Accès rapide :

Transports

Infrastructure routière

En très nette amélioration depuis plusieurs années, l’impressionnante saison des pluies - de mai à septembre - dégrade fortement les routes et fragilise les ouvrages fluviaux (notamment en Basse-Guinée et en Guinée forestière, tronçon en très mauvais état de Guéckédou à Macenta). Le 4x4 est indispensable pour circuler dans le pays (prévoir deux roues de secours). Il est préférable de se constituer en convois de deux ou trois véhicules équipés de moyens de radio ou inmarsat dès qu’on s’éloigne des axes principaux.

Il est obligatoire de disposer de tous ses papiers personnels et de ceux du véhicule. Les contrôles sont fréquents et tatillons.

En cas d’accident, la prudence invite à quitter le lieu du sinistre sans sortir de son véhicule pour éviter toute réaction agressive éventuelle de la population. Se rendre au poste de police le plus proche. Toujours garder son calme, ne jamais élever la voix. Les réactions peuvent être violentes et inattendues. Disposer toujours d’au moins 50 000 GNF sur soi pour proposer une compensation à l’accidenté, même s’il est responsable.

L’état général des véhicules est désastreux. Il est une des principales causes d’accidents sur les routes (défaut ou absence d’éclairage automobile, défaut de freins). Eviter la circulation de nuit dans les régions, du fait des barrages et de l’absence de secours d’urgence en cas d’accident. De nombreux véhicules ne sont pas assurés.

Transport aérien

La sécurité et l’aménagement de l’aéroport de Conakry ont été améliorés.

Désormais, la compagnie Air France dessert Conakry quotidiennement à partir de Paris, et offre deux extensions par semaine sur Freetown (mardi et dimanche), deux extensions sur Monrovia (mercredi et vendredi) et trois arrêts à Nouakchott (lundi, jeudi, samedi).


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014