Accès rapide :

Transports

Infrastructure routière

D’après le ministère géorgien du Développementet des infrastructures, les 1 528 kilomètres du réseau routier principal sont aux normes européennes. 91% du réseau secondaire et 57% du réseau local sont en bon état. Un véhicule tout-terrain est préférable sur le réseau secondaire des régions montagneuses. L’insécurité sur les routes est élevée (514 morts sur les routes pour 4,5 millions d’habitants en 2013). La Géorgie est un pays d’élevage sans clôtures. Une grande vigilance est donc recommandée aux conducteurs, notamment en cas de circulation de nuit et au passage des tunnels.

La Turquie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan peuvent être ralliés par la route.

En cas d’accident, il est indispensable d’appeler la police pour l’établissement du constat (Tél : 112). En cas de problème, prendre contact avec la section consulaire de l’Ambassade de France en Géorgie (Tél : +995.32.2721490).

Le réseau de lignes d’autobus est développé.

Les taxis n’ont pas de compteur. Dans Tbilissi, le trajet coûte de 5 à 10 laris, soit environ 2 à 4 euros.

Risques d’avalanches et de glissements de terrain

Lors des séjours en montagne, il convient de prendre en considération les risques de chutes de pierre, d’avalanches et de glissements de terrain, notamment liés à la fonte des neiges et aux pluies intenses du printemps.

Les routes sont alors particulièrement dangereuses. Il convient d’éviter de prendre la route en montagne sous la pluie et d’être, en tout temps, particulièrement vigilant dans les secteurs abrupts.

Réseau ferroviaire

Le réseau ferroviaire est peu dense et très lent.

Le train de jour Batoumi-Tbilissi est un moyen de traverser la Géorgie dans des conditions de sécurité acceptables.

Il existe aussi une liaison ferroviaire Tbilissi-Bakou (Azerbaïdjan).


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015