Accès rapide :

Infos utiles

Législation locale

La détention et le trafic de drogues sont très lourdement punis par la loi (le code pénal cubain prévoit même la peine de mort en cas de trafic, même si celle-ci n’est plus appliquée de fait).

Les relations sexuelles avec des mineurs de moins de 16 ans sont très sévèrement réprimées (peines de prison allant de 7 à 20 ans).


Divers

Les touristes qui choisissent la destination de Cuba sont invités à bien analyser les clauses des contrats et à s’assurer que le tour opérateur prendra bien en charge les éventuels surcoûts dus à des prolongations de séjour du fait de phénomènes naturels tels que cyclones ou ouragans.

Le coût de la vie à Cuba est élevé pour les étrangers (plus ou moins équivalent à celui de la France). Les transactions s’effectuent essentiellement en liquide en pesos convertibles cubains, les dollars n’étant pas autorisés. Les personnes se rendant à Cuba doivent se munir d’euros et non de dollars, afin d’éviter une surtaxe de 10%. Se munir de moyens de paiement suffisants en sachant que les transferts d’argent sont longs et difficiles : la plupart des banques françaises refusent d’envoyer des virements à Cuba, où elles n’ont plus de correspondants. Western Union France ne peut pas envoyer de fonds à travers ses agences, nombreuses à Cuba. Seules les cartes de crédit Visa et MasterCard (cette dernière s’il s’agit de banques européennes) sont acceptées par les hôtels ; les distributeurs de billets n’acceptent que les cartes Visa. Les travellers chèques ne sont pas acceptés à Cuba.
Selon la loi, les objets d’art, tels que peintures ou livres anciens (même s’ils ont été acquis sur les marchés artisanaux), ne peuvent être exportés que s’ils sont accompagnés d’un certificat délivré par l’administration cubaine des "biens culturels".

Change de devises et retraits

Deux monnaies sont en circulation à Cuba :

  • le peso cubain convertible (CUC) qui est la seule monnaie utilisable par les étrangers ;
  • le peso cubain non convertible, monnaie utilisée par les Cubains pour leurs achats et qui n’a pas cours dans les hôtels, la plupart des boutiques, etc. (en décembre 2015 1 CUC = 1 dollar = 24pesos cubains non convertibles).). Pour les touristes, seuls les trajets en « almendrones » (les taxis collectifs) sont payables en pesos cubains.

Les touristes doivent systématiquement s’adresser aux organismes bancaires agréés (CADECA, Casa de cambio, bureaux de change dans les grands hôtels, distributeurs de billets dans la capitale) et ne jamais s’en remettre à un particulier ou un tiers.

Les escroqueries sont fréquentes : les escrocs proposent leurs services et remettent aux touristes une contrevaleur en peso non convertible, avec laquelle ils ne pourront pratiquement rien faire, et que par ailleurs ils ne pourront pas rechanger.

Conserver les attestations de change est indispensable pour re-changer les pesos convertibles en devises au départ (en effet les CUC ne sont pas convertibles en dehors du territoire cubain).

Cyclones

Comme l’ensemble de la région des Caraïbes, Cuba connaît une saison cyclonique, qui s’étend de mai à novembre. En raison des perturbations climatiques susceptibles d’affecter la zone Caraïbes, il est fortement recommandé aux voyageurs de se renseigner auprès de leur agence de voyages ou de leur compagnie d’assurance, s’agissant des modalités de prise en charge de leur séjour à Cuba dans le cas où leur vol de retour serait annulé pour cause de force majeure (telle qu’une catastrophe naturelle).

Les personnes en voyage à Cuba sont instamment invitées à :

  • suivre l’évolution des ouragans sur le site du National Hurricane Center à Miami (www.nhc.noaa.gov) ;
  • se conformer aux recommandations qui seront données sur le site de ce ministère à la rubrique "Ouragans" ;
  • être attentifs aux informations et respecter les consignes que diffuseront les autorités cubaines, qui sont également reprises par les hôtels et les voyagistes.
Infrastructure routière

Routes principales dans un état moyen. Routes secondaires en mauvais, voire très mauvais état : certaines ne sont que des pistes uniquement praticables en véhicules tout terrain.
Attention à l’essence : les stations-service sont parfois espacées de plus de 100 kms, se méfier de la qualité en dehors des grandes agglomérations.
Il est très fortement déconseillé de circuler la nuit (obstacles nombreux sur les routes, absence d’éclairage de nombreux moyens de transport).

En cas d’accident, prendre immédiatement l’attache du poste de police le plus proche et aviser l’ambassade de France à la Havane. Si l’on dispose d’une assurance voyage, contacter immédiatement Asistur, seul organisme représentant les sociétés d’assistance étrangères (Tél. : + 53 7 866 44 99/7 866 83 39/7 866 55 60/7 867 41 25, ou encore par mail, asisten [at] asistur.cu). La souscription d’une assurance tous risques est obligatoire. Lire très attentivement le contrat d’assurance voiture.

(Attention : les compagnies d’assurances des voitures de location n’assurent pas contre le vol des roues de secours et des auto-radios, ni contre les accidents provoqués par des animaux traversant les routes, qui sont nombreux.)

Il est important de savoir qu’en cas d’accident de la route ayant des conséquences, notamment des dommages aux personnes, le responsable peut être retenu, voire emprisonné, à Cuba jusqu’à l’expiration de la procédure judiciaire - qui peut s’avérer très longue - et au-delà s’il y a condamnation à une peine de privation de liberté.

Il est donc recommandé d’avoir recours aux services d’un chauffeur lors de la location du véhicule.

En cas d’infraction au code de la route :

Pour le voyageur qui est au volant, il est recommandé, pour éviter tout malentendu avec l’agent verbalisateur, de se conformer aux dispositions précises du code de la route cubain pour le règlement des amendes.

Les montants des amendes infligées pour les contraventions sont de 60 Pesos Convertibles (CUC) pour les infractions "très dangereuses", 40 Pesos pour les infractions "dangereuses", 20 Pesos pour les infractions "moins dangereuses". Ce montant est réduit de moitié en cas de paiement dans les 3 jours suivant la notification de l’infraction. Il double si le paiement est effectué plus de 30 jours après.

L’agent constatant l’infraction renseigne un "bulletin de notification" de l’infraction, dont il détache une partie qu’il remet au contrevenant. Si le véhicule utilisé est un véhicule de location, l’agent mentionne l’infraction constatée sur le contrat de location.

Le paiement de l’amende ne s’effectue pas auprès de l’agent verbalisateur, mais dans un des bureaux habilités (Police nationale, services du Transit). Les locataires de véhicules peuvent également payer l’amende lors de la restitution de leur véhicule à l’agence de location, en tenant compte des délais pouvant renchérir le montant de l’amende.

Il est recommandé de s’acquitter des paiements des amendes afin de ne pas s’exposer à une interdiction de sortie du territoire cubain au moment de l’embarquement.

Transport aérien

Flotte composée essentiellement d’appareils d’origine russe. Les compagnies cubaines disposent cependant d’ATR et d’autres appareils sur les réseaux régionaux et intérieurs. Cuba est très attentif au respect des normes en matière de sécurité aérienne, le dernier accident grave remontant à 2010.

La compagnie Cubana de Aviación exige la reconfirmation des réservations de retour. Celle-ci doit impérativement être faite plus de 3 jours ouvrables avant la date du retour. Cette compagnie a par ailleurs tendance, surtout au niveau régional, à différer de plusieurs heures/jours voire à annuler ses vols sans préavis.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016