Accès rapide :

Sécurité

Situation

Une recrudescence d’attaques terroristes, dont certaines visant des personnes ou des intérêts étrangers, est constatée depuis juin 2015 sur l’ensemble du territoire.

Les principaux évènements récents sont les suivants :

- Le 10 juin 2015, à Louxor, un attentat contre le temple de Karnak a été déjoué in extremis par les forces de sécurité.

- Le 29 juin 2015, en plein cœur du Caire, le Procureur général d’Egypte a été la cible d’un attentat meurtrier.

- Le 11 juillet 2015, le Consulat général d’Italie au Caire a été la cible d’un attentat.

- Le 12 août 2015, la décapitation d’un ressortissant croate, employé d’une filiale franco-saoudienne de la Compagnie Générale de Géophysique, a été annoncée par Daech, sans confirmation officielle des autorités.

- Le 14 août 2015, au nord du Caire, un attentat a visé les locaux de la sécurité nationale à Choubra.

- Le 14 septembre 2015, sur la route des oasis près de Baheireya, huit touristes mexicains et quatre accompagnateurs égyptiens sont morts suite à une erreur des forces armées égyptiennes engagées dans la lutte anti-terroriste dans cette région.

- Le 31 octobre 2015, un avion appartenant à la compagnie russe Kolygamavia/Metrojet assurant la liaison entre Charm El Cheikh et Saint-Petersbourg s’est écrasé dans le Sinaï, avec 224 passagers et membres d’équipage à bord. Les investigations sur les causes de ce crash se poursuivent.

Dans ce contexte, les voyageurs sont invités à tenir compte strictement des recommandations figurant dans la rubrique « Conseils aux voyageurs », notamment celles relatives aux déplacements en zones orange et rouge (cf. carte annexée à la fiche). Ils sont également invités à suivre les instructions et recommandations des autorités égyptiennes qui, temporairement, peuvent interdire ou restreindre l’accès à certaines zones.

La situation au Sinaï doit être suivie avec la plus grande attention. Des groupes terroristes y sont installés (notamment dans le nord de la péninsule – dans le triangle Rafah-Abou Zuweïd-Al Arich) et y mènent régulièrement des attaques contre des cibles civiles ou militaires. Des affrontements réguliers s’y produisent avec l’armée égyptienne.

Recommandations par région (cf. carte)

1. Quelle que soit votre destination, il vous est recommandé :

- de suivre avec attention l’évolution de l’actualité intérieure en Egypte ;

- de vous conformer aux instructions données par les autorités égyptiennes, qui peuvent temporairement interdire ou restreindre l’accès à certaines zones ;

- d’être toujours joignable par téléphone ;

- d’éviter autant que possible de vous déplacer seul et de communiquer les éléments essentiels de vos itinéraires à une personne de confiance ne participant pas au voyage ou au déplacement ;

- lorsque vous voyagez à bord de véhicules, d’éviter de sortir des axes routiers et, en dehors des agglomérations, de vous déplacer la nuit ;

- d’effectuer vos trajets routiers hors des agglomérations à bord de plusieurs véhicules et avec un guide expérimenté ;

- de respecter les conseils vestimentaires et de tenue donnés dans la rubrique « Infos utiles » de ces "Conseils aux voyageurs" ;

- de faire preuve de prudence dans l’usage des appareils photographiques et des caméras, qui est strictement encadré par les autorités locales (interdiction de photographier certains lieux ou bâtiments, certaines infrastructures, certains événements ou certaines personnes) ;

- d’éviter les conversations d’ordre politique avec vos interlocuteurs locaux.

2. Péninsule du Sinaï  : il est formellement déconseillé de s’y rendre, à l’exception de la bande côtière Charm el Cheikh/Taba et des agglomérations sur cette route. Les déplacements y sont déconseillés sauf raison impérative, notamment professionnelle. Dans cette zone, il convient de faire preuve d’une grande vigilance, de se conformer strictement aux consignes de sécurité données par les autorités locales et de limiter les déplacements routiers de jour.

3. Moyenne Égypte, de la région du Fayyoum à Qena (nord de Louxor) : déplacements déconseillés sauf raison impérative, notamment professionnelle.

4. Haute Égypte - vallée du Nil entre Louxor et Abou Simbel  : les déplacements professionnels ou touristiques sont possibles, sous réserve de se rendre dans la région par voie aérienne. Les voyageurs effectuant des croisières sur le Nil ou le Lac Nasser sont invités à s’assurer auprès des voyagistes des mesures de sécurité prises par les autorités égyptiennes, notamment de la présence d’équipes de protection embarquées sur les navires.
Les déplacements par la route dans cette région sont déconseillés, sauf protection des services de sécurité égyptiens (convois).

5. De la côte nord (de l’est de Mersa Matroùh à Alexandrie) jusqu’au sud de la côte africaine de la mer Rouge (du sud de Suez à Marsa Alam)  : dans cette zone qui inclut notamment Le Caire, Aïn Sokhna et Hurghada, les déplacements professionnels ou touristiques sont possibles en faisant preuve de vigilance.

6. Delta du Nil de l’est d’Alexandrie jusqu’à Port-Saïd et Suez : déplacements déconseillés sauf raison impérative, notamment professionnelle. Le corridor à l’ouest du Canal de Suez est surveillé par l’armée égyptienne.

7. Reste de l’Egypte (zone désertique depuis la frontière égypto-libyenne jusqu’à la frontière égypto-soudanaise) : tout déplacement y est formellement déconseillé, y compris pour se rendre par voie terrestre vers la Libye.

8. Au Caire, à Alexandrie et d’une manière générale dans les grandes villes : il convient de limiter autant que possible les déplacements et les visites aux quartiers touristiques ou fréquentés par les étrangers et d’éviter les rassemblements et manifestations éventuels.

Accès à Gaza

Lire impérativement les prescriptions figurant sur ce point dans la Fiche « Conseils aux voyageurs » consacrée à « Israël/Territoires palestiniens » de ce même site.
Les déplacements vers et dans Gaza, ainsi que dans la péninsule du Sinaï, sont formellement déconseillés, y compris pour transiter vers Gaza à travers le point de passage de Rafah. Ce dernier fait l’objet de restrictions d’accès de plus en plus rigoureuses et fréquentes conduisant à une fermeture quasi complète. Les Français qui parviendraient à se rendre à Gaza lors d’une période d’ouverture du point de passage prennent le risque d’y rester bloqués, les fermetures étant généralement annoncées sans préavis et sans indication de durée.
Il est par ailleurs exclu d’envisager une traversée par les tunnels, qui est illégale et comporte des risques de sécurité majeurs. Les autorités égyptiennes estiment qu’une entrée sur leur territoire par ce moyen est irrégulière, et considèrent ceux qui y recourraient comme des clandestins.

Circulation routière

L’incivisme routier, très largement répandu (cf. rubrique "Infos utiles"), peut donner lieu à des échauffourées. Il ne faut en aucun cas répondre à d’éventuelles provocations ou prises à partie.

Risque de mines

Les déplacements hors des axes routiers sont déconseillés. Le risque lié à la présence de mines est élevé dans les zones désertiques. On ne peut considérer qu’une zone non signalisée ne présente pas de danger. S’ils devaient intervenir, les déplacements en dehors du réseau routier ou de pistes balisées doivent être précédés d’une recherche d’informations sur l’existence éventuelle de champs de mines dans la région.

Risque sismique

Le pays est situé dans une zone d’activité sismique. Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, vous pouvez consulter la fiche Infos pratiques "Risques naturels".

Si un tremblement de terre se produisait, il est recommandé à nos ressortissants de prendre immédiatement contact avec leurs familles ou leurs proches afin de les rassurer sur leur sort ou, le cas échéant, en cas de problème grave de communication avec l’extérieur, avec l’ambassade de France.

Piraterie maritime

Le nord de la mer Rouge n’est pas une zone de piraterie. Des informations utiles sont disponibles sur la fiche « Piraterie maritime ».


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016