Accès rapide :

Dernière mise à jour le : 17 juin 2016 - Information toujours valide le : 27 septembre 2016

Sécurité

Risques naturels

Comme l’ensemble de la région des Caraïbes, Cuba connaît une saison cyclonique qui s’étend de mai à novembre. En raison des perturbations climatiques susceptibles d’affecter la zone Caraïbes, il est fortement recommandé aux voyageurs de se renseigner auprès de leur agence de voyages ou de leur compagnie d’assurance, s’agissant des modalités de prise en charge de leur séjour à Cuba dans le cas où leur vol de retour serait annulé pour cause de force majeure (telle qu’une catastrophe naturelle).

Les personnes en voyage à Cuba sont instamment invitées à respecter les consignes diffusées par la Protection civile cubaine, qui sont également reprises par les hôtels et les voyagistes. En cas de difficulté sur place, il est recommandé de prendre contact avec l’ambassade.

Délinquance

Recrudescence de la petite délinquance qui se traduit par des vols à l’arraché, parfois accompagnés de violence, plus particulièrement dans les lieux touristiques de La Havane (Vieille Havane et Malecón) et dans la ville de Santiago de Cuba.

En conséquence, il est recommandé de laisser, dans la mesure du possible, ses documents d’identité et de voyage, la carte bancaire ainsi qu’une partie de ses liquidités dans le coffre à l’hôtel et de ne pas porter de bijoux de valeur lors de vos déplacements quotidiens (chaînes en or, montres de luxe, etc.)

Il est conseillé de faire une photocopie du passeport pour justifier de son identité en cas de contrôle et de ne le présenter que pour retirer des liquidités à la banque.

Une vigilance particulièrement renforcée doit par ailleurs être portée aux cartes bancaires car le paiement se fait sans obligation préalable de taper le code secret (sauf aux distributeurs), ce qui facilite les usages frauduleux en cas de vol. Mais rares sont les endroits où l’on peut payer par carte (hôtels, quelqu

Location de véhicule

La signalétique et l’éclairage public sont particulièrement défectueux sur le trajet permettant de se rendre à La Havane depuis l’aéroport. Les risques de vous égarer la nuit sont importants. Il est par conséquent déconseillé de louer votre véhicule à partir de l’aéroport, notamment si vous y arrivez à la nuit tombée.

Des escroqueries par Internet ont été récemment signalées en matière de location de véhicules (faux sites, fausses agences). Une précaution toute particulière doit être portée lors de réservations de véhicules par Internet.

De faux auto-stoppeurs peuvent agresser de nouveaux arrivants. Il est donc déconseillé, quelles que soient les circonstances, de prendre des auto-stoppeurs, très nombreux sur les routes cubaines.

Introduction de matériels

L’introduction sur l’île d’appareils tels que téléphones satellitaires, ou GPS est très strictement réglementée (il est conseillé de consulter avant le départ le Consulat de Cuba à Paris à ce sujet ou encore le site internet des douanes cubaines). Ces matériels sont généralement retenus à la douane pour être restitués à leurs propriétaires à la fin de leur séjour.

Entrée / Séjour

Carte touristique

Pour un séjour de 30 jours maximum, il convient d’être muni d’une carte touristique délivrée, contre paiement, par le consulat de Cuba à Paris et les tours opérateurs français agréés par les autorités cubaines.

Veiller à ne pas dépasser la durée du séjour maximum de 30 jours, ne serait-ce que d’une journée, sous risque de détention, au moment du départ, par les services de l’immigration. Les documents demandés par les services de l’immigration pour renouveler le visa de tourisme sont : le passeport en cours de validité, la carte de tourisme, une attestation d’hébergement dans un hôtel ou chambre d’hôte licenciée, l’attestation d’assurance, 25 pesos convertibles en timbres fiscaux (à acheter dans les banques).

Assurance médicale

Une assurance médicale est exigée par les autorités cubaines pour les voyageurs se rendant à Cuba. Il est fortement recommandé de vérifier qu’une telle assurance a bien été souscrite et qu’une attestation a été produite. Les voyageurs qui ne seront pas en mesure de produire cette attestation devront souscrire cette assurance à leur arrivée à Cuba, auprès d’une agence cubaine. Une attestation d’assurance demandée par internet liée à une carte de crédit Visa ou Mastercard suffit.

Taxe

Depuis le 1er mai 2015, la taxe de sortie a été intégrée au prix du billet d’avion.

Santé

Avant le départ

Consulter son médecin traitant (éventuellement son dentiste) avant le départ et contracter une assurance de rapatriement sanitaire. Il est vivement recommandé de vérifier que l’assurance couvre les soins hospitaliers sur place – qui sont payants – en vue d’un remboursement ultérieur.

Vaccinations

Aucune vaccination n’est obligatoire pour entrer à Cuba. Cependant :

  • la mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est recommandée ;
  • d’autres vaccinations peuvent être conseillées (selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.
Hygiène alimentaire

Il est formellement déconseillé de boire l’eau du robinet. Il est possible de trouver de l’eau en bouteille capsulée dans l’ensemble du pays. Par ailleurs, il est conseillé :

  • d’éviter l’ingestion de glaçons, de légumes crus ;
  • de s’assurer d’une cuisson suffisante des aliments ;
  • de veiller à un lavage soigneux des mains avant chaque repas.
Choléra

Des cas de choléra ont été signalés de façon intermittente à Cuba depuis deux ans. Les autorités cubaines ont mis en place un système de veille épidémiologique. Des quartiers urbains défavorisés et des petites villes de l’intérieur du pays sont concernés. Un désinfectant est répandu sur les mains à l’entrée des magasins, à Santiago de Cuba par exemple. A La Havane, les touristes étrangers sont pris en charge à l’Institut Pedro Kouri (IPK), spécialisé dans les maladies tropicales.

Afin de diminuer les risques de transmission, il convient d’observer des règles d’hygiène alimentaires rigoureuses :

  • se laver régulièrement les mains (à l’eau savonneuse ou avec des gels hydro-alcooliques), en particulier avant tous les repas,
  • consommer de l’eau minérale en bouteille (ou bouillie),
  • peler soigneusement, à défaut cuire ou désinfecter les fruits et légumes,
  • éviter la consommation de poissons, coquillages ou fruits de mer autrement que bien cuits ou frits,
  • éviter les lieux (« cantines ambulantes ») ne garantissant pas toutes les conditions d’hygiène requises.
Prévention des maladies transmises par les piqûres d’insectes

Dengue

Cette maladie virale est transmise par les piqûres de moustiques : il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques). La dengue pouvant prendre une forme potentiellement grave (forme hémorragique), il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre. La prise d’aspirine est formellement déconseillée.

Chikungunya

Une épidémie de chikungunya s’étend dans les Antilles depuis décembre 2013. Le virus du chikungunya a fait son apparition à Cuba, où l’on recense quelques cas concernant des voyageurs en provenance de République dominicaine ou du Vénézuela.

Le chikungunya est une maladie virale transmise à l’homme par des moustiques infectés. Elle se caractérise par des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires et articulaires).

En prévention, comme pour la dengue, il convient de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques, utilisation de moustiquaires).

Pour plus d’informations sur le chikungunya, consulter le site internet de l’Institut Pasteur.

Maladie à virus Zika

Cuba est touchée par le virus Zika. Cette maladie est transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes. Des cas de transmission du virus par voie sexuelle ont également été rapportés.
Les symptômes de la maladie sont généralement modérés (fièvre, maux de tête, douleurs articulaires, éruptions cutanées) et sont analogues à ceux observés au cours d’autres infections virales telles que la dengue. Toutefois, la survenue de complications graves telles que des cas de microcéphalies chez des nouveau-nés de femmes enceintes infectées par le virus et des complications neurologiques tels que des syndromes de Guillain Barré semblent possibles.

Au total, il est notamment recommandé à tous :

  • De respecter les mesures habituelles de prévention des piqûres de moustique (vêtements longs, répulsifs anti-moustiques, climatisation, moustiquaire), nuit et jour ;
  • De consulter un médecin en cas de fièvre survenant pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France.

Le ministère des Affaires étrangères et du Développement international rappelle que la décision d’annuler ou de maintenir un voyage à l’étranger appartient au seul voyageur.

En savoir plus :

1/ Risque de transmission par voie sexuelle : site du Haut conseil de la santé publique
2/ Dossier d’informations sur la maladie à virus Zika (site du ministère des affaires sociales, de la Santé et des droits des femmes).
3/ Recommandations pour les femmes enceintes (site du ministère des affaires sociales, de la Santé et des droits des femmes).
4/ Recommandations pour la prévention des piqures de moustiques

Sida

Prévalence non négligeable du VIH-sida. Il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Infrastructures de santé

Il existe des sections internationales dans les hôpitaux de la plupart des villes de province. Les pharmacies étant souvent en rupture de stocks, il est recommandé de se munir de ses médicaments habituels et de quelques médicaments de « première nécessité ».

Quelques règles simples
  • Evitez les baignades en eau douce et dans les eaux stagnantes (risque de transmission parasitaire ou bactérienne)
  • Ne caressez pas les animaux que vous rencontrez
Pour de plus amples renseignements, consultez les sites internet suivants :

Infos utiles

Législation locale

La détention et le trafic de drogues sont très lourdement punis par la loi (le code pénal cubain prévoit même la peine de mort en cas de trafic, même si celle-ci n’est plus appliquée de fait).

Les relations sexuelles avec des mineurs de moins de 16 ans sont très sévèrement réprimées (peines de prison allant de 7 à 20 ans).

Divers

Les touristes qui choisissent la destination de Cuba sont invités à bien analyser les clauses des contrats et à s’assurer que le tour opérateur prendra bien en charge les éventuels surcoûts dus à des prolongations de séjour du fait de phénomènes naturels tels que cyclones ou ouragans.

Le coût de la vie à Cuba est élevé pour les étrangers (plus ou moins équivalent à celui de la France). Les transactions s’effectuent essentiellement en liquide en pesos convertibles cubains, les dollars n’étant pas autorisés. Les personnes se rendant à Cuba doivent se munir d’euros et non de dollars, afin d’éviter une surtaxe de 10%. Se munir de moyens de paiement suffisants en sachant que les transferts d’argent sont longs et difficiles : la plupart des banques françaises refusent d’envoyer des virements à Cuba, où elles n’ont plus de correspondants. Western Union France ne peut pas envoyer de fonds à travers ses agences, nombreuses à Cuba. Seules les cartes de crédit Visa et MasterCard (cette dernière s’il s’agit de banques européennes) sont acceptées par les hôtels ; les distributeurs de billets n’acceptent que les cartes Visa. Les travellers chèques ne sont pas acceptés à Cuba.

Selon la loi, les objets d’art, tels que peintures ou livres anciens (même s’ils ont été acquis sur les marchés artisanaux), ne peuvent être exportés que s’ils sont accompagnés d’un certificat délivré par l’administration cubaine des "biens culturels".

Change de devises et retraits

Deux monnaies sont en circulation à Cuba :

  • le peso cubain convertible (CUC) qui est la seule monnaie utilisable par les étrangers ;
  • le peso cubain non convertible, monnaie utilisée par les Cubains pour leurs achats et qui n’a pas cours dans les hôtels, la plupart des boutiques, etc. (en décembre 2015 1 CUC = 1 dollar = 24pesos cubains non convertibles).). Pour les touristes, seuls les trajets en « almendrones » (les taxis collectifs) sont payables en pesos cubains.

Les touristes doivent systématiquement s’adresser aux organismes bancaires agréés (CADECA, Casa de cambio, bureaux de change dans les grands hôtels, distributeurs de billets dans la capitale) et ne jamais s’en remettre à un particulier ou un tiers.

Les escroqueries sont fréquentes : les escrocs proposent leurs services et remettent aux touristes une contrevaleur en peso non convertible, avec laquelle ils ne pourront pratiquement rien faire, et que par ailleurs ils ne pourront pas rechanger.

Conserver les attestations de change est indispensable pour re-changer les pesos convertibles en devises au départ (en effet les CUC ne sont pas convertibles en dehors du territoire cubain).

Cyclones

Comme l’ensemble de la région des Caraïbes, Cuba connaît une saison cyclonique, qui s’étend de mai à novembre. En raison des perturbations climatiques susceptibles d’affecter la zone Caraïbes, il est fortement recommandé aux voyageurs de se renseigner auprès de leur agence de voyages ou de leur compagnie d’assurance, s’agissant des modalités de prise en charge de leur séjour à Cuba dans le cas où leur vol de retour serait annulé pour cause de force majeure (telle qu’une catastrophe naturelle).

Les personnes en voyage à Cuba sont instamment invitées à :

  • suivre l’évolution des ouragans sur le site du National Hurricane Center à Miami (www.nhc.noaa.gov) ;
  • se conformer aux recommandations qui seront données sur le site de ce ministère à la rubrique "Ouragans" ;
  • être attentifs aux informations et respecter les consignes que diffuseront les autorités cubaines, qui sont également reprises par les hôtels et les voyagistes.
Infrastructure routière

Routes principales dans un état moyen. Routes secondaires en mauvais, voire très mauvais état : certaines ne sont que des pistes uniquement praticables en véhicules tout terrain.
Attention à l’essence : les stations-service sont parfois espacées de plus de 100 kms, se méfier de la qualité en dehors des grandes agglomérations.
Il est très fortement déconseillé de circuler la nuit (obstacles nombreux sur les routes, absence d’éclairage de nombreux moyens de transport).

En cas d’accident, prendre immédiatement l’attache du poste de police le plus proche et aviser l’ambassade de France à la Havane. Si l’on dispose d’une assurance voyage, contacter immédiatement Asistur, seul organisme représentant les sociétés d’assistance étrangères (Tél. : +53 7 866 44 99 / +53 7 866 83 39 / +53 7 866 55 60 / +53 7 867 41 25, ou encore par mail, asisten@asistur.cu). La souscription d’une assurance tous risques est obligatoire. Lire très attentivement le contrat d’assurance voiture.

(Attention : les compagnies d’assurances des voitures de location n’assurent pas contre le vol des roues de secours et des auto-radios, ni contre les accidents provoqués par des animaux traversant les routes, qui sont nombreux.)

Il est important de savoir qu’en cas d’accident de la route ayant des conséquences, notamment des dommages aux personnes, le responsable peut être retenu, voire emprisonné, à Cuba jusqu’à l’expiration de la procédure judiciaire - qui peut s’avérer très longue - et au-delà s’il y a condamnation à une peine de privation de liberté.

Il est donc recommandé d’avoir recours aux services d’un chauffeur lors de la location du véhicule.

En cas d’infraction au code de la route :

Pour le voyageur qui est au volant, il est recommandé, pour éviter tout malentendu avec l’agent verbalisateur, de se conformer aux dispositions précises du code de la route cubain pour le règlement des amendes.

Les montants des amendes infligées pour les contraventions sont de 60 Pesos Convertibles (CUC) pour les infractions "très dangereuses", 40 Pesos pour les infractions "dangereuses", 20 Pesos pour les infractions "moins dangereuses". Ce montant est réduit de moitié en cas de paiement dans les 3 jours suivant la notification de l’infraction. Il double si le paiement est effectué plus de 30 jours après.

L’agent constatant l’infraction renseigne un "bulletin de notification" de l’infraction, dont il détache une partie qu’il remet au contrevenant. Si le véhicule utilisé est un véhicule de location, l’agent mentionne l’infraction constatée sur le contrat de location.

Le paiement de l’amende ne s’effectue pas auprès de l’agent verbalisateur, mais dans un des bureaux habilités (Police nationale, services du Transit). Les locataires de véhicules peuvent également payer l’amende lors de la restitution de leur véhicule à l’agence de location, en tenant compte des délais pouvant renchérir le montant de l’amende.

Il est recommandé de s’acquitter des paiements des amendes afin de ne pas s’exposer à une interdiction de sortie du territoire cubain au moment de l’embarquement.

Transport aérien

Flotte composée essentiellement d’appareils d’origine russe. Les compagnies cubaines disposent cependant d’ATR et d’autres appareils sur les réseaux régionaux et intérieurs. Cuba est très attentif au respect des normes en matière de sécurité aérienne, le dernier accident grave remontant à 2010.

La compagnie Cubana de Aviación exige la reconfirmation des réservations de retour. Celle-ci doit impérativement être faite plus de 3 jours ouvrables avant la date du retour. Cette compagnie a par ailleurs tendance, surtout au niveau régional, à différer de plusieurs heures/jours voire à annuler ses vols sans préavis.

Voyages d’affaires

Visa d’affaires

Les voyages d’affaires à Cuba sont encore très strictement réglementés, dans la mesure où les partenaires sont exclusivement des institutions d’État ou des entreprises publiques.

Dans le cas d’une première visite destinée à une prise de contact avec le marché cubain, il est impératif de demander au consulat cubain un visa A-7 "Exploración de mercado", qui est délivré dans un délai assez court (4 à 5 jours). Dans le cas où les contacts sont déjà avancés, c’est le partenaire cubain, institution ou entreprise, qui doit impérativement délivrer une lettre d’invitation, avec laquelle il faut demander le visa au consulat cubain ; le délai est toutefois nettement supérieur.

En aucun cas, une personne munie d’un visa de tourisme ne peut prétendre être reçue par une institution ou une entreprise cubaine en vue de contacts commerciaux ultérieurs.

Pour les résidents français à l’étranger, par exemple directeurs régionaux basés aux États-Unis, au Mexique, au Panama, en Colombie ou au Venezuela, il est possible de demander que le visa "Exploración de mercado" ou d’affaires soit délivré par le Consulat cubain sur place. Le délai est généralement supérieur. La Chambre de Commerce de Cuba transmet la demande au Ministère des Relations extérieures qui autorise la délivrance du visa au consulat concerné. Il convient de prendre contact avec l’antenne Business France à La Havane ou le Service économique de l’ambassade de France afin d’exercer un suivi.

A noter que les voyageurs d’affaires français ne peuvent prendre un vol des Etats- Unis vers Cuba ou inversement. Alors que de nombreux vols existent déjà entre différentes villes de Floride ou d’ailleurs, ces vols sont exclusivement réservés aux nord-américains d’origine cubaine et aux résidents à Cuba. Un homme d’affaires en tournée régionale doit nécessairement passer par Mexico ou Panama (plusieurs vols directs quotidiens), Cancun, San Salvador ou Bogota (un vol direct quotidien).

Le formulaire général de demande de visa est à remplir et à déposer au consulat cubain à Paris.

Données économiques

Avec une population de 11 millions d’habitants, le pays dispose en 2014 d’un PIB par habitant de 7449 dollars et d’un PIB de 82 milliards de dollars. Le PIB du pays a crû de 2,5% par an entre 2009 et 2014.

Cuba est le 100 ème client de la France et son 47 ème excédent. La France a exporté vers Cuba 157 millions d’euros de biens en 2014. Les exportations ont augmenté de 15% par an entre 2009 et 2014. Le solde commercial de la France avec le pays s’établit à 133 millions d’euros.

Le marché cubain offre des perspectives importantes liées à l’ouverture de l’économie et au processus de rattrapage économique. Le pays présente des opportunités commerciales et d’investissement dans le secteur des infrastructures (ferroviaires, télécoms, énergie) comme des produits de consommation, ainsi que dans plusieurs secteurs jugés prioritaires par les autorités cubaines, tels que le tourisme, les biotechnologies, l’agroalimentaire.

La Direction des entreprises et de l’économie internationale du ministère des Affaires étrangères et du Développement international vous propose de consulter la fiche repères économiques Cuba.

Contacts utiles

  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, le soutien public au développement international des entreprises.

Service économique de La Havane – CUBA
Adresse : Centro de Negocios, Edificio Santiago bureau 308, 5ta y 78, Miramar, Playa, La Havane - Cuba
Tél. : +53 7 204 23 12 ou +53 7 204 23 18
Télécopie : +53 7 204 23 19
Email : lahavane@dgtresor.gouv.fr
Site internet :www.tresor.economie.gouv.fr/pays/cuba

  • Business France

Opérateur public national au service de l’internationalisation de l’économie française, Business France valorise et promeut l’attractivité de l’offre de la France, de ses entreprises et de ses territoires.

Business France - Cuba
Centro de Negocios Miramar, Edificio Santiago #308,
5ta y 78, Miramar, Playa, La Havane
Tel (depuis la France) : 01 40 73 39 17
Tel : +53 7 204 23 07

Responsable Antenne Cuba : M. Jean-Baptiste Laureau
Email : jean-baptiste.laureau@businessfrance.fr

  • CCEF

Les conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Président de section : Eric PEYRE - +53 7 860 8876 (société Accor Suncaribe)
Email : eric.peyre@accor.com

Annuaire pour Cuba.

  • CCI

Les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) Françaises à l’International sont des associations indépendantes de droit local qui regroupent des entreprises françaises et étrangères. Elles constituent un réseau mondial de relations et de contacts d’affaires de plus de 32.000 entreprises françaises et étrangères dans 83 pays.

Association des Entreprises françaises de Cuba (AEFC)
Centros de Negocios Miramar – Edificio Santiago, Oficina 308 5ta
Avenida Esquina 78 – Miramar – CIUDAD HABANA - CUBA
Tél : +53 7 20 42 307
Email : aefc_hav@yahoo.fr

  • Chambre de Commerce de Cuba

Directrice des Relations internationales : Mme Celia Labora
Email : relint@camara.com.cu

  • Ministère du Commerce Extérieur (MINCEX)

Spécialiste France : Mme. Ileana Oliva González
Email : ileana.oliva@mincex.cu

  • Zone Spéciale de Développement de Mariel (ZEDM)

Bureau de dépôt des projets
Email : ventanillaunica@zedmariel.co.cu

  • AEC

Cuba est membre de l’Association des États de la Caraïbe (AEC), dont le site internet est consultable à l’adresse : http://www.acs-aec.org/.

La page de Cuba est consultable à l’adresse : http://www.acs-aec.org/index.php?q=fr/membres/cuba.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016