Accès rapide :

Iles Fidji

Iles Fidji

Certification ISO
Dernière mise à jour le: 27 juin 2014 - Information toujours valide le: 23 août 2014

Dernière minute

L’épidémie de dengue qui sévit à Fidji depuis le début de l’année a connu son apogée aux mois de mars et avril - 1000 cas par semaine - et semble aujourd’hui en cours de récession. Les autorités sanitaires appellent toutefois toujours à la prudence.

Les hôtels et les centres de vacances sont dans l’ensemble de bon niveau et conscients de la situation. Pour autant, il convient de prévenir efficacement les piqûres de moustiques, en particulier au lever et au coucher du soleil : port de vêtements couvrants, utilisation de répulsifs ou d’insecticides, moustiquaires, évaluation du logement.

Sécurité

Situation intérieure

Aucun incident visible n’est à signaler sur le plan de la sécurité. Les forces de l’ordre se font discrètes et la circulation sur les grands axes routiers reste normale.

Criminalité

La situation sécuritaire est marquée par une forte augmentation :

  • des vols et des cambriolages, tant au domicile des particuliers que dans les hôtels. Il convient d’être prudent chez soi, en équipant le domicile de barreaux, ou en déplacement, en rangeant les documents de voyage et les effets de valeur dans un coffre : la plupart des hôtels fournissent ce service à leur clientèle. De manière générale, il est fortement déconseillé de séjourner dans des hôtels ou appartements-hôtels de bas standing, dans lesquels les étrangers de passage sont facilement repérés. A titre d’exemples, le cambriolage nocturne de la chambre d’hôtel d’un ressortissant français a été constaté alors même qu’il y dormait avec sa famille ; une ressortissante a vu sa chambre cambriolée dans un hôtel du centre-ville de Suva alors qu’elle y séjournait depuis trois semaines. Les objets de valeur doivent donc être gardés en lieu sûr : ordinateurs et téléphones portables, appareils photo, bijoux, parfums, etc.
  • des vols astucieux dans les lieux publics : attention aux pickpockets et aux escroqueries, par exemple dans les marchés. Il est recommandé de protéger ses effets personnels et de ne pas transporter d’importantes sommes en espèces, ni de porter de bijoux. Prévoir des photocopies des documents de voyage et des pièces d’identité, à conserver sur soi en cas de déplacement, ainsi que des copies scannées, qui devront être conservées sur un support séparé. Une recrudescence des vols et des cambriolages est constatée pendant la période des fêtes de fin d’année (Diwali et Noël) : il convient de redoubler de prudence pendant cette période.
  • des agressions et incivilités, encore en nombre limité, commises le soir et la nuit en ville : il convient de se déplacer en groupe. En cas d’altercation ou de tentative de vol, il convient de ne pas opposer de résistance, car un nombre important de ces actes impliquent des personnes en état d’ivresse, dont le comportement peut être dangereux et irrationnel.
  • des agressions sexuelles : au moins une dizaine de cas de viols impliquant des victimes étrangères ont été enregistrés en 2011, dont des mineures, perpétrés quasi exclusivement dans l’ouest du pays, où se concentre le flux touristique.

Il convient :

  • de ne pas se déplacer seule, de jour comme de nuit, de ne pas emprunter de chemin isolé, de ne pas répondre aux sollicitations de personnes inconnues, au-delà de la simple cordialité ;
  • de donner l’alerte dès que la situation paraît déraper ;
  • de porter dans les lieux publics des vêtements amples et couvrant le corps. Il s’agit de respecter les us et coutumes locaux ;
  • de ne pas laisser les mineures, quel que soit leur âge, sans surveillance.
Activités touristiques

Le touriste individuel est invité à vérifier que les plages aux abords des villages ne sont pas des propriétés privées et que l’accès à certaines localités lui est autorisé. Certaines îles ou groupes d’îles sont interdits et les autorisations sont systématiquement refusées aux plaisanciers désirant se rendre à « Lau Group » ou à « Bau ». Avant tout voyage itinérant, il convient donc de se renseigner sur les restrictions en vigueur.

Des noyades sont signalées tous les ans. Il faut donc éviter de se baigner sur les plages isolées où les courants créés par les récifs sont parfois très forts. La présence de requins dans certaines zones commande aux plongeurs de s’informer préalablement de la situation auprès des opérateurs touristiques.

Activité cyclonique

La saison des cyclones s’étend traditionnellement du début du mois de novembre à la fin du mois d’avril. Durant cette période, des dépressions se forment au dessus des océans dans tout le Pacifique Sud, qui peuvent évoluer en intensité pour parfois devenir des cyclones, généralement en 12 à 48 heures.

Lors d’épisodes cycloniques, il est impératif de se conformer aux consignes de sécurité des autorités locales et/ou des personnels des hôtels et resorts. Des instructions précises sont diffusées à l’attention des navires présents dans la zone d’activité cyclonique et, sur terre, aux autorités compétentes et aux populations. Il convient, dès diffusion d’une préalerte cyclonique, de rejoindre le lieu de séjour (hôtel, resort) et de ne plus se déplacer avant la fin de toute alerte. Les autorités sont à même d’instaurer un couvre-feu.

Toutes les informations utiles (bulletins météorologiques et alertes) sont consultables sur le site officiel des services météorologiques fidjiens, et des messages retransmis régulièrement par la radio "Legend FM" 96.8 Mhz. Il est également recommandé de consulter les sites du Joint Typhoon Warning Center (JTWC) et du Central Pacific Hurricane Center.

Ces précautions doivent être respectées scrupuleusement : chaque année, des victimes sont à déplorer, qui n’avaient simplement pas, dans la plupart des cas, respecté les consignes de sécurité avant, pendant et après l’épisode cyclonique (chutes de branches, d’objets dues aux forts vents, électrocutions dues au non respect des consignes après le passage du cyclone, naufrages, disparitions, etc.).

Par ailleurs, les dégâts causés par une tempête tropicale peuvent être suffisamment importants pour provoquer des coupures de courant, d’approvisionnement en eau et nécessiter la fermeture des aéroports internationaux pendant plusieurs jours. Il convient de prévoir ce type de difficulté en cas de séjour durant la période cyclonique, en souscrivant une assurance de voyage adaptée, ou de préférer une autre période de l’année pour se rendre aux Iles Fidji.

Il est recommandé aux personnes de passage de signaler leur présence, leur temps de séjour et de communiquer leurs coordonnées précises à l’ambassade de France à Suva durant les horaires d’ouverture (tél. +679 331 05 26 / 27), par mesure de sécurité. Enfin, en règle générale, il convient d’informer régulièrement famille et proches en France de tout déplacement, projet de déplacement, dates et lieu de séjour.

Transports

Infrastructure routière

Le réseau routier est constitué de routes à deux voies bitumées, souvent en mauvais état : des ornières se forment lors des précipitations orageuses. Les routes peuvent être dangereuses du fait de l’indiscipline des conducteurs et du non-respect du code de la route. Il convient d’être attentif aux vitesses maximales autorisées (50km/h en agglomération, 60km/h aux abords des agglomérations, 80km/h partout ailleurs). De nombreux contrôles sont pratiqués.

La conduite de nuit est fortement déconseillée en raison de l’absence d’éclairage public, du comportement dangereux de certains conducteurs (taxis et minibus), de la présence de personnes sur la chaussée ou d’animaux domestiques errant sur les routes.

En cas d’accident, il est à noter que les secours routiers sont pratiquement inexistants en dehors des agglomérations : il est donc impératif d’être prudent sur la route. Le parc locatif est généralement de bonne qualité.

Transport aérien

"Air Pacific" et "Pacific Sun" se partagent la desserte intérieure des îles.

Transport maritime

Les naufrages mortels survenus dans la circonscription, la vétusté de certains navires, ainsi que les dernières alertes aux tsunamis, conduisent à mettre en garde les voyageurs qui privilégient la voie maritime. Il est prudent d’éviter de partir en haute mer pour de longs trajets.

Entrée / Séjour

Visa

Le visa de tourisme est délivré gratuitement, à l’arrivée, pour une durée maximum de 4 mois, aux Français en possession d’un passeport dont la validité doit être d’au moins six mois supérieure à la fin de validité du visa délivré, des justificatifs du séjour (hébergement, tour-operator) et d’un billet d’avion aller-retour. Il convient d’insister sur ce dernier point : en effet, des difficultés avec les services de l’immigration de l’aéroport de Nadi ont été constatées lorsque des voyageurs de passage ne sont pas en possession d’un billet retour. Un billet de retour est souvent proposé en échange d’une somme d’argent supplémentaire que rien ne justifie. Il est dès lors fortement recommandé d’entrer sur le territoire fidjien munis de ce billet.

Pour de plus amples informations sur les règles d’entrée et de séjour des étrangers aux Fidji, prendre l’attache du Département fidjien de l’immigration ou de l’ambassade de Fidji à Bruxelles

Il est rappelé à toute personne désirant se rendre à Fidji dans le cadre d’un projet de volontariat associatif qu’elle peut se rapprocher de France-Volontaires, afin de valider auprès de cette organisation les informations dont elle dispose sur son projet. France-Volontaires est une plate-forme réunissant les principaux acteurs du secteur ainsi que ceux désireux d’inscrire leur action dans une démarche de qualité.

Santé

Les autorités sanitaires recommandent la plus grande prudence à l’égard des maladies liées aux conditions humides, comme la leptospirose, la dengue (transmise par les moustiques), la filariose ou encore la dysenterie. De plus, elles ont fait état de l’apparition de cas de fièvre typhoïde dans les zones où les conditions d’hygiène sont dégradées. Il convient de se protéger en permanence des piqûres de moustiques (port de vêtements amples, usage de produits répulsifs), de ne consommer que de l’eau en bouteille scellée ou, à défaut, bouillie et de se laver régulièrement les mains avec du savon. Par ailleurs, la vigilance concernant le virus de la grippe H1N1 est toujours d’actualité.

Il est déconseillé de consommer des poissons de demi-fond entre les mois de novembre et avril, en raison de la présence de toxines dans l’eau de mer absorbées par leur organisme, à l’origine d’empoisonnements (ciguetera).

Les cheptels des Fidji souffrent régulièrement de brucellose. L’attention des voyageurs est attirée sur les risques liés à la consommation du lait local et des produits laitiers non pasteurisés qui peuvent transmettre cette maladie à l’homme.

Consultez votre médecin traitant avant le départ et contractez une assurance de rapatriement sanitaire.

Vaccination

Aucun vaccin n’est exigé. Les vaccinations obligatoires en France semblent suffisantes, Fidji ne présentant aucun foyer endémique. Les passagers en provenance d’une zone infectée par la fièvre jaune, et qui y ont résidé dans les six jours précédents, doivent présenter un certificat international de vaccination (sauf pour les passagers en transit).

La dengue

La dengue, dans sa forme maligne, est une fièvre hémorragique potentiellement mortelle provoquée par un virus transmis par les piqûres des moustiques de type Aedes infectés. Ces moustiques d’apparence tigrée noir et blanc, rapides, piquent principalement aux membres inférieurs, de l’aube au coucher du soleil, préfèrent souvent les espaces intérieurs et se cachent près du mobilier ou des objets de couleur foncée.

La seule prévention connue est de se protéger en permanence contre toute piqûre de moustique : port de vêtements amples, usage de répulsifs sur la peau et sur les vêtements, usage de moustiquaires et d’insecticide (diffuseurs électriques et spray de contact sur le bas des meubles et dans les recoins, en respectant les consignes d’utilisation) dans le logement ou dans la chambre d’hôtel.

En cas de poussée de fièvre accompagnée de douleurs à la tête (souvent derrière les yeux) et aux articulations, de vomissements, de diarrhée, voire saignements cutanés ou présence de sang dans les urines, il faut consulter un médecin immédiatement et lui indiquer tout antécédent médical, problème rénal ou hépatique. Selon le sérotype du virus et/ou en cas de complication, la dengue est une maladie potentiellement mortelle.

Fièvre typhoïde

Les autorités sanitaires font régulièrement état de cas de fièvre typhoïde. Les autorités ont rappelé les recommandations élémentaires d’hygiène : se laver les mains avant de manipuler de la nourriture, boire de l’eau en bouteille ou préalablement bouillie. Par ailleurs, la saison des cyclones a pour conséquence la multiplication des points d’eau stagnante, vecteurs d’autres maladies infectieuses : en plus des règles élémentaires d’hygiène, il est fortement recommandé de se protéger, jour et nuit, des piqûres de moustiques ou d’insectes.

Leptospirose

La leptospirose, maladie transmise notamment par les déjections animales présentes dans l’eau, a été signalée dans l’ouest de l’île de Viti Levu. Il est donc fortement recommandé de ne pas marcher pieds nus dans des zones réputées infectées et de se laver fréquemment les mains.

Il est recommandé de consulter un médecin dès l’apparition d’un état fébrile qui pourrait, à tort, être assimilé à un état grippal.

Grippe A/H1N1

Quelques cas de grippes, dont un mortel, ont fait leur apparition au début du mois d’avril 2011 dans l’île de Rotuma, au nord-est de l’archipel. Les personnes souhaitant s’y rendre sont invitées à consulter leur médecin avant le départ afin de vérifier si une vaccination est nécessaire. Il est par ailleurs recommandé d’observer des mesures d’hygiène élémentaires, notamment d’hygiène des mains (lavage régulier avec eau et savon ou avec une solution hydro-alcoolique).

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Infos utiles

Us et coutumes

La pratique du « topless » sur les plages ainsi que le port du short dans les villages sont formellement déconseillés.

Législation locale

L’usage comme la détention de drogues (y compris « douces »), même en quantités minimes, sont totalement prohibés. Les peines encourues vont d’un à six ans de détention, assorties d’amendes. Suite à de récentes affaires de pédophilie ayant impliqué des étrangers, la répression en matière d’infractions liées aux mœurs est devenue plus sévère.

Divers

Les importations sont soumises à restriction (quantité autorisée par personne : tabac : 250 grammes par adulte ; alcool : 2,25 litres). L’introduction d’armes à feu, de certaines armes blanches, de viandes et de produits laitiers, de graines et de plantes ainsi que de documents pornographiques sont interdits.

L’importation d’animaux domestiques est réglementée, avec une quarantaine dont la durée dépend de l’animal importé et de l’accord préalable de l’administration. Un formulaire est disponible sur le site internet [http://www.biosecurityfiji.com/]. S’agissant des animaux domestiques, tels que chiens et chats, la quarantaine est fixée à 6 semaines. Pour ce qui concerne les animaux importés dans un but commercial et/ou industriel, l’administration effectue une évaluation sanitaire des risques, en l’absence d’accord bilatéral avec la France. Cette évaluation peut prendre de 2 à 6 ans.

Les devises ne font l’objet d’aucune restriction, mais le transport de sommes supérieures à l’équivalent de 10 000 FJD doit être déclaré aux douanes à l’arrivée, comme au départ. L’euro est accepté sans difficulté par les bureaux de change. L’usage des principales cartes de crédit est aisé et répandu dans les lieux touristiques ainsi que dans la capitale, sauf dans les petits commerces, où les paiements en espèces sont préférés.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014