Accès rapide :

Dernière mise à jour le : 27 janvier 2016 - Information toujours valide le : 10 février 2016

Dernière minute

Maladie à virus Zika

Guyana est touché par la maladie à virus Zika transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes.
En cas de grossesse, l’hypothèse d’une relation de cause à effet entre la recrudescence de cas de microcéphalies fœtales ou néonatales et une infection par le virus Zika chez la mère est probable. Il est donc recommandé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse, d’envisager un report de leur séjour ou de consulter préalablement un médecin pour être informées sur les complications pouvant survenir lors d’une infection par le virus Zika.
Pour plus d’informations : consulter la rubrique santé.

Sécurité

Criminalité

La criminalité constitue un problème persistant au Guyana, notamment à Georgetown, la capitale, où il est recommandé de ne pas se promener seul après la tombée de la nuit. Il convient également de se renseigner localement afin d’éviter, même de jour, certains quartiers à risques.

Il faut éviter de se déplacer avec des sommes d’argent importantes, des bijoux de valeur ou des documents de voyage qui pourront notamment être déposés dans le coffre mis à disposition par les hôtels. En raison de vols dans certains établissements de type « guest house », il peut être préférable de choisir les grands établissements hôteliers, mieux sécurisés.

Les voyages en province par la route doivent être organisés avec des professionnels. Il est strictement déconseillé de se trouver sur les routes après la tombée de la nuit. L’intérieur du pays, et notamment la région de Berbice, demeurent globalement à risques pour le voyageur non averti.

Des actes de piraterie parfois violents sont fréquemment signalés le long de la côte et en particulier dans la zone frontière avec le Suriname (embouchure du Corentyne). Il est déconseillé, sauf raison impérative, de naviguer dans la zone.

Manifestations

Les attroupements et manifestations, même autorisés, dégénèrent très régulièrement en violences, comme ce fût le cas le 12 octobre 2012 dans un quartier de Georgetown, la capitale. Il est par conséquent conseillé de se tenir éloigné de ceux-ci.

Entrée / Séjour

Les voyageurs se rendant au Guyana doivent être munis d’un passeport d’une durée de validité supérieure ou égale à six mois. La durée du séjour sans formalités est limitée à 90 jours, au-delà, un permis de séjour doit être sollicité.

Il convient de pénétrer sur le territoire via un point d’entrée officiel (voie terrestre). Il est en effet particulièrement risqué d’entrer illégalement au Guyana, même pour quelques heures, les sanctions, qui incluent des peines d’emprisonnement, pouvant être très lourdes.

Services de l’immigration

Aéroport Cheddi Jagan de Timehri : 261 2559 / 261 2300
Georgetown : 223 7867 / 226 17 17
Springlands : 335 3005 / 335 3018

Santé

Consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et contractez une assurance couvrant les frais médicaux et de rapatriement sanitaire.

Vaccinations

Le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire sur tout le plateau des Guyanes.

La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est recommandée.

Autres vaccinations conseillées (selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.

Pour des séjours de longue durée, la vaccination contre la rage peut être recommandée.

Prévention des maladies transmises par les piqûres d’insectes

Paludisme (malaria)

Cette maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques impose le recours à des mesures de protection individuelle (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques, moustiquaires…). A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé.
Classification : zone 3

Dengue

Comme dans l’ensemble de la région, la dengue constitue un risque à prendre en compte.

Chikungunya

Une épidémie de chikungunya s’étend dans les Antilles depuis décembre 2013.

Le chikungunya est une maladie virale transmise à l’homme par des moustiques infectés. Elle se caractérise par des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires et articulaires).

En prévention, comme pour la dengue, il convient de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques, utilisation de moustiquaires).

Pour plus d’informations sur le chikungunya, consulter le site internet de l’Institut Pasteur.

Zika

Guyana est touché par la maladie à virus Zika. Cette maladie est transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes. Les symptômes de la maladie (fièvre, maux de tête, douleurs articulaires, état fébrile, éruptions cutanées) sont analogues à ceux observés dans les cas de dengue et de chikungunya. Il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements) le matin et en fin de journée. Il faut également se protéger durant la nuit.

En cas de grossesse : l’hypothèse d’une relation de cause à effet entre la recrudescence de cas de microcéphalies fœtales ou néonatales et une infection par le virus Zika chez la mère est probable. Il est recommandé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse et ayant le projet de se rendre dans des zones où sévit le Zika, d’envisager un report de leur projet de voyage, ou, en tout cas de consulter un médecin avant le départ pour être informées sur les complications pouvant survenir lors d’une infection par le virus Zika. Si elles ne peuvent ou ne veulent différer leur voyage, elles doivent renforcer les mesures de protection antivectorielles et les bonnes pratiques relatives à l’utilisation des produits insecticides et répulsifs.

Il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France.

En savoir plus :

1. Consulter les informations sur la maladie à virus Zika (site du ministère des affaires sociales, de la Santé et des droits des femmes).

2. Recommandations pour les femmes enceintes (site du ministère des affaires sociales, de la Santé et des droits des femmes).

Eau

L’eau n’est pas potable au Guyana, il est recommandé d’éviter de consommer l’eau provenant du robinet et de préférer l’eau minérale conditionnée en bouteille.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Infos utiles

Divers

L’ivresse sur la voie publique est prohibée. La consommation de stupéfiant ou de substances psychotropes est interdite.

Le port d’arme de toute nature est interdite. Une demande préalable auprès des autorités est obligatoire pour les fusils de chasse. Les conditions d’incarcération sont très dures, surtout à l’encontre des étrangers.

Certaines cartes de crédit sont acceptées dans les grands hôtels (se renseigner). Le dollar (canadien et américain), la livre sterling sont largement acceptés.

Il est vivement recommandé de ne pas changer d’argent dans la rue auprès des changeurs ambulants. Il est préférable de le faire auprès des banques, des bureaux de change et des hôtels.

Transport routier

La conduite automobile se fait à gauche. Le mauvais état du réseau routier (4 x 4 conseillé) et la divagation des animaux invitent à la plus grande prudence. Pour conduire au Guyana, il convient d’être muni d’un permis international en cours de validité, de disposer de la carte grise originale du véhicule et d’une assurance au tiers fournie par une compagnie d’assurance.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016