Accès rapide :

Sécurité

Risque terroriste

Compte tenu du contexte égyptien et régional actuel, il convient de considérer que la menace terroriste existe en Egypte, comme l’ont montré plusieurs attentats ou tentatives d’attentats depuis septembre 2013.

A cet égard, la situation particulière dans le Sinaï est préoccupante. Les autorités égyptiennes ont lancé des opérations de traque de cellules terroristes qui donnent lieu, de manière récurrente, à des affrontements. Certains groupes extrémistes ont, de leur côté, multiplié les actions terroristes contre les forces de l’ordre. Bien que l’essentiel de ces violences concerne le Sinaï nord, certaines actions, ou tentatives d’action, terroristes ont eu lieu dans la partie africaine de l’Egypte, à proximité du canal de Suez mais aussi au Caire.

Un attentat visant des ressortissants étrangers a eu lieu près de Taba le 16 janvier 2014 causant la mort de plusieurs touristes. Cette attaque terroriste est la première visant des ressortissants étrangers en Egypte depuis le 22 février 2009.

Depuis le 30 juin, on a constaté, par ailleurs, une multiplication des attaques contre les personnels et les bâtiments des forces de sécurité : un attentat contre le siège de la sécurité publique de la ville de Mansoura a fait 16 morts et des dizaines de blessés le 24 décembre 2013; le 2 avril 2014, trois bombes ont explosé devant l’Université du Caire causant, selon le bilan officiel, la mort d’au moins un officier de police ainsi que de nombreux blessés.

Recommandations par régions (cf. carte ci-dessous)

1. Il est formellement déconseillé de se rendre dans la péninsule du Sinaï, à l’exception de la bande côtière entre Charm el Cheikh et Taba inclus, où tout déplacement est déconseillé sauf raison impérative, notamment professionnelle. Dans cette zone, il convient de faire preuve d’une grande vigilance, de se conformer strictement aux consignes de sécurité données par les autorités locales, d’éviter les déplacements routiers de jour et de s’en abstenir formellement de nuit.

2. Moyenne Egypte, entre la région du Fayyoum et Louxor : déplacements déconseillés sauf raison impérative, notamment professionnelle.

3. Haute Egypte - vallée du Nil entre Louxor et Abou Simbel : les déplacements professionnels ou touristiques sont possibles en faisant preuve de vigilance notamment au regard des évolutions de l’actualité égyptienne, et à la condition expresse de se déplacer par voie aérienne et de rester dans les agglomérations.

Les voyageurs effectuant des croisières sur le Nil ou le Lac Nasser sont invités à s’assurer auprès des voyagistes des mesures de sécurité prises par les autorités égyptiennes, notamment de la présence d’équipes de protection embarquées sur les navires.

Les déplacements par la route dans cette région sont déconseillés, sans protection des services de sécurité égyptiens (convois).

4. De la côte nord (entre Mersa Matroûh et Alexandrie) jusqu’au sud de la côte africaine de la mer Rouge (du sud de Suez à Marsa Alam) : dans cette zone qui inclut notamment Le Caire, Aïn Sokhna et Hurghada, les déplacements professionnels ou touristiques sont possibles en faisant preuve de vigilance, notamment au regard des évolutions de l’actualité égyptienne, en effectuant les trajets routiers autant que possible avec plusieurs véhicules et en s’abstenant de rouler de nuit.

5. Delta du Nil de l’est d’Alexandrie jusqu’à Port-Saïd et Suez : déplacements déconseillés sauf raison impérative, notamment professionnelle.

6. Reste de l’Egypte (zone désertique depuis la frontière égypto-libyenne jusqu’à la frontière égypto-soudanaise) : tout déplacement y est formellement déconseillé.

7. Au Caire, à Alexandrie et d’une manière générale dans les grandes villes, il convient de limiter les déplacements et les visites aux quartiers touristiques ou fréquentés par les étrangers, d’éviter les lieux habituels de rassemblements et de manifestations (au Caire : Place Tahrir et Place El-Nahda / Université du Caire à Guizeh), de ne pas, autant que possible, se déplacer seul, de se conformer, en matière d’apparence et de tenue vestimentaire aux recommandations figurant à la rubrique « Infos utiles – Divers » de la présente fiche, et de faire preuve de réserve s’agissant de la situation politique intérieure égyptienne.

8. Dans les zones en jaune ou en orange, il convient d’éviter les déplacements en dehors du réseau routier, notamment dans le désert.

Les déplacements doivent, en tout état de cause, être effectués avec plusieurs véhicules en bon état et l’accompagnement d’un guide égyptien expérimenté. Il est fortement recommandé de disposer d’un téléphone satellitaire et de confier à une personne ne participant pas au voyage des indications précises sur l’itinéraire prévu.

Accès à Gaza

Lire impérativement les prescriptions figurant sur ce point dans la Fiche « Conseils aux Voyageurs » consacrée à « Israël/Territoires palestiniens » de ce même site.

Les déplacements vers et dans Gaza, ainsi que dans la péninsule du Sinaï, sont formellement déconseillés y compris pour transiter vers Gaza à travers le point de passage de Rafah. Ce dernier fait l’objet de restrictions d’accès de plus en plus rigoureuses et fréquentes conduisant à une fermeture quasi complète. Les Français qui parviendraient à se rendre à Gaza lors d’une période d’ouverture du point de passage prennent le risque d’y rester bloqués, les fermetures étant généralement annoncées sans préavis et sans indication de durée.

Il est par ailleurs exclu d’envisager une traversée par les tunnels, qui est illégale et comporte des risques de sécurité majeurs. Les autorités égyptiennes estiment qu’une entrée sur leur territoire par ce moyen est irrégulière et considèrent ceux qui y recourraient comme des clandestins.

Ordre public - criminalité

La "révolution du 25 janvier" a conduit à la remise en cause fondamentale de la police en Egypte. La mise sur pied d’un dispositif crédible et légitime sera lente, de même que l’adaptation à la nouvelle réalité égyptienne. Ce changement de référentiel est propice à l’apparition et au développement d’une délinquance nouvelle (vols à l’arraché), y compris de la criminalité organisée (vols à main armée en série), ainsi que de certaines formes d’incivilité.

Risque de mines

Le risque lié à la présence de mines est élevé dans toutes les zones désertiques. On ne peut considérer qu’une zone non signalisée ne présente pas de danger. En outre, tout déplacement en dehors du réseau routier ou de pistes balisées doit être précédé d’une recherche d’informations sur l’existence éventuelle de champs de mines dans la région.

Risque sismique

Le pays est situé dans une zone d’activité sismique. Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, vous pouvez consulter la fiche Info pratique "Risques naturels".

Si un tremblement de terre se produisait, il est recommandé à nos ressortissants de prendre immédiatement contact avec leurs familles ou leurs proches afin de les rassurer sur leur sort ou, le cas échéant, en cas de problème grave de communication avec l’extérieur, avec l’Ambassade de France.

Piraterie maritime

- Le nord de la mer Rouge n’est pas une zone de piraterie. Des informations utiles sont disponibles sur la fiche « Piraterie maritime ».

Circulation routière

L’incivisme routier, très largement répandu (cf. rubrique Transports), peut engendrer des échauffourées. Il ne faut en aucun cas répondre à d’éventuelles provocations ou prises à partie.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014