Accès rapide :

Gabon

Gabon

Certification ISO
Dernière mise à jour le: 14 juin 2013 - Information toujours valide le: 21 août 2014

Sécurité

Les forces de police et de gendarmerie s’efforcent de juguler la délinquance urbaine à Libreville et Port-Gentil. Pour des raisons de sécurité, il convient d’éviter de se promener seul et d’emporter avec soi trop d’argent.

Les cambriolages sont parfois perpétrés dans le courant de la nuit par des bandes armées, qui déjouent ou neutralisent les dispositifs de surveillance et peuvent recourir à la violence en cas de résistance. Toute résistance est donc fortement déconseillée.

A l’hôtel, s’enfermer à clef dans sa chambre et n’ouvrir qu’au personnel de l’établissement, après vérification de son identité auprès de la réception, et aux personnes connues.

Plusieurs incidents, pouvant dans quelques rares cas entraîner la mort, sont survenus lors de stages "d’initiation" à des rites locaux, qui doivent donc inciter à la plus grande prudence. A cet égard, l’attention des voyageurs est appelée sur les dispositions de l’arrêté du 12 mars 2007 ajoutant à « la liste des substances classées comme stupéfiants » les substances et préparations suivantes : « tabernanthe iboga, tabernanthe manii, ibogaïne, ses isomères, esters, éthers et leurs sels qu’ils soient d’origine naturelle ou synthétique ainsi que toutes préparations qui en contiennent ».

  • En dehors des plages les plus fréquentées (Tahiti, plages des Hôtels, cap Esterias, pointe Denis), il convient de rester prudent, notamment le soir;
  • Il en va de même dans certains quartiers de la capitale : Petit Louis, mont Bouet, gare routière, plaine de Rio, London, Lalala, Oloumi, Nkembo, Awendje;
  • A Port-Gentil, des manifestations de rues sporadiques - dont il convient de se tenir éloigné - se produisent parfois, et peuvent s’accompagner de violences. Une grande prudence est recommandée sur les plages entre la Pointe Chapuy et le Cap Lopez, et en bordure des trois rivières.

Toute agression doit être signalée à la police et au consulat de France le plus proche : Libreville, Port-Gentil et Franceville (consul honoraire).

  • Au Gabon, un nombre croissant d’escroqueries bancaires a été constaté. L’identité des titulaires du compte est usurpée et un ordre de virement falsifié est envoyé à leur banque en utilisant des informations inscrites sur le relevé de compte bancaire. Il est conseillé de prendre contact avec les banques, afin de vérifier les dispositifs de sécurité concernant les ordres de virement envoyés depuis l’étranger.

Pour tout déplacement à l’intérieur du pays, les voyageurs sont invités à contacter les services du consulat général de France à Libreville ou, pour la province de l’Ogooue-maritime, de la chancellerie détachée à Port-Gentil.

Transports

Infrastructure routière

La conduite sur piste, avec ou sans chauffeur, est parfois difficile. Véhicule 4X4 conseillé. Avant tout départ, se renseigner sur l’état des routes. Durant la saison des pluies, il n’est pas rare que certains axes routiers soient impraticables (ponts effondrés, bourbiers, arbres déracinés, etc.).

En cas d’accident de la route, se rendre au premier poste de police (ou de gendarmerie), afin d’éviter tout incident sur le lieu même.

Transport aérien

L’aéroport international de Libreville est aux normes IATA. Les vols intérieurs ou régionaux sont assurés par des compagnies nationales ou privées de qualité variable. Se renseigner impérativement sur place.

Liaisons Intérieures

Plusieurs liaisons sont organisées entre les différentes villes du pays par des compagnies locales. Se renseigner impérativement sur place.

Aéroport de Libreville +241 01 73 82 82.

Attention : il convient de consulter dans la rubrique "Fiches thématiques" le dossier Transports aériens, et plus particulièrement la liste des transporteurs aériens interdits pour la desserte de la France et la liste communautaire des compagnies aériennes interdites dans l’Union Européenne, sur laquelle figurent plusieurs compagnies aériennes gabonaises.

Entrée / Séjour

Visa

Avertissement :

Les autorités gabonaises signalent qu’elles peuvent exiger des voyageurs, depuis le 1er avril 2010, des passeports lisibles en machine. Toute personne titulaire d’un passeport délivré entre mai 2000 et octobre 2003, toujours valide mais non lisible en machine, risque d’être refoulée à l’entrée au Gabon.

L’entrée sur le territoire gabonais est soumise à une obligation de visa. Deux options sont possibles:

  • l’obtention d’un visa en France (prendre l’attache du consulat général du Gabon en France);
  • la délivrance sur place d’un visa après obtention d’une autorisation d’entrée.
    Pour le cas particulier des hommes d’affaires, voir ci-dessous.

1) L’obtention d’un visa délivré en France
Il doit être sollicité auprès des représentations diplomatiques et consulaires gabonaises. Le consulat général du Gabon à Paris exige la comparution personnelle des demandeurs de visa. La liste des pièces à fournir est communiquée par le consulat. Seuls les documents originaux sont acceptés. Ceux-ci peuvent être exigés à l’arrivée au Gabon par les agents de la police de l’air et des frontières. Les personnes qui se présentent à l’aéroport de Libreville sans ces documents (originaux ou copies) peuvent être refoulées vers la France.
Il est à noter qu’un visa délivré en France ne donne pas droit d’entrée automatique dans la mesure où la police aux frontières gabonaise peut effectuer un contrôle et décider de refouler une personne pour absence de documentation appropriée, ce qui s’est déjà produit pour des ressortissants français.
Pour de plus amples informations, il convient de prendre l’attache du consulat général du Gabon à Paris.

2) La délivrance sur place au Gabon d’un visa après obtention préalable d’une autorisation d’entrée.
Pour obtenir une autorisation d’entrée, y compris dans le cadre d’une visite familiale, la demande doit être effectuée par l’hôte au Gabon auprès de la Direction générale de la documentation et de l’immigration à Libreville. Le visiteur doit présenter une copie de l’autorisation d’entrée à l’embarquement, au départ d’un aéroport français. Elle est ensuite échangée, à l’arrivée au Gabon, contre un visa. Au même titre que pour les visas délivrés en France, il est recommandé, pour les autorisations d’entrée, que les répondants locaux (familles ou entreprises) soient présents à l’aéroport, lors de l’arrivée des personnes attendues, munis des documents originaux du dossier, dans le cas où ceux-ci n’ont pas pu leur être envoyés en France avant leur départ.
Lors du passage à la frontière par air, mer, ou bien par voie terrestre, il convient de présenter, en plus de la copie de la demande d’autorisation d’entrée, un passeport en cours de validité, un titre de transport aller-retour ou circulaire nominatif et un carnet de vaccination (fièvre jaune obligatoire). Il est nécessaire de se munir de 45 000 francs CFA (également payable en euros : 70 €), correspondant aux frais d’établissement de l’autorisation d’entrée et de délivrance du visa. Cette procédure s’applique aux ressortissants français, qu’ils soient touristes, hommes d’affaires ou simples visiteurs.

3) Cas des voyages d’affaires au Gabon
Pour tout séjour inférieur à trois mois, les hommes d’affaires sont dispensés d’autorisation dans le cas où une agence de voyage agréée au Gabon a organisé le séjour. Cependant, ils doivent justifier leur qualité et/ou énumérer par tout autre moyen écrit les contacts pendant leur séjour.

4) Pour tout séjour supérieur à trois mois, et dans tous les cas, une autorisation d’entrée à durée indéterminée sera demandée. Un visa obtenu sur place, contrairement à un visa délivré en France, facilite l’obtention d’une carte de séjour et peut être prolongé.

En cas de difficulté, il est recommandé de conserver son calme, de faire preuve de courtoisie et de contacter ou faire contacter au plus vite le consulat général de France à Libreville (+241 01 79 20 40)

Santé

IMPORTANT : Chaque année pendant les saisons des pluies (septembre à décembre – février à juin), les moustiques prolifèrent. Le nombre de cas de paludisme et de Chikungunya augmente de manière significative. Pendant ces périodes, on relève de fréquents décès pour cause de paludisme. Il est fortement recommandé de prendre les précautions appropriées (voir ci-après).

Avant le départ

Consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et souscrivez à une compagnie d’assistance couvrant les frais médicaux et le rapatriement sanitaire.

Prévention des maladies transmises par les piqûres d’insectes
  • Paludisme : Cette maladie parasitaire est la première cause de mortalité en Afrique subsaharienne. Transmise par les piqûres de moustiques, elle impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…). A ces mesures doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé. Classification : zone 3.
    Durant votre séjour, et durant les deux mois qui suivent votre retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement anti-paludéen éventuel. On relève régulièrement des décès de ressortissants français au Gabon en raison du paludisme. Une attention particulière doit être portée à la prévention et au traitement de cette maladie.
  • Chikungunya : Cette maladie virale est transmise par les piqûres de moustiques : il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques). Une augmentation des cas de contamination a récemment été observée au Gabon, en particulier dans les provinces de l’Ogooué-lolo, la Ngounié et le Haut Ogooué.
  • En tout état de cause, il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre. Dans l’attente d’un avis médical, la prise d’aspirine est déconseillée.
Vaccinations
  • La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire (à pratiquer dans un centre agréé).
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (+/- Coqueluche) est impérative avant tout déplacement.
  • Autres vaccinations conseillées (selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B, méningite bactérienne.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas. Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.
Hygiène alimentaire
  • Il est conseillé de ne pas boire l’eau du robinet : préférez les eaux en bouteilles capsulées. A défaut, consommez de l’eau filtrée, bouillie et décontaminée.
  • Évitez l’ingestion de glaçons, de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés.
  • Évitez la consommation d’aliments (poisson, viande, volaille, lait) insuffisamment cuits.
  • Veillez à un lavage régulier et soigneux des mains avant chaque repas.
Fièvre Ebola

Des cas de fièvre Ebola sont relevés épisodiquement dans certaines régions de l’intérieur du pays, notamment dans la population animale. Il convient donc de proscrire la consommation de la viande de chasse.

VIH - Sida

Prévalence non négligeable du VIH - Sida. Toute mesure de prévention est indispensable.

Dengue

Ce virus circule de façon sporadique dans le pays et est susceptible de provoquer des flambées épidémiques, notamment lors des saisons des pluies pendant lesquelles les moustiques, vecteurs de cette maladie, prolifèrent. Les précautions d’usage doivent donc être appliquées afin d’éviter les piqûres de moustiques (utilisation de répulsifs, moustiquaires, port de vêtements longs) et la survenue de toute fièvre doit entrainer une consultation auprès d’un médecin.

Quelques règles simples
  • Évitez les baignades dans les rivières ou lacs (risque d’infection parasitaire)
  • Évitez de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides
  • Ne caressez pas les animaux que vous rencontrez
  • Veillez à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité en automobile ou du casque en moto)
  • Ne consommez jamais de médicaments achetés dans la rue. Emportez dans vos bagages les médicaments dont vous pourriez avoir besoin
Numéros utiles
  • Police secours : 177

Coordonnées de médecins (cliquez ici) et d’hôpitaux disponibles sur le site du consulat.

  • Hôpital d’instruction des armées de Libreville, Omar Bongo Ondimba : 72 02 37 / 72 02 38 / 79 36 88 (BP 20404 Libreville PK9)
Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Institut Pasteur (fiche pays)
Institut de veille sanitaire
Organisation Mondiale de la Santé

Infos utiles

Us et coutumes

Il est conseillé d’éviter de photographier un site ou une personne sans son autorisation. Il peut être utile de demander la permission du chef de village en province. Eviter, de même, de photographier un marché, une foule ou des bâtiments officiels.

L’usage et la détention de produits stupéfiants, y compris les drogues " douces ", sont passibles de peines de 1 à 6 ans de prison ferme, le trafic intérieur de stupéfiants de 2 à 10 ans d’emprisonnement, et le trafic international de telles substances à la réclusion criminelle à perpétuité.

Argent
  • Espèces : se munir de dollars américains ou d’euros. Possibilité de faire le change sur place dans les hôtels et dans les banques.
  • Retrait d’espèces sur place : existence de distributeurs automatiques de billets dans la capitale (grands hôtels – siège des grandes banques).
  • Cartes bancaires : certains hôtels et grands magasins de la capitale acceptent les paiements par carte bancaire (Visa – Mastercard – American Express).

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014