Accès rapide :

Sécurité

Risque terroriste

La persistance de la menace terroriste dans la région doit inciter les voyageurs et la communauté française résidant aux Emirats arabes unis à un surcroît de prudence et de vigilance. Il est, en particulier, recommandé d’adopter une attitude systématique de réserve et de discrétion.

Comportement général

Les voies de fait sur la voie publique, ainsi que le harcèlement des femmes, sont très sévèrement réprimés.

Malgré de bonnes conditions de sécurité aux Emirats arabes unis, les parents d’enfants et d’adolescents sont invités à faire preuve de prudence. Des agressions sexuelles ont été commises dans le passé sur de jeunes victimes.
Plusieurs cas d’agressions sexuelles sur des femmes isolées ou de jeunes hommes ont également été rapportés. La plus grande prudence est ainsi recommandée aux personnes voyageant ou se déplaçant seules dans le pays.
La disponibilité de trithérapies préventives en cas de viol ne peut être garantie.

Par ailleurs, lors d’une plainte pour agressions sexuelles, la principale difficulté consiste à apporter la preuve de l’agression. Dans plusieurs cas, le juge a considéré qu’il s’agissait d’une relation consentie. La victime est alors accusée de relations sexuelles hors mariage (illégales aux Emirats) et condamnée à une amende, voire à plusieurs mois de prison, avant d’être expulsée du pays à l’issue de sa peine. Dans les cas signalés, le fait d’avoir accepté de monter dans une voiture, d’aller dans une chambre d’hôtel ou encore d’avoir consommé de l’alcool avant l’agression est interprété en défaveur de la victime.
Suite à la plainte, le passeport de la victime est en général conservé par le procureur et elle ne pourra quitter le pays durant toute la durée de la procédure, qui peut prendre plusieurs mois.

Si vous êtes victime d’une agression sexuelle, il est recommandé de prendre aussitôt contact avec l’ambassade ou le consulat général.

Il convient également de ne pas photographier des personnes sans leur consentement, et tout particulièrement des femmes. Même des vues d’ensemble prises dans des lieux publics (extérieur, centres commerciaux …) peuvent donner lieu à des réactions très vives de la part des personnes figurant - ou croyant figurer - sur la photo. Il convient donc de faire preuve de vigilance et de discernement en ce domaine.

Pendant le mois du ramadan, manger, boire ou fumer en public au cours de la journée est une infraction punie d’une peine de prison d’un mois maximum et d’une amende. Les musulmans ne sont pas servis dans les hôtels et les restaurants pendant les heures de jeûne.

Les photographies, vidéo-cassettes et DVD représentant des personnes nues ou à caractère pornographique sont prohibés. De même, les manifestations gestuelles de sentiments amoureux en public sont interdites et peuvent motiver des interpellations par la police.

Excursions et pêche en mer

En raison du litige opposant les Emirats arabes unis à l’Iran à propos des îles Tomb (petite et grande) et Abou Moussa et compte tenu des arrestations et arraisonnements effectués régulièrement par la marine iranienne dans ces zones, il est formellement déconseillé de se rendre dans les parages de ces trois îles.

Compte tenu, en outre, des incertitudes sur les frontières maritimes, il est très fortement recommandé de demeurer à une distance de sécurité de plusieurs dizaines de miles de ces îles.

Drogue

La récurrence des arrestations de ressortissants français pour détention de produits stupéfiants doit conduire les voyageurs à accorder la plus grande importance aux conseils suivants :

L’importation, la consommation, la production ou la détention de stupéfiants (résine de cannabis, haschich, marijuana, héroïne, cocaïne) ou de substances considérées comme stupéfiants (un précédent avec un médicament contenant de la codéine), même en quantité infinitésimale (de l’ordre du milligramme) sont totalement interdites et sévèrement punies. La liste complète des produits interdits à l’importation aux Emirats arabes unis peut être trouvée sur le site du consulat de France à Dubaï.

Les personnes prenant des médicaments comprenant ces substances doivent impérativement se munir d’un certificat médical afin de pouvoir justifier que les médicaments emportés aux Emirats arabes unis sont nécessaires au traitement d’une affection et que les quantités sont proportionnées aux prescriptions du médecin.

Les ressortissants français résidents, mais également en transit, aux aéroports de Dubaï et d’Abou Dabi peuvent être arrêtés par la police spéciale émirienne anti-drogue. La garde à vue est d’un minimum de 48 heures et peut être prolongée jusqu’à 15 jours.

La police spéciale émirienne anti-drogue défère inéluctablement les prévenus à la justice sous une inculpation de nature criminelle, le trafic de drogue étant un crime placé dans la hiérarchie des infractions au même rang que le meurtre, le vol et le viol.

Les pénalités légales sont appliquées avec une très grande rigueur : le fait de consommer ou de détenir sur soi des produits stupéfiants quels qu’ils soient et quelle que soit la quantité détenue, entraîne une peine de quatre à dix ans d’emprisonnement pouvant être portée à quinze ans pour circonstances aggravantes ou récidive. Les personnes qui facilitent l’usage de la drogue par fourniture de locaux encourent cinq années d’emprisonnement. Les trafiquants encourent la peine capitale. Les personnes susceptibles de fournir des renseignements et qui ne le font pas peuvent être poursuivies pour complicité. "L’appel au civisme" est encouragé par une prime de 200.000 dirhams.

Alcool

Les résidents non musulmans peuvent acheter de l’alcool dans les magasins habilités s’ils possèdent une licence d’alcool (obtenue sous certaines conditions). La consommation de boissons alcoolisées est autorisée dans les hôtels et les restaurants pour les non musulmans (dans tous les Émirats sauf celui de Charjah). La présence d’alcool dans le sang d’un conducteur est un délit (voir rubrique "transports"), même en l’absence de toute autre infraction routière. L’état d’ébriété dans un lieu public ou sur la voie publique est passible d’une peine d’emprisonnement.

En cas d’urgence

En cas d’urgence, il est impératif de prendre l’attache de l’ambassade de France à Abou Dabi ou du Consulat Général à Dubaï. Il est, de plus, nécessaire de faire appel à un avocat.

Le Consulat Général de France à Dubaï n’a pas d’avocat accrédité. Toutefois, une liste d’avocats francophones installés à Dubaï et dans les émirats du nord figure sur le site Internet du consulat.

Conseils complémentaires

Tout différend ou altercation (avec des représentants des forces de l’ordre ou des particuliers) peut donner lieu au dépôt d’une plainte. Le titre de voyage est alors confisqué par les autorités locales pour une durée plus ou moins longue en attendant le jugement.

Numéros utiles
  • Police : 999
  • Police de Dubaï : 04 229 22 22
  • Police de Sharjah : 06 563 11 11



PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014