques est réglementée, avec une quarantaine dont la durée dépend de l’animal importé et de l’accord préalable de l’administration. S’agissant des animaux domestiques, tels que chiens et chats, la quarantaine est fixée à 6 semaines. Pour ce qui concerne les animaux importés dans un but commercial et/ou industriel, l’administration effectue une évaluation sanitaire des risques, en l’absence d’accord bilatéral avec la France. Cette évaluation peut prendre de 2 à 6 ans.

Les devises ne font l’objet d’aucune restriction, mais le transport de sommes supérieures à l’équivalent de 10 000 FJD doit être déclaré aux douanes, à l’arrivée comme au départ. L’euro est accepté sans difficulté par les bureaux de change. L’usage des principales cartes de crédit est aisé et répandu dans les lieux touristiques ainsi que dans la capitale, sauf dans les petits commerces, où les paiements en espèces sont préférés.

Infrastructure routière

Le réseau routier est constitué de routes à deux voies bitumées, souvent en mauvais état : des ornières se forment lors des précipitations orageuses. Les routes peuvent être dangereuses du fait de l’indiscipline des conducteurs et du non-respect du code de la route. Il convient d’être attentif aux vitesses maximales autorisées (50km/h en agglomération, 60km/h aux abords des agglomérations, 80km/h partout ailleurs). De nombreux contrôles sont pratiqués.

La conduite de nuit est fortement déconseillée en raison de l’absence d’éclairage public, du comportement dangereux de certains conducteurs (taxis et minibus), de la présence de personnes sur la chaussée ou d’animaux domestiques errant sur les routes.

En cas d’accident, il est à noter que les secours routiers sont pratiquement inexistants en dehors des agglomérations : il est donc impératif d’être prudent sur la route.
Le parc locatif est généralement de bonne qualité.

Transport aérien

"Air Pacific" et "Pacific Sun" se partagent la desserte intérieure des îles.

Transport maritime

Les naufrages mortels survenus dans la circonscription, la vétusté de certains navires, ainsi que les dernières alertes aux tsunamis, conduisent à mettre en garde les voyageurs qui privilégient la voie maritime. Il est prudent d’éviter de partir en haute mer pour de longs trajets.

Voyages d’affaires

Visa d’affaires Fidji
  • Visa "Visiteur"

A ce jour, les ressortissants français titulaires d’un passeport ordinaire se voient octroyer un visa de visiteur à l’arrivée à l’aéroport, valable jusqu’à 4 mois, sur présentation d’un billet retour (ce dernier point est essentiel : en effet, l’accès au territoire fidjien peut être refusé à tout voyageur n’ayant pas de visa valide pour séjourner aux Fidji, en l’absence d’un billet retour à l’arrivée à l’aéroport international de Nadi, voire au départ d’un aéroport de transit par la compagnie aérienne).

Sur justificatifs présentés au service de l’immigration, le séjour d’un visiteur peut être étendu jusqu’à 6 mois.

La validité d’un passeport ne doit pas être inférieure à 6 mois au départ des Fidji.

Sur autorisation, le visa de visiteur permet notamment d’exercer des activités professionnelles (affaires, investissement), des études ou des recherches, dans une période limitée à 12 semaines. L’autorisation doit cependant être accordée par le département de l’immigration avant l’arrivée ou pendant une période initiale de 14 jours après l’arrivée (délivrance d’une lettre d’autorisation).

  • Permis de séjour « Investisseur »

Le permis de séjour « investisseur » est accordé aux ressortissants étrangers dont le projet d’investissement a été approuvé par le Fiji Islands Trade and Investment Bureau (FTIB), via la délivrance d’un Foreign Investment Certificate (FIC), valable un an et renouvelable deux fois (lien sur le site du ministère de l’immigration).

Un permis de séjour « investisseur » de 7 ans peut être octroyé à tout investisseur qui fait la preuve qu’un investissement minimum de 250 000 dollars des Fidji a été effectué dans l’économie locale, selon les dispositions de la section 39 de la Loi sur l’Immigration de 2007. Le permis est valable un an et est renouvelable six fois (lien sur le site du ministère de l’immigration).

  • Informations utiles :

Toute personne devant se rendre aux Fidji pour y exercer une activité soumise à la délivrance d’un visa ou d’un permis de séjour (activité professionnelle suite à la signature d’un contrat, recherches, études, etc.) doit s’assurer auprès des services de l’immigration, avant l’arrivée sur place, que l’autorisation (lettre d’autorisation) a bien été accordée par les services de l’immigration et, le cas échéant, que le visa a bien été délivré. En effet, l’autorisation de l’immigration peut être exigée à l’arrivée à l’aéroport si le motif du séjour sélectionné sur le formulaire de l’immigration qui est présenté avec le titre de voyage est un motif autre que la simple visite (visa accordé à l’arrivée sur présentation d’un billet retour).

L’entrée sur le territoire est alors autorisée, mais le voyageur ne dispose que de 14 jours pour régulariser la situation, par l’apposition sur le passeport du visa ou du titre de séjour correspondant.

Toutes les informations utiles sont disponibles sur le site du ministère de l’immigration fidjien.

Visa d’affaires Kiribati
  • Visa « Visiteur »

Les titulaires d’un passeport français peuvent séjourner sans visa préalable jusqu’à 4 mois sur une période de 12 mois sur le territoire de Kiribati, sur présentation d’un billet retour et de la garantie de fonds suffisants pour le séjour. Il est à noter que la validité d’un passeport ne doit pas être inférieure à 6 mois au départ de Kiribati.

  • « Business Visa »

Les services de l’immigration ne délivrent pas de « business visa », mais des permis de travail. Ces permis sont limités à la branche d’activité demandée et sont renouvelables chaque année.

Pour une société, un formulaire, une demande par lettre, un contrat de travail, un extrait de casier judiciaire récent, un certificat médical récent, un CV, une description de l’emploi, un certificat d’enregistrement de l’entreprise, des relevés bancaires, un plan de localisation et une autorisation d’exercer sont exigés en plus des frais à payer pour l’établissement du permis (150 dollars australiens de frais). La procédure peut prendre entre un et deux mois.

Pour un particulier, une lettre de motivation de l’employeur, un CV, un contrat de travail, des références et les diplômes sont exigés (pas de frais). La procédure peut prendre moins de deux mois.

La demande de permis de travail doit être effectuée avant l’entrée sur le territoire auprès de l’employeur ou du ministère pour lequel le voyageur travaille. L’entrée sur le territoire doit se faire avec un passeport valide, un billet et la lettre d’autorisation d’entrée des services de l’immigration.

Contact :

Ministry of Foreign affairs and Immigration
Immigration department
PO Box 68
Bairiki, Tarawa
Republic of Kiribati
Tel : +686 21342
Fax : +686 21466

Visa d’affaires Tuvalu

Les titulaires d’un passeport français peuvent séjourner sans visa préalable jusqu’à 30 jours sur le territoire des Tuvalu, sur présentation d’un billet retour et de la garantie de fonds suffisants pour le séjour. Il est à noter que la validité d’un passeport ne doit pas être inférieure à 6 mois au départ des Tuvalu.

Données économiques

Avec une population de 0,9 million d’habitants, le pays dispose en 2015 d’un PIB par habitant de 4 916 dollars et d’un PIB de 4 milliards de dollars. Le PIB du pays a crû de 3 % par an entre 2011 et 2015.

Fidji est le 108e client de la France et son 47e excédent. La France a exporté vers Fidji 131 millions d’euros de biens en 2015. Les exportations ont augmenté de 154 % par an entre 2011 et 2015. Le solde commercial de la France avec le pays s’établit à 130 millions d’euros.

Le pays présente des opportunités dans les domaines des infrastructures, des transports et de l’aéronautique, du secteur minier et énergétique, du tourisme et de l’hôtellerie, du secteur bancaire et des produits agroalimentaires. La demande fidjienne est tournée vers les équipements mécaniques, les produits chimiques et cosmétiques, et, dans une moindre mesure, les produits agroalimentaires.

La Direction des entreprises et de l’économie internationale du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères vous propose de consulter la fiche repères économiques Fidji.

Contacts utiles

  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, et le soutien public au développement international des entreprises.

Les îles Fidji relèvent du Service économique régional de Tokyo :

Service économique régional de Tokyo - JAPON
Adresse : Ambassade de France au Japon, 4-11-44 Minami-Azabu, Minato-ku, Tokyo
Tél. : +81 3 5798 6000
Télécopie : +81 3 5798 6018
Email : tokyo chez dgtresor.gouv.fr
Site internet : https://www.tresor.economie.gouv.fr/pays/japon

  • CCEF

Les Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Annuaire pour les îles Fidji.

  • BAD

Les Iles Fidji sont membres de la Banque asiatique de développement (BAD), dont le site internet est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/.

La page des Iles Fidji est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/countries/fiji/main.

  • FMI

Sites internet :

Bureau du représentant résident du FMI pour les îles du Pacifique.

Les îles Fidji et le FMI.

PLAN DU SITE