Accès rapide :

Infos utiles

Législation locale

- La consommation d’alcool est autorisée dans les hôtels et restaurants touristiques.

- L’usage et la possession de drogues sont très sévèrement punis, les sanctions allant de 25 ans de prison à la peine capitale. Il n’est pas prévu de peine intermédiaire, quelle que soit la quantité ou la nature de la substance consommée.

- Les coutumes et les lois sont conformes aux pratiques de la charia. Le tourisme sexuel et la prostitution sont sanctionnés en Egypte. Par ailleurs, les manifestations extérieures de l’intimité affective sont considérées comme contraires aux bonnes moeurs.

- La loi égyptienne interdit le commerce sur place et l’exportation privée d’objets d’origine archéologique. Les fraudes sont sévèrement réprimées. Pour éviter tout contentieux, le visiteur étranger qui possède des pièces archéologiques doit les déclarer dès son arrivée en Egypte.

Divers

- Il est recommandé d’être toujours vêtu décemment en public et, pour les femmes en particulier, de porter des vêtements qui couvrent les bras et les jambes jusqu’aux genoux. De manière générale, il convient d’être très attentif à son aspect extérieur dès que l’on se trouve au contact de la population locale. Enfin, il faut avoir à l’esprit que les femmes européennes, accompagnées ou a fortiori seules, sont souvent l’objet d’une attention intéressée.

- L’attention des voyageurs est appelée sur les escroqueries que peut comporter l’usage des cartes de crédit, notamment auprès des petits commerçants. Il est préférable, dans ce cas, de régler en espèces. Si la carte de crédit est le seul moyen de paiement disponible, il convient de vérifier soigneusement le montant, sur chacun des feuillets, et de faire précéder ce montant de la mention « EGP » (pour Egyptian Pound), afin d’éviter que la somme à débiter soit calculée dans une autre devise. En outre, le voyageur doit conserver avec soin le feuillet de paiement qui lui revient, ainsi qu’une facture du magasin, pour vérification ultérieure.

- Par ailleurs, de plus en plus de cas d’achats immobiliers par des touristes (notamment dans les stations balnéaires) sont effectués au détriment de l’acheteur européen, faute de traduction des actes en bonne et due forme.

- Compte tenu des conditions climatiques, particulièrement en été, les personnes âgées et les enfants doivent se prémunir contre la chaleur en veillant à s’hydrater et à ne pas s’exposer au soleil pendant les heures les plus chaudes.

- La plongée sous-marine est très répandue sur le littoral de la mer Rouge. Il est recommandé aux amateurs de faire preuve de prudence, en particulier s’ils sont peu expérimentés ou si la structure d’accueil est modeste. On déplore chaque année plusieurs accidents mortels liés à une mauvaise évaluation de la capacité physique des plongeurs. Avant de pratiquer ce sport, il y a lieu de s’assurer de la présence d’un caisson de décompression à proximité. L’attention des plongeurs est appelée sur le fait que la mer Rouge abrite une population de requins, dont certaines espèces sont dangereuses. Les accidents sont rares mais, quand ils surviennent, mortels. Il convient d’observer strictement les recommandations des responsables de centres de plongée à cet égard.

Localisation / nombre de caissons de décompression :

Hourghada : 2


El Gouna : 1


Safaga : 1


Marsa Alam : 1


Charm El Cheikh : 2


Dahab : 2

Il n’existe pas de caissons de décompression sur les sites de Noueiba et de Taba. En cas d’accident, le ressortissant étranger est évacué à Eilat (Israël). A noter également que le corail fait l’objet d’une protection de plus en plus affirmée en Egypte : prélèvements ou dégradations sont punissables.

Transport routier

- Le réseau routier est convenable sur les grands axes mais de médiocre qualité sur les voies secondaires. La signalisation reste de surcroît généralement insuffisante. L’habitude locale de ne pas observer le code de la route et l’état du parc automobile doivent également inciter à l’extrême prudence et à la plus grande vigilance. La fréquence d’accidents mortels est très élevée.

- La circulation de nuit est particulièrement dangereuse. En dehors des centres urbains et des sites touristiques, elle est formellement déconseillée.

- De manière générale, les déplacements routiers sur des longues distances sont déconseillés dans tout le pays.

- En cas d’accident, l’assistance aux blessés est aléatoire, et il est fréquent de devoir solliciter l’aide d’autres automobilistes. L’assurance automobile au tiers est obligatoire. Bon marché, elle est sans grande valeur en cas de dommages importants. Il est vivement recommandé de souscrire une assurance complémentaire, sur place, et de disposer d’un contrat d’assistance internationale.

- Emprunter les petits véhicules de transport collectif (minibus) est formellement déconseillé en raison de la fréquence des accidents, sur route comme en ville. De même, le voyageur doit être mis en garde contre la tentation de choisir des compagnies de transport pratiquant le moindre coût, le niveau de sécurité (véhicules, conducteurs) s’alignant sur celui des prix. Les voyageurs individuels doivent privilégier la location de voitures avec chauffeurs, dont les tarifs sont accessibles.

- Conditions d’entrée des véhicules : consulter la rubrique "Entrée / Séjour".

Transport ferroviaire

Le réseau ferroviaire égyptien est ancien, surchargé et mal entretenu. Fin 2012 et début 2013, plusieurs accidents sur ce réseau ont causé la mort de dizaines de personnes. Il est donc préférable d’éviter ce moyen de transport, à l’exception de quelques liaisons qui paraissent faire l’objet d’une meilleure maintenance (notamment Le Caire-Alexandrie).

Transport aérien

- Les appareils d’Egyptair sont généralement récents. Pour les compagnies charters, il convient de s’assurer de l’état des avions auprès de son voyagiste.

- Un vol de la compagnie Egyptair assurant la liaison Paris-Le Caire s’est abimé en mer Méditerranée, le jeudi 19 mai 2016, faisant 66 victimes, dont 15 français.

Transport maritime

Il existe des liaisons entre les principaux ports de la mer Rouge. Les bateaux, qui sont parfois vétustes et mal entretenus, sont régulièrement confrontés à des avaries. La ligne Safaga-Djeddah, empruntée notamment par les pèlerins de La Mecque, n’a pas connu de naufrage depuis 2006.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016