Géorgie

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Sécurité

Risque encourus et recommandations associées

Hors les zones formellement déconseillées ci-après, les risques sont les suivants :

Risque sismique

La Géorgie est située dans une région d’activité sismique. Pour plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, consulter les recommandations de base.

Dans tous les cas, il convient de conserver son calme, de suivre les instructions données et d’attendre les secours, si nécessaire. Tout séisme important est suivi d’une série de secousses secondaires.

Dans l’hypothèse d’un séisme, il est recommandé à nos ressortissants de prendre immédiatement contact avec leurs familles ou leurs proches afin de les rassurer sur leur sort ou, le cas échéant, en cas de problème de communication avec l’extérieur, avec l’Ambassade de France.

Risque lié aux transports

En raison du non-respect des règles élémentaires du code de la route l’insécurité sur les routes est élevée (581 morts près de 10 000 blessés sur les routes pour 3.7 millions d’habitants en 2016).

La Géorgie est par ailleurs un pays d’élevage sans clôtures. Une extrême vigilance est donc recommandée aux conducteurs, en ville comme à la campagne, notamment en cas de circulation de nuit et au passage des tunnels.

Risques d’avalanches et de glissements de terrain

Lors des séjours en montagne, il convient de prendre en considération les risques de chutes de pierre, d’avalanches et de glissements de terrain, notamment liés à la fonte des neiges et aux pluies intenses du printemps.
Les routes de montagne sont alors particulièrement dangereuses.
Il convient d’éviter de prendre la route en montagne sous la pluie et d’être, en tout temps, particulièrement vigilant dans les secteurs abrupts.

Zones de vigilance
Zones formellement déconseillées (en rouge sur la carte sécuritaire)

Les déplacements sont formellement déconseillés dans les deux régions séparatistes géorgiennes qui échappent au contrôle du pouvoir central (Abkhazie et Ossétie du Sud) ainsi que dans les zones proches des lignes de démarcation avec les régions sécessionnistes. Les voyageurs se déplacant dans ces zones risquent d’être arrêtés et placés en détention par les autorités contrôlant de facto ces régions. Au regard de la loi géorgienne, toute personne pénétrant dans ces régions depuis le territoire de la Fédération de Russie s’expose à des poursuites pénales en Géorgie.

La vallée de Pankissi (bassin de l’Alazani, situé au nord d’Akhmeta en Kakhétie, à partir des villages de Duissi, Jokolo, Omalo et Birkiani et jusqu’à la frontière russe) est formellement déconseillée compte tenu de la présence d’islamistes radicaux.

Zone en vigilance renforcée (en jaune sur la carte sécuritaire)

Le reste du pays, ainsi que la capitale Tbilissi ne posent pas de problèmes de sécurité majeurs quoique la délinquance ordinaire (vols, cambriolages) n’épargne pas la Géorgie.

Recommandations spécifiques

Les ressortissants œuvrant au sein d’organisations non gouvernementales, en tant que bénévoles d’associations, etc. sont invités à s’inscrire sur le site Ariane avant leur départ.

Activités sportives à risques
Expéditions en montagne

L’instabilité du manteau neigeux et les changements climatiques particulièrement rapides en montagne appellent à une grande prudence dans ces expéditions. Compte tenu du risque d’avalanches, il est fortement recommandé de prendre les services d’un guide professionnel connaissant le site, de consulter les conditions météorologiques sur place avant le départ, de signaler son projet aux hôtels et maison d’hôtes avant les ascensions et de respecter les itinéraires connus.

Par ailleurs, il convient de noter que les frais de recherches, de secours et d’assistance hospitalière sont à la charge du visiteur ou d’une police d’assurance spécifique à laquelle il est conseillé de souscrire (type club Alpin).

Le grimpeur doit veiller à observer les précautions propres à ce type d’activités (équipement, communications, accompagnement par des guides chevronnés connaissant bien le terrain).

Pour plus d’informations, consulter les recommandations à votre disposition sur ce site [lien vers la rubrique « Haute montagne » : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/infos-pratiques/risques/risques-naturels/article/haute-montagne-93149.

Entrée / Séjour

Avertissement : au regard de la loi géorgienne, toute personne pénétrant en Abkhazie et en Ossétie du Sud depuis le territoire de la Fédération de Russie s’expose à des poursuites pénales en Géorgie.

Formalités d’entrée et de séjour
Visa et formalités d’entrée

Les ressortissants français transitant ou séjournant en Géorgie doivent être munis, soit d’un passeport, soit d’une Carte nationale d’identité sécurisée, d’une validité suffisante pour la totalité de leur séjour.

Les ressortissants français sont exemptés de visa pour un séjour égal ou inférieur à un an en Géorgie.

Tout séjour continu supérieur à cette durée nécessite l’obtention d’un visa de long séjour, puis d’un permis de résidence. Ce visa de long séjour peut être demandé avant le départ auprès des consulats ou ambassades géorgiens à l’étranger, ou en cours de séjour auprès du ministère des Affaires étrangères géorgien à Tbilissi. Le permis de résidence est ensuite demandé sur place auprès de l’Agence de développement des services publics.

Lors de l’accès au territoire géorgien, les agents de police chargés des contrôles aux frontières peuvent vérifier l’objet du séjour, la possession de moyens de paiement couvrant la durée du séjour, la souscription d’une assurance voyage, l’existence d’une réservation d’hôtel ou d’une invitation par une personne physique ou morale résidente, d’une réservation de vol retour et des garanties d’accès au territoire de destination finale en cas de transit. Il convient donc de se munir de ces justificatifs avant de se rendre dans le pays.

Règlementation douanière
Avertissement concernant les médicaments

La réglementation géorgienne réprime sévèrement la détention et le trafic de stupéfiants, y compris le cannabis pour usage personnel, et certains produits utilisés dans les traitements de substitution ou contre les douleurs importantes.
Certaines substances contrôlées contenues dans des médicaments délivrés sur ordonnance en Europe ne sont pas autorisées à l’import par des particuliers en Géorgie. Ceci concerne notamment les benzondiazepines et les opiacés, dont fait partie la codéine. L’entrée avec ce type de médicaments pour usage personnel n’est tolérée que dans de strictes conditions comprenant un dossier complet à présenter en douane à l’entrée. Une information sur la liste des substances et la procédure à suivre est disponible sur le site de l’ambassade de France en Géorgie.

Il est possible d’entrer en Géorgie avec les médicaments ne comportant pas ces substances contrôlées, pour consommation personnelle uniquement, dans une limite de 10 boîtes. Ces médicaments doivent être intégralement déclarés à l’occasion du passage en douane à l’entrée dans le pays et accompagnés de l’original et de la copie d’une ordonnance détaillée correspondant à la durée du voyage. La prescription devra préciser la dénomination commune internationale (nom de molécule) plutôt que le nom commercial du médicament et être accompagnée d’une traduction en anglais, effectuée par un traducteur assermenté.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (et ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre le cas échéant les rappels de vaccins).

Avant le départ
Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevées à l’étranger, il est vivement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation …) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade sur place.

Pour la liste des médecins et hôpitaux : Coordonnées

Recommandations pour votre Santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé, et bénéficier de recommandations sanitaires notamment sur les vaccinations. Consulter éventuellement son dentiste avant le départ.

Avertissement concernant les médicaments :
Les voyageurs prévoyant d’emporter des médicaments en Géorgie devront impérativement consulter l’avertissement qui figure dans la rubrique « Entrée/séjour » de la présente fiche et consulter le lien https://ge.ambafrance.org/Entree-en-Georgie-avec-des-2196.

Constituer votre pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consulter le fiche Infos Pratiques http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/infos-pratiques/.

Vaccinations
  • Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines vaccinations sont recommandées ; assurez-vous d’être à jour dans vos vaccinations habituelles mais aussi liées à toutes les zones géographiques visitées ;
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée en incluant Rubéole, Oreillons et Rougeole (ROR) chez l’enfant ; la vaccination antituberculeuse est également souhaitable.
  • En fonction des conditions locales de voyages, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas en fonction des conditions et lieux de séjour. Demander conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.
RISQUES SANITAIRES
Paludisme

Le pays connaît, dans le Sud-Est, des cas sporadiques de transmission de paludisme.
Le paludisme est une maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques. Les mesures classiques de protection contre les moustiques sont fortement recommandées (cf. ci-après). Durant votre séjour, et pendant les deux mois qui suivent votre retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques :

Rage

La présence de chiens errants en Géorgie (Tbilissi inclus) dont certains sont porteurs de la rage a été confirmée par les autorités sanitaires locales. Des mesures sont prises pour tenter de neutraliser ces animaux et vacciner ceux qui ne sont pas contaminés.
La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’homme par un chien, renard ou chauve-souris atteints du virus par morsure ou léchage d’une muqueuse. La mortalité est très élevée en l’absence de prise en charge médicale rapide, et il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée.
Après un contact avec un animal pouvant être enragé, la morsure doit être lavée abondamment à l’eau savonneuse, et une consultation médicale urgente doit apprécier le risque de contamination afin de déterminer l’administration urgente d’un sérum et/ou d’une vaccination contre la rage.

Il est donc recommandé de ne pas caresser les animaux, voire de ne pas s’en approcher. La vaccination préventive (en préexposition) avant un séjour en zone exposée peut être recommandée et nécessite une consultation médicale préalable.
En fonction des conditions locales de voyages (longs séjours ; séjours en condition d’isolement : trekking, safari, randonnée…), il convient avant le départ de demander l’avis à son médecin traitant ou à un centre de vaccination international.

Pour plus d’informations :
— http://invs.santepubliquefrance.fr//fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Zoonoses/Rage.

Grippe aviaire

Les mesures suivantes sont néanmoins recommandées :

  • Éviter tout contact avec les oiseaux et les volailles vivantes ou mortes non cuites, et plus généralement avec les animaux sauvages et d’élevage.
  • Se laver les mains régulièrement avec de l’eau savonneuse ou avec des solutions de lavage hydro-alcooliques ;
  • Éviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier pour la viande et les œufs.

En cas de contact avec des animaux malades, notamment des oiseaux ou des volailles, consulter rapidement un médecin. En cas de symptômes compatibles, notamment fièvre, toux ou courbatures, consulter également un médecin.

Fièvre Typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. hygiène alimentaire).

Infection par le virus VIH – MST

Concernant les maladies sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

QUELQUES RÈGLES SIMPLES
  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés.
  • Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque à deux roues).

Pour se préserver des contaminations digestives ou de contact :

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes ;
  • Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson ;
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ; Peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine) ;
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
  • Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
  • Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.
Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Infos utiles

Transport
Infrastructure et sécurité routières

Un véhicule tout-terrain est préférable pour se déplacer en Géorgie sur le réseau secondaire.

En cas d’accident, le premier réflexe est d’appeler la police pour l’établissement du constat (Tél : 112). En cas de problème, prendre contact avec la section consulaire de l’ambassade de France en Géorgie (Tél : +995 32 272 14 90).

Le réseau de lignes d’autobus est développé mais les véhicules vétustes et la conduite des chauffeurs de bus parfois très dangereuse.

Les taxis sont nombreux, mais ils sont pour la plupart non officiels et n’ont pas de compteur.

La Turquie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan peuvent être ralliés par la route.

Réseau ferroviaire

Le réseau ferroviaire est peu dense et très lent.
Le train de jour Batoumi-Tbilissi est un moyen de traverser la Géorgie dans des conditions de sécurité acceptables.

Il existe aussi une liaison ferroviaire Tbilissi-Bakou (Azerbaïdjan).

Législation locale

Le taux d’alcoolémie autorisé au volant est de 0 g/l. En cas d’infraction, l’amende peut atteindre 250€.

Avertissement concernant les médicaments :
La règlementation géorgienne réprime sévèrement la détention et le trafic de stupéfiants, y compris le cannabis pour usage personnel, et certains produits utilisés dans les traitements de substitution ou contre les douleurs importantes.

Les voyageurs prévoyant d’emporter des médicaments en Géorgie devront impérativement consulter l’avertissement qui figure dans la rubrique « Entrée/séjour » de la présente fiche.

Divers

L’exportation de livres anciens, de peintures ou d’icônes, voire de tapis, qui peuvent être classés au patrimoine national, peut entraîner de graves complications avec les douanes, si elle n’est pas faite en accord avec la législation géorgienne. Il est recommandé de demander au commerçant de fournir le document visé par le ministère de la Culture (4 rue Sanapiro, Tbilissi).

Voyages d’affaires

Visa d’affaires

Conditions d’entrée et de séjour pour les voyageurs d’affaires :

  • L’entrée :

Le régime de dispense de visa pour les ressortissants de l’Union Européenne titulaires d’un passeport ordinaire effectuant des séjours inférieurs à un an s’applique aussi aux Français effectuant un voyage d’affaires.

  • L’établissement :

Tout séjour continu supérieur à cette durée nécessite l’obtention d’un visa de long séjour pour affaires ou raisons professionnelles, puis d’un permis de résidence. Ce visa de long séjour peut être demandé avant le départ auprès des consulats ou ambassades géorgiens à l’étranger, ou en cours de séjour auprès du ministère des Affaires étrangères géorgien à Tbilissi. Le visa est délivré dans un délai d’un mois.

Le permis de résidence est ensuite demandé sur place auprès de l’Agence de développement des services publics. Il est délivré sous quelques jours.

Outre les justificatifs communs (hébergement, financement, assurance), les hommes d’affaires doivent présenter des justificatifs de la relation commerciale ou de travail avec une entité physique ou morale enregistrée en Géorgie (contrat de travail local ou contrat de prestation de service de l’employeur français, extrait de registre du commerce géorgien à leur nom…).

Données économiques

La Direction des entreprises et de l’économie internationale du ministère des Affaires étrangères et du Développement international vous propose de consulter la fiche repères économiques Géorgie.

Contacts utiles

  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, le soutien public au développement international des entreprises.

Le conseiller économique est en résidence à Bakou. Il a cependant un délégué à Tbilissi pour le suivi de la Géorgie : M. Louis Toulorge (louis.toulorge chez dgtresor.gouv.fr ; http://www.tresor.economie.gouv.fr/pays/georgie).

Service économique de Bakou
9 Rassoul Rza - AZ 1000 Bakou, Azerbaïdjan
Tél. : +994 12 490 81 30 – Télécopie : +994 12 490 81 31
Courriel : bakou chez dgtresor.gouv.fr
Site internet : www.tresor.economie.gouv.fr/se/azerbaïdjan

  • CCEF

Les conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Annuaire pour la Géorgie.

  • CCI

Les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) Françaises à l’International, sont des associations indépendantes de droit local qui regroupent des entreprises françaises et étrangères. Elles constituent un réseau mondial de relations et de contacts d’affaires de plus de 32.000 entreprises françaises et étrangères dans 83 pays.

Chambre de Commerce et d’Industrie France-Géorgie (CCIFG)
61 Aghmashenebeli Avenue, 0102
Tbilissi, Géorgie
Tél : +995 32 2 22 69 40
Email : info chez ccifg.ge
Site internet : http://www.ccifg.ge/fr/

  • BAD

La Géorgie est membre de la Banque asiatique de développement (BAD), dont le site internet est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/.

La page de la Géorgie est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/countries/georgia/main.

  • FMI

Sites internet :

Bureau du représentant résident du FMI en Géorgie.

La Géorgie et le FMI.

PLAN DU SITE